ForumCatégorie: 2-6 ansParentalite positive et famille nombreuse
Laure demandé il y a 3 ans

Bonjour, 
Nous essayons de mettre en pratique les principes et les « trucs » de parentalite bienveillante, mais avec 3 enfants rapprochés (5 et 3 ans et 6 mois) il y a des moments (souvent, en fait), ou il faut aller vite, que les enfants fassent rapidement ce qu on leur demande, qu ils respectent des règles de vie en « collectivité », et entre les biberons, les bobos, les disputes, et tout le reste à faire dans la maison, difficile de prendre le temps à chaque fois d expliquer calmement le pourquoi du comment, ou de trouver l idée d un jeu dans l urgence…bref, difficile souvent de rester bienveillant et positif…Comment faites vous avec plusieurs petits  loulous?

3 Réponses
Coralie répondu il y a 3 ans

Ah, comme je te comprends Laure… Les grands-mères disent « petits enfants, petits problèmes », et elles ont surement raison, mais ce n’est pas la meme forme de stress.
Face à des petits, ce n’est pas qu’on ait de gros problèmes, mais on s’épuise !
De mon cote, je perçois la parentalité positive comme un investissement.
Parfois, tu as raison, on n’a pas le temps. Mais parfois on l’a, et on ne le prend pas. Et puis parfois, on ne gagne pas de temps en cherchant à aller vite car on se retrouve juste face à un enfant bloqué.
Un investissement donc, parce que le but est de ne pas avoir à intervenir tout le temps, de leur passer les outils qui vont leur permettre de moins demander notre intervention.
Pour cela, rien de tel que de travailler sur les recherches de solutions avec tes deux plus grands.

Bon courage !

Maman flo répondu il y a 3 ans

Je suis d accord avec toi, nous avons 4 enfants (6 ans , 5 ans, 2 ans et 4 mois..), et en plus avec des caractères et des histoires très différentes (famille recomposée). Ce qui fait que quand il faut en « freiner » un qui prend trop de place (monopole de la parole, du temps consacré aux enfants quitte à faire des bêtises pour attirer l attention sur soi), il faut « pousser » l autre (à parler, à oser, à agir, à se Dépêcher !!!)… comment dire à l un, au moment de partir, « allez allez, 20 Minutes pour mettre des baskets à deux scratches, c est trop long » tout en rattrapant l autre qui a déjà son bonnet et qui s acharne  sur la clé de la maison en trépignant..? Qui a raison, qui a le bon rythme? 
Je suis d accord aussi pour dire que l investissement de la parentalite positive sur les deux grands est efficace sur les plus petits (le boulot est fait, ils suivent l exemple, nickel !!)
tu peux passer notre moment de qualité avec un enfant exclusivement, c est ce qui a marché pour ma famille.
exemple: « non, la, je ne suis absolument pas disponible pour toi, je donne à manger au bébé  » ( j en avais marre de crier par dessus la tête du bébé à chaque biberon!) ( et si le grand fait des « bêtises pour te faire arrêter ton temps avec le petit, reporte quand même le moment où tu te chargeras de traiter cette bêtise à après le repas du bb, ça finira par dissuader ton grand) et plus tard, dans un moment exclusif avec le grand, lui dire: « tu as vu? Le bébé joue tout seul, et s il crie, c est papa qui s en occupera. Moi je ne suis disponible que pour toi, c est notre moment. »
 
pour les disputes, c est simple: soit ils arrivent à trouver une solution qui convienne à chacun, soit ils jouent seuls dans leur chambre. Tu peux aussi partager le temps de « possession  » d un jouet par tranches de 5 min avec un timer. Si la dispute ou les cris continuent, moi je garde le jouet. (Radical mais efficace)
pour enrichir la complicité et l empathie, l un des deux grands peut amener les chaussures des enfants dans l entrée et l autre les manteaux, par exemple. Et quand il faut faire vite, on fait une course avec maman (les enfants contre les parents: les premiers prêts à partir ont gagné! Et on encourage son coéquipier!!) 
 
bon courage

anne répondu il y a 1 semaine

maman de quatre grands enfants adultes désormais, je suis pour l’éducation sans crier. Prendre le temps par enfant même si cela ralentit une organisation. J’avais installé un rituel au coucher. lire une histoire et faire un brin de causette. En bref, il y a un temps pour les écouter et un temps pour qu’ils nous écoutent

Votre Réponse