phase-d-opposition-CPMHK-2-300x195

Je m’appelle Minimôme, je suis en pleine phase d’opposition et mon quotidien avec les parents, c’est une belle bataille !

Mes parents adorent me dire ce qu’il faut faire. Chaque matin, Maman veut que je me dépêche pour partir à l’école, et chaque matin je n’ai pas envie de me dépêcher. Alors tout le monde s’énerve. Plus ils insistent, plus je traîne des pieds.

 Le plus incroyable, c’est qu’ils adorent me mettre un manteau quand il fait chaud ! « Allez, mets ton manteau on y va ! » « Non je n’ai pas envie ». « Tu mets ton manteau. Dehors il fait froid ». Peut-être, mais dans cet appartement, on crève de chaud. Maman commence à vouloir me le mettre de force, je me débats, elle n‘y parvient pas… « Ça suffit maintenant ! Viens dehors … Tu vois qu’il fait froid ! » C’est vrai qu’il fait froid, mais bon, je ne vais quand même pas lui donner raison. « Non je n’ai pas froid !» Elle me gronde de nouveau. Cela me rend triste, j’éclate en sanglots, et elle finit par me l’enfiler.

Heureusement à l’école tout se passe bien. Normal : personne n’est là pour m’embêter. Même à la cantine, je mange à ma faim : personne contre qui lutter !

Après l’école, on va au parc. L’hiver, il y a plein de belles flaques d’eau. « Non ! Tu ne sautes pas dans les flaques d’eau !» m’ordonne-t-elle. Et  tout l’après-midi, maman veille à ce que je ne saute pas dans les flaques.

« Tu vas être toute mouillée, salir ton pantalon et attraper froid. »

Mais moi je m’en fiche complètement d’être mouillée, c’est tellement drôle de sauter dans les flaques ! Et puis on a une machine à laver qui lave très bien mon pantalon, alors à quoi bon faire attention! Un jour où j’ai quand même sauté dans la flaque, j’ai eu hyper froid et maman m’a dit « Tu vois je te l’avais dit ! ». Pas question de perdre la face : « Non pas du tout, j’ai même pas froid ! »

Elle ne manque d’ailleurs pas de me le rappeler  « Attention, tu te souviens de la fois dernière, comme tu as eu froid ? » Cela m’énerve de devoir me soumettre à ses ordres, j’ai bien envie de recommencer…

Et si dans cette phase d’opposition, à la place de lutter, on les responsabilisait ?

Quand je suis rentré à l’école, la première semaine, Maman m’a pressé tous les jours pour qu’on n’arrive pas en retard. Mais moi, je n’aime pas me presser.

Le lundi suivant, maman m’a montré un sablier qui me permet de voir combien de temps il reste pour me préparer. Quand il est fini, il faut être parti. Au début je n’avais pas compris que c’était grave d’arriver en retard. Maman m’avait pourtant bien expliqué : « Tu sais, il ne faut pas être en retard. Moi, ça m’est égal mais c’est pour toi : la maîtresse ne va pas être contente que tu arrives en retard en dérangeant toute la classe. Il faut que tu sois présent pour faire l’appel. C’est pour cela qu’il faut bien regarder le sablier».

Malgré ses encouragements (« Mesdames et messieurs, plus que 2 minutes avant l’explosion du sablier, ne manquez pas le chrono ! Dis-moi si tu veux que je t’aide »… Elle est marrante Maman !), un jour, j’ai beaucoup trop traîné …  J’étais encore en pyjama alors que le sablier s’était écoulé. Maman m’a dit : « Tu sais, tu es très en retard. J’espère que tu ne vas pas trop te faire gronder par la maîtresse. Il faudra bien t’excuser, mais elle ne va pas être contente. »

Alors les fois suivantes, je n’ai pas traîné ! Sauf mercredi dernier, j’étais de mauvaise humeur, je n’ai pas voulu m’habiller. Maman m’a dit, gentiment et sereinement : « Comme tu veux. Tu iras en pyjama à l’école ». Elle a pris un petit sac, elle a mis mes affaires et on est parti. Moi, toujours en pyjama, serrant les dents. J’ai tenu le coup jusque devant l’école où j’ai fondu en larmes.

Maman m’a fait un gros câlin : « Allez, on va t’habiller vite, et la prochaine fois qu’est-ce que tu feras ? » « Je m’habillerai ». Avec maman, on fait équipe !

L’hiver est arrivé. Au moment de partir, Maman m’a dit : « Hop ! Tiens, ton manteau. On y va ». « Non je ne veux pas mettre mon manteau »

« C’est vrai qu’il ne fait pas très froid dans l’appartement. Je te le prends. Comme ça, si tu as froid, tu me le demandes. Mais c’est exceptionnel, la prochaine fois c’est toi qui le prends ».

C’est vrai que je saute tellement quand je marche, que je n’ai pas froid du tout moi ! Et quand je commence à frissonner, je demande tout simplement mon manteau à maman.

L’autre jour on était au parc, il faisait très froid, maman m’a dit « Tu ne devrais pas sauter dans les flaques car on a oublié de mettre les bottes, tu risques d’avoir froid aux pieds ».

C’est quand même trop drôle de sauter dans les flaques ! SPLASH ! 5 minutes plus tard, j’avais tellement froid aux pieds que cela me faisait mal !

Maman a été gentille : « Allez tiens le coup, et la prochaine fois, on fera comment si tu veux sauter dans les flaques ? »

« Je prendrai mes bottes »

« Voilà c’est une bonne idée, il ne faudra pas oublier ! »

cool coaching

Phase d’opposition : si au lieu de lutter contre lui, on faisait équipe avec lui ?

En tant que parents, nous avons déjà tellement de règles à lui faire intégrer… Quand il est possible de lui faire comprendre les choses par l’expérience, et lui faire assumer les conséquences de ses actes, pourquoi se battre ? Pour tout ce qui le concerne directement, est-ce qu’il ne vaut pas mieux responsabiliser son enfant plutôt que de lui donner des ordres par milliers ? Alors bien sûr pour certains parents arriver en retard à l’école se retourne contre eux aussi, donc il faudra trouver d’autres situations dans lesquelles seul l’enfant est impacté 🙂

Si, au lieu de lutter contre lui, on faisait équipe avec lui ? Le quotidien ne serait-il pas plus simple, et notre enfant plus mature ?

En donnant un ordre, on croit aller à l’essentiel, on veut aller plus vite, être efficace. Mais un enfant qui ne comprend pas le bien-fondé de cette injonction aura tendance à se braquer, ou tout simplement à ne pas écouter… Et on patinera. C’est en lui donnant une responsabilité, en lui faisant comprendre l’enjeu de la situation que l’on arrive à un résultat. Et quelques luttes en moins, ça fait du bien !

Ce genre de situations vous parle ? Vous êtes parfois démuni face aux réactions de votre enfant dans ces moments là ? Si vous souhaitez aller plus loin que cet article, et que je vous envoie les clés à connaître pour ne pas avoir à répéter mille fois les choses et crier, tout en maximisant vos chances pour que votre enfant fasse ce que vous lui demandez (et comprenne, si possible 😉 ), n’hésitez pas à renseigner votre email ci-dessous : je vous enverrai alors gratuitement le PACK « OUI PAPA OUI MAMAN » : Toutes les clefs pour les faire coopérer (sans crier) ! Une mine d’infos et d’idées sur le sujet, qui peut vous aider au quotidien.

recevez nos conseils concrets et déculpabilisants

pour une éducation avec de la joie dedans !

En nous confiant votre mail vous ferez partie de la communauté des Cool Parents et vous allez recevoir nos articles, vidéos, drôles d’affiches, cool coachings et conférences en ligne.
En savoir plus