Archive pour le mois : 02/2020

deuxième bébé

deuxième bébé

Un deuxième bébé arrive, et tout est chamboulé ! Les habitudes et l’équilibre qui jusqu’ici fonctionnaient plutôt bien sont bouleversés, tout est à revoir et les parents s’inquiètent tant pour l’aîné que pour le petit nouveau… Je vous ai demandé dans un débat Facebook quels étaient vos conseils pour ne léser personne et faire en sorte que l’agrandissement de la famille se passe le mieux possible – voici vos réponses ! Et les miennes 🙂

 

DEUXIÈME BÉBÉ : CONSACRER DU TEMPS AU GRAND

Imaginez que vous viviez tranquillement votre vie de famille à trois, et du jour au lendemain vos beaux-parents décident de débarquer tous les soirs chez vous, parce que c’est quand même sympa d’être ensemble 🙂 Au bout de 2 mois de soirées avec vos beaux-parents, vous n’auriez pas comme une envie de vous retrouver en petit comité familial ? Et bien notre aîné c’est la même choses ! Il a BESOIN de parfois se retrouver avec QUE papa / maman, ou les deux. Évitons de lui mettre l’étiquette “jaloux”, quand nous même n’aimerions pas que notre mari ou notre femme nous dise “Oh, bah sois pas jaloux(se) que mes parents viennent tous les soirs, je ne suis pas qu’à toi !” Pas facile de prendre du temps qu’avec lui vous me direz, surtout au regard du temps que le deuxième bébé nous prend ! C’est sûr, c’est une question d’organisation, et aussi pour certains un travail sur soi pour réussir à se séparer quelques heures du nouveau-né, de le confier au conjoint, aux grands-parents,  pour ne se consacrer qu’au grand.

“Même si ce n’est pas toujours facile, chaque jour, consacrer une dizaine de minutes à notre ou nos aînés, sans bébé… ainsi qu’une journée ou un après-midi de temps en temps. Et être à l’écoute, bien que la phrase « Tu t’occupes plus de… » sorte en boucle de la bouche de nos bambins au moindre conflit !” (Maud)


 

DEUXIÈME BÉBÉ : JONGLER AVEC LES DEUX, SANS EN LÉSER AUCUN !

Comme il n’est pas simple de laisser seul le deuxième  bébé, une super stratégie est de trouver des moyens de s’occuper du bébé tout en étant présent pour le grand !  Afin qu’il ne sente pas mis de côté.

“Chez nous, on adore lire une histoire à la grande en donnant la tétée au petit ! “ (Charlotte)

On peut aussi proposer au grand que l’on aille changer ensemble nos bébés : lui sa poupée et nous notre vrai bébé ! Comme ça on joue en même temps que l’on accomplit les tâches : « Alors madame votre bébé il va comment vous ? Il n’a toujours pas fait pipi ? Dis donc c’est bizarre. Ça vous dit qu’on leur fasse prendre le bain ensemble ?” (oui oui les poupées que l’on peut mouiller ça existe ).

Autre idée : pourquoi ne pas créer une activité avec l’aîné autour du petit ? Comme ça, on gère les deux à la fois. Par exemple, un jour, Joy a fait un atelier gommettes sur Léon : elle collait des gommettes partout sur les vêtements du bébé – et elle a adoré ! On peut également proposer à l’aîné de choisir des musiques pour le petit, et de nous dire laquelle le bébé a l’air de préférer (voire de chanter 😉 ).

“J’ai réalisé pour une maman une gigoteuse bébé et la même version poupée. Sa fille avait presque 3 ans et imitait beaucoup sa maman. L’arrivée du petit frère comme du « nouveau bébé poupée » s’est super bien passée !” (Atelier Philangy)

DEUXIÈME BÉBÉ : IMPLIQUER L’AÎNÉ SANS FAIRE PASSER LE BÉBÉ POUR UNE NOUVELLE CONTRAINTE

Une super tactique pour que l’aîné ne se sente pas mis à l’écart, c’est d’impliquer le grand dans ce que l’on fait avec (ou pour)  le petit. « Ça te dit de venir m’aider à le changer ? » – « Il sent mauvais tu trouves pas ? Tu crois que je devrais le changer ? » – « Oh, il pleure, qu’est-ce que tu crois que l’on pourrait faire ? » Comme ça, plutôt que d’être agacé que la maman ne s’occupe que de l’autre, il se sent impliqué dans cette nouvelle mission, mais attention impliqué ne veut pas dire le “responsabiliser” ou lui créer des nouvelles contraintes. « Est-ce que ça te dit de me passer les coton un à un ? » “ (on lui laisse le choix 😉 ).

“Quand nous disions « ON va avoir un bébé », c’était papa, maman et soeur (= on va tous les 3 avoir un bébé). Elle a tout choisi avec nous et elle s’est sentie impliquée” (Laetitia)

D’ailleurs en parlant de contrainte, comment parvenir à lier une super relation avec quelqu’un qui vous crée plein de problèmes et de contraintes ?! Si on se met à la place de l’enfant, et que l’on entend toute la journée : “Ne fais pas de bruit tu vas réveiller le bébé”, “Non on ne peut pas aller au parc car on doit d’abord donner la tétée”, “Non ne lui prend pas ses peluches, c’est pas à toi qu’on les a offertes”, “Je ne peux plus te porter tu vois bien j’ai déjà le bébé !”, “Arrête tu ne vois pas que tu vas lui faire mal !”  Euh.. comment dire, pas trop envie d’aimer ce nouveau frère ou soeur non ?

Alors que si ce deuxième bébé est l’occasion de faire une fête (avec plein de bonbons 😉 ) pour célébrer son arrivée, que grâce à lui papa ou maman est plus présent, que j’ai droit d’utiliser tous les nouveaux jouets qu’il a reçus, et qu’au lieu de me dire “On ne peut pas aller au parc à cause de la tétée” on me dit plus positivement “Je finis de lui donner la tétée et on part au parc, prépare les pelles on fera un grand château !”, qu’au lieu de me gronder, mes parents m’expliquent plutôt comment lui faire un calin sans lui faire mal, etc…  C’est nettement plus sympa cette arrivée d’un deuxième bébé, n’est-ce pas ?!

DEUXIÈME BÉBÉ : NE PAS STRESSER… ET PARLER D’AMOUR !

Bien sûr, avant tout et par-dessus tout, on peut rappeler régulièrement – et encore plus que d’habitude – à notre aîné à quel point on l’aime…! Parfois il suffit juste de regarder le bébé en serrant fort l’aîné, “je t’”aime”. Ce nouvel enfant ne divise pas l’amour, il le double…

“Si en tant qu’adulte on doute de l’amour qui peut unir les frère/soeur alors ils s’en imprègnent et doutent également ! Ils freinent alors leur propres émotions pour se protéger.” (Laetitia)

“Nous, on a préparé l’arrivée du petit frère. Avec des livres et en parlant beaucoup, en faisant des cadeaux entre eux… Puis, il ne faut pas forcer les choses, et expliquer que même s’il y a un bébé cela ne change en rien l’amour que l’on porte au grand.” (Deborah)

Accueillir les craintes de chacun, répondre aux besoins de chacun et laisser faire le temps en donnant l’autorisation de ne pas aimer le bébé à venir mais de devoir le respecter. Nous avons fait ça pour l’arrivée de la 2ème, et ça a été top ! Et on recommence pour le/la 3ème.” (Blandine)

Cet article vous a aidé à y voir plus clair ? Le sujet “fratrie” vous intéresse ? Je vous propose de vous inscrire ci-dessous pour recevoir gratuitement un dossier complet sur ce thème ! Dans mon “Pack Frères/Soeurs”, je vous donne des outils, des pistes et des clefs pour une fratrie unie. Pour en bénéficier, rien de plus simple : indiquez votre mail et recevez le pack directement dans votre boite !

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

L’arrivée d’un deuxième bébé est aussi parfois source de beaucoup de fatigue pour les parents, surtout si les nuits sont trop courtes, hachées, difficiles…C’est peut être votre cas ?

Si oui, je vous invite à vous renseigner sur notre nouveau coaching :

Le coaching « Il dort enfin » – Accessible partout dans le monde !

15 jours d’accompagnement personnalisé pour retrouver des nuits (et des soirées) complètes et un sommeil réparateur pour toute la famille. Le coaching est personnalisé pour s’adapter à votre situation particulière : si votre enfant n’a jamais dormi ; si c’est le matin qu’il se lève trop tôt ; si c’est la nuit ou le soir s’il se relève ; si vous pratiquez le cododo ou pas ; si vous avez besoin de vous coucher avec lui pour l’endormir, son âge, etc. Un mix de vidéos et d’accompagnement individuel de nos coachs certifiés.

Pour être informé des prochaines sessions, renseignez votre mail ci-dessous :

Mise à jour  : Mai 2019

1. Définitions

Formation e-learning ou coaching: formation ouverte, à distance et réalisée par l’utilisation de modules (les « Modules ») de formation, accessibles depuis un portail en ligne privé, via des vidéos et/ou des documents.Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).Internaute : personne utilisant le réseau Internet pour accéder à différents contenus mis à disposition publiquement.Membre : personne morale ou physique qui achète la prestation.Traitement : toute opération ou ensemble d'opérations effectuées sur des données personnelles, qu’elles soient automatisées ou non : collecte, enregistrement, organisation, conservation, modification, rapprochement, récupération, consultation, extraction, utilisation, ou en rendant disponible, l'alignement, la combinaison, ainsi que le blocage, l'effacement ou la destruction de telles données personnelles.Utilisateur : personne, internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

2. Conditions générales d'utilisation (CGU) du site et des services proposés

L’utilisation du site www.coolparentsmakehappykids.com implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation décrite sur ce site (ci-après dénommées “CGU”). Ces CGU sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.coolparentsmakehappykids.com sont donc invités à les consulter de manière régulière.Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par www.coolparentsmakehappykids.com, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.Le site www.coolparentsmakehappykids.com est régulièrement mis à jour. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

3. Description des services fournis

Le site www.coolparentsmakehappykids.com a pour objet de fournir des contenus gratuits tels que des idées, des affiches à imprimer, un forum, des conférence en ligne, des conférences en présentielle, des vidéos, des articles ; et du contenu payant comme des formations et coachings de développement personnel, régis par les conditions générales de vente décrites sur ce site (ci-après dénommées “CGV”). Ces CGV sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.coolparentsmakehappykids.com sont donc invités à les consulter de manière régulière.COOL PARENTS MAKE HAPPY KIDS s’efforce de fournir sur le site www.coolparentsmakehappykids.com des informations aussi précises que possible. Toutefois, elle ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.Tous les informations indiquées sur le site www.coolparentsmakehappykids.com sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.coolparentsmakehappykids.com ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

4. Limitations contractuelles sur les données techniques

Le site utilise la technologie JavaScript.Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis à jour.

5. Propriété intellectuelle

Tous les éléments accessibles sur le site coolparentsmakehappykids.com, tels que des textes, images, photographies, documents pdf, affiches, illustrations, vidéos, sons, animations, programmes, charte graphique, logo, icônes, bases de données, logiciels, sont protégés par les dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle et appartiennent à leur auteur respectif.L’utilisateur s’interdit de porter atteinte aux droits de propriété intellectuelle afférents à ces éléments et notamment de les reproduire, représenter, modifier, adapter, traduire, d’en extraire et/ou réutiliser une partie qualitativement ou quantitativement substantielle, à l’exclusion des actes nécessaires à leur usage normal et conforme.

6. Limitations de responsabilité

COOL PARENTS MAKE HAPPY KIDS ne pourra être tenue responsable des dommages indirects consécutifs à l’utilisation du site www.coolparentsmakehappykids.com.Des espaces interactifs (zone de commentaire sous les articles) et un forum sont à la disposition des utilisateurs. COOL PARENTS MAKE HAPPY KIDS se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, COOL PARENTS MAKE HAPPY KIDS se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

7. Conditions générales de vente (CGV)

Les présentes conditions générales sont conclues, d’une part, entre la société COOL PARENTS MAKE HAPPY KIDS, société par actions simplifiée (S.A.S.) au capital social de 1000 €, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 825 065 105, dénommée ci-après “CPMHK”) et, d’autre part, par toute personne physique ou morale souhaitant procéder à un achat via le site Internet de « CPMHK », dénommée ci-après « le membre ».

OBJET

Les présentes conditions de vente visent à définir les relations contractuelles entre CPMHK et le membre et les conditions applicables à tout achat effectué par le biais du site marchand de CPMHK, que le membre soit un professionnel ou un particulier. L’acquisition d’un bien ou d’un service à travers le présent site implique une acceptation sans réserve par le membre des présentes conditions de vente.Ces conditions de vente prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par CPMHK. CPMHK se réserve le pouvoir de modifier ses conditions de vente à tout moment. Dans ce cas, les conditions applicables seront celles en vigueur à la date de la commande par le membre.

CARACTÉRISTIQUES DES BIENS ET SERVICES PROPOSÉS

Les produits et services offerts sont ceux qui figurent dans le catalogue publié au sein du site de CPMHK. Chaque produit est accompagné d’un descriptif établi par CPMHK et accessible depuis le site.La plate-forme de formation / les vidéos sont accessibles par le membre pendant 1 (un) an à compter de la date d'achat. Sauf pour les mini-coaching, la plate-forme / les vidéos sont accessibles pendant 2 (deux) mois à compter de la date d'achat. Dans les formules proposant des conférences live avec des psychologues, ces lives sont proposés à des dates fixes et non décalables. Pour les versions Premium et VIP du coaching "Il dort enfin ... (et nous aussi !)", l'accompagnement des membres par le coach doit s'effectuer dans les 30 (trente) jours à compter de la date d'achat, sauf non disponibilités du coach.Le coaching "Il dort enfin (et nous aussi !)" contient des conseils et des informations dont les parents peuvent faire usage, dans le but d'aider leurs enfants à dormir toute la nuit. Veuillez noter que ces conseils et informations n'ont pas de caractère médical et ne remplace pas l'avis d'un médecin, d'un pédiatre ou de tout autre professionnel de santé. Vous devez consulter un médecin avant de modifier les habitudes de sommeil de vos enfants. Il est également recommandé de consulter un médecin pour toutes les questions nécessitant des soins médicaux ou un diagnostic.

TARIFS

Les prix figurant dans le catalogue sont des prix TTC en euros tenant compte de la TVA applicable au jour de la commande ; tout changement du taux pourra être répercuté sur le prix des produits ou des services. CPMHK se réserve le pouvoir de modifier ses prix à tout moment, étant toutefois entendu que le prix figurant au catalogue le jour de la commande sera le seul applicable au membre. Les prix indiqués comprennent l’ensemble des prestations indiquées dans le descriptif détaillé, accessible depuis le site.L'utilisation du bon de réduction de 50€ (euros) est valable une seule et unique fois ; uniquement sur les coachings de CPMHK en version Premium. Le dit bon est valable 1 an à partir de la date d'émission et ne se cumule pas avec d'autres promotions.*BLACKFRIDAY : -30% sur TOUS les coachings, non cumulable avec les offres en cours, jusqu'au 2/12/2019 inclus.

ZONE GÉOGRAPHIQUE

La vente en ligne des produits et services présentés dans le site n’est pas soumise à une limite géographique.

COMMANDES

Le membre qui souhaite acheter un produit ou un service doit obligatoirement:
  • effectuer le paiement dans les conditions prévues ;
  • confirmer sa commande et son règlement. La confirmation de la commande entraîne acceptation des présentes conditions de vente, la reconnaissance d’en avoir parfaite connaissance et la renonciation à se prévaloir de ses propres conditions d’achat ou d’autres conditions. L’ensemble des données fournies et la confirmation enregistrée vaudront preuve de la transaction. La confirmation vaudra signature et acceptation des opérations effectuées. Le vendeur communiquera par courrier électronique confirmation de la commande enregistrée.
 

RÉTRACTATION & GARANTIE

  • Les membres du coaching "SOS colères", personnes physiques non professionnelles, bénéficient d’un délai de rétractation de 30 (trente) jours à compter de l’envoi des informations de connexion. La date effective correspond à la date à laquelle l’acheteur finalise son achat. Durant ce délai, le membre pourra demander le remboursement de toutes les sommes versées à CPMHK sans contrepartie aucune.
  • Les membres du coaching "SOS colères", qui ont acheté l'offre "SOS colères 1 an" bénéficient d’un délai de rétractation de 3 (trois) premières vidéos (ou transcriptions ou audio), et au plus tard 30 (trente) jours à compter de l’envoi des informations de connexion. Durant ce délai, le membre pourra demander le remboursement de toutes les sommes versées à CPMHK sans contrepartie aucune. Si le membre s'est connecté à la page contenant la quatrième vidéo ou les suivantes, alors il ne pourra plus demander le remboursement.
  • Le produit mini-coaching n'est pas éligible au remboursement.
  • Les membres du coaching "Osez vivre pleinement votre vie ", personnes physiques non professionnelles, bénéficient d’un délai de rétractation de 2 (deux) premières vidéos (ou transcriptions ou audio) et au plus tard 30 (trente) jours à compter de l’envoi des informations de connexion. Durant ce délai, le membre pourra demander le remboursement de toutes les sommes versées à CPMHK sans contrepartie aucune. Si le membre s'est connecté à la page contenant la troisième vidéo ou les suivantes, alors il ne pourra plus demander le remboursement.
  • Les membres du coaching "S'aimer pour mieux rayonner", personnes physiques non professionnelles, bénéficient d’un délai de rétractation de 2 (deux) premières vidéos (ou transcriptions ou audio) et au plus tard 30 (trente) jours à compter de l’envoi des informations de connexion. Durant ce délai, le membre pourra demander le remboursement de toutes les sommes versées à CPMHK sans contrepartie aucune. Si le membre s'est connecté à la page contenant la troisième vidéo ou les suivantes, alors il ne pourra plus demander le remboursement.
  • Les membres du coaching "Il dort enfin ... (et nous aussi !)", personnes physiques non professionnelles, bénéficient d’un délai de rétractation des 3 (trois) premières vidéos (ou transcriptions ou audio) et au plus tard 30 (trente) jours à compter de l’envoi des informations de connexion. De plus, pour les formules Premium et VIP, l'accompagnement avec le coach  (le positionnement sur la semaine de démarrage et à l'entretien téléphonique) ne doit pas être réservé. Durant ce délai, les membres pourront demander le remboursement de toutes les sommes versées à CPMHK sans contrepartie aucune. Si le membre s'est connecté à la page contenant la quatrième vidéo ou les suivantes ou s'est positionné sur une date d'accompagnement coaching, alors il ne pourra plus demander le remboursement. Pour les membres Premium et VIP, tout positionnement sur une date de démarrage de coaching (le positionnement sur la semaine de démarrage et à l'entretien téléphonique) est définitif. Un report pourra être effectué seulement à l'appréciation de CPMHK après examen de la situation du membre, suite à un envoi de mail de sa part à [email protected], et ce au plus tard dans un délai de 15 (quinze) jours avant la date choisie. Passé ce délai, un report pourra être effectué en contrepartie d'un paiement supplémentaire au tarif de 30 (trente) euros (cette facturation est demandée en raison de frais d'organisation additionnels  pour CPMHK ainsi que pour le positionnement du coach - le délais étant trop court pour nous permettre de repositionner une famille, c'est une place vacante perdue.)
  • Les membres du coaching "Communiquer et signer avec bébé - 100% complicité !", personnes physiques non professionnelles, bénéficient d’un délai de rétractation de 1 (une) session (2 vidéos, ou transcriptions ou audio) et au plus tard 30 (trente) jours à compter de l’envoi des informations de connexion. Durant ce délai, le membre pourra demander le remboursement de toutes les sommes versées à CPMHK sans contrepartie aucune. Si le membre s'est connecté à la page contenant la troisième vidéo ou les suivantes, alors il ne pourra plus demander le remboursement.
  • Les membres du coaching "Comment se faire "obéir" sans crier", personnes physiques non professionnelles, bénéficient d’un délai de rétractation de 1 (une) session (2 vidéos, ou transcriptions ou audio) et au plus tard 30 (trente) jours à compter de l’envoi des informations de connexion. Durant ce délai, le membre pourra demander le remboursement de toutes les sommes versées à CPMHK sans contrepartie aucune. Si le membre s'est connecté à la page contenant la troisième vidéo ou les suivantes, alors il ne pourra plus demander le remboursement.
  • Les membres du coaching "Il ne m'écoute pas ! 1001 astuces pour aider votre enfant à coopérer", personnes physiques non professionnelles, bénéficient d’un délai de rétractation de 3 (trois) vidéos (ou audio) et au plus tard 30 (trente) jours à compter de l’envoi des informations de connexion. Durant ce délai, le membre pourra demander le remboursement de toutes les sommes versées à CPMHK sans contrepartie aucune. Si le membre s'est connecté à la page contenant la troisième vidéo ou les suivantes, alors il ne pourra plus demander le remboursement.
Pour exercer son droit de rétractation au vendeur, sans pénalités, le membre devra informer CPMHK par mail à l’adresse charlotte[arobase]coolparentsmakehappykids[point.]fr, dans les délais susmentionnés. Si l'acheteur a bénéficié d'un cadeau physique il devra renvoyer dans les 15 jours le ou les cadeaux dans son emballage d'origine pour pouvoir bénéficier du remboursement.Lorsqu’un membre a bénéficié  d’un produit physique, la demande de remboursement est soumise à la restitution par le membre du produit physique dans un délai de 15 (quinze) jours à compter de la date de réception dudit produit.Dès réception de la demande dans les délais prévus, CPMHK s’engage à rembourser l’intégralité des sommes versées par le membre, dans un délai de 14 (quatorze) jours maximum, à l’exception des frais de retour d’un produit physique.

MODALITÉS DE PAIEMENT

Le prix est exigible à la commande.Les paiements seront effectués par carte bancaire ; ils seront réalisés par le biais du système sécurisé PAYPAL ou STRIPE qui utilisent le protocole SSL (Secure Socket Layer) de telle sorte que les informations transmises sont cryptées par un logiciel et qu’aucun tiers ne peut en prendre connaissance au cours du transport sur le réseau.Le compte du membre sera débité immédiatement et le produit sera mis à sa disposition immédiatement selon les modalités décrites sur le site. Dans le cas d’un paiement en trois fois, l’envoi d’un produit physique offert avec la commande dépend du paiement intégral de cette même commande. En cas de paiement par chèque(s) ou virement, la date d’effet débute le jour de l’envoi des informations de connexion au membre.Les factures sont adressés à la demande expresse de chaque membre.

LIVRAISONS

S’agissant d’un produit numérique, le membre reconnaît qu’aucune livraison ne pourra intervenir par voie postale, à l’exception des produits physiques que CPMHK propose. Pour les produits physiques, si les frais de livraison sont offerts, ils le sont pour une livraison en France uniquement. Pour les produits numériques, un email sera adressé à l’acheteur à l’issue de sa transaction pour la livraison du produit numérique. Si ce produit ne lui était pas parvenu, il pourra contacter le support client à l’adresse suivante : charlotte[arobase]coolparentsmakehappykids[point.]fr 

RESPONSABILITÉ

Le vendeur, dans le processus de vente en ligne, n’est tenu que par une obligation de moyens; sa responsabilité ne pourra être engagée pour un dommage résultant de l’utilisation du réseau Internet tel que perte de données, intrusion, virus, rupture du service, ou autres problèmes involontaires.

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Tous les éléments du site de CPMHK sont et restent la propriété intellectuelle et exclusive de CPMHK.Personne n’est autorisé à reproduire, exploiter, rediffuser, ou utiliser à quelque titre que ce soit, même partiellement, des éléments du site qu’ils soient logiciels, écrits, visuels ou sonores. Les livrets fournis dans les coachings, les vidéos et autres documents sont pour un usage strictement personnel, toute diffusion à  une personne tiers sera susceptible de poursuite.Tout lien simple ou par hypertexte est strictement interdit sans un accord écrit exprès de CPMHK.

8. Droit applicable et attribution de juridiction

Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.coolparentsmakehappykids.com est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris. 
mode garde creche nounou

mode garde creche nounou

Mode de garde, crèche ou nounou ? Voilà une question quasi inévitable pour les parents à un moment ou à un autre – sauf, bien sûr, pour ceux qui veulent (et peuvent !) les garder eux-mêmes. Le bilan de notre débat Facebook ? Les avis sont très partagés, à peu près à égalité, et surtout (c’est logique) pas toujours la résultante d’un choix… mais plutôt de ce qu’on trouve ! Le point positif est que, souvent, chacun trouve finalement son bonheur – et vos petits bouts semblent avoir poussé en toute sérénité, quel que soit le mode de garde choisi ou trouvé. Ouf ! J

NDLR : J’ai choisi d’utiliser le terme « nounou » pour simplifier le propos, mais je parle bien entendu des assistantes maternelles et des gardes d’enfant à domicile.

TEAM NOUNOU !

Crèche ou nounou ? Pour certains, la réponse est évidente : nounou ! Que ce soit à domicile, en garde simple ou partagée, ou chez une assistante maternelle, beaucoup d’entre vous optent sans hésiter pour ce mode de garde là. Certains ont directement cherché la perle rare, sûrs de vouloir faire ce choix, d’autres en revanche ont dû s’y résoudre pour cause d’absence de place en crèche… mais ont finalement été ravis de la tournure des choses.

Les avantages de la nounou ? Le côté familial, cocon, douceur et calme (si appréciable pour les bébés), la flexibilité des horaires, moins de microbes, le respect du rythme de chacun, et la relation merveilleuse qui peut se tisser au fil du temps entre elle et l’enfant.

Ses inconvénients ? Le prix, les complications administratives, l’organisation à prévoir, le manque de copains/sociabilisation, le manque de préparation à la vie en communauté (transition pour l’école), le manque de solutions de repli si la nounou est malade ou a un empêchement, et le manque de transparence (beaucoup d’entre vous insistent sur le fait qu’il faut trouver la perle, et que ce n’est pas toujours rassurant de laisser son petit « chez n’importe qui »).

« Je n’ai pas eu de place en crèche pour mon ainé… à mon plus grand désespoir !J’étais très réticente a l’idée de le laisser à une nounou ! Et finalement : les 2 années passées avec l’assistante maternelle ont été formidables et nous n’avons absolument pas regretté!!!! De mon point de vue : si l’on trouve une super assistante maternelle, professionnelle et bienveillante, il n’y a pas a hésiter ! Les petits sont chouchoutés, font des activités, rencontrent des enfants tout en grandissant … Leur rythme est respecté et… elle nous donne plein d’astuces avec son expérience des enfants !!!! » (Aurélie)

« Nounou sans hésiter. On a eu la chance de trouver la perle rare. Une 2e maman pour les enfants et un vrai point de repère pour eux même au-delà de l’entrée à l’école car ils y vont toujours en périscolaire. Accueil familial, horaires flexibles, dépannage quand on a besoin, activités en groupe avec le RAM… Je n’y vois que des avantages. » (Tatiana)

« Nounou car papa et maman infirmiers donc on a des horaires decales et une amplitude horaire de 7h le matin à 2oh3o le soir. Et on a la chance d’avoir une nounou au top ! Week ends, jours fériés, nuits, elle assure ! » (Aurélie)

« Assistante maternelle en or ! Une maison, un grand jardin, des jeux à foison, des activités, un poulailler, chacun sa chambre et pourtant elle garde 4 enfants, fait à manger bio maison chaque jour, respecte le rythme de chacun, apporte beaucoup d’amour et est très rassurante pour les enfants comme pour les parents. Et je reçois des photos chaque jour de mes enfants en train de sourire, faire des activités ou partager des moments avec les autres enfants… C’est simple elle a gardé mes 3 enfants et c’est la seule personne à qui je les confierais les yeux fermés. Une perle et grâce à elle j’ai pu partir chaque jour au travail le coeur léger… cela n a pas de prix. Alors merci!! » (Aude)

TEAM LES DEUX !

Crèche ou nounou ? Les deux mon capitaine ! Que ce soit par choix ou imposé par les évènements (rappelons que les places en crèche sont rares, voire inexistantes dans certaines localités), certains d’entre vous ont connu les deux situations… et plébiscitent les deux ! Souvent, vous préférez commencer par la nounou, plus adaptée à bébé au début, dans un esprit de cocooning et de calme rassurants pour un petit.

Puis, la deuxième ou troisième années, comme une transition bienvenue avant l’école, vous avez apprécié un passage par la crèche, qui apprend à l’enfant la vie en communauté en douceur – une crèche rassemblant des groupes d’enfant de douze par exemple, alors qu’à l’école ce chiffre peut monter à trente. Les petits y apprennent aussi à dormir en dortoir pour la sieste, manger dans une mini cantine, etc. Certains parents font donc volontairement ce choix d’une année de crèche avant l’école, parfois parce que c’est seulement à ce moment-là qu’ils obtiennent une place, aussi !

« Une nounou la 1ere année puis une assistante maternelle (crèche familiale) et maintenant crèche. Je trouve ça parfait ! Ma puce avait besoin d’être chouchoutée ses 2 premières année et elle l’a été, et là elle apprend la vie en communauté. Avant d’entrer à l’école je trouve ça bien…. C’est sur que niveau horaire la nounou c’est mieux, niveau argent la crèche c’est moins cher ! L’assistante maternelle c’est génial j’avais tout : une dame en or, que ma fille adorait, horaire flexible, elle prenait ma fille même malade si j’avais pas le choix et en plus tarif crèche… » ( Emmeline)

« Le 1e chez une nounou, avantages : flexibilité, câlins, et à l’écoute des enfants ; inconvénients : peu d’activités diverses, je soupçonne un peu de télé, et l’administratif quelle galère !! Le 2e est à la crèche, avantages, endroit étudié pour les enfants, et équipe sympa, inconvénients : procédures, il faut une ordonnance pour lui mettre une crème sur les fesses !!! Et pas le droit d’être en retard ! (Y’a du bon et du moins bon dans tous les cas) » (Maud)

« Le mien a commencé par une Nounou pour que la séparation se fasse en douceur et qu’il reste coocooné… À deux ans et demi, direction la crèche. Cela lui fait beaucoup de bien ! Car ça les prépare super bien à l’autonomie et à la collectivité.» (Audrey)

TEAM CRÈCHE !

Certains d’entre vous ont adoré l’expérience crèche. Sans surprise, les avantages et inconvénients de la garde en collectivité se dessinent parfaitement en creux de ceux de la garde par une ass’ mat’ ou une garde individuelle à domicile… Et les avis sont de nouveau très équilibrés parmi les parents : autant de fans de la crèche que de fans de la nounou. Comme pour ces dernières, certains d’entre vous soulignent que toutes les crèches ne se ressemblent pas – certaines ont été de véritables cocons de joie et de découvertes (la plupart), mais certaines se sont révélées hélas décevantes. Bien entendu, tout le monde n’obtient pas une place et un sésame dans les fameuses structures de garde en collectivité (qu’elles sont municipales, gérées par la mairie, privées, ou bien d’entreprise, via le travail d’un des parents).

Les avantages de la crèche ? Le prix, l’ouverture quasi toute l’année, la simplicité d’organisation, la sociabilisation et les copains, la tranquillité d’esprit (pas d’inquiétude sur une possible maltraitance).

Ses inconvénients ? Le côté « usine » si trop d’enfants, le manque d’individualité, les horaires fixes (et courts), les maladies qui y traînent régulièrement.

« En crèche et c’était par choix. Super micro-crèche alternative steiner/freinet/montessori. Nous ne regrettons pas notre choix au contraire notre fille y était très heureuse ! » (Sam)

« Ils sont allés dans une grosse crèche tous les 2. Plein de puéricultrices géniales, plein de loulous avec qui jouer. Enceinte du premier j’avais vu trop de téléfilms sur les nounous violentes :p j’avais trop peur qu’il soit seul avec la nounou sans personne pour checker ! » (Lalou)

« La crèche leur permet de mieux s’éveiller et d’apprendre bcp de choses. C’est mon avis. » (Samira)

« Et bien faut la trouver la bonne nounou comme vous dites ! Celle qui a une vrai vocation et celle qui ne confond pas qui est l’employeur et l’employé… La crèche sans hésiter, au moins il y a un vrai cadre avec une équipe de professionnels ! » (Tartine)

TEAM NI L’UN NI L’AUTRE

Enfin, le dernier groupe (moins nombreux) à avoir répondu est l’ensemble de parents ayant pu – et voulu – garder leurs enfants eux-mêmes. Avec ou sans journée en MAM ou crèche pour socialisation (et laisser maman ou papa souffler un peu !), avec ou sans difficultés financières (souvent le gros nerf de la guerre), ce choix très personnel est souvent celui de parents n’imaginant pas lâcher leur bébé trop tôt… et n’ayant pas besoin de travailler pour se sentir épanoui. Ou bien, étant prêts à se serrer la ceinture pour avoir le luxe de garder leur petit à la maison jusqu’à l’école. Autre option : les grands-parents à la rescousse ! Ou un turn-over de la famille pour assurer la garde de l’enfant.

« Moi aucun des 2 ! Pas de place dans ma propre crèche et j’ai pas confiance pour une nounou. Donc congé parental ….et dèche de thunes, oui ça va ensemble lol !» (Angélique)
« Gardée par moi-même! Et depuis un mois elle va 3 jours par semaine dans une MAM pour faire un petit tremplin avant l’école en septembre, et elle adore ! » (Nathalie)
« Ni l’un ni l’autre. On a choisi de les garder nous même. Un coup maman, puis papa, puis mamie, puis maman, de nouveau papa etc.  »
« Pour ma part, j’ai la chance de garder moi même mes enfants et pour qu’ils voient d’autres enfants, je vais dans des accueils parents-enfants. » (Carole)
Et vous, quelle a été ou quelle est votre expérience des modes de garde ? Si c’était à refaire, vous feriez quoi ? Racontez-nous en commentaire !

Sinon pour aller plus loin, et gérer les premières années avec bébé avec plus de sérénité , je vous propose de recevoir (gratuitement) le « PACK spécial bébé » : avec tous nos conseils pour gérer les premières séparations, colères, interdits, etc. ! Quelques pleurs et stress en moins, cela fait du bien 🙂

 

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !
confiance en soi enfant

confiance en soi enfantQuand notre enfant n’arrête pas de vouloir qu’on le regarde, ou cherche l’approbation, imite son frère dans l’espoir de recevoir les mêmes compliments, joue l’enfant modèle pour nous faire plaisir, et va même jusqu’à mentir pour obtenir des félicitations, ces comportements trahissent un manque de confiance en soi de notre enfant, pourtant utiles à son développement et à son épanouissement en tant qu’adulte. Alors, comment armer notre enfant de suffisamment d’estime de lui-même pour qu’il avance sereinement dans la vie ? Quel rôle avons-nous à jouer ?

Quand notre enfant nous demande pour la 10ème fois d’admirer ses prouesses (de la simple galipette à la plus haute tour de Kapla), on aurait bien envie de lui répondre : “Oui, c’est bon, je sais que tu sais faire”. Mais pourtant, ce qu’il recherche, c’est l’admiration de ses parents. Il cherche dans notre regard la fierté qu’il n’arrive pas à ressentir pour lui-même.

Comment donner la confiance en soi à notre enfant ?

La réponse est simple : pour renforcer l’image qu’il a de lui-même, c’est à nous de lui faire prendre conscience de ses points forts, de sa valeur, de tout ce qui fait qu’il est unique et aimé par son entourage. Mais concrètement, comment fait-on ?

Première étape : prendre du recul pour analyser les véritables qualités de notre enfant. Evidemment, il est beau, il est mignon, c’est l’enfant le plus génial au monde… puisque c’est le nôtre ! Mais vraiment, précisément, qu’est ce qui fait de lui un être aussi fantastique à nos yeux ? Il est essentiel que nous fassions ce travail, car c’est à nous de lui refléter une image positive et constructive de lui-même. Car notre enfant n’est pas assez mature pour faire lui-même cette démarche,  qu’il pourra en revanche faire une fois adulte. Lui dire qu’il est “super” ne suffit pas, et au fond, ça ne veut pas dire grand chose…

Alors au travail ! Cela nécessite un peu de temps et de réflexion, mais le jeu en vaut la chandelle. L’important dans cette démarche : être précis (voir l’article). Voici un peu d’aide pour alimenter votre réflexion :

  • Qu’est-ce que mon enfant sait bien faire ? A-t-il l’esprit logique ? Fait-il preuve de beaucoup d’imagination pour inventer des histoires ? Ou sait-il bien escalader ?
  • Quelles facettes de sa personnalité sont des forces ? Si ses défauts vous viennent plus rapidement à l’esprit (ne culpabilisez pas, c’est naturel !), cela peut aussi vous aider, car ne dit-on pas que l’on a les défauts de ses qualités ? Il est dynamique ? Drôle ? Posé ? Calme ? Affectueux ?
  • Qu’est-ce que j’aime partager avec lui ? Échanger sur le sens de la vie ? Faire du sport ? Admirer les animaux ? Construire des maquettes ?
  • Qu’est-ce que tous les points cités plus haut m’apportent à moi, ou apportent à notre entourage ? Sa joie de vivre déteint sur les autres ? Son enthousiasme motive tout le monde ? Cela nous soulage qu’il nous rende service ? Ses copains adorent rire de ses blagues ?
  • Enfin, listons des événements précis qui se sont passés aujourd’hui ou cette semaine où il nous a touché, nous a fait sourire, où on l’a admiré, ou particulièrement aimé.

Toutes ces choses listées doivent venir de lui naturellement. Il ne faut pas que cela soit des choses qu’il fait pour nous faire plaisir, mais que cela reflète sa vraie personnalité, au naturel. Tous les enfants ont des qualités, pour autant qu’on leur ait laissé la liberté suffisante pour les exprimer et les développer.

Une fois ce petit travail effectué (et vous verrez, vous serez surpris de toute cette richesse que porte votre enfant !),  passons à la deuxième étape : partager tout cela avec lui, lui dire toutes ces choses positives que nous avons observées chez lui.

  • Le soir par exemple, au moment de se coucher, nous pouvons lui rappeler les moments que nous avons aimé partager avec lui, les moments où l’on l’a admiré.
  • Quand le conjoint arrive, la grand-mère ou des amis, n’hésitons pas à leur relater un événement, un parole de notre enfant qui nous a touché, bluffé, et faisons en sorte que notre enfant l’entende.
  • Dès qu’un proche dit du bien de lui, n’oublions pas de lui relayer.

Quand il s’agit de choses qu’il a réussies (ex : s’habiller tout seul, obtenir un super résultat sportif), pensons aussi à mettre en avant le chemin parcouru, plus que le résultat en lui-même. La petite phrase “Mais comment tu as fait ??” est aussi un bon moyen de donner confiance en soi à notre enfant. Et gardons toujours en tête que l’essentiel n’est pas ce qu’il FAIT de bien, mais ce qu’il EST, et comment ses qualités rejaillissent sur son entourage.

Pour donner confiance en lui à notre enfant, apportons de l’importance à ses paroles, à ses avis. Écoutons-le et sollicitons-le.

Nos enfants ont parfois des idées brillantes, ou pensent à des choses que nous n’avions pas imaginées ou simplement oubliées. Dans ces cas-là, disons-leur “C’est une bonne idée, j’avais complètement oublié” , “Mais tu as raison, je n’y avait pas pensé !”

On peut aussi leur demander des conseils sur un tas de choses. Hier, je n’ai pas hésité à demander ses idées à Joy pour faire une photo illustrant un article du blog. Ou quand on fait une liste de courses, on peut le faire participer : “J’ai oublié plein de choses à mon avis, tu peux m’aider ?”.

Ou encore quand on est dans une situation délicate, pourquoi ne pas la partager avec notre enfant ? “Je suis embêtée, car je dois de l’argent à l’épicier, et je n’ai pas de monnaie sur moi. Comment je peux faire ?”

Plus que des simples compliments, ces remarques montrent véritablement à notre enfant qu’il est important, et participent à consolider sa confiance en soi. En plus de ces remarques, on peut essayer d’autres pistes pour renforcer sa self-esteem. Je les ai compilées dans un dossier spécial : le PACK « CONFIANCE EN TOI » – Tout pour que nos petits croient fort en eux. S’il vous intéresse, n’hésitez pas à me le dire en inscrivant simplement votre email ci-dessous, et je vous l’enverrai gratuitement.

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Comment réagir quand mon enfant me demande de le regarder sans cesse, se vante ou “fait l’intéressant” ?

Bien sûr tout cela ne se fera pas en un jour, et notre enfant continuera pendant une période à adopter les comportements que nous avons cités en introduction. Plutôt que de le rabaisser, en disant que l’on se fiche un peu de ce qu’il dit, ou lui demander d’arrêter de mentir ou de se vanter (ce qui risque encore plus de détériorer son estime de lui-même), nous pouvons adopter ces différentes réactions :

  • Si cela fait vraiment la 3ème fois qu’il nous demande de le regarder, pourquoi pas ne pas jouer la carte de l’humour ou l’exagération burlesque : “MAIS ATTENDS, TU SAIS GRIMPER CE MUR ?? MAIS CA C’EST UN TRUC DE OUF MALADE INCROYABLE!”, histoire de le faire rire de la situation, sans bien sûr qu’il ait l’impression que l’on se moque de lui.
  • Lui donner l’opportunité de franchir une étape de plus pour qu’il soit fier de lui “pour de vrai” : “Oui c’est vrai que ce mur, tu sais bien l’escalader depuis un bout de temps maintenant. Mais est-ce que tu réussirais à escalader la poutre qui est là-bas?”
  • Simplement approuver et pourquoi pas lui montrer que l’on aime par un geste d’affection “Oui, toi aussi tu sais escalader le mur” , et quelques minutes plus tard mettre en avant un de ses atouts à lui.

Essayons d’éviter les paroles humiliantes

La confiance en soi de notre enfant se construit chaque jour. Et c’est à force de petites phrases insignifiantes, banales ou a priori anodines que l’on peut saper jour après jour lestime de soi de notre enfant. « Tu es bête ou quoi ?” ; “ Comment peux-tu être aussi ..” ; “« TU as ENCORE fait…” ; “En ce moment il est relou, tu peux pas savoir…” « Réfléchis tu as une tête ». Essayons de les remplacer par des expressions positives et encourageantes…

colère enfant

crise de colèreAvez-vous vécu ces moments avec nos enfants, où tout va bien lorsque,  tout à coup,  tout part en cacahuète ? On se retrouve à gérer une colère-enfant démesurée, pour un détail sans intérêt…   Voici quelques clés pour “gérer”.

Tout va bien, la vie est belle, on joue avec les monstres quand, tout à coup, ça part en live. L’un d’entre eux se met dans une colère noire pour une broutille. En tant que parent, on est désemparé, découragé face à la colère de notre enfant… Allez, disons-le : saoulé !!!

C’était mon cas, mercredi dernier, j’étais contente de retrouver les enfants. Joy se mit à jouer à la maîtresse, avec un ton particulièrement autoritaire et cassant. Bon, déjà, je ne suis pas fan de ce genre d’attitude…

Et là, je louche sur ses mains pleines d’encre, je pense au mur tout blanc qu’on venait de finir de repeindre la veille après 5 jours de travaux, et je n’avais plus qu’une idée fixe : qu’elle se lave les mains, et tout de suite !

  • “Joy tu peux te laver les mains, s’il te plait, on vient de repeindre les murs.
  • Attends, on joue d’abord.
  • Joy, tu te laves les mains et ensuite on jouera”

Je deviens de plus en plus autoritaire, elle finit par aller vers le lavabo. J’insiste une fois de trop, et elle finit par me lancer : “Bah puisque tu me parles pas gentiment,  je me laverai pas les mains !”.

Agacée, je lui attrape les mains et les lui lave de force : “NOOON MAIS JE VOULAIS PAS QUE TU ME LES LAVEEEEEE LES MAINS !!!”. Elle était hors d’elle, tapant des pieds, criant, jusqu’à se donner mal à la tête. Rage de son côté, ras-le-bol du mien.

Sa colère ayant pris le dessus, il n’était plus possible d’échanger, ni de s’approcher d’elle pour l’apaiser, je la laissais donc en plan, pour me concentrer sur mes activités. Quelques minutes plus tard, l’entendant toujours hurler et pleurer, je revins lui proposer un câlin, une histoire, bref, un retour au calme pour faire la paix. Mais rien n’y faisait, elle me repoussa ainsi jusqu’au retour de Daddy Cool, vingt minutes plus tard.

Au bord de l’explosion, j’en profite pour lui demander de gérer, heureuse de pouvoir passer le relais.

Attendri, il lui dit : “Bah alors mon cœur, j’aime pas tellement te voir dans cet état”. 5 minutes plus tard (et après s‘être lavée la deuxième main avec Papa), je les entends rire et jouer.

cool coaching

Moi parent, comment dois-je réagir face à cette colère enfant soudaine ?

Quand notre enfant se met dans cet état, on est tenté de surenchérir et de le sommer de se calmer immédiatement et de ne pas recommencer, voire de l’envoyer au coin. Mais est-ce en s’énervant encore plus fort qu’on va apprendre à notre enfant gérer sa colère ?

Ce sur quoi il faut porter notre attention dans ces moments-là, c’est notre état d’humeur à nous. Car généralement, les colères ne sont pas provoquées qu’à cause de notre enfant. Nous avons, souvent, notre part de responsabilité : parce que nous sommes un brin énervé ou fatigué, donc plus facilement irritable, moins patient, plus autoritaire, moins joueur, et participons ainsi à l’ambiance électrique de la maison  ! Et comme les émotions sont communicatives, notre énervement déteint sur notre enfant. Notre impatience est aussi, souvent, un facteur déclencheur : imaginez que vous mettiez trop de temps à vous laver les mains, et que quelqu’un arrive et vous les lave contre votre volonté : oui, il y a de quoi se sentir agressé ! Mais rassurez-vous cela ne fait pas de nous un parent colérique ni de notre enfant, un enfant colérique, car personne n’est colérique de nature. La colère c’est une émotion.

En y réfléchissant, si ce soir-là, en rentrant j’avais été zen et de bonne humeur comme Daddycool, la situation n’aurait probablement pas dégénéré. J’aurais été plus détendue, moins dans l’urgence, j’aurais eu l’air moins catastrophée en voyant ses mains, je l’aurais accompagnée au lavabo et tout se serait mieux passé.

Au lieu de cela, elle a senti ma rigidité, elle s’est sentie agressée, surtout quand je me suis mise à lui laver les mains de force. Et comme elle-même n’avait sans doute pas passé une bonne journée non plus (quand elle joue à la maîtresse autoritaire, c’est généralement qu’elle a besoin d’extérioriser des émotions négatives vécues dans la journée), et était focalisée sur son “besoin” de jouer avec moi pour décompresser, nos deux objectifs contradictoires et notre irritabilité ont suffi à ce que la situation dégénère.

Quel doit être le rôle du parent dans ces situations ?

Même si, dans ces cas-là, on se dit que l’attitude de notre enfant est inadmissible,  que l’on ne “peut pas laisser passer cela”, je pense qu’il est préférable de ne pas chercher à “faire de l’éducatif”. Chargée en émotions, tendue, la situation est un pur conflit : il ne mènera nulle part et, vu notre niveau d’énervement, personne n’en tirera rien de bon. Dans l’immédiat tout du moins.

A ce stade, notre rôle de parent est simple : faire redescendre la pression, qu’on a participé à faire grimper (non, notre enfant ne s’est pas mis en colère “pour nous énerver”, il s’en serait bien passé aussi !), et faire revenir tout le monde (enfant et adulte) au calme.


Première chose : arriver à se calmer soi-même, face à la colère de notre enfant. Car c’est à nous de montrer l’exemple, pour ainsi être en état de calmer la situation, d’apaiser notre enfant.

Une fois que Joy était calme, je suis allé la voir pour lui faire un gros câlin : “Tu sais, même quand on se dispute, je t’aime très très fort”. Ce n’était pas encore le moment d’en discuter, ou de lui faire la morale, j’ai donc juste laissé le temps faire décanter notre colère à toutes les deux.

Le lendemain, posément, j’ai décidé de lui en reparler et commencé par m’excuser pour ma part de responsabilité. Une bonne occasion de montrer l’exemple et de lui proposer comment se comporter après un conflit (souvenez-vous, nos enfants apprennent avant tout par mimétisme) : “Tu sais, pour hier, je voulais m’excuser de m’être disputée avec toi. J’étais un peu tendue, surtout que l’on venait de sortir de 5 jours de travaux et je n’ai pas eu la même patience que d’habitude. J’avais juste envie que tu fasses ce que je te demandais. A ton avis, comment on pourrait faire, les prochaines fois, pour que ça ne finisse pas aussi mal ?  “

Elle me répondit simplement : “Non maman ce n’est pas ta faute, c’était parce que j’étais fatiguée que j’ai fait une colère, je voulais juste dormir”. A son intonation, je compris qu’elle ne voulait pas s’étendre sur le sujet, un peu honteuse de cet épisode. Je décidais donc que le sujet était clos.

Colère enfant – Conclusion

En cas de crise, la première chose à faire n’est pas de “corriger” notre enfant, mais de l’inviter au retour au calme. Pour cela, une seule solution : savoir se calmer soi-même. Surtout, ne vous dites jamais que votre enfant fait exprès de mal se comporter, pour vous faire tourner en bourrique : les enfants n’aiment pas les conflits. Se disputer avec leurs parents leur fait beaucoup de peine. Après coup, à nous de les rassurer sur le fait qu’on les aime et qu’on les aimera toujours, malgré les disputes.

Acceptons aussi notre part de responsabilité, et sachons laisser notre égo de côté. Au contraire, redonnons confiance à cet enfant qui peut avoir l’impression d’être “le méchant”. Assurons-lui que dans les conflits, les torts sont généralement partagés. Acceptons de nous excuser, pour lui montrer l’exemple. C’est en nous voyant faire le premier pas qu’il apprendra à le faire à son tour.

Si cet article vous parle, et que vous aussi, vous avez besoin de clefs et de conseils pour gérer ce genre de situations, je vous propose de vous partager les pistes que j’ai glanées au fur et à mesure de mes expériences et recherches sur le sujet. Je les ai compilées dans mon PACK ANTI-COLÈRES : Le dossier ultime pour gérer « caprices » et autres crises ! Bourré de conseils et idées bienvenues, il aide à mieux vivre ces moments difficiles. Pour le recevoir (gratuitement, bien sûr), rien de plus simple : renseignez votre email ci-dessous et je vous l’envoie directement dans votre boite.

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !

PS : Bravo à la comédienne 🙂

Derniers articles

Derniers articles

 

 

Commentaires

Commentaires