apprendre à demander pardonComment apprendre à notre enfant à demander pardon, lorsqu’il a déjà du mal à reconnaître ses torts ? Si Joy frappe Léon, par exemple, c’est sans doute qu’ils sont au cœur d’un conflit qui remonte un peu. Peut-être que Léon l’a également tapée ou blessée cinq minutes plus tôt, ou même la veille. Comme dans tous conflits, les torts sont certainement partagés, et forcer Joy à s’excuser alors que Léon est sans doute également fautif, risque d’augmenter la rancoeur ressentie par Joy. Or, forcer un enfant à dire pardon à contre-cœur est parfaitement inutile, voire néfaste (cf. cet article : Faut-il forcer notre enfant à demander pardon ?).

Mieux vaut inviter chaque enfant à exprimer ce qu’il a sur le coeur afin que chacun comprenne les émotions de ses pairs, plutôt qu’obliger l’un à s’excuser auprès de l’autre.

Mais quand ce sont nous, les parents, qui recevons les coups ou les insultes, il est hors de question de laisser passer ! Nous voulons obtenir des excuses immédiates. Pourtant, mieux vaut d’abord chercher à comprendre ce qui a motivé ce comportement. L’enfant s’est peut-être lui-même senti agressé par ma façon de parler ou par mon attitude ? Si on arrive à déceler cela, c’est l’occasion de lui montrer l’exemple en s’excusant soi-même : « OK, je suis désolée de t’avoir parlé comme ça, je ne voulais pas te faire de peine. Mais de mon côté, je suis aussi très triste que tu m’aies traitée de méchante ». Ainsi, on met l’enfant dans de meilleures dispositions pour reconnaître ses torts et comprendre qu’il a fait de la peine. En s’excusant, on apaise la colère qu’il ressent contre nous, et on lui permet de se focaliser sur la douleur ou la tristesse qu’il a provoquée. Voir aussi la vidéo : « J’accepte tes excuses, mais tu ne recommences pas ! »

Quand trop d’ego empêche de demander pardon

Enfant comme adulte, on peut avoir cette impression que demander pardon et reconnaître son erreur équivaut à se rabaisser, à se dévaloriser face aux autres. Ceci est dû à un excès d’égo, à ne surtout pas confondre avec la confiance en soi ! Au contraire, souvent, l’excès d’égo et le manque de confiance en soi vont de pair. Je m’explique.

L’ego est la représentation que l’on a de soi-même à travers le regard des autres. C’est ce qui nous pousse à vouloir briller, à être admiré. C’est cette sensation de ne pouvoir s’accomplir qu’à travers le regard des autres.

livre éducation positive Cool Parents Make Happy KidsAu contraire, un adulte qui a confiance en lui n’a pas besoin de rechercher l’approbation des autres. Quand on a confiance en soi, on s’assume entièrement, avec nos qualités et nos défauts, on accorde peu d’importance à ce que pensent les autres.

En ayant confiance en soi, on est donc plus apte à reconnaître ses erreurs. On admet qu’on a mal agi, mais on sait que cela ne fait pas de nous quelqu’un de mauvais ou d’inférieur aux autres. Demander pardon n’est donc pas une épreuve.

Nos enfants suivent exactement le même schéma.

Alors, comment donner confiance en lui à mon enfant ? En évitant de lui tomber dessus dès qu’il fait une bêtise, genre « Mais tu te rends compte de la bêtise que tu as faite ?! Ca ne va pas, non ?! ». Au contraire, plutôt que de le rabaisser, on peut lui faire comprendre que faire une faute ne doit pas être honteux : « Tu sais, cela arrive à tout le monde de faire n’importe quoi et de ne pas se rendre compte que cela va faire de la peine à l’autre ». Pour les bêtises pour lesquelles il a en revanche fait “exprès”, je publierai un article prochainement, n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter.

Montrons l’exemple pour lui apprendre à demander pardon !

Notre objectif est de faire comprendre à un enfant que tout le monde fait des erreurs… même nous, ses parents ! Il faut l’aider à accepter de ne pas être parfait, et savoir s’excuser sans se sentir inférieur pour autant. Dans cette optique, je n’hésite pas à m’excuser assez souvent auprès de mes enfants.

Par exemple, l’autre jour, l’un d’eux a jeté un petit jouet du haut de la mezzanine et a failli me blesser. Spontanément, j’ai crié « Ca ne va pas non ?! ». Ill a immédiatement fondu en larmes de s’être fait gronder pour une bêtise qu’il n’avait pas mesurée. Je me suis alors excusée : « Je suis désolée d’avoir crié, mais cela m’a fait peur, car cela aurait pu me tomber sur la tête. Pardon, je ne voulais pas te faire de peine. »

Si j’avais exigé des excuses immédiatement, aucun doute que cela aurait mal tourné, car il aurait été focalisé sur sa tristesse à lui de s’être fait grondé pour une chose qu’il n’avait pas faite exprès.

Par cet exemple, je leur montre que moi aussi, il m’arrive de faire des erreurs et que je ne ressens aucune honte à m’excuser.

Savoir s’excuser auprès de ses enfants évite aussi de se placer dans un rapport de force où l’adulte est tout-puissant. Cela permet de stopper d’éventuelles rancoeurs que pourrait ressentir un enfant se sentant humilié, qui pourraient elles-même se transformer en attitude négative (insolence, provocation, etc.).

Bref, si l’on veut vraiment que notre enfant apprenne à demander pardon et à les réparer, à nous de le convaincre que ce n’est pas parce qu’il fait des erreurs qu’il est “mauvais”, que tout le monde en fait, et qu’il faut juste essayer de les réparer et de ne pas les reproduire. Soyons leur meilleur modèle, et sachons nous excuser nous-aussi !

Pour découvrir nos cool coachings, cliquez ici !

recevez nos conseils concrets et déculpabilisants

pour une éducation avec de la joie dedans !

En nous confiant votre mail vous ferez partie de la communauté des Cool Parents et vous allez recevoir nos articles, vidéos, drôles d’affiches, cool coachings et conférences en ligne.
En savoir plus