enfant-qui-ne-veut-pas-dormir-cpmhk

Pas facile de gérer un enfant qui ne veut pas dormir, cela était à l’époque notre cas avec Léon qui, malgré la fatigue et en dépit de bons moments passés ensemble avant d’aller se coucher, refusait de s’endormir.

L’art de créer une atmosphère propice au coucher.

C’était en vacances, chez mes parents. Il y avait une jeune fille au pair pour les aider à gérer tous les cousins-cousines. Avec elle, les couchers se passaient très bien. Mais après les avoir récupérés, ce fut une autre paire de manches…

Nous étions pourtant en vacances, et nous passions donc beaucoup de temps avec les enfants. Léon n’était pas dans une phase spécialement “pot-de-colle”. Alors pourquoi ces difficultés le soir venu ?

J’ai eu l’occasion d’observer avant son départ la jeune fille au pair exemplaire qui, de tempérament naturel, était 100% présente avec les enfants, mais en plus de cela, avait un pouvoir que nous n’avions pas : calmer les enfants…

En fait, Daddycool et moi sommes de nature à aimer faire la fête avec nos enfants, rigoler, jouer, bref les « éveiller », voire même les « réveiller » ! Jusqu’au point parfois de les exciter. Voilà pourquoi il nous a été bien utile d’apprendre comment susciter ce calme chez les enfants et surtout chez un enfant qui ne veut pas dormir !

Pour comprendre à quel point l’atmosphère que nous créons le soir a son importance, il suffit de vous imaginer un soir d’hiver froid, au coin du feu, ambiance bougies/plaid, lisant un livre intéressant (mais pas trop !), avec FIP en fond musical : vous avez clairement envie de vous endormir. Et imaginez-vous un même soir, en plein mois de juin, le soleil n’est toujours pas couché, il fait très chaud et vous êtes sur votre terrasse ou dans votre jardin, en pleine discussion animée avec vos deux meilleurs amis que vous venez de retrouver : vous avez beaucoup moins envie de vous coucher, non ?

Pour nos enfants, c’est la même chose.

Être dans une atmosphère calme va permettre à nos enfants de ne pas avoir l’impression de louper une soirée animée et donc les aider à lâcher prise et à s’endormir. Voici quelques ingrédients pour créer une atmosphère favorable à l’endormissement :

Une demi-heure avant le moment du coucher, commencez à parler doucement, diminuez le volume et le rythme de votre voix. Idem pour les mouvements : adoptez une attitude douce, sans geste brusque. Ça, la babysitter savait TRÈS bien le faire !

Faire en sorte, si possible, que la chambre ne soit pas trop chaude : 18°C-19°C c’est l’idéal.

L’éclairage a aussi son importance. Si c’est l’été, fermez les volets. Et faites en sorte que la lumière soit tamisée (on évite les néons blancs d’hôpitaux ou encore les ampoules halogènes agressives, on préfère une lumière « chaude » / jaune avec variateur, ou des guirlandes lumineuses qui participent à créer une atmosphère chaleureuse.  Il ne s’agit pas de tout miser sur la déco pour le coucher de vos enfants, mais c’est un petit bonus qui peut aider un enfant qui ne veut pas dormir à lâcher prise.

L’art de lire l’histoire ! Oui, écouter FIP vous donne clairement plus envie d’aller vous coucher que d’écouter NRJ à fond les ballons. Et c’est avant tout pour une histoire de voix. Ainsi, la voix grave et lente de Daddycool, ou celle toute douce de ma jeune fille au pair, sont clairement beaucoup plus efficaces que la mienne pour faire bâiller Joy et Léon. Parler doucement, lentement, éviter de sur-jouer les dialogues de l’histoire aident clairement le marchand de sable à faire son oeuvre.

J’oubliais de mentionner la « base » : évitez évidemment les écrans pendant l’heure précédant le coucher ! C’est bien connu, les écrans éveillent l’attention, nous maintiennent en alerte et rendent plus difficile l’endormissement et donc le coucher d’un enfant qui ne veut pas dormir …

Si vous souhaitez que vos enfants soient détendus, un bon bain avant le coucher est également une solution que beaucoup trouvent efficace.

Lors de soirées de fête, lorsqu’il y a plein d’amis à la maison, c’est un peu plus difficile. Demander à notre enfant de se coucher, alors qu’au salon l’ambiance est au top, risque de lui donner l’impression d’être mis à l’écart. Cela peut rendre l’endormissement difficile, surtout s’il entend tout depuis sa chambre. De notre côté, nous avons décidé de continuer à inviter des amis, mais de faire en sorte que Léon s’endorme avant leur arrivée. Et encore c’est tellement tentant de les laisser un peu profiter de la fête, surtout si c’est une veille de week-end !

Vous avez été présent à 100%, vous avez créé une atmosphère propice et votre enfant ne veut toujours pas dormir !

coaching il dort enfin et nous aussi

On a passé un vrai moment ensemble, dans une atmosphère calme, tous les ingrédients étaient réunis pour assurer le coucher, et malgré cela, Joy se relève, demande un biberon, trouve qu’il fait trop noir et a finalement mal à la tête…

C’est là où, voulant mettre toutes les chances de notre côté pour ne plus être interrompus, on est tenté d’ouvrir grand la porte, d’envoyer le biberon et le Doliprane et pourquoi pas même les gommettes, pourvu que notre enfant arrête de nous déranger… On peut même perdre carrément patience et là, gros risque que ça parte en cacahuète !

ERREUR STRATÉGIQUE ! Le problème n’était pas tant que Joy avait vraiment soif, envie de plus de lumière, ou mal à la tête. Non, elle n’arrivait pas à dormir parce que quelque chose la préoccupait. Pas toujours simple de déceler si un enfant refuse de dormir parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas, ou juste parce qu’il n’est pas fatigué. Mais dans ce cas, je voyais vraiment que quelque chose clochait.

Alors, je me suis assise à sa hauteur, me suis posée vraiment, pour lui montrer que j’étais à l’écoute et lui ai demandé : « Il y a quelque chose qui ne va pas, mon cœur ? ». Elle a éclaté en sanglots : « Oui, ma copine Scarlett, elle a pas voulu jouer avec moi dans la cour ! ». Si ça vous arrive, c’est alors le moment de passer à la méthode de « l’écoute active » que l’on a vue dans cet article-ci.

Laisser la situation dégénérer parce qu’on n’a pas été assez à l’écoute, laisser un enfant s’endormir avec son chagrin ou sa colère et, en plus, le sentiment que ses parents ne le comprennent pas, c’est tellement dommage !

Comment éviter cela ? En étant davantage présent au moment du câlin du soir ! Si je m’étais davantage posée à ce moment-là pour échanger sur les bons moments de sa journée (très important, cela permet à l’enfant de s’endormir avec des belles choses en tête !) Joy, me sentant présente et à l’écoute, en aurait peut-être profité pour me livrer cet épisode avec Scarlett.

Mais parfois, malgré nos efforts, malgré l’atmosphère, malgré l’écoute, il arrive que le coucher reste une étape difficile… Notre enfant nous demande une énième histoire, il se relève encore, ne semble pas le moins du monde fatigué, ou pire, impossible de partir de la chambre sans qu’il se mette à pleurer. Pour vous aider, je vous propose de vous envoyer d’autres clés pour en finir avec les couchers difficiles, grâce au « PACK SUPER DODO : Conseils éveillés pour le sommeil et le coucher » ! Pour le recevoir, c’est super simple : inscrivez votre mail dans la case ci-dessous, et retrouvez-les dans votre boîte mail (c’est gratuit)

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

___

Bonne nouvelle ! Cool Parents Make Happy Kids a lancé un programme d’accompagnement en ligne. Je vous invite à vous renseigner sur notre nouveau coaching « Il dort enfin (et nous aussi !) » (accessible partout dans le monde !). 15 jours d’accompagnement personnalisé pour retrouver des nuits (et des soirées) complètes et un sommeil réparateur pour toute la famille. Le coaching est personnalisé pour s’adapter à votre situation particulière : si votre enfant n’a jamais dormi ; si c’est le matin qu’il se lève trop tôt ; si c’est la nuit ou le soir s’il se relève ; si vous pratiquez le cododo ou pas ; si vous avez besoin de vous coucher avec lui pour l’endormir, son âge, etc. Un mix de vidéos et d’accompagnement individuel de nos coachs.  (voir les avis des parents qui dorment enfin (!) ici).

Pour être informé des prochaines sessions, renseignez votre mail ci-dessous :

Saissisez votre email pour être informé des prochaines sessions du coaching "Il dort enfin ... (et nous aussi!)"

Commentaires

Commentaires

7 réponses
  1. Billaut
    Billaut says:

    Bonjour. Mon fils de 3 ans et demis qui a toujours bien dormi ne veut plus dormir depuis 3 semaines. Il ne veut carrément plus rentrer dans sa chambre. Nous avons toujours fait ce qu’il faut : rituel d’une bain manger livre coucher à 20h depuis toujours. A l’écoute. Ambiance calme. A nos yeux tout est parfait et rien n’a changé. Depuis il est capable de se relever des dizaines de fois jusque plus de minuit et du coup obtient gain de cause car dépassé minuit je ne réponds plus de rie… qu’en pensez vous ?

    Répondre
    • Marion
      Marion says:

      Bonsoir, je suis dans le même cas que vous : mon fils de 3 ans et demi ne veut pas dormir le soir. Il fait le cirque, se relève, même si on se couche avec lui et cela jusque 22h. Je suis à bout, je ne sais plus comment faire et n’a plus la patience.

      Répondre
  2. Jenn jenn
    Jenn jenn says:

    Bonsoir mon fils a 6 ans dort de temps en temps chez la nona avec elle . Ici il ne veux pas dormir malgré les histoires moment ecoute . Il decrete que si sa maman dort avec papa ben lui devrait ppuvoir aussi dormir avec quelqu un et donc c est maman calin sans arret . Il est jamais satisfait . Je ne sais plus quoi faire.car meme avec les explications voir dsl enervement et dispute on arrive a rien alors que avant tout allait bien

    Répondre
  3. Blackbomb974
    Blackbomb974 says:

    Bonsoir, je suis une maman de deux super bonhomme de 12 ans et 6 ans. Ils dorment dans la même chambre. Et depuis la rentrée mon petit dernier ne veux pas dormir ! Vos conseils sont super, je vais les mettre en places dès demain.

    Répondre
    • Anne-Charlotte, CPMHK
      Anne-Charlotte, CPMHK says:

      On espère que la mise en application de ses techniques portera ses fruits rapidement et que la rentrée s’est bien passé malgré ce peu de sommeil ! Belle continuation 🙂

      Répondre
  4. Anonyme
    Anonyme says:

    Salut merci beaucoup pour cet article qui interesse les mamans
    Perso j ai un enfant de 1 ans et demi il est hyperactif il veut pas dormir son someil tres leger il se reveille au milieu de la nuit il dort tard il aime pas son lit il est toujours attache de moi ca m a epuise je vais suivre votre conseils de l or et j espere qu elle portera ses fruits….

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.