Derniers articles

Derniers articles

 

NOS COACHINGS pour un quotidien plus cool


SOS Colères

10 Avis

Dépasser son énervement,
son agacement

20 Avis

La discipline positive
et la pédagogie Montessori

35 Avis
20 Avis
35 Avis
10 Avis
10 Avis

LE PACK DU PARENT BIENVEILLANT

LE PACK DU PARENT BIENVEILLANT

Commentaires

Commentaires

3 réponses
  1. K-ro
    K-ro says:

    Si le but de cet article est de faire la comparaison avec la méthode 1,2,3 de Thomas Phelen, à mon sens il aurait mieux fallu finir entièrement son livre afin de nous donner un avis neutre sur le sujet. Je n’ai pas lu ce livre, et je suis abonnées à ce blog que j’aime beaucoup car il m’aide à trouver des pistes d’améliorations dans l’éducation de mon fils (qui est mon 1er enfant – donc j’apprends tout autant que lui..), mais surtout essayer de décrypter ses messages parfois « désagréables » en effet. Je suis d’accord avec Dantour dans le fait qu’il n’existe aucune méthode miracle qui fonctionne absolument et à tout les coups, mais plutôt des conseils, points de vues, qui peuvent nous aider à nous adapter à notre cher petit pour qu’il s’épanouisse dans les meilleures conditions possible.
    Tout cela pour dire, que je suis un peu déçu par cet article, car l’éducation positive c’est top, en soi, mais tout le monde n’est pas à même de l’appliquer à 100% en fonction de son propre caractère et surtout de celui de son enfant, et j’aurai souhaité avoir une vision plus impartiale des choses, surtout lorsque l’on prend à partie un auteur spécifiquement, qui à le droit d’avoir sa propre vision des choses…
    Pour ma part j’applique les « 3 méthodes » – expliquer – trouver une alternative – et si vraiment cela ne suffit pas (qu’il recommence 3 ou 4 fois à taper sur le fameux copain par exemple – pour moi c’était tirer les cheveux) j’applique le 1,2,3 au coin, mais en restant positive (car nous ne sommes pas obligé de crier en faisant 1,2,3) : je lui explique pourquoi il est finalement puni, cela dure env 2min, puis je lui demande de venir à moi, je lui ré-explique qu’il ne faut pas tirer les cheveux (et oui..) car ça fait mal, et que c’est bien mieux de faire des câlins, et enfin on fini par un bisou et un gros câlin. Cela a duré plusieurs mois et à force, aujourd’hui dès qu’il rencontre un autre enfant, même au parc, il va systématiquement lui faire une petite caresse sur la tête et un bisous. Donc c’est ce qui a fonctionné pour mon enfant, et je ne prétend pas que cela fonctionnera pour d’autres.
    Mais au lieu de se tirer dans les pattes entre telle méthode est mieux que celle-ci, la vrai question est ; de quoi mon enfant à t-il réellement besoin.

    Répondre
  2. myhappygeneration
    myhappygeneration says:

    Merci encore pour cet article que je lis seulement. Je trouve que c’est un des sujets les plus délicats dans l’éducation de nos enfants. Il faut trouver le juste milieu, et au sein de nos propres émotions, de nos réflexes acquis au travers de notre propre éducation et des événements quotidiens, c’est souvent difficile. C’est un travail de chaque jour. Mais grâce à nos lectures, comme celle de vos articles, on y travaille!

    Répondre
  3. Dantour
    Dantour says:

    Le problème c’est qu’il me semble que nombre de parents sont à la recherche de recettes toutes faites, « express » style fastfood qui ne demandent ni une véritable réflexion sur les besoins des enfants et leurs capacités émotionnelles, affectives ou cognitives et que bien évidemment cela ne « fonctionne pas » car les enfants sont des être bêtement humains et que les êtres humains – même petits – sont infiniment plus complexes (du moins encore…) que des intelligences artificielles programmables… Alors – comme tous les enfants sont différents (c’est l’extrême richesse du vivant qui ouvre le champ des possibles pour la survie des espèces…Mais c’est une autre histoire… quoique…) aucune « recette » ne marche sur tous. Est-ce à dire qu’il faudrait conformer les enfants à des systèmes éducatifs (et pourquoi ?) plutôt que d’adapter nos approches éducatives aux personnes uniques que sont tous les enfants ? Dans le premier cas n’est-on pas dans la domestication alors que dans le second il s’agit de permettre aux enfants de développer au mieux leurs potentialités et de trouver leur propre équilibre au sein de la société. Société dont nous ne pouvons prédire ce qu’elle sera (quand j’avais 20 ans j’aurais bien été incapable d’imaginer la société dans laquelle je vis actuellement et encore moins les valeurs qui sont les siennes – en particulier individualisme et compétition et les changement de mentalité s’accélèrent de générations en générations). Il me semble donc que si on a pris la plus importante responsabilité de notre vie qui est de faire venir un (ou des) êtres humains sur cette terre nous lui (leur) devons – tant qu’il(s) est (sont) sous notre responsabilité la sécurité physique, émotionnelle et affective qui lui (leur) sont nécessaires pour devenir un (des) adulte(s) équilibré(s) et responsable(s). Ce sont donc deux regards différents sur les enfants : dans le premier l’enfant est un produit à formater grâce à des « prêts à éduquer » valables pour tous en toutes circonstances et il suffirait de trouver la « bonne » recette pour que cela fonctionne pour tous, dans l’autre les enfants sont des personnes uniques en évolution constante, qui ont une personnalité propre, semblable à aucune autre et là cela demande d’entrer véritablement en relation avec cette personne pour découvrir qui elle est ce qui est bien plus enthousiasmant que de chercher à le formater de façon pavlovienne (dont on a la preuve qu’elle ne fonctionne même pas sur les animaux !) à un modèle de société qui n’existera sans doute plus. Les parents sont la base de sécurité des enfants, les personnes auprès desquelles ils viennent se ressourcer quand tout va mal, qu’ils se sentent mal, insécurisés, ceux dans les yeux desquels ils espèrent voir une image positive d’eux-mêmes, de l’affection, de l’indulgence, de la bienveillance ; un refuge où panser leurs blessures et souvent, comme ils n’ont pas les mots pour dire leurs maux ils l’expriment en envoyant des messages « désagréables » à décrypter. Dans ce cas le 1-2-3 squeeze le message…

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.