Derniers articles

Derniers articles

 

NOS COACHINGS pour un quotidien plus cool


SOS Colères

10 Avis

Dépasser son énervement,
son agacement

20 Avis

La discipline positive
et la pédagogie Montessori

35 Avis
20 Avis
35 Avis
10 Avis
10 Avis

LE PACK DU PARENT BIENVEILLANT

LE PACK DU PARENT BIENVEILLANT

Commentaires

Commentaires

16 réponses
  1. Claire
    Claire says:

    Je pense que gronder et punir sont un service à rendre à nos enfants. Ils doivent apprendre qu’il y a des règles, des limites à observer, et que s’ils les enfreignent il y a des conséquences. Cela les prépare pour la vie en société. Cela les aide à devenir plus tolérants et flexibles. Cela va aussi dans le sens d’une justice. Votre fille ne doit pas se sentir toute puissante par rapport à son frère. Elle ne doit pas lui faire mal, point barre. Gronder ne veut pas dire que l’enfant est méchant ou qu’on l’aime moins comme je le répète à ma fille, simplement qu’une attitude doit être corrigée. Les enfants peuvent être très intelligents et manipulateurs et pleurer pour vous faire culpabiliser et pour recentrer l’attention sur eux quand ils se font gronder ou punir. Il faut persévérer tout en restant dans l’amour et la paix (car si on s’énerve profondément ils peuvent en être blessés pour le coup), et ne pas punir longtemps si l’enfant est jeune mais systématiquement si la règle est enfreinte. Bon évidemment ça c’est mon éducation et ça marche très bien avec ma fille. Après tout dépend également du tempérament des enfants…

    Répondre
  2. orion-c
    orion-c says:

    Bonjour,
    Je trouve cet article intéressant, je vis régulièrement la situation avec mon fils de 3 ans et ma fille de 6 mois. Personnellement j’ai également testé les deux méthodes: punition puis dialogue. Il est vrai que la deuxième engage moins de cris et d’énervement toutefois dans les deux cas je me pose la question de l’efficacité puisqu’au final il recommence sans cesse… Auriez vous des idées ou faut il attendre que « jeunesse » se passe?? Personnellement ma fille de 6 mois a aujourd’hui un bleu sur le front, son frère l’ayant « involontairement » tapé avec un jouet « sans faire exprès » que dois expliquer à la pédiatre… Je jure que je surveille mes enfants mais j’ai réagi trop tard!!
    merci

    Répondre
  3. Perrine
    Perrine says:

    Bonjour Charlotte,

    Cela fait un moment que je vous suis maintenant et je trouve que vous avez de bonnes idées. J’admire le chemin que vous réussissez à faire avec vos enfants. Par contre je trouve que dans votre écriture vous êtes (probablement sans vous en rendre compte) très jugeante envers les parents qui sont peut-être au début de leur chemin et non pas encore acquis la clés de l’éducation positive ou n’y arrivent pas encore. Peut-être pourriez vous essayer d’être également bienveillante envers les adultes auxquels vous vous adressez en vous tenant dans votre premier exemple strictement aux faits que VOUS avez vécu sur la situation et ne pas sur-ajouter de « nous aurions pu ajouter… Et ça aurait été la cerise sur le gâteau ! »
    S’il vous plaît, laissez les gens apprécier vos réussites sans leur insinuer que s’ils n’y arrivent pas encore ils sont d’horribles parents. Comme le dit si bien votre amie Noémie, il suffit de montrer l’exemple (comme vous le faites si bien avec vos enfants)

    Répondre
    • Charlotte
      Charlotte says:

      Bonsoir Perrine,
      Merci de votre message qui m’a fait beaucoup réfléchir car j’essaye de faire attention à ces choses-là. Mais j’ai beau relire la phrase quand je dis « nous aurions pu ajouter » je m’inclus bien dedans, c’est sous entendu oui nous aurions pu déraper. Cependant c’est vrai que le contexte de l’article pourrait rendre l’interprétation différente et faire croire que c’est un jugement alors que ce n’est pas le cas (surtout si on est un parent qui a la fausse croyance d’être un mauvais parent , parce que l’on ne fait pas tout bien… ) Si vous avez remarqué d’autres articles où certaines phrases pourraient embêter, n’hésitez pas à m’envoyer un message, cela m’intéresse et me permettra d’ajuster. Je vous souhaite une belle soirée

      Répondre
  4. Meli
    Meli says:

    Bonjour
    Vous écrivez penser et « persuader » votre fille qu elle n a pas fait exprès de faire mal à son frère. Mon point de vue est différent.
    Je pense au contraire que c était précisément l intention de votre fille. Non pas parce qu elle serait « méchante » mais probablement parce qu elle s est sentie « agressée » par l attitude de Léon qui est venu perturber un moment agréable pr elle.
    L agressivité apparaît quand on se sent soi même agressé (même si ce n était pas l intention de l autre) c est une réaction de défense et il me semble important de la reconnaître comme telle, et de ne pas l annuler par nos paroles. Il semble intéressant d encourager l enfant à dire ce qui l à fait réagir ainsi et réfléchir à l intention de l autre et à comment faire autrement pour se faire comprendre (ex : qu est ce que tu aurais pu dire où faire au lieu de le pousser ?) il serait probablement utile d expliquer à Léon pourquoi sa sœur réagit ainsi parce qu’il n a sans doute pas compris ce qui lui arrivait, lui qui voulait simplement participer..
    Je trouve super d encourager votre fille à chercher les moyens d apaiser son frère et donc arranger la situation.
    Par contre pourquoi demandez vous pardon à Léon. Pour montrer l exemple ? Mais ce n est pas vous qui l avez poussé…

    Répondre
    • Andrée
      Andrée says:

      Réflexion intéressante, je suis d’accord avec vous (meli) aussi, j’aime bien la façon dont Joy a réagit et comment les parents ont géré la situation mais c’est vrai que Léon peu commencer également à comprendre qu’il a perturbé sa soeur et ça permettrait à Joy également de comprendre son propre comportement, non pas pour le justifier mais pour l’accepter. Elle a eu une réaction “normale” mais maladroite comme n’importe quel enfant et du coup c’est là où maman s’ excuse pour elle, très valable aussi, pour montrer à sa fille un exemple de comportement, en tout cas merci à Charlotte pour ses conseils et à Meli pour vos apports constructifs également 🙂

      Répondre
  5. phuphus
    phuphus says:

    Bonjour,

    et si le laps de temps entre la première situation et la seconde lui avait permis de comprendre ? Que se serait-il passé si les méthodes avaient été inversées ? Et si c’est la situation qui était l’élément prépondérant ? Dans le premier cas le geste peut être vu comme malencontreux, dans le deuxième cas il est volontaire (elle va vers Léon pour le pousser alors que l’activité de base est toute autre). Dans la première situation le contexte est un contexte de jeu que l’on arrête brutalement (et quelle que soit la manière, tout jeu que l’on arrête sans sommation est une frustration pour un enfant), avec un geste qui pour elle fait partie du jeu ; dans la deuxième situation son geste est issu de sa colère et est extérieur au jeu : sa perception de sa propre implication dans les conséquences n’est pas la même.

    Répondre
  6. ju
    ju says:

    Vous le faites paraître si facile avec votre présentation, mais je trouve
    ce sujet est en fait quelque chose que je pense que je ne comprendrais jamais.
    Cela semble trop complexe et extrêmement large pour moi. Je suis impatient
    pour votre prochain post, je vais essayer de comprendre!

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.