fbpx

Je ne veux pas allaiter. Ça me regarde !

Je ne veux pas allaiter. Ça me regarde !

Récemment, notre rédac’ Caroline a rencontré Camille, une Cool Maman qui a rejoint notre programme d’accompagnement annuel en 2022. Camille lui expliquait qu’à la naissance de sa fille Lou, elle avait choisi de ne pas allaiter. Que de justifications, de leçons de morale et d’explications reçues lorsqu’elle a eu le malheur de prononcer cette simple phrase “Je ne veux pas allaiter” ! Persuadée que l’équilibre d’un enfant passe par le bien-être de ses parents, Caroline a tenu à lui laisser la parole afin que Camille puisse nous parler de ce choix assumé (non, pas se justifier ! 😉). Témoignage d’une maman non allaitante, heureuse et libre…

Je n’ai pas envie d’allaiter, un choix qui ne regarde que moi !

On parle souvent des bienfaits de l’allaitement, du lien privilégié qui se construit entre mère et enfant lors de cet échange et de ces moments en peau-à-peau. 

On sait aussi que l’OMS recommande un allaitement maternel de six mois minimum, ou encore que les laits infantiles enfants ont connu leur lot de scandales sanitaires… Oui, on le sait !

Mais aujourd’hui, je voulais témoigner du “simple droit” des femmes de choisir de donner le sein, ou non, à leur enfant.

Nous avons la chance aujourd’hui d’avoir le choix. En tout cas en théorie. 

Donner le sein ou non, un regard sociétal qui évolue

Il y a quelques décennies, nourrir bébé au sein était plutôt mal vu. On considérait ça comme archaïque et aliénant. 

Puis, le regard de la société a changé, faisant de l’allaitement maternel une nouvelle norme. Et cela semble donner le droit à quiconque de se permettre de donner son avis sur le fait qu’une femme allaite ou non. 

Ne pas allaiter, un choix personnel

Personnellement, j’ai souvent mal vécu les cours de morale, les questions condescendantes, ou les regards attristés de ne pas me voir donner le sein à mon enfant. Il fallait sans cesse que je me justifie. 

COACHING
👇 FÉVRIER ! 👇

“Des nouvelles règles à la maison, efficaces, et SUIVIES … pour moins crier, moins répéter !”
On va démarrer 👇 🤩

Les gens auraient aimé que j’invoque des raisons médicales : un nourrisson qui n’arrive pas à téter, des seins crevassés, une montée de lait qui tarde à venir, etc. (Et encore là, je suis sûre qu’on m’aurait donné des solutions plutôt que de respecter ma volonté.) Mais il était mal compris voire admis que je puisse simplement avoir choisi de ne pas allaiter. 

C’est mon corps, ma décision !

Certes, le choix de ne pas allaiter a été pris en accord avec mon mari. Néanmoins, je considère que ni lui, ni personne, n’a le droit de me dicter ce que je fais de mon corps ou de ma poitrine. 

Bien que pas convaincu à l’origine, mon compagnon a finalement compris ce que ce choix allait changer pour lui. Il adore ces moments nourriciers avec notre fille. En plus, il a vite vu que partager la charge des biberons nocturnes permettait de réduire ma fatigue (enfin, de la répartir entre nous). Maman moins fatiguée = maman (et femme) plus disponible !

D’ailleurs, j’avoue que l’accompagnement annuel a été pour nous un déclic, une autorisation à être les parents que nous souhaitions être, en réduisant la culpabilité de ne pas coller au mirage du “parent parfait” (hâte de suivre les prochains thèmes avec vous 😋)

NDRL : Pour recevoir gratuitement nos astuces & conseils truffés de bienveillance et de déculpabilisation, ainsi que toutes nos actus coachings, vous pouvez vous inscrire à la Newsletter de CPMHK ci-dessous :

Pas envie d’allaiter, pourquoi se justifier ?

Trop bien si certaines adorent allaiter, je ne milite pas contre l’allaitement maternel (loin de là), mais POUR le choix. De nombreuses femmes font le choix de privilégier le biberon dès la maternité et ça les regarde.  

Mais en dehors de celles qui assument ce choix, j’ai aussi connu des amies qui ont vécu la fin de la période d’allaitement comme un soulagement, une libération. 

D’autres mamans ont donné le sein en pensant faire le mieux pour leur enfant, en se disant que c’était un “mauvais moment à passer” après quoi, elles pourraient retrouver leur corps. Elles n’étaient simplement pas complètement sereines et épanouies dans leur choix, avec la sensation d’être dépossédées de leur corps, de devenir quelque chose d’animal et de primitif concernant la lactation (Pire encore lorsqu’il s’agit de tirer son lait). 

Pour certaines, c’était d’ailleurs un vrai moment de douleur (malgré les bons conseils d’une conseillère en lactation, la douleur ne passait pas). Et cela se transformait en un vrai stress et une réelle appréhension avant chaque tétée. Bref, elles étaient loin d’un moment de sérénité partagé mère-enfant…  

D’autres amies encore associent leur poitrine à une zone érotique, et n’ont pas eu envie de changer ce regard, ou d’exposer leurs lolos au monde par pudeur.

Vivre mon choix en liberté pour m’épanouir 

À mon sens, mieux vaut donner un biberon en étant détendue que donner le sein dans la douleur.

Personnellement, je donne le biberon avec plaisir et beaucoup de détente à mon nourrisson. Et je sais que Papachou fait de même (mais, bon, lui, il n’a pas de sein ! 🙃) Je suis convaincue que mon choix n’enlève rien à la création du lien d’attachement qui se crée entre moi et ma fille. En tout cas, il est à mon avis tout aussi fort que si je l’allaitais sans l’avoir choisi, par devoir, par contrainte ou par peur du jugement d’autrui.

Et puis, il y a plein d’autres moments où nous créons ce précieux fil d’amour indéfectible : au moment du bain, à travers les caresses et les massages, à fredonner des chansons, au moment du coucher… C’est la qualité du temps passé qui compte.

Envie de me sentir mère tout en étant libre

Je suis souvent admirative, de ce côté hypermaternant que peuvent choisir certaines femmes avec le maternage proximal, le cododo, l’allaitement à la demande, etc. Pour ma part, je sentais qu’il était juste pour moi de respecter le besoin de retrouver une activité sociale et physique. 

Choisir de ne pas allaiter n’est pas un refus de mon rôle de mère. 

J’ai pleinement vécu mon “mois d’or”, ces fameux 40 jours après la naissance. Par bien des aspects, j’ai pu vivre le post-partum dont j’avais rêvé, et je me suis offert le droit de m’écouter. Je me sens pleinement épanouie et disponible pour Lou et je pense qu’on a toutes -et tous- à gagner à assumer nos choix (et à nous garder de vouloir imposer nos vues à d’autres).

Signé : Camille, une Cool Maman épanouie,
bien dans sa peau, libre dans son corps 🤍

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL 💤

coaching sommeil cool parents make happy kids

“Il dort enfin… et nous aussi !” 15 jours d’accompagnement Réserve pour février. > Je réserve ma place

À NE PAS MANQUER :

⚡Des règles à la maison qui fonctionnent ! Dans l’appli’ Cool Parents Du 07 au 26 février 2024 > Découvrir

⚡Se faciliter la vie : on te guide pour “lâcher prise” et diminuer la pression Dans l’appli’ Cool Parents Du 06 au 25 mars 2024 > Découvrir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil L'appli' Le blog