Ah ! Les soirées en famille… 

Ce petit cocon dans lequel il devrait faire bon de se retrouver le soir, pour partager nos découvertes de la journée, nos projets, nos difficultés, et passer un vrai bon moment ensemble… Pourtant ce moment de retrouvailles est souvent pollué par toute cette logistique : la préparation du repas, le rangement, mais aussi par les devoirs de nos petits 😵 et les écrans de nos grands 🤯. 

Après une grosse journée, on a généralement envie de se r-e-p-o-s-e-r. Ce n’est déjà pas simple d’être disponible physiquement pour nos enfants, mais ça l’est encore moins mentalement ! On n’a pas envie qu’il fasse du bruit, qu’il crie, on aimerait qu’il accélère la routine douche-bain-devoir-brossage de dent pour pouvoir espérer passer justement un peu de temps ensemble.. On n’a pas envie de batailler, ni de négocier et notre capacité d’écoute est mise à rude épreuve.

Pourtant le moteur de notre famille, c’est bien ce temps de qualité avec nos enfants, c’est bien ces moments de complicité qui renforcent nos liens, qui nourrissent notre relation, et qui nous donnent envie à chacun de faire plaisir à l’autre, parce que l’on se sent “connecté” à lui. D’ailleurs, pourquoi a-t-on voulu des enfants à la base ? (oui oui tout au début ?) Pour les « aimer » tout simplement ! Pour profiter des moments avec eux, “pour partager”.. Non, notre but n’était pas de nous transformer en responsable du timing, en charge de les faire accélérer, de leur dire à longueur de journée ce qu’il ne va pas, ce qu’il devrait faire.. usant. Certes, cela fait partie du package de parent… Mais ne devrions-nous pas garder en tête que notre objectif premier, est avant tout de “nous connecter à eux”, de savoir “comment ils  vont”, de mettre de la joie dans notre famille, de prendre soin de ces moments ensemble ? 

Facile à dire, moins facile à faire me diriez-vous ! Pourtant on ne parle pas de “passer beaucoup de temps ensemble », ni de prendre 1 heure pour jouer avec eux. Même si, bien sûr ce serait très cool ! Mais le soir en les retrouvant, il s’agit de privilégier notre relation, de prendre le temps de les regarder, de les écouter, de les aimer. Et le reste, après. D’abord, je te montre que je suis content de te retrouver, peu importe si tes devoirs sont faits, d’abord je m’intéresse à comment tu vas, comment tu te sens, avant de chercher à connaitre tes notes. D’abord je m’intéresse à ce que tu fais: “ Tu joues à quel jeu ? Tu me montres ?“, avant de chercher à tout prix à faire « ce qu’il faut faire ».

Pas simple, mais petit à petit on peut s’entrainer à tendre vers cela pour notre propre bonheur de parent, mais aussi pour celui de notre enfant.

Alors je vous souhaite de rentrer ce soir chez vous avec la simple intention première de partager du temps de qualité en famille. Et déjà c’est ÉNORME.

NB : Et si comme moi, vous trouvez que ce n‘est pas toujours simple de créer ce moment de complicité avec notre enfant ou pré-ado, ni de trouver des sujets de discussion un peu plus profonds que d’habitude, nous avons sorti en édition limité : le Carnet de gratitude (5-12 ans) Spécial complicité parent-enfant, il ne reste plus que 3 jours pour le commander. 🎄 >> A découvrir <<

Commentaires

Commentaires

1 réponse
  1. Corinne
    Corinne dit :

    Merci beaucoup pour cet article your simple! Son enseignement s’élargit à tant de champs de notre vue, à commencer par les autres relations – professionnelles et personnelles…

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.