Tous les parents rencontrent des difficultés avec leurs enfants, mais c’est sans nul doute le coucher des enfants qui trône tout en haut du podium. Normal, car s’il y a bien une chose qu’il nous est difficile de supporter, c’est le manque de sommeil et de repos. Résoudre les problèmes liés à l’enfant qui ne veut pas dormir est vital lorsque l’on est entraîné dans une spirale infernale : fatigue, irritabilité, manque de patience… et adieu tous les bons réflexes de parents bienveillants ! Et parfois aussi c’est le couple qui en prend un coup, l’absence de soirées à deux nous pèse, lorsque nous devons nous coucher à côté de notre enfant deux heures parfois, jusqu’à ce qu’il s’endorme. Alors, comment faire dormir son bébé ou son enfant ?

Heureusement, il existe des solutions. Parfois, deux ou trois astuces suffisent, parfois on n’a pas besoin d’être accompagné par un spécialiste du sommeil pour améliorer les choses. Vous avez l’impression d’avoir déjà tout essayé ? Cet article est pour vous : lisez-le jusqu’au bout !

Comment faire dormir un bébé / enfant : notre spécialité

Après avoir accompagné plus de 1000 parents pour retrouver des nuits sereines, et que nous sommes parvenus à résoudre 99% des cas rencontrés en consultation : nous allons pouvoir vous donner un aperçu des 6 choses principales qui vont faire la différence. 

Les cas que nous rencontrons sont multiples : cela va des parents obligés de tenir la main de leur enfant toute la nuit, en passant par ceux qui cumulent un petit enfant qui ne veut pas dormir, un moyen qui les réveille en pleine nuit, et l’aîné qui veut prendre son petit déjeuner à 5h du matin. Il y a aussi le cas très classique des demandes en série : l’enfant a soif, puis envie de faire pipi, puis veut un câlin, puis a besoin de changer sa couche, puis veut savoir ce qu’il y a après la mort (!), etc, etc. Parfois, ce sont des nouvelles habitudes, initialement “exceptionnelles” (vacances, maladie), qui finalement perdurent et détraquent une mécanique jusque-là bien huilée.

Ces familles ont tout essayé : homéopathie, psychologues, puéricultrices… Mais rien n’y a fait : les soirées sont restées cauchemardesques.

Si chaque cas est différent, voici les 6 plus grands choses à savoir pour aider notre enfant à trouver le sommeil…

Clé n°1 : faire de la chambre un lieu de rêve

Ça parait tout bête mais pour vous reposer, vous préférez dormir dans un garage sur un matelas au sol avec des têtes de mort dessinées au plafond ou dans une chambre de magazine de déco, avec lit-cabane, guirlande lumineuse tamisée, coussins moelleux, couette douillette et jolie bibliothèque ?

Donner envie aux enfants de cocooner dans leur chambre est le point de départ. Un petit réaménagement et une nouvelle déco contribuent à marquer ce nouveau départ.

Clé n°2 : leur donner la dose d’attention dont ils ont besoin

L’objectif n’est pas forcément de rentrer à 16H30 pour être sûr d’avoir passer les X heures nécessaires avec nos enfants. Non, l’objectif est d’être réellement présent avec eux. Pas sur notre téléphone, pas dans notre machine à laver, pas avec un chronomètre en tête “objectif = coucher les enfants”. Non, prendre le temps de jouer, et de réellement profiter de ce moment avec eux, prendre le temps de les observer, de rigoler, bref de profiter. Oui cela peut être difficile d’accepter ce lâcher-prise, mais cela vaut le coup de s’y exercer. Et rappelons-nous : ce n’est pas le nombre d’heures passées avec notre enfant qui est important mais la qualité de ce temps.

 coaching il dort enfin et nous aussi

Clé n°3 : comment faire dormir son enfant ? S’assurer qu’il a TOUT pour se coucher

On ne passe pas la porte de la chambre sans avoir passé en revue avec lui tout ce dont il pourrait avoir besoin, pour anticiper les demandes habituelles : sur ta table de chevet, tu as bien de l’eau, des mouchoirs, tes doudous, ton ventre est bien rempli, tu as fait pipi, etc.

Clé n°4  : prendre un temps individuel pour chaque enfant

Pour cela, il peut être intéressant de les coucher les uns après les autres, par ordre d’âge, afin de passer quelques minutes en tête-à-tête avec chacun. C’est souvent pendant ce petit moment câlin que notre enfant va nous restituer sa journée et se sentir ainsi suffisamment écouté pour pouvoir se livrer. Parler des choses qui se sont mal passées dans la journée permet en effet d’évacuer les angoisses et de s’endormir plus sereinement.

Astuces contre les monstres : si on veut les rassurer, mieux vaut ne pas chercher à les raisonner. Car si on lui dit que les montres, ça n’existe pas, il risque de se dire “En plus c’est inquiétant, il n’y a que moi qui les voit”. Mieux vaut lui donner une épée à mettre à côté de son lit pour les combattre, c’est souvent plus efficace. “Tout va bien, au pire, je vais pouvoir les couper en deux”.

Clé n°5 : respecter le rituel du coucher

Petit rituel que l’on aura auparavant déterminé avec l’enfant, et qui ne doit pas pour autant durer trois quarts d’heure… L’essentiel est de ne pas rester focalisé sur l’idée qu’il doit impérativement dormir à 20h30. L’essentiel est que chacun respecte l’autre : s’il reste sagement dans sa chambre, à jouer avec doudou ou à lire un livre, et sans nous déranger, on peut le laisser faire. On abandonne face à l’enfant qui ne veut pas dormir, le “Maintenant, tu dors !”, mais « Tu peux jouer dans ton lit si tu veux, ou regarder un livre ».

Clé n°6 : comment faire dormir son enfant : n’ayons pas peur des règles ! 

La mise en place d’un panneau avec les étapes et règles de la soirée est très utile, surtout avec les plus de deux ans. Tout le monde est tenu de les respecter et les parents, en premier lieu, doivent se convaincre d’une chose : leurs enfants sont CAPABLES de s’endormir seuls sereinement. Tout va bien. Ils n’ont besoin de RIEN. Autre chose que tout le monde doit avoir en tête : respecter le repos des parents est essentiel, car c’est sur leurs épaules que repose l’équilibre de la famille.

NDLR : Si vous souhaitez des statistiques sur les heures de coucher des enfants selon leurs âges, je vous invite à lire cet article :  Combien d’heures de sommeil chez l’enfant selon son âge ? Heure du coucher ?

On peut adopter ce comportement à deux conditions : 

  1. être persuadé que son enfant ne manque de rien pour s’endormir, et
  2. avoir passé auparavant un petit moment en tête-à-tête pour évacuer les éventuelles angoisses du soir.

Et la transition se fait également en douceur si l’on explique la nouvelle règle à l’enfant et que l’on reste ferme : “Je sais que ça n’est pas facile, mais ça fera du bien à tout le monde. J’ai confiance en toi, je sais que tu peux y arriver”.

Quand à l’époque j’ai eu des soucis à coucher Léon, c’est cette conviction qui a tout changé ! Plus déterminée, plus sereine, j’ai été capable de rester ferme tout en transmettant à mon fils le calme et la confiance nécessaires pour un endormissement sans difficulté.

Peut-on « faire dormir » quelqu’un ?

Bien sûr, on ne peut pas forcer quelqu’un à dormir, qu’il soit enfant ou adulte d’ailleurs ! (voir notre article sur les douces violences. On ne peut donc que réunir les conditions idéales (mais c’est déjà énorme !)

Pas question de laisser son enfant pleurer et de passer en force. Comme pour tout changement, une période d’adaptation peut être nécessaire. Pour un enfant qui ne peut s’endormir qu’avec la main d’un parent par exemple, on peut commencer par rester présent à ses côtés, mais sur une chaise, juste à l’entrée de la chambre (avec un bon bouquin… et un verre de vin 😉 !) (ça passe mieux !) “Maman, t’es là ? Oui, oui, tu peux dormir, je suis là”. Le lendemain, on fait pareil, mais on s’absente un peu “Je vais étendre la machine, je reviens dans 10 minutes”. Puis au fur et à mesure, on s’absente un peu plus longtemps et on finit par enlever la chaise.

On tient bon et quelle fierté au lendemain de la première nuit, quand on peut coller sa gommette “J’ai réussi à ne pas me relever la nuit” !

Mais les angoisses dans tout cela  ?

La plus souvent, l’angoisse de l’enfant qui ne veut pas dormir vient de l’angoisse des parents. Mais il existe des cas où l’angoisse de l’enfant est profonde.

Dans ce cas de figure, la méthode à adopter est toujours la même depuis Dolto : parler à l’enfant du problème en profondeur, lui dire qu’on le comprend. Cela va aider l’angoisse à s’apaiser jusqu’à disparaître. Certes, cela peut avoir l’air magique. « Si c’était si simple. » Et oui, souvent ça l’ai. Cette méthode employée par les psychologues fonctionne vraiment très bien !

D’ailleurs, si le sujet du coucher vous intéresse, je vous propose de recevoir (gratuitement) dans votre boîte mail un dossier complet sur le sommeil, rassemblant toutes les astuces et les conseils sur ce domaine. Pour obtenir votre  « PACK SUPER DODO : Conseils éveillés pour le sommeil et le coucher », il vous suffit d’inscrire votre mail ci-dessous :

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Courage ! 

À tout problème, il existe une solution. Rien ne sert de continuer à supporter une situation si celle-ci a un impact sur notre santé mentale et physique, et sur celle de nos enfants. À nous de prendre le sujet à bras-le-corps, d’essayer par soi-même de nouvelles choses… Et quand rien ne fonctionne d’oser consulter des experts quand c’est nécessaire.

 

coaching sommeil "Il dort enfin et nous aussi"Bonne nouvelle ! Cool Parents Make Happy Kids a lancé un programme d’accompagnement en ligne. Je vous invite à vous renseigner sur notre nouveau coaching « Il dort enfin (et nous aussi !) » (accessible partout dans le monde !). 15 jours d’accompagnement personnalisé pour retrouver des nuits (et des soirées) complètes et un sommeil réparateur pour toute la famille. Le coaching est personnalisé pour s’adapter à votre situation particulière : si votre enfant n’a jamais dormi ; s’il se lève trop tôt le matin ; ou la nuit ou le soir qu’il se relève ; si vous pratiquez le cododo ou pas ; si vous avez besoin de vous coucher avec lui pour l’endormir, son âge, etc. Un mix de vidéos et d’accompagnement individuel de nos psychologue-coachs expert sommeil.  (voir les avis des parents qui dorment enfin (!) ici).

Pour être informé des prochaines sessions, renseignez votre mail ci-dessous :

Saissisez votre email pour être informé des prochaines sessions du coaching "Il dort enfin ... (et nous aussi!)"