fbpx

La sexualité après l’accouchement, du désir à l’organisation

La sexualité après l’accouchement… En voilà une thématique à laquelle je n’avais pas pensé avec l’arrivée de bébé. Autant, j’ai pu entendre des centaines de conseils pendant ma grossesse sur ce qui allait m’arriver (mon corps, mon couple, la fatigue…), autant personne ne m’avait parlé du sexe en post-partum ou même après. Peut-être encore gênant ou encore tabou, c’est un sujet dont on a tendance à peu parler, même parfois au sein de notre propre couple.

La sexualité déjà modifiée pendant la grossesse 

Pour ma part, le sexe était déjà un sujet difficile pendant la grossesse. Malgré l’exaltation des sens, je ne me sentais pas à l’aise dans ce nouveau corps tout lourd et tout rond. Et mon sentiment d’intimité était différent avec le fait de sentir bébé bouger dans mon ventre.

Le post-partum : un désir en berne et une grande fatigue 

Après de longs mois de grossesse, j’ai ressenti une libération avec l’accouchement. J’ai attendu les 6 à 8 semaines de post-partum recommandées par mon médecin et je pensais pouvoir reprendre ensuite une activité sexuelle comme avant. Mais lors du post-partum, il y a deux choses qui m’avaient marquée : pendant 3 mois, je n’avais jamais faim et je n’avais jamais envie de faire l’amour. J’étais assez inquiète, car cela n’était pas mon habitude et mon médecin m’avait rassurée en m’expliquant que c’est une réaction possible de l’organisme qui, parfois, est tellement concentré sur la survie de bébé ( et la réponse à ses besoins ) que les besoins primaires de la mère sont momentanément inhibés.

Rassurée, j’ai donc patiemment attendu pendant 6 mois que ma libido revienne de vacances. Seulement voilà, la libido ne suffisait plus et faire l’amour était devenu une activité plus compliquée qu’avant. J’ai compris que nous avions besoin de trouver un nouvel équilibre.

Sexualité des jeunes parents: l’alignement rare des planètes

Je trouve que le sexe est une activité géniale surtout lorsqu’elle est spontanée, que je suis en forme et que j’ai la tête libre. Or, depuis que nous avons un bébé, je suis crevée. Mon mental est pris constamment par bébé ou par des émotions intenses. J’ai mal aux seins avec l’allaitement et j’ai cruellement besoin de temps pour moi et moi seule. Mon envie de faire l’amour, même si elle était intense parfois, ne rivalisait pas avec ma fatigue physique et mentale. Je me suis donc sentie frustrée.

Alors, la première étape a été pour moi de me dire que c’est OK de ne pas pouvoir avoir une sexualité comme j’en rêvais pour le moment. J’ai pu réduire un peu la frustration en acceptant que, maintenant avec un enfant, d’autres besoins passent avant le sexe et que mon équilibre soit différent. Nous en avons parlé avec mon conjoint pour voir si nous pouvions trouver des astuces pour passer plus de temps ensemble, voire plus si affinité…

Et si on prenait un rendez-vous intime ?

Tout d’abord, nous avons pris la décision de planifier dans nos agendas des moments dédiés à un moment d’intimité. 

Alors oui… On est très loin de l’enivrante et fougueuse spontanéité à laquelle j’étais attachée avec un rappel sur mon téléphone qui annonce que  “Ce soir : c’est notre soirée” (avec un clin d’oeil…), mais je me suis rendue compte que, désormais, si pour faire l’amour je devais attendre que par un heureux hasard :

  • le moment soit le bon, c’est-à-dire que les enfants soient couchés (pour de bon) où pas là ;
  • qu’on ne soit pas fatigués tous les deux : journée de boulot compatible, nuit de la veille reposante, repas pas trop lourd au dîner …
  • qu’on en ait envie tous les deux en même temps : disponibilité mentale pour chacun et bonne humeur pour chacun …

… alors je suis sûre que notre besoin de faire l’amour à tous les deux restera au fond d’un tiroir.

Une organisation pour pouvoir se retrouver

Du coup, à la place de la fougue, on a choisi le pragmatisme et l’organisation. On préparait ce moment pour nous deux (journée de travail light, faire garder les enfants parfois, ne pas mettre de raclette au menu du dîner… ). Et si ces moments calés dans l’agenda nous ont permis effectivement de faire un peu plus l’amour, ils ont eu deux effets bénéfiques :

  • ils ont posé une intention : celle d’accorder du temps à une activité de couple importante pour nous, une volonté d’en prendre soin et d’y mettre de l’énergie ;
  • Ils ont permis de parler de ce sujet en profondeur. Et ce fut intéressant de voir combien nous avions évolué depuis ma grossesse et combien cette activité de couple avait besoin d’un souffle nouveau…

Une évolution des besoins physiques et émotionnels après un enfant

Un besoin de douceur après l’accouchement

conférence Charlotte Ducharme

Dimanche 7 et lundi 8 juillet à 21h !

Personnellement, après une première grossesse, le rapport que j’avais à mon corps avait changé. J’ai eu des instruments et des doigts de sage-femme régulièrement dans le vagin pendant 9 mois, et enfin le passage d’un bébé (avec forceps et épisiotomie). Ainsi, protéger, réparer et prendre soin de mon entrejambe était devenu pour moi très important. 

De grâce ! Je ne voulais plus que mon conjoint et moi fassions l’amour comme deux adolescents qui se cognent. Je ne voulais plus de sexe bestial ou brutal. Et je ne pouvais plus non plus avoir des rapports qui durent longtemps… Je voulais une relation avec plus de douceur, plus de fusionnel, plus d’amour. Bref, après mes grossesses et mes accouchements, j’avais envie d’une sexualité qui ait plus de sens pour moi et plus de respect pour cette partie de mon corps qui avait souffert. Ce fut toute une discussion et une redécouverte de la sexualité autrement avec mon conjoint.

S’autoriser à ouvrir nos horizons et changer les pratiques

Au-delà de se caler un créneau dans notre agenda, nous avons changé nos pratiques et tenter de s’adapter à la présence d’un bébé. Avec un peu d’imagination et une pointe d’organisation, chaque pièce de la maison pouvait être propice à un moment d’intimité. Et heureusement, car, avec bébé en cododo pendant 6 mois, c’était impossible de profiter de notre chambre comme d’habitude. 

Dans notre recherche d’une sexualité différente, nous avons essayé, tâtonné, testé, échoué, rigolé et parfois trouvé ! La démarche fut aussi amusante que déroutante… 12 ans que nous sommes en couple et jamais nous n’avions vraiment abordé ce sujet de l’évolution de nos envies et besoins concernant le sexe en profondeur auparavant. Mais de quoi parlions-nous avant d’être parents déjà ? …

Tous différents côté sexe

Peu importe les envies et les habitudes que l’on a, peu importe la grossesse et le post-partum que l’on a eu et peu importe les parents que nous sommes… Le couple et son équilibre sont souvent perturbés après l’accouchement. 

Dans mon cas, pour retrouver l’épanouissement que je recherchais au sein de mon couple, nous avons fait appel au dialogue et à l’organisation sur la question de la sexualité. Mais qu’il s’agisse de sexe ou d’une autre activité que nous aimons faire en couple (câlins, voyages, sport, plateau télé ou autre…) au fond, ce que nous souhaitons tous, c’est se sentir bien dans notre couple. Et si cela peut être une chose difficile après un accouchement et même après avec un enfant, d’une part c’est OK, et d’autre part échanger avec son partenaire sur nos besoins et envies respectives depuis l’arrivée de bébé pourra nous aider.

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL 💤

coaching sommeil cool parents make happy kids

“Il dort enfin… et nous aussi !” 15 jours d’accompagnement Réserve pour juin ! > Je réserve ma place

À NE PAS MANQUER :

⚡ Lien parent-enfant : faire place aux petits et grands moments de complicité ! Dans l’appli Cool Parents Du 5 au 24 juin 2024 > Découvrir

Conférence « 4 clés méconnues et efficaces pour se faire écouter sans crier » Rediffusion exceptionnelle GRATUITE ! Les 7 & 8 juillet en ligne ! > Découvrir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil L'appli' Le blog