Derniers articles

Derniers articles

 

 

Commentaires

Commentaires

5 réponses
  1. sandrine Lepitre
    sandrine Lepitre says:

    Je suis maman depuis un an, je ne souhaite pas mettre mon fils à l école, mais je ne suis pas contre non plus.
    Lors de ma scolarité j’ai eu pendant des années un seul et unique rêve : quitter l’école, je ne veux pas calquer mes peurs sur mon fils mais je ne veux pas les refuser non plus…. J’ai gardé une seule amie de collège et deux ou trois profs m’ont vraiment marqué. Voilà un triste résultat pour tant d’années assises enfermée. Je pense au contraire du témoignage de la professeure, que le pourcentage de prof passionnés et investis est très faible. Car cela demande tellement d énergie et de savoir faire, ce n’est pas donnée à tous malheureusement. Je pense que les profs ne sont pas assez formés sur le comportement des enfants, ils n’apprennent que sur le tas,. Certes, il y a un savoir, mais le savoir être? on en fait quoi? Celui là aussi s apprends sur le tas? Je trouve que ce n ‘est pas normal, cela devrait être une matière à part entière. Apprendre à résoudre des conflits, ne pas avoir peur de donner son avis très jeune. Apprendre à communiquer cela changerait notre société. Apprendre la première ou la seconde guerre pendant 4 ou 5 ans je trouve ca trop…je trouve que l’on devrait apprendre aux enfant comment être en paix avec eux et les autres. Comment dévoiler ses propres dons et son originalité. Car il y a encore trop de critiques, de harcèlement dans les écoles, pas assez d acceptation de l autre, et on voit le résultat ensuite dans la société des « grands »…reste le problème de l’enfant qui ne sort plus de chez lui, et je trouve cela mal sain. C’est pour ca que je m’efforcerais si mon fils ne va pas à l école, de l’inscrire dans des lieux sportifs ou associatifs afin qu’il vive des expériences de partages et d’ ouvertures à la différence.

    Répondre
  2. Elsa, Famille Plume
    Elsa, Famille Plume says:

    L’instruction en famille après 2 ans d’école pour notre grande a été une vraie bulle d’air pour elle ! Elle a repris confiance en elle, fini les nuits de terreurs nocturnes et les hurlements de peur le matin. On respire tous et elle s’épanouie comme une fleur qu’ont aurait enfin arrosée !
    Elle retournera à l’école en septembre, en CP, mais nous n’excluons pas de reprendre l’ief pour elle et/ou sa soeur si l’une ou l’autre devait perdre leur joie de vivre, leur curiosité comme on l’a vécu pour la grande.

    Répondre
  3. Sandrine
    Sandrine says:

    Je suis une maman qui a vécu les 2 avec mes enfants. Les 2 grands ont été à l’école, puis je les ai déscolarisés pendant 6 ans puis ils sont retournés à l’école. Je pense qu’il n’y a pas de bons ou de mauvais arguments. il y a des enfants différents qui évoluent différemment et réagissent différemment face aux apprentissages, à la pédagogie… En tant que parents, nous essayons de les accompagner du mieux possible afin qu’ils grandissent sereinement sur tout les plan. Mes enfants étaient à l’école, ça se passait bien. Puis au moment du CE2 pour ma fille il y a eu souffrance, presque phobie scolaire. J’étais en congé maternité de mon 3e et face à son mal-être, je n’ai pas hésité. Je l’ai déscolarisée. Son frère qui finissait son CP a voulu, lui aussi, faire l’école à la maison. Cela a duré 6 ans. Je les ai vue s’épanouir, vivre à leur rythme, apprendre avec plaisir, et puis ma fille a repris l’école pour son entrée au lycée. Son frère est entré en 4e 2 mois après quand au petit dernier il est rentré au CE1 4 mois après ! Et voilà ! Aujourd’hui ça fait 2 ans qu’ils sont tous les 3 re-scolarisés et ça se passe très bien.

    Répondre
  4. Shirley
    Shirley says:

    Bonjour!

    Nos enfants sont scolarisé à la maison et je me retrouve bien dans les arguments POUR. J’ai aussi beaucoup apprécié les arguments CONTRE et je suis passablement d’accord avec la plupart. C’est aussi pour cela, que je pense pas que tous les parents, et tous les enfants, ne sont fait pour ce mode d’éducation.

    Je pense qu’il est important que ce choix reste un choix possible dans notre société. C’est une manière de respecter la diversité.

    Il y a des cases de figure où pour une même difficulté rencontré dans le cursus scolaire d’un enfant, les 2 possibilités puissent être envisagé. Certains enfants pourront amélioré la situation en pratiquant l’IEF et d’autres, grâce à des super enseignants qui sauront mettre en place ce qui est nécessaire, arriveront à surmonter leur difficulté dans le cadre scolaire.

    Encore merci pour cet excellent article.

    Shirley,

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.