la-punition-cpmhkEt si la punition ne fonctionnait pas tant que cela …

Depuis bien longtemps maintenant, les pays nordiques et américains n’utilisent plus la punition avec leurs enfants. Un instituteur qui mettrait au coin un enfant, qui le priverait de récréation ou qui lui ferait recopier 20 fois ‘je ne fais pas de bêtises’, serait considéré comme un homme préhistorique tortionnaire. Mais pour nous, bons français, ne plus donner de punition reviendrait à être laxiste.

On l’utilise généralement pour dissuader l’enfant de refaire une bêtise ou pour lui faire payer sa faute. Ce que j’appelle punition ici, est une sanction décidée de façon unilatéralepar un parent et qui n’a pas de lien direct avec la faute commise.

En France pourquoi continuons-nous de penser que la punition peut être efficace en terme d’éducation, alors que nous savons qu’elle est contreproductive partout ailleurs ? Parlons de la punition au sein du couple, en entreprise ou même en société…

 

Ce que donne la punition dans le couple :

Imaginez que votre conjoint est systématiquement en retard quand c’est son tour d’aller chercher les enfants. Après l’avoir prévenu, vous lui dites « Puisque tu es encore arrivé en retard, c’est toi qui fait tout ce soir (vaisselle/dîner/machine), comme ça tu n’arriveras plus en retard ».

Est-ce que, grâce à cela, il ne sera plus en retard ? C’est peu probable. Si, aujourd’hui, il arrive en retard, c’est probablement qu’il y a une raison : il peut subir une grosse pression de la part de son boss, ou préférer travailler plutôt que de gérer les enfants qui sont souvent difficiles après une journée d’école. Des raisons valables ou pas, mais si on ne les cherche pas, on risque de régler le problème de façon artificielle, mais ni en profondeur, ni de manière durable.

Qu’obtiendrons-nous en revanche ? Du conflit ! Notre conjoint n’apprécierait pas qu’on le soumette par la force, ni qu’on le rabaisse.

Alors que si nous échangeons pour trouver une solution ensemble, on a beaucoup plus de chance de régler le problème de façon durable.

Alors ne serait-il pas également plus efficace de trouver des solutions avec notre enfant, plutôt que de le punir ?

 

Est-ce que le système de punition est efficace en entreprise ?

Vous aurez beau promettre un gros bonus au commercial pour qu’il atteigne ses objectifs (et donc en quelque sorte une punition s’il ne les atteint pas), cela ne le rendra pas meilleur. Il sera certes artificiellement plus motivé, mais pas meilleur.

Chaque année, j’ai la chance de participer au congrès HR durant lequel interviennent des DRH, des psychologues, des coachs, etc. Tous sont unanimes : Ce n’est pas en mettant un système de récompenses ou un management directif que l’on augmente la productivité des collaborateurs. C’est en ayant des collaborateurs épanouis dans leur travail, qui se sentent responsabilisés et en confiance qu’on obtient de meilleurs résultats. La formation permet également de rendre un collaborateur plus productif.

Pour nos enfants c’est la même chose ! Plus notre enfant est épanoui, meilleur il devient (voir l‘article coach). Plus on le responsabilise, plus on a confiance en lui, plus il s’élève. Par exemple : « Tu as tapé ton frère car tu étais très en colère qu’il joue avec le memory. Cela ne te ressemble pas. Regarde comme il est triste, comment vas-tu faire ? » fonctionne d’avantage que le traditionnel « Va au coin ! »

 

Est-ce que la punition est efficace en société ?

Oui, regardez comme le système de contravention est efficace !

C’est vrai, qu’à la simple idée de recevoir une contravention, nous réfléchissons à deux fois avant de nous garer sur une place livraison. C’est aussi vrai que si on supprimait les contraventions, les gens feraient n’importe quoi. Mais je ne peux pas dire que le système ‘fonctionne’, étant donné que tous les français qui ont déjà reçu une amende, récidivent et ce plus d’une fois…

Le système serait en revanche 10 fois plus efficace s’il était focalisé sur les solutions plutôt que sur la répression. Imaginez qu’au lieu de réprimander, nous aurions une appli (ou un panneau) qui nous permettait de savoir que le camion arrivera sur sa place entre 11h et 12h ? Sans qu’il y ait de système de répression, il est fort probable que nous jouions le jeu et libérions la place pour l’heure dite.

Pourquoi lorsque j’étais au Canada, seuls les français ne poinçonnaient pas leur ticket dans le métro en profitant du fait qu’il n’y avait pas de portillon et que les contrôles étaient rares ? Pourquoi seulement les français ? A cause de ces punitions artificielles, nous n’avons pas appris à nous autocontrôler, à développer notre conscience personnelle.

L’éducation consiste exactement à faire cela : faire naître chez nos enfants des valeurs, en leurs faisant prendre conscience des impacts de leurs actes et non de contrôler leur comportement par des moyens artificiels

Voir aussi l’article : Éduquer sans punir : oui c’est possible ! Voilà comment.

 

Et la prison, c’est bien une punition, non  ?

Oui ! Mais est-ce que c’est efficace ? Certes, il faut bien dissuader les gens de faire du mal et faire payer aux criminels ce qu’ils ont fait. Mais est-ce qu’en leur faisant payer, on évite qu’ils récidivent ? Les bénéfices de la prison n’ont-ils justement pas été remis en cause depuis quelques années suite aux études menées ? Prenons par exemple l’étude statistique menée par Annie Kensey, Abdelmalik Benaouda en 2011.

 

Le taux de récidives dans les 5 ans suivant la sortie de prison est de 76% pour coups et blessures volontaires sans circonstances aggravantes, 74% pour les vols simples, 72% pour les violences ou outrage à fonctionnaire ou magistrat, 65% pour les défauts de pièces administratives pour conduite de véhicules. Des chiffres qui en disent long !

Sans compter que selon les analyses statistiques, pour un même délit, l’emprisonnement ferme produit des taux de récidive plus élevés que les peines sans prison (sortie sous contrainte avec suivi)…

 

Avec de tels taux de récidives sur ces délits “mineurs” (notez les guillemets !), comment peut-on dire que le système carcéral fonctionne ?

C’est pour cette raison que Christiane Taubira, ministre de la justice, a soumis un projet de loi visant à favoriser les alternatives à la prison pour lutter contre la récidive. Si on forme les « petits voleurs » à un métier qui les intéresse et qui leur fait gagner de l’argent, on a beaucoup plus de chance de favoriser leur réinsertion. Je ne veux pas ouvrir ici de débat politique sur cette réforme, simplement expliquer le fondement de cette proposition, qui me semble pertinent.

Conclusion

Comme pour tout, comprendre, trouver des solutions sera toujours plus efficace que les punitions. Mais en plus d’être inefficace, la punition a des conséquences néfastes ; rendez-vous au prochain article pour le comprendre !

 

En attendant, vous trouverez dans le blog différents articles qui proposent d’autres solutions. Voir « BING! Mon enfant me tape, que faire ? » « Nos enfants doivent-ils prêter ? » « Quand nos enfants nous font perdre patience »« Oui, il est possible de moins lutter contre nos enfants tout en les éduquant ! »

INSCRIVEZ-VOUS A LA NEWS LETTER ET RECEVEZ CHAQUE SEMAINE UN ARTICLE POUR MIEUX COMPRENDRE LES BIENFAITS D’UNE EDUCATION PLUS POSITIVE.

 

Vous avez aimé cet article?

Alors, vous allez adorer notre newsletter avec nos conseils concrets et déculpabilisants!
Inscrivez-vous et recevez le pack du Parent Bienveillant