enfant intérieur

L’Enfant Intérieur : et si lui tendre la main faisait de nous un meilleur parent ?

 

On entend souvent qu’on doit “prendre soin de son Enfant Intérieur”. C’est devenu un outil de développement personnel très précieux pour guérir nos blessures passées. Il s’agit de renouer avec ce petit être fragile, parfois ignoré, brimé, qui vit à l’intérieur de nous.  

Car en tant que Parent, on aimerait tellement “bien réagir” et accompagner notre enfant dans toutes les souffrances, tous les obstacles, toutes les difficultés pour qu’il puisse devenir un adulte équilibré, responsable, heureux… 

On peut avoir une très haute exigence de ce que l’on souhaiterait offrir à notre enfant. Et parfois avec les meilleures intentions du monde, il peut arriver qu’on essaie de prendre soin de nos enfants en fonction de l’Enfant que nous avons été ou des blessures que nous avons eues et que l’on voudrait leur éviter. Alors qu’ils ne sont pas nous. Et que le meilleur moyen de leur éviter ces blessures, c’est de soigner d’abord les nôtres. 

Et la deuxième raison pour laquelle il est bon de prendre soin de notre enfant intérieur, c’est que trop souvent à trop vouloir être bienveillant et accueillir l’émotion de l’enfant, on nie parfois la nôtre… 

Mais qu’est-ce que cet “Enfant Intérieur” et comment en prendre soin ? Pour répondre à cette question, CPMHK a interviewé Eloïse Petitjean, thérapeute de l’Enfant Intérieur. 

Psst : pour un peu plus de clarté, on utilisera Enfant quand on parle de l’Enfant Intérieur et enfant quand on parle de notre progéniture 😉

Sommaire :

L’Enfant Intérieur, qu’est-ce que c’est ?

Pourquoi chercher à guérir son Enfant Intérieur ?

Comment prendre soin de son Enfant Intérieur ?

L’Enfant Intérieur, qu’est-ce que c’est ?

La théorie de l’Enfant Intérieur prend sa source dans les travaux d’Eric Berne, père de l’Analyse Transactionnelle. Il définit les trois états qui cohabitent au sein d’une personnalité : l’Enfant (parfois aussi appelé Enfant Divin par Carl Jung, ou Moi véritable), l’Adulte et le Parent. Suite à ses travaux, deux courants ont évolué. L’Analyse Transactionnelle regarde les états de la personne par rapport à l’interaction avec l’autre (par exemple, en entreprise) et l’Enfant Intérieur, qui s’intéresse plutôt à la manière dont on passe d’un état à un autre à l’intérieur de nous.

  • L’Enfant Intérieur est la partie de nous qui RÉAGIT aux émotions. C’est la partie la plus instinctive. Un événement fait surgir une émotion, qui engendre une réaction. C’est aussi la partie joyeuse, vivante, pleine de ressources, de créativité et de spontanéité. 
  • L’Adulte, lui, est dans l’ACTION et pas en réaction. Il analyse et utilise les liens logiques de cause à effet. 
  • Enfin, le Parent Intérieur est fondamental. C’est à lui que revient de PRENDRE SOIN de son Enfant AVEC DOUCEUR ET BIENVEILLANCE. Il nous connaît ainsi que nos valeurs. Il a donc la charge de poser le cadre pour nous préserver. Il cajole, il console. Mais parfois, on peut se méprendre sur la voix du Parent. Si elle n’est plus dans la bienveillance mais dans l’exigence ou le jugement, c’est que ce n’est plus le Parent qui réagit, mais des croyances ou des injonctions liées à notre passé.

Dans un monde idéal, si nous étions parfaitement équilibrés, nous devrions passer d’un état à l’autre de manière fluide. Il y a un vécu, qui amène une émotion (Enfant). Le Parent accueille l’émotion et pose un cadre en douceur. Ainsi, l’Adulte peut intervenir, et envisager des actes justes et alignés.

Prenons un exemple. 

On rentre le soir d’une longue journée de travail, loin de notre chérubin. Au moment de le récupérer chez la Nounou, le voilà qui se met à crier et refuse de rentrer à la maison.
Notre réaction est d’abord émotionnelle, en fonction de notre histoire, notre personnalité et de nos croyances. On est en colère contre cet enfant ingrat qui pleure quand on le dépose le matin puis quand on vient le chercher. Ou on est triste parce qu’on a, au fond de nous, cette peur de ne pas être aimé, de ne pas être à la hauteur…
Notre Parent Intérieur se réveille alors pour accueillir notre propre émotion avec douceur et bienveillance. “Ok, c’est normal que je me sente en colère / triste / déçu / coupable, etc. Je sais d’où ça vient et ce que ça réveille en moi”.
Notre émotion s’apaise alors, et l’Adulte prend la relève en nous. On peut ainsi respirer et sourire (pour de vrai) à notre enfant, et accueillir son émotion à lui pour ce qu’elle est. On peut donc rentrer tranquillement chez nous et le trajet se passe sereinement.

Mais ce cas est bien rare. Souvent, l’Enfant en nous prend toute la place et on se retrouve avec un gamin de 5 ans aux commandes.

Si le travail n’a pas été fait, au lieu de la voix du Parent intérieur de l’exemple précédent, on va se retrouver piégé dans nos injonctions et nos exigences vis-à-vis de nous-même. “Un enfant “normal” devrait être content de retrouver son papa/sa maman !” “Je ne devrais pas me sentir coupable, je sais que c’est normal qu’il veuille rester chez sa Nounou. J’ai lu pleins de trucs là-dessus. Ça ne devrait pas me toucher…”. Et nous nous retrouvons soit, à réagir sous le coup de l’émotion, et à le regretter ensuite, soit à faire semblant et à refouler nos émotions, pourtant tout à fait légitimes, mais que nous ne reconnaissons pas comme telles.

Pourquoi chercher à guérir son Enfant Intérieur ?

En chacun d’entre nous vit un Enfant qui a été plus ou moins blessé, qu’on a su plus ou moins bien écouter, consoler, rassurer… Cet Enfant s’est adapté comme il pouvait au monde des adultes, mais ses blessures, ses peurs profondes (de rejet, d’abandon ou de séparation) peuvent rester à vif, bien que savamment camouflées. 

Et il peut arriver qu’un événement, parfois anodin vu de l’extérieur, vienne raviver cette blessure originelle et que ce soit l’Enfant en nous qui réagisse parce que l’émotion est trop forte. 

En prenant le temps d’écouter ce petit être, on peut apprendre à reconnaître cette partie de nous qui est en réaction. On peut lui tendre la main, l’écouter, la rassurer. Et la libérer. Car l’Enfant est aussi la source des parties joyeuses, intuitives et créatives de notre personnalité. 

Comment prendre soin de son Enfant Intérieur ?

Il y a 2 niveaux de réponse. La première, c’est de gérer l’urgence, quand on sent l’émotion (colère, tristesse…) monter trop fort. Ensuite, si on sent que c’est récurrent, on peut prendre le temps de prendre soin de son enfant intérieur, ou encore envisager un accompagnement avec un thérapeute.

Dans l’urgence, on sort… 

  • Ce n’est pas toujours facile, mais c’est salvateur. On commence par sortir de la situation. Bien sûr, on laisse notre enfant en sécurité, ni sur la table à langer, ni en train de faire cuire les pâtes. Mais on sort, on prend le temps de se calmer, on respire profondément. On laisse passer l’émotion. Si possible, on dit à notre enfant qu’on a besoin d’une pause et qu’on revient dans 2 minutes. (Et sinon, on a toujours la porte des toilettes 😉). Et une fois que les émotions sont redescendues, nous pouvons trouver des solutions en tant qu’ADULTE et les proposer à notre enfant. Bon parfois, il nous faudra un peu plus de 2 min… 😉
  • Dans un deuxième temps, cela peut être une bonne idée à un moment où TOUT VA BIEN, d’expliquer à notre enfant ce que l’on a décidé de faire. “Tu sais, parfois, je sens que mes émotions sont trop fortes et du coup, je vais essayer de sortir un moment le temps de gérer. Je reviens dans 2 minutes. Ce n’est pas de ta faute, je t’aime toujours très fort.”

Ensuite, on se pose… 

  • Dans un temps un peu plus long, cela peut être précieux de prendre une heure avec soi où l’on écrit tout ce que nous aurions aimé entendre/sentir/voir en tant qu’enfant. Un peu comme un dialogue avec notre Enfant Intérieur. “Qu’est qui t’aurais vraiment fait du bien quand tu étais enfant ?”. Et cette feuille est précieuse alors, n’hésitez pas à sortir vos feutres de calligraphie, votre joli papier et vos outils de scrapbooking. Et à la prochaine alerte, prenez le temps de vous dire toutes ces choses à haute voix (Et j’insiste, même si on se sent un peu bête, c’est important de le dire à haute voix… Et de l’entendre). 
  • Et quand tout va mal, quand on se sent triste, honteux, débordé par nos émotions, on imagine alors ce que le “nous-Parent”  aimerait dire à notre “nous-Enfant”. En quelque sorte, on imagine ce “nous de 30 ans de plus” qui regarde ce “petit-nous” triste, débordé par ses émotions. Qu’aurait-il envie de lui dire ? Quels mots choisirait-il ? Peut-être qu’il lui dirait “Tu sais comme je t’aime, comme tu as droit de mal faire. Tu as droit de tromper. Tu as droit d’être triste. Et malgré tout cela, tu es tellement précieux. Ton coeur est tellement grand, je t’aime”. Et on se dit à soi ces belles paroles que le Parent qui est en nous, dirait à son Enfant Intérieur. Et vous verrez, rien que ça, cela fait un bien fou…

On peut aussi envisager un travail de fond par exemple avec une thérapie de l’Enfant Intérieur

On peut ressentir le besoin d’être accompagné. (Et ça peut même être une bonne idée pour éviter le burn-out parental.) Cela peut se faire par une thérapie de l’Enfant Intérieur, mais de nombreux thérapeutes et professionnels de la Relation d’Aide utilisent ces notions. Le travail pourra permettre de comprendre ce qui se passe vraiment en nous, voir quelle corde notre enfant vient titiller. L’idée est de mieux comprendre nos blessures mais aussi nos croyances et nos injonctions et de s’en affranchir. 

Cela peut aussi nous donner l’occasion de devenir un bon Parent pour nous-même, en apprenant à prendre soin de nous avec douceur et bienveillance. 

J’espère que cet article vous aidera à cheminer, et si  vous avez envie de mieux vous comprendre pour offrir “la belle personne que vous êtes” à vous, à vos enfants et au monde ? Découvrez le coaching “S’aimer pour mieux rayonner

Et si vous cherchez des idées de jeux, d’activités ou de moments à partager avec votre enfant, découvrez notre dossier “Time to play”. Pleins de bulles de bonheur pour de jolis moments d’interaction au quotidien !

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Avec nos remerciements à Eloïse Petitjean, thérapeute de l’Enfant Intérieur http://linstantformation.fr 

Pour aller plus loin 

Commentaires

Commentaires

0 réponses

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.