ForumCatégorie: 2-6 ansDifficultés à gérer un enfant précoce de 4 ans
Estelle demandé il y a 2 années

Bonjour à tous,
Je me tourne vers ce forum pour essayer de trouver des astuces pour arriver à mieux gérer le quotidien avec mon fils de bientôt 4 ans.
Depuis 1 an, on nous a alerté sur une certaine avance de notre loulou (avance surtout intellectuelle et de langage).
Sa rentrée en école maternelle (bien que privée montessori) a été très compliquée au niveau comportement.
Il était très demandeur mais respecter des consignes, faire silence (c’est une pipelette ;-)), prendre soin du matériel ont été très compliqué pour lui.
Nous avons entamé un suivi psychologique depuis plus de 6 mois car nous trouvions que le coté émotionnel lui posait soucis (beaucoup plus de son age) ce qui lui provoque des crises lors de frustrations diverses il « explose » et sa propre réaction lui fait peur.
Nous avons complété par un suivi avec une psychomotricienne qui a mis en évidence une difficulté à gérer les intrusions dans sa sphère.
Sinon dans nos relations parents-enfants, nous sommes constamment sur le fil avec lui.
Il argumente constamment toutes nos décisions (et beaucoup de ses arguments sont recevables mais pas acceptable d’un enfant de 4 ans…), les pourquoi sont quotidiens (et depuis un an).
Il est très logique et les réponses qui vont le stopper sont d’ordre sécuritaire (c’est dangereux pour toi, tu es trop petit pour…)
Je suis à la recherche de pistes pour arriver à avoir de meilleures relations car nous avons l’impression de toujours le contraindre et d’être tout le temps en train de lui dire non. C’est usant et nerveusement très éprouvant.
Merci d’avoir pris le temps de lire mon roman…

16 Réponses
Juliette répondu il y a 2 années

Bonjour Estelle, ma fille 6 ans est précoce et je reconnaît dans votre post certains de ses comportements. Ils nous a été conseillé par un professionnel de faire preuve de fermeté dans un large cadre! Je comprends que ma fille a besoin de limites, comme tous les enfants d’ailleurs, mais je comprends aussi que je dois apprendre à la laisser s’exprimer et exprimer davantage ses sentiments. Pas facile au quotidien parfois épuisant car elle discute tout, me reprend même et a besoin d’une attention quasi permanente. Je prends donc bcq de temps pour discuter avec elle mais lui rappelle très svt que je suis sa Maman et que je suis une adulte que je ne lui dit pas les choses pour l’embêter mais car je l’aime et que c’est mon rôle de Maman … il faut répéter répéter et répéter … elle a besoin de comprendre pour accepter, toute forme d’injuste à ses yeux entraîne une opposition et des frustrations … je ne vois pas comment les choses peuvent s’améliorer autrement qu’avec le dialogue et l’avantage c’est que ce sont des enfants subtils avec bcq d’empathie ce qui facilite les échanges … prenez le temps de ressentir ce qu’il ressent et bcq de choses prendront du sens … c’est en fait l’éducation positive au quotidien avec un enfant un petit peu différent des autres qui a donc encore plus besoin de cette bienveillance. Finalement la précocité c’est une chance de prendre en compte son individualité. Dis comme ça ca à l’air simple mais certaines périodes sont compliqués surtt quand ils sont angoissés et que nous n’en n’avons pas conscience. Encouragez le et valorisez sa différence. J’espère que vous retrouverez vite des relations plus sereines.

stl1338 répondu il y a 2 années

Bonjour Juliette et MERCI!!!!
Que ça fait du bien d’entendre un tel discours….J’en ai les larmes aux yeux…
Beaucoup de notre entourage ne comprend pas notre fonctionnement. Nous avons le droit à beaucoup de commentaires du genre :
« Vous vous en occupez beaucoup » (ah bon parce qu’on peut TROP s’occuper de son enfant???)
« Il est en avance parce que vous lui parlez trop, vous lui expliquez trop les choses. Si vous lui parliez moins, son cerveau serait plus normal… » (bon la j’avoue je suis restée bouche bée… en même temps, mon loustic est tenace et va répéter la même question jusqu’à ce qu’il ait une réponse et la personne qui a dit ça n’a pas l’habitude de le côtoyer au quotidien)
et j’en passe…
Au final, nous nous demandons si effectivement parler, discuter, échanger, faire des compromis sont les bonnes pistes mais en même temps, il est comme ta fille, il a besoin de comprendre pour accepter c’est flagrant. Le contraindre à faire quelque chose amènera sans aucun doute une opposition et pour finir des cris de notre part pouvant à aller jusqu’à la fessée. Et ça ce n’est pas notre idée de l’éducation…
Je trouve que cette précocité est un atout mais malheureusement pour l’instant son fonctionnement de penser le fait sortir du lot et pas pour les bonnes raisons (« la journée a été très compliquée pour … » « il n’écoute rien », « il ne respecte aucune consigne ») et il a un tel sens de la répartie qu’il scotche beaucoup d’adultes mais un de ces quatre on nous parlera d’insolence alors que ce n’est pas du tout ça…
Bref, nous essayons de tout faire pour que notre loustic grandisse et s’épanouisse afin que oui il puisse se rendre compte qu’il est différent (mais après tout nous le sommes tous) et surtout qu’il se rende compte que c’est une force.
Et oui c’est épuisant… D’autant plus que nous avons une petite fille d’un an tout juste qui est loin d’être en retard dans ses acquisitions elle aussi et j’avoue que ça me fait un peu peur…

Juliette répondu il y a 2 années

Chaque enfant, précoce ou non, à ses particularités et ses besoins et c’est à nous de nous y adapter. Si ca peut vous rassurez j’ai aussi eu droit aux mêmes réflexions que vous au mot près! Je les ai trouvé absurdes! Les préjugés ont la vie dure et les gens aiment parfois parler à tort et à travers! On ne peut pas devenir précoce on l’est! Choisissez les gens qui pourront vous donnez de précieux conseils et n’écoutez plus les autres! Votre enfant à besoin d’être stimulé et écouter tant pis si ça dérange, vous avez raison de vous adaptez à ses besoins. Et même si la précocité est parfois un peu comme un cadeau empoisonné, je préfère retenir le mot cadeau. La différence dérange et n’attise pas tjrs de bons sentiments alors continuez d’être à l’écoute de votre fils ça ne pourra être que positif. 

Anne lyse répondu il y a 11 mois

Bonjour, 9 mois plus tard, je reprends la conversation. Maman d’un petit garçon de 4ans et d’une petite fille de 8 mois, j’ai l’impression de vivre ma situation à travers vos récits!! Le comportement de mon fils, la psychomotricité relationnelle, les remarques à l’école, les remises en questions incessantes de mon autorité (justifications, ….), dialogues et curiosité sans faim… mais ce qui m’amène surtout sur ce forum ce soir, c’est mon épuisement par rapport aux réactions émotionnelles, aux crises,  aux débordements de mon fils que je n’ai pas l’impression de voir évoluer malgré un dialogue présent+++, des séances de psychomotricité relationnelle, une écoute active…. quelle est votre évolution, 9 mois plus tard? Avez vous avancé dans vos recherches, dans vos «manières» de faire?
Merci, 
Anne Lyse

Célia répondu il y a 10 mois

Bonjour à toutes,
tout comme vous je me retrouve dans vos témoignages. Notre garçon à 4 ans 1/2 et je le vois dans tous vos commentaires. La piste pour nous est clairement dans ce choix d’éducation, discipline positive. La parentalité ludique aussi: avec beaucoup de moment de partage à travers le jeu. C’est un long chemin car c’est à nous aussi de changer dans nos comportement éducatifs. Et tout cela prend du temps et demande beaucoup de patience pour moi en tout cas :). Ce que je constate c’est que quand j’arrive vraiment à me mettre dans cet état d’esprit le climat et beaucoup serein les tempêtes émotionnelles moins nombreuses et plus vites désamorcées….Alors ça m’encourage. D’autant plus qu’il s’approprie vite les outils. Mais parfois, l’usure, la fatigue sont bien là : il dérape et …je dérape aussi. Et là évidemment le cercle vicieux des crises, des cris etc… se remet en place à vitesse grand V…et moi ça me mine tellement. Alors je ne pers pas espoir, je sais que le chemin sera long et ponctué de bons et moins bons moments. De réussites et d’échecs, mais nous apprenons beaucoup de tout cela alors je pense que ça vaut le coup de s’investir se remotiver à chaque fois pour le bien être de nos enfants et le nôtre !

lise répondu il y a 9 mois

Bonjour
Quel soulagement aussi de lire vos expériences. ma fille a 4ans et demi et depuis sa naissance son comportement nous pose également beaucoup de soucis. Je suis aussi très tournée vers l’éducation positive et je me rends bien compte qu’avec elle la « fermeté » et la dureté ne font qu’empirer la situation, mais quelle énergie dépensée! Je suis épuisée , surtout que mon conjoint ne voit pas les choses de la même façon et trouve que nous ne sommes pas assez « durs » avec elle , qu’elle fait fait ce qu’elle veut, et cela crée souvent des tensions au sein de notre couple. Lorsque je suis fatiguée et à bout de patience et qu’il y a une crise, j’ai tendance à tout remettre en question, et si effectivement je ne m’y prenais pas de la bonne façon ? C’est vraiment pas facile, et je me sens vite perdue. Je vois bien qu’elle ne réagit pas comme les autres enfants de son âge, elle est à la fois ultra sensible et très sûre d’elle, à vite vouloir prendre le dessus sur tout le monde y compris les adultes… Avez vous fait « tester » vos enfants pour confirmer une éventuelle précocité? Avez vous consulté quelqu’un pour vous faire aider ? Y a t’il des bons livre à ce sujet ?
Merci pour votre aide
Lise

celia répondu il y a 9 mois

 Bonjour Lise, nous ne l\\\’avons pas fait testé. On verra vers 6 ans si cela peu être utile surtout pour dialoguer avec l\\\’école. Mais 2 séances de neuropsy l\\\’été dernier car nous étoins tous à bout… notre petit garçon aussi d\\\’ailleurs. On s\\\’en doutait …et au bout de 5 minutes sans tests, juste en écoutant notre garçon de 31/2 ans alors elle nous a dit \\\ »On est sur du haut potentiel\\\ ». Elle lui a expliqué que c\\\’était une chance, qu\\\’il avait beaucoup de chance d\\\’avoir des parents comme nous et que nous avions beaucoup de chance aussi d\\\’avoir un petit garçon aussi intéressant. 2 séances et entre les 2 une semaine de coupure chez papy et mamy et hasard ou pas le tout nous a à tous fait le plus grand bien. Depuis, pas eu besoin de se revoir mais ce n\\\’est pas exclut. On a beaucoup de chance car le courant est très bien passé. Je pense qu\\\’il ne faut pas privé de ces aides avant même d\\\’être à bout : passer le relais à la famille quand c\\\’est possible et consulter. Les lectures j\\\’en ai plein sur le net. J\\\’aime bien pour les infos et les témoignages https://www.enfantsprecoces.info/. Je suis à l’affût des reportages du Professeur Révol et Arielle ADDA. Prenez du temps pour vous aussi même si ce n\\\’est pas longtemps ça fait tellement de bien…et à tout le monde 🙂

Anne répondu il y a 9 mois

Bonsoir Lise,
Quel plaisir de savoir que d’autres personnes traversent la même chose que nous, j’ai l’impression que les comportements de nos enfants se ressemblent tellement «elle est à la fois ultra sensible et très sûre d’elle, à vite vouloir prendre le dessus sur tout le monde y compris les adultes». Effectivement, après ce genre de crise, le doute revient au galop! Cela a même été le cas aujourd’hui d’où mon bonheur de vous lire! Nous avons commencé des séances de psychomot relationnelle sans grand résultat mais nous en sommes au début, par contre ce qui lui a fait bcp de bien, c’est le changement de niveau de classe… nous l’avons avancé d’un an, après avoir fait un test le catégorisant «hp», je hais ce terme mais cela nous a permis d’avoir un appui auprès de la direction concernant ce changement et j’avoue que cela m’a en quelque sorte soulagée d’en avoir la confirmation même si le comportement de nos enfants suggère bien ces compétences… 
Courage!!! 
 

Marie répondu il y a 7 mois

Bonjour à tou.te.s,
En lisant vos commentaires, je reconnais également mon fils de 4 ans. Il y a 6 mois, son instite de maternelle m’a suggéré qu’il était précoce, en Belgique, on dit « haut-potentiel ». Hypersensible, a besoin de comprendre pour faire quelque chose qu’on lui demande, pose énormément de questions, remets tout en question, analyse tout, tout le temps, a beaucoup de difficultés à gérer ses émotions, … Bref. Les intervenantes professionnelles n’ont focalisé que sur la situation avec son papa. Nous sommes séparé.e.s depuis la naissance, il a eu des contact avec lui mais a coupé les ponts définitivement depuis 6 mois. Et avant, c’était très aléatoire, du coup mon fils a énormément d’angoisses d’abandon. Je suis donc maman célibataire avec un enfant spécial. Il est incroyable et très créatif, et je fais mon maximum pour être en cohérence avec mes valeurs dans mes relations avec lui. Ayant eu une éducation très dysfonctionnelle et violente, je tiens énormément à offrir une éducation respectueuse à mon fils.
Mais bon sang que c’est épuisant et éprouvant… Je suis souvent découragée et ai la sensation de ne pas m’en sortir… En ce moment notamment, où moi je suis à la limite du burn out, je n’ai plus de patience pour gérer les difficultés quotidiennes. Tout est extrêmement compliqué. J’ai la sensation qu’aucun moment du quotidien n’est simple. Qu’il s’habille, se lève le matin, se couche le soir, mange, se lave, rentre de l’école ou des activités de vacances, … Pour tout, il faut négocier, discuter, expliquer, non stop. On me dit que c’est l’âge, que c’est l’absence de son papa, que c’est notre relation fusionnel, mon épuisement, … Ok, il y a surement des raisons, mais concrètement ? A quoi cela m’avance de recevoir plus d’injonctions sur la façon dont je devrais gérer mon épuisement et le comportement démissionnaire de son papa ? J’ai besoin de conseils concrêt et réalistes pour aider mon fils et moi à être plus serein.e.s.
Merci de m’avoir lue.

Jue répondu il y a 4 mois

Bonjour,
Et bien je reconnais aussi ma fille de 4ans dans vos discours…..
oh oui c’est épuisant ! De ses 1,5 ans a ses 3,5 ans on a vécu des moments de vie vraiment difficile. C’était crise sur crise avec l’ ampleur que vous devez certianement connaitre… ma fille s’arrache les cheveux quand elle dort… ca lui fait des trous… on a eu beaucoup de difficultés a trouver quelqu’un qui accepté de la suivre du fait de son jeune âge. Pour finir on a eu une place chez une pédopsy qui nous a déconseillé la psychomot relationnel car ce ne serait pas suffisamment aboutit pour elle. elle est donc suivi par une psy depuis 2mois a raison d’une fois par semaine etutilise le jeu et le dessin. Elle nous a dit que les enfants a grande intelligence ont en réalité beaucoup plus de difficultés que la normal pour gérer leur émotions tout doit passer par le corps… on l’a également inscrit a de la danse créative
On vient de passer 2ans infernale a essayer de garder toute la bienveillance possible, mais tout prenait sans cesse une ampleur demesurée… j’en venais a redouter de la retrouvé, je lui en ai voulu aussi de toujours tout compliquer. A un moment donné c’etait comme si on était anglué dans se mécanisme de confrontation et qu’il en était impossible de sortir. Elle adore son école mais la séparation avec nous était très compliqué et partait en vrille tous les matins. Alors j’ai fais un pas de côté et je lui ai dis à chaque début de crise, ok vas y je t’écoute, si tu as besoins de pleurer et de crier vas y. Pendant 2semaines elle on a focntionné comme ça puis on a réussi a sortir de se mode de confrontation.  Ce qui a aidé aussi c’est de stopper la tergiversion par « ce n’est pas négocibale »  » mon rôle de maman c’est de prendre soin de toi, je considère que ce choix là est le plus adapté » c’est certain, il faut expliquer, c’est important encore plus que pour un enfant dit normal. Mais c’est aussi importnat parfois de stopper la négociation, même si j’avoue que souvent elle a des solutions qui sont tout à fait acceptable. 
 
Et ouis bien sur pour pouvoir être bienveillant avec ses enfants, il faut commencer par l’etre avec soit même….

Marine répondu il y a 4 mois

Bonsoir, je me reconnais dans beaucoup de vos propos,  petit garçon de 4 ans hypersensible, moments très difficiles depuis déjà 2 ans, crises, colères, frustrations, difficulté à gérer les émotions mais aussi grande créativité, curiosité insatiable, vocabulaire très développé, mémoire étonnante, belle énergie, détermination incroyable…. un petit garçon qu on aime tellement mais avec qui parfois les moments sont compliqués : vacances, sorties, vie quotidienne aussi …. nous en sommes arrivés début septembre à prendre la décision d aller voir une psychologue pour nous aider dans la relation car c était compliqué pour nous tous, y compris avec son petit frère d un an de qui il était très jaloux…. je ne sais pas si cela est dû à ces consultations mais aujourd’hui même si tout n est pas parfait, je retrouve un petit garçon plus apaisé et moins tourmenté et de ce fait toutes ses qualités ( que parfois nous pouvions oublié vu le calvaire qu il nous faisait vivre)  en ressortent d autant plus…! Pourvu que cela dure et merci à cette psy !!

Aurélie répondu il y a 3 mois

Question probablement idiote mais comment avez vous su que votre enfant etait à HP?
Je me retrouve dans tous vos post .ma fille a 4ans 1/2.
La gestion des emotions est extrêmement compliquée au quotidien…
Merci d avance

celia répondu il y a 3 mois

Bonjour Aurélie. Conviction chez moi qu’il avait un fonctionnement « différent » autour de ses 18 mois. Visite des 2 ans : suspicion forte de sa pédiatre qui la première à poser le mot. Du coup je me suis passionnée pour les lectures autour du sujet et ….là ce n’était plus qu’une évidence. Notre médecin de famille aussi dés la petite section l’a évoqué. Bref souvent il n’y a pas de fumée sans feu, et le plus important étant je pense d’écouter nos intuitions. Après il n’y a que le test Wisc qui détermine réellement le profil HP ou pas.
Bonne continuation

celia répondu il y a 3 mois

Je rejoins aussi Jue dans le \ »stopper la tergiversion\ ». Je me suis épuisée pendant 3 ans à essayer d mieux le comprendre, de mieux m\’y adapter. De le et nous préserver souvent des tempêtes émotionnelles. Mais au final, je me suis perdue dans cette bienveillance. J\’en ai oublié un des principes fondamentaux : poser clairement un cadre ferme auquel il a besoin aussi de se confronter. Et il s\’est engouffré dans la brèche. Ne supportant pas la frustration, j\’étais et je suis encore (mais je me soigne:)) tout le temps dans l\’anticipation pour éviter les contrariétés, le crises. Et je me suis épuisée, et au final ne nous ait pas rendu service. De toute façon avec le recul et honnêteté pour 2 crises déjouées dans une journée on en avait une bonne qui survenait tout de même. Et là moi je n\’avais plus ou peu de patience en réserve. Alors autant stopper net les tergiversions. Si il doit se décharger, j\’essaye d\’accueillir ses émotions calmement. Et lui devrait avec le temps petit à petit moins tester mes limites qu\’il commence à entrevoir. Effectivement il faut déjà se respecter, se retrouver avec bienveillance pour l\’être avec autrui. Merci à ma soeur, mon guide … qui m\’a ouvert les yeux et m\’entoure de tout son amour, m\’accompagne pour que nous retrouvions un climat nous aussi plus serein.

Anne lyse répondu il y a 3 mois

Bonsoir, 
 
Pour donner suite à une de mes réponses précédentes, nous avons toujours senti que quelque chose était différent chez notre loulou, il y a un peu plus de 6 mois, nous avons fait un test et, même si celui ci n’est pas précis au vu de son âge, 4 ans et demi à peine à ce moment là, il a clairement été identifié hp. Cela n’a rien changé à notre comportement, à notre attitude envers notre fils mais cela m’a fait du bien de le savoir, j’ai moins douté de mes méthodes éducatives. Un livre récemment lu m a bcp aidé, 

Avec lui c’est compliqué !: Vivre avec un enfant précoce, l’aider à grandir et…
de Cécile Stanilewicz

 
Courage à toutes et tous

Zonzon répondu il y a 4 semaines

Bonsoir chers parents,
Tous les enfants HP ne sont pas ni ne demeurent des trublions … J’en côtoie beaucoup dans ma grande famille et ce que je peux vous dire c’est que ceux qui s’en sortent le mieux ont des parents affectueux mais aussi très cadrants (et sécurisants car justes) et cela dès le plus jeune âge. C’est bien de négocier, d’etre Bienveillant, éducation positive , sérotonine, blablabla … mais c’est vous les adultes, donc si vous ne montrez pas à l’enfant que vous gérez et que vous savez où vous allez, imaginez son angoisse (surtout s’il est particulièrement intelligent) ! Ici sur ce fil tout ceux qui ont des difficultésavec leur enfant sont dans une démarche de « pédagogie bienveillante « , avez vous remarqué ? (En meme temps le site s’appelle « coolsparents »)Le bon sens , il n’y a que ça de vrai, détachez vous de ces prêt à penser et faites vous confiance ! 🙂 Mais il est vrai que les petits HP ne sont pas tjrs faciles … mais les petits de 4 ans tout venants ne sont pas faciles non plus, alors …. bon sens … bon courage …et bonsoir 😉

Votre Réponse