c’est pas juste

C’est l’heure de déjeuner : pommes de terre sautées maison ! L’aîné n’est pas content « Ce n’est pas juste, Simon en a eu plus ! » On en rajoute alors un peu… C’est au tour de Thomas de s’exclamer : « Maintenant Simon en a plus, ce n’est pas juste » ! Lassés de ces discussions, on tente de clore le débat par le populaire dicton « On ne regarde pas dans l’assiette du voisin, ça suffit !» .

  • Tu prends tout le temps le bébé dans les bras pour le lui donner le biberon, et moi jamais ! C’est pas juste ! » « Oui mais lui c’est un bébé, et toi tu es grand.. »

Des scènes comme celles-ci, on peut en vivre des dizaines par jour. Ça nous épuise, ça nous pousse à bout. Et on craque  : « Et puis vous savez-vous quoi ? LA VIE EST INJUSTE ! Donc arrêtez de me faire [email protected]#$!… ! » (oui, parfois part en cacahuète !!) Si la vie est certes injuste :

 

Laisser notre enfant avec son sentiment d’injustice, n’est pas vraiment la bonne solution…

 

Je vais essayer de faire une analogie avec le boulot pour expliquer pourquoi.

Imaginons que je suis commerciale. Mon manager ne me refile que les compte à faible potentiel et transmets tous les bons prospects à mon collègue. Je ressens cette injustice évidemment. Si je décide de l’exprimer, mon manager ne recevra pas forcément très bien la chose et pourra tenter de se justifier « Non, je suis désolé, tes prospects ont autant de chance d’être signés que les siens. Simplement ton collègue est plus expérimenté dans les grands comptes, et toi les petits. Il faut juste que tu te bouges davantage plutôt que de râler ». Cela ne m‘aide pas vraiment à accepter la situation. Je ressens de la colère, de l’humiliation. Bref, je suis dans un état d’esprit négatif, je râle et je m’enferme dans cette vision négative de la situation : mon manager fait TOUT pour me défavoriser !

Nos enfants réagissent exactement de la même manière : s’il nous dit « ce n’est pas juste » mais qu’on balaye cela d’un revers de la main, il a l’impression de compter pour du beurre, d’être défavorisé, voire moins aimé que l’autre.

Vous me direz qu’il y a une différence d’échelle entre ne pas avoir la place du milieu en voiture et ne récupérer que des mauvais comptes dans son job de commercial. Mais finalement pas tant que ça. Car ce qui blesse, ce n’est pas tant d’être à droite dans la voiture ou d’avoir tel ou tel compte, mais c’est bien le déséquilibre, l’injustice, le fait d’être défavorisé par rapport aux autres qui pose problème. D’ailleurs, c’est bien l’expression « C’est pas juste ! » qui sort en premier !

 

Que faire, quand il trouve que « c’est pas juste » ?

Nous verrons dans un prochain article, qu’en amont il y a des précautions à prendre pour que notre enfant ne se sente pas lésé (Par ici pour ne louper aucun article !).

Si toutefois, nous entendons cette expression sortir de la bouche de notre enfant, acceptons son sentiment, et évitons de lui rabattre le caquet pour clore le débat.

Il croit à notre mauvaise intention.

Dans mon exemple au travail, si quand j’exprime mon sentiment d’injustice à mon manager, celui-ci fait preuve d’écoute, je me sens soulagée. S’il me dit : « Je comprends ce que tu veux dire, c’est vrai que je fais la répartition en fonction de l’expérience de chacun. Je n’avais pas conscience que tu te sentais lésée, on peut réfléchir ensemble à quelque chose », je suis dans de meilleures dispositions pour dialoguer et trouver une solution.

De même pour l’histoire de la voiture, si Paul entend son papa lui dire « C’est vrai que je t’avais promis la place du milieu, je ne savais pas que le père de Jacques allait y mettre son fils, je suis vraiment désolé, le problème c’est que maintenant on ne va pas redéménager tout le monde. Je suis embêté, qu’est-ce que l’on pourrait trouver comme solution ? ». Même si on ne peut pas faire autrement, au minimum notre enfant a besoin de comprendre que l’on ne lui voulait pas de mal, qu’on le comprend et que l’on est désolée pour cette injustice qu’il subit.

 

Je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivée ce week-end. Nous allions voir un petit cousin à qui nous n’avions toujours pas offert son cadeau de Noël : un « micro-ondes » pour sa mini-cuisine. En me voyant fait le paquet, Joy se mit dans tous ses états : « C’est pas juste que mon cousin, il ait un micro-ondes et pas moi ! C’est le même que chez Juliette, moi je voulais un micro-onde pour Noël, c’est pas juste que je n’en aie pas eu ! ».

Dans le contexte, nous étions assez surpris de sa réaction, car les ‘cadeaux’ ont rarement été un soucis pour elle. Elle nous en réclame très rarement dans les magasins, et quand on lui demande ce qu’elle veut à Noël, elle nous demande deux malheureux cadeaux. « Et tu veux rien d’autre ? » « Non c’est déjà bien ».

Je lui ai donc répondu : Je suis désolée, je ne savais pas que tu voulais un micro-onde, si on avait su on t’en aurait offert un. Ecoute si c’est vraiment le cadeau que tu voulais avoir, je t’en offrirais un à une prochaine occasion, d’accord ? ». Le moment venu de lui faire un cadeau (anniversaire ou Noël), il serait toujours temps de lui demander si le micro-ondes faisant toujours partie de sa liste. (il y a aussi la technique du “rêve” dont je parlais dans cet article)

Nous sommes allés chez son cousin, lui avons offert le cadeau. Ils y ont joué toute l’après-midi, et on en a plus jamais entendu parlé. Pourquoi ? Parce que ce n’est pas tant d’un micro-ondes dont elle avait besoin, mais de ne pas se sentir lésée. Le simple fait que je lui dise que je voulais bien lui en offrir un à elle aussi a suffi à ce qu’elle ne sente plus lésée ni frustrée. Alors que si je lui avais dit « Toi tu as déjà eu tes cadeaux de Noël », elle aurait eu l’impression que son cousin était le « chouchou » et qu’on portait moins d’attention à elle.

Finalement, nos enfants ont parfois juste besoin de se sentir ‘considérés ».

CET ARTICLE VOUS A PLU ?
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER ET RECEVEZ CHAQUE SEMAINE UN ARTICLE POUR MIEUX COMPRENDRE LES BIENFAITS D’UNE ÉDUCATION PLUS POSITIVE.

recevez nos conseils concrets et déculpabilisants

pour une éducation avec de la joie dedans !

En nous confiant votre mail vous ferez partie de la communauté des Cool Parents et vous allez recevoir nos articles, vidéos, drôles d’affiches, cool coachings et conférences en ligne.
En savoir plus