jeu enfant - jouer avec son enfant

“Il faut jouer avec son enfant” nous dit-on… Mais vous, honnêtement, vous aimez vraiment ça ? Personnellement, me mettre à quatre pattes pour jouer aux petites voitures avec Léon, je le fais de temps en temps, mais franchement, ce n’est pas ma tasse de thé… ?

Du coup, je sens que cela ne me convient pas à 100%. Car en ne prenant pas vraiment de plaisir dans ces moments, je peux avoir l’impression de “faire un effort”. Et si Léon me pousse un peu à bout, je risque de me dire “Oh la la ! J’ai joué avec toi, tu pourrais être sympa maintenant !”. Mais le jeu ne doit pas être une monnaie d’échange…

C’est la base de ce blog, j’en rappelle le titre : Cool Parents Make Happy Kids → Pour que mon enfant soit heureux, il faut que je sois bien moi-même. Plus j’ai le sentiment de me “sacrifier” pour lui, plus la relation avec mon enfant va en pâtir. Donc jouer parce que je m’y sens obligée… bof bof !

Est-il vraiment si important de jouer avec son enfant ?

Pour l’enfant, jouer c’est apprendre !

Pour notre enfant, une chose est certaine : jouer est VITAL. ll est câblé pour apprendre en jouant (voir aussi comment éduquer nos enfants selon les neurosciences). Et il n’a pas besoin de nous pour exercer sa mission. Lui-même se trouve généralement de superbes activités, comme sortir tous les mouchoirs un à un de la boîte, taper sur la table, transvaser des cailloux, arracher les fleurs, etc. Et si parfois ses jeux s’apparentent à des « bêtises » à nos yeux d’adulte, ils sont pourtant bien sa manière à lui d’apprendre en expérimentant.

Et nous, dans tout cela, pourquoi devrions-nous participer à ses jeux ?

Combler son besoin d’attention et d’amour

En fait, nous aurons beau répéter toute la journée à un enfant qu’on l’aime, la meilleure façon de le prouver, c’est de jouer avec lui !

On aura beau lui offrir les plus belles vacances possibles, ou tous les jouets de la terre, ce que notre enfant retiendra, c’est le château de sable construit avec maman, et la bataille de polochon faite avec papa…

Créer du lien avec notre enfant par le jeu

Jouer et rire ensemble, c’est ça qui crée véritablement du lien. On peut avoir l’impression d’avoir passé toute la journée à s’occuper d’eux, leur préparer les repas, les habiller, leur mettre de la crème, leur faire prendre leur bain, les emmener à droite à gauche… eux n’auront pas forcément cette impression ! Ils pourront finir leur journée frustrés, “en manque de papa et de maman”, et nous paradoxalement sur les rotules à s’être beaucoup trop occupés d’eux.

Jouer et rire ensemble est le meilleur moyen de combler leur besoin d’attention, leur besoin d’amour, la meilleure façon de nouer avec eux une relation de complicité et de leur faire plaisir que l’on aime jouer ou non, nous les parents ! Pas de chance si vous n’êtes pas un parent joueur…

Comment faire quand on est un parent qui ne kiffe pas les poupées et les petites voitures ?

Au début, j’avoue que jouer avec mes kids, ce c’était pas mon plus grand kiff ! Si, sur le papier, je n’aime pas trop « jouer à… », je prends en revanche beaucoup de plaisir à rire avec mes enfants. Et je me suis rendue compte que si je peux vite me lasser d’une partie de Jacques-a-dit ou de petites voitures. En revanche, j’adore les faire rire : exagérer, être parfois théâtrale, jouer à la victime, prendre plein de voix différentes… Nous sommes nombreux à faire ce genre de choses, et finalement, c’est aussi ça, s’amuser !

Prendre conscience des bienfaits de ces moments de rire avec les enfants m’a vite donné envie de persévérer dans le domaine.

Jouer, un bon moyen de les faire coopérer !

Et oui, voila la plus grande découverte : pour faire participer ou motiver les enfants, pourquoi devrait-on râler, ordonner ou s’époumoner ? (Voir aussi l’article se faire obéir sans crier).

D’ailleurs, si la pédagogie positive vous intéresse, que vous avez envie de mettre de la joie dans votre quotidien, ou que vous cherchez des astuces ou des idées pour les faire coopérer (en criant moins 😉), découvrez notre pack spécial coopération « oui papa, oui maman », des clés faciles à mettre en place pour un quotidien détendu. Pour le recevoir gratuitement, laissez-moi votre email et je vous l’envoie illico. Plus de coopération en criant moins, ça se tente, non ? 👉

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

La douche en lavomatic

Pendant les vacances, nous étions rentrés tard, et il fallait que je leur fasse prendre une douche rapide. Nous avions le jour-même lavé la voiture au lavage automatique et cela me donna une idée, je lançais en mode haut parleur, avec mes mains en porte-voix :

“- Opération lavage de voiture ! Voiture n°1 est appelée au lavage automatique ultra-sonique. C’est qui la voiture n°1 ?

– Moi !!!

– Es-tu prêt pour un lavage automatique au rouleau ? N’oubliez pas d’attendre le voyant vert pour rentrer dans la douche ! Robot déshabilleur, vous me recevez ?

– Oui 5/5” (toujours moi avec une autre voix)

– Etes-vous prêt pour un déshabillage express de la voiture n°1?

– Oui ouiiiiiiii !

– Lumière verte – Vous pouvez entrer dans la douche ! Rouleau nettoyeur en marche Zuit Zuit…

Les enfants étaient aux anges. Et j’ai bien rigolé aussi ! Et en bonus, j’ai réussi à leur faire prendre une douche en 5 minutes, et sans heurts. Deux jours après, comme nous sortions, une baby-sitter est venue les garder. Elle devait aussi leur faire prendre une douche. La première chose qu’ils lui ont dite : “On pourra faire le lavage automatique de la voiture ??”

Bref, un super moyen de les enthousiasmer sur une activité qui parfois est une corvée…

Un vrai moment de partage et de complicité qui nourrit la relation

L’autre bienfait du jeu, c’est que ça permet de vivre un vrai moment de convivialité, notamment les soirs où j’ai l’impression de ne pas avoir assez profité d’eux, de ne pas avoir eu de vrai moment d’échange. Dans ce cas, je sais que jouer va nous apporter notre dose de partage. Mais un jeu dans lequel tout le monde y trouve son compte ! Où tout le monde rigole, où l’on surjoue, où l’on se trompe, où l’on essaye de gagner, où l’on tombe dans leurs pièges, où l’on essaye de les attraper mais qu’on trébuche… Bref, quand on fait le clown ! On pense à la bataille de polochons bien sûr (quand elle ne se termine pas en drame…), ou chat perché en rigolant vraiment. Par exemple, Léon me court après, je fais semblant de trébucher et de tomber, il m’attrape, je pleure pour de faux et tout le monde finit par rire aux éclats.

Inverser les rôles, un vrai ressort comique

On joue tous au lion féroce ou au monstre avec nos enfants. Et quand c’est lui le monstre : “Non ne me mange pas !! Ah ! Trop tard, je suis mort ! Arrghhh !”. Crise de rire assurée. Mais on ressuscite en mode encore plus féroce et là !

Ou bien au docteur : “Ouille ouille ouille ! J’ai mal ! Aaaahhhh !”. Tout est bon pour les faire rigoler !

Toutes ces situations comiques où c’est l’enfant qui a le dessus et nous qui jouons la peur ou les pleurs, trébuchons pour de faux, nous faisons prendre au piège sont de super moments de partage et de rire en famille. Et entendre rire son enfant, franchement, n’est-ce pas l’une des meilleures choses au monde ?!

Avec des sessions de jeu comme celles-ci, non seulement on remplit à ras-bord leur réservoir d’amour, mais en plus on les aide à relâcher les tensions accumulées pendant la journée. Ces situations où ils ont le dessus leur permettent aussi de booster leur confiance en eux et peuvent libérer bien des frustrations.

L’énergie vient en jouant !

C’est vrai qu’on n’est pas toujours disposé à jouer. Mais quand on a un peu d’énergie, ça vaut le coup de s’y mettre, au moins un petit peu. On n’y pense pas toujours au début et puis quand on a goûté à ces 5-10 minutes de folie quotidienne, on se rend compte que ça fait du bien à tout le monde, à eux comme à nous !

Allez-y, essayez ! Laissez-vous aller, surjouez et faites rigoler votre enfant. Ça peut véritablement changer le cours d’une journée qui se serait mal passée, ou encore faire passer une corvée pour une partie de rigolade.

Attention, addiction garantie… pour vous aussi ! Car quel bonheur de voir que l’on a le pouvoir de faire rire son enfant à gorge déployée !

A vous de laisser plus de place au rire dans votre quotidien, prenez soin de vous ! 

Commentaires

Commentaires

20 réponses
  1. Nathalie
    Nathalie dit :

    Maman d’une petite fille unique de 6ans, je suis amenée a jouer beaucoup avec elle vu qu’elle n’a pas de frères et soeurs. Comme si bien décrit, cela peut vite s’apparenter a une corvée. Mais il y a des jeux qui nous conviennent mieux et faire les fous en fait parti, quand on a l’énergie et le temps pour. Le probleme que je rencontre, c est pour faire redescendre l’excitation. Une enfant a tendance a ne pas avoir de limite et ne comprend pas qu’un moment il faut que le jeu s’arrête car on doit aller manger, se coucher etc… bref le reste de la routine du soir.

    Répondre
    • Aourell CPMHK
      Aourell CPMHK dit :

      Coucou Nathalie, les transitions sont souvent difficiles c’est vrai pour les enfants. Un des trucs qui marchent chez nous c’est de l’amener à se projeter dans l’activité d’après de manière fun pour elle, par exemple pour lancer le petit déj je lui propose de lancer le café (elle adore en ce moment mettre les capsules dans la machine et appuyer sur le bouton » ou pour lancer le repas lui proposer d’éplucher les carottes. Pour aller se coucher « quel livre va-t-on lire ce soir? « , en gros rester dans le ludique et redescendre doucement le niveau d’excitation. Je ne sais pas si ça vous aidera, sinon vous pouvez lancer cette discussion dans notre forum, les autres cool parents seront sûrement de bons conseils ?

      Répondre
  2. Catseyes81
    Catseyes81 dit :

    Merci charlotte pour cet article
    Moi même initialement pas maman joueuse, j ai découvert Cecile (par tonbiais) qui m’a convaincu… et je change car mes meilleurs souvenirs d enfance avec mes parents c est quand ils ont joués avec nous 😉

    Répondre
  3. Chang ParentaliteZen
    Chang ParentaliteZen dit :

    C’est super important de jouer avec nos enfants mais encore plus d’y prendre du plaisir ! Profitez en avant de nous surprendre à dire « déjà 18 ans, c’est passé si vite » ?

    J’adore le fait de transformer les tâches en jeu ! Même chez les adultes on voit que ça fonctionne de plus en plus la « gamification ». Il y a par exemple des application de tâches sous forme de jeu et où on fait évoluer un personnage.

    Répondre
  4. Julgadav
    Julgadav dit :

    Je passe beaucoup de temps à rire chahuter avec mon petit Jules, je suis maman loup qui veut attraper son doudou après la sieste et qui est éblouie dès qu’il allume la lumière, je suis maman robot qui l’aide à s’habiller et se déshabiller le soir, je suis la main des guiliguili impossible à contrôler.
    Bref quand mon ptit gars de bientôt 5ans me dis en secret maman je t’aime ou maman on fait les fous hein alors mon cœur explose de bonheur.
    Lui raconter des histoires lui en faire imaginer avec explosion de la bouée du personnage et tournoiement dans les airs il prend des fous rire énormes en créant ses propres histoires et je le dis quand il s’endort qu’il se fait des souvenirs de folie avec sa maman folledingue!!
    Jouer rigoler « fou-rirer » un max v’c sue du bonheur.
    Et merci pour vos conseils.
    ??????????

    Répondre
  5. Joelle
    Joelle dit :

    Bonsoir,
    Merci bcp pr cet article, je suis tt a fait d’accord avec vs, et je joue souvent avec mes enfants pr faire passer une corvée quotidienne 😉
    Mais parfois c’est très dure de les faire arreter de jouer quand c’est le moment de quitter la maison pour aller à l’ecole ou aller au lit! Apres avoir tant jouer avec maman ils n’ont qu’une envie de continuer et souvent tout celà se termine par une crise de pleur parceque maman veut qu’ils arretent de gigoter partout et prendre un temps calme!!!
    C’est très dure parfois!

    Répondre
    • Cool Parents Make Happy Kids
      Cool Parents Make Happy Kids dit :

      C’est vrai, vous avez raison, c’est souvent compliqué. Il faut essayer des les amener doucement à l’étape suivante peut-être à travers un jeu plus calme ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.