ForumCatégorie: 0-2 ansComportement dans les magasins
Clemence demandé il y a 3 ans

Dites moi que ca vous arrive aussi … Notre fils a maintenant 20 mois et nous rencontrons en ce moment des difficultés principalement dans les magasins. Après la lecture de plusieurs articles, de livres, de vidéos… j’ai du mal à trouver une solution. Dans les magasins donc, notre fils ne veut pas donner la main, dit NON, il s’assoit par terre et crie. Nous lui avons expliqué que nous avions peur de le perdre, qu’il y avait beaucoup de monde, que c’était important pour nous qu’il nous donne la main ou qu’il marche à coté de nous. Nous le prévenons avant de rentrer dans le magasin et réexpliquons sur place quand la crise se produit. Lorsqu’il nous exprime qu’il ne veut pas donner la main, nous essayons de respecter/d’entendre sa volonté et nous proposons une alternative à savoir marcher à coté de nous ou bien aller dans la poussette ou caddie. Cela dure 2sec, ensuite il part en courant, touche à tout…
Il ne parle pas encore très bien. Nous essayons de le faire participer en mettant les affaires dans le caddie ou en cherchant les produits mais cela reste très compliqué. A force, nous nous épuisons et malheureusement à la fin il se fait souvent disputer…
Nous en sommes à nous dire que nous n’irons plus dans les magasins avec lui-même si cela reste déjà exceptionnel.
Merci a ceux qui pourront nous répondre ????

1 Réponses
Thibault répondu il y a 3 ans

Oui, ça arrive à tout le monde 😉
Le magasin, c’est le pire lieu avec un gamin. En tant que parents, il y a la peur de le perdre, mais aussi le regard des autres qui met à mal les principes éducatifs. Si vous avez votre gamin par terre en train de hurler et que vous êtes à genoux en train de lui parler gentiment, vous êtes foudroyés du regard par les crétins qui vous prennent pour un parent laxiste parce que vous n’êtes pas en train de mettre une fessée. En plus, beaucoup d’adultes sont stressés par le supermarché : trop de monde, trop de bruit, la liste à gérer tout en gardant un oeil sur le gamin, le temps qui tourne. Et si en plus vous faites vos courses le samedi après-midi…
Et côté gamin, ce n’est pas mieux. Déjà, il sent qu’on n’est un peu stressés – et ça le stresse aussi. Et puis, pour un enfant, un magasin, c’est un truc extraordinaire : des couleurs partout, des lumières, un sol bien lisse qui donne envie de glisser dessus, de la musique qui donne envie de danser, des étagères à escalader, des gens à qui parler. Evidemment, il n’a pas envie de donner la main ! Il a envie d’aller explorer tout ça. En plus, ça dure souvent longtemps, au final le gamin est fatigué ou a faim et c’est la recette pour les pires crises.
Là où il faudrait vraiment s’inquiéter, c’est si votre gamin était gentiment passif face à tout ça…
En plus, j’ai remarqué que le miens était bien plus conflictuel si nous étions à deux qu’avec un seul parent. Si en plus il sent de la tension entre les deux parents, là, c’est la crise assurée – l’effet Ikéa qui occasionne des crises épiques au niveau des caisses.
Donc, oui, c’est compliqué. Pour tout le monde. Franchement, si vous ne le sentez pas, ne le faites pas ! Il n’y a pas de honte à décider que c’est une épreuve insurmontable.
Si vous le faites, éliminez les problèmes. Déjà, la peur de le perdre. C’est aussi un truc qui me terrorise – j’ai méchamment craqué cet été sur un immense marche. La solution m’est apparu avec l’entrée en maternelle, je m’en veux de ne pas y avoir pensé plus tôt. Il faut tout étiqueter à l’école. Du coup, j’ai commandé des étiquettes thermocollantes avec son prénom et son nom et mon numéro de mobile. Et il en a sur tous ses vêtements et je lui ai montré. S’il se perd, je suis donc facile à retrouver. Et je lui ai expliqué qu’il pouvait aller voir un vigile, une caissière, un policier, un militaire et montrer ses étiquettes… De toute façon, un supermarché, c’est un lieu sécurisé : pas de voitures, des caméras partout, des vigiles. Raisonnablement, c’est le meilleurs endroit pour le perdre sans trop de risques 😉 Une angoisse en moins…
Pour donner la main, c’est vrai que je ne l’ai quasiment jamais fait, même dans la rue. Il donne la main pour traverser ou quand il y a un danger (chiens notamment). Le reste du temps, il maintient le contact visuel. Pareil au supermarché – il reste près de moi, mais sans donner la main (pas pratique en poussant le caddie de toute façon). En cas de danger, je ne dis pas non (parce que le nom, ça déclenche une discussion), mais STOP – et je lui ai expliqué que STOP, c’est on ne bouge plus du tout et on fait la statut. Oui, c’est flippant au début et ça m’a demandé pas mal de lâcher prise. L’avantage, c’est que maintenant qu’il fonce en trottinette, je sais qu’il est raisonnable.
Pour le reste, pourquoi ne pas vous mettre dans sa peau ? N’allez pas au supermarché avec lui quand les enjeux sont démultipliés – du genre quand il faut faire les courses de la semaine le samedi après-midi. Allez y en semaine seule avec lui, le jour où il vous faut juste une bouteille de lait et du beurre. Il veut toucher ? Pourquoi pas, c’est solide les articles de supermarché, c’est l’occasion d’expliquer ce que c’est. Il veut aller explorer ? Pourquoi pas, il vous guide, vous expliquez. Le truc, c’est d’être soi-même détendu et sur sa longueur d’onde.
C’est aussi l’occasion d’aller sur les petits marchés ou chez les commerçants, en évitant les heures de pointe. C’est plus gérable que l’hypermarché et les commerçants sont souvent gentils avec un enfant qui est curieux et qui découvre. Mon gamin adore aller chez le fromager, parce qu’il lui donne un « petit » bout de fromage à chaque fois (les commerçants n’ont souvent aucune idée des quantités que mange un enfant, prévoir un repas léger).
Si c’est une course pressé, j’explique à l’avance l’enjeu : j’ai une course importante à faire rapidement, tu veux bien m’accompagner ? Mais on va faire vite comme ça on sera rentré à la maison tôt pour avoir le temps de jouer ou de regarder un épisode. Mais globalement, j’évite de faire ce genre de chose avec mon enfant si je suis pressé, c’est clairement une situation de tension, surtout si en plus il est fatigué.
Face à ce genre de situation, je crois qu’il faut revenir aux fondamentaux. Quels sont vos principes éducatifs – et ils ne doivent pas dévier sous le regard des autres. Pourquoi emmenez vous votre enfant au supermarché ou dans les magasins – par contrainte ou pour lui faire découvrir.

Votre Réponse