la mort expliquée aux enfants

J’ai beaucoup cherché.. et j’ai enfin trouvé : nous saurons expliquer la mort à nos enfants que si pour nous ce qui se passe après la mort est très clair... Si nous ne savons pas ce qui se passe après la mort (croyant ou non, je ne parle pas ici de religion, on peut être athée et croire en une force supérieure), comment être serein dans nos explications sur le sujet avec nos enfants ?

Je prends le risque, dans cet article, d’aller plus loin que l’objet de ce blog, car cela me paraît extrêmement important (quitte à m’attirer des critiques 🙂 ).

L’autre jour, j’allais avec mon grand-père au cimetière voir ma grand-mère. “Papy, rassure-moi, tu sais ce qu’il se passe après la mort ?” (je ne parle pas ici de l’image d’un paradis) – “Bah non, cela me fait un peu peur” – “QUOI ?! MAIS TU SAIS PAS CE QUI SE PASSE APRÈS LA MORT ??? MAIS FAUT QUE JE TE RACONTE !!!”

À vous aussi ? 😉

Parfois, on ne sait pas, parce qu’on ne s’y est juste pas intéressé. Pourtant, aujourd’hui, on sait… Il n’y a pas une, pas dix, mais des milliers de personnes qui, grâce à la médecine, reviennent de la mort et racontent. Et ce qui donne crédit à tout cela, c’est que tous nous disent globalement la même chose, même des enfants qui n’auraient jamais entendu de récits d’autres “survivants” sur le sujet, et donc, n’inventent pas, ne copient pas, n’affabulent pas. Ce ne sont pas des “racontars”, ce sont des vrais témoignages, dont certains ont même pu être prouvés. Sauf que l’on est encore trop nombreux à l’ignorer, parce que la mort  nous fait un peu peur et que l’on n’a pas trop envie de s’y intéresser, alors on ferme nos oreilles… Si vous êtes mal à l’aise avec ce sujet, fermez l’article, car je suis consciente que c’est assez spécial. Mais si vous voulez continuer à lire, que vous soyez familier avec le sujet ou non, soyez certain que tout ceci est avéré. Et que j’en parle ici car cela peut aider nos enfants à mieux vivre l’idée même de la mort.

Aujourd’hui , et notamment en réanimation, on a fait des progrès considérables ; c’est à dire qu’il y a des personnes qui sont mortes pendant 1 minute (encéphalogramme plat, ce qui veut dire d’un point de vue médical que ces personnes sont mortes), et que l’on arrive à réanimer. Et elles racontent…

Elles racontent toutes la même chose !

Qu’elles sont dans un état comme une masse, à l’état de gaz, et qu’elles “flottent dans l’air”, tout en voyant et ressentant tout ce qui se passe dans la pièce (elles peuvent aussi aller ailleurs en un claquement de doigts). Elles sont capables d’entendre ce que le médecin est en train de se dire dans sa tête, de ressentir la peine des gens qui sont présents, mais elles ont également une sensation d’harmonie universelle, de bien-être, d’amour, comme jamais elles n’ont vécu même dans les meilleurs moments de leur vie. Elle sont à l’état “d’âme”. Elles voient tout, elles peuvent même aller au plus profond de la matière (ressentir les atomes, et le reste), ont une impression de tout connaître (beaucoup parlent de lois mathématiques !), et de comprendre que tout a un sens. Pour celles qui vont plus loin dans le processus, toutes parlent d’une lumière d’amour inconditionnel et infini qui les attire et leur donne clairement l’envie d’aller vers cette lumière – et pas du tout de retourner dans leur corps. Elles entendent, ressentent ou voient la présence derrière cette lumière de leurs proches décédés.

Parmi ces témoignages, un grand nombre a pu être prouvé. En voici trois :

  • Un jeune homme qui, en se réveillant de son arrêt cardiaque, raconte au médecin présent dans la salle ce qui s’était passé pour lui. Il ne le croit pas. Pour le lui prouver, il lui donne le numéro de la plaque qui est sous son lit. Sachant qu’il était arrivé en camion de pompier dans un état désastreux, et qu’il était passé direct en réanimation, sans évidemment s’être levé pour regarder cette plaque dont d’ailleurs personne dans la salle ne connaissait le numéro. Il dit le numéro, le médecin se penche pour vérifier. Il devient livide…
  • Une femme se fait elle aussi réanimer. Quelques semaines plus tard, elle croise par hasard le médecin qui l’a réanimée, et le reconnaît à sa voix. Elle lui raconte ce qui s’est passé pour elle ce jour-là et ajoute “vous étiez même en train de penser à la petite cahute sur une place au Mexique dont vous veniez de revenir et vous vous  disiez que vous auriez mieux fait d’y rester” Le medecin ne comprend absolument pas comme cette femme a pu savoir cela, surtout qu’il n’avait pas raconté ses vacances sur son lieu de travail…  La femme assure : “Non mais je vous dis que  “j’entendais” ce que tout le monde pensait !”
  • Un médecin cette fois, qui ne croyait absolument pas à ces choses là pour je ne sais plus quelle raison, se fait réanimer et raconte qu’il a vécu la même chose, et qu’il a même vu à côté de lui une femme qu’il ne connaissait pas. Mais il se dit qu’il a dû rêver et que c’est le cerveau qui en se réveillant de son coma a dû disjoncter. Quelques mois plus tard, lors d’un héritage je crois, il apprend l’existence d’une soeur qu’il ne connaissait pas. On lui montre la photo, c’est la femme qui était dans “son rêve”… Ce n’était donc pas un rêve, cela s’est réellement passé.

Donc, si la mort est une notion à peu près “maîtrisée” pour nous, et que nous y voyons aussi le côté positif pour la personne qui passe de l’autre côté, nous allons indéniablement avoir beaucoup plus de facilité à l’expliquer à nos enfants.

Pour cela, je vous conseille deux livres :

  • “Goutte de vie”, de Sof et Raf, que mes enfants adorent ! Cela répond à toutes leurs questions du type : “Dis maman, avant d’être dans ton ventre, j’étais où ?” – “Et quand on meurt, papa, on va où ?” Grâce à ces images sans texte (cela vous laisse raconter votre version), on comprend que quand on est dans le ventre de notre maman, tout de suite une âme, présentée sous forme de goutte, vient s’installer dans le coeur de ce foetus (Cette âme expliquerait d’ailleurs que des vrais jumeaux qui ont le même profil génétique et vivent la même chose puissent être si différents). Puis le bébé grandit, devient un enfant, un adolescent, une mère/père à son tour (le livre a deux versions, pour les filles et pour les garçons), puis grand-mère/grand-père, puis meurt. Et son âme (représentée toujours par une goutte) sort de son corps pour retourner dans l’univers avec ses autres amies gouttes. Pour les croyants comme les non-croyants, ce livre est une très belle façon d’expliquer la vie et la mort aux enfants.

Pour conclure, j’ajouterai que j’espère sincèrement n’avoir choqué personne. Chacun croit ce qu’il veut croire, mais j’invite tous ceux qui se sentent prêts à tout simplement se renseigner et en discuter avec des personnes qui ont vécu une EMI soit une “expérience de mort imminente” (NDE soit « Near Death Experience » en anglais), il y en a sûrement au moins une dans votre entourage car cela est bien plus fréquent qu’on ne le croit.  Personnellement, depuis que je suis plus attentive sur ces choses-là, j’en ai rencontré 4 ! “Mais pourquoi tu m’as jamais raconté cela avant ??!” Peut-être que je n’étais tout simplement pas prête à l’entendre 😉

 

Commentaires

Commentaires

15 réponses
  1. Jodelalie
    Jodelalie says:

    MERCI Charlotte pour cet article atypique ! Oui, il est temps d’intégrer cette vérité quasi scientifique dans l’éducation de nos enfants, au même titre que la vulgarisation des récentes découvertes des neurosciences affectives et sociales sur le cerveau des enfants ! C’est pour moi du bon sens, de la bienveillance, de la cohérence qui va dans le même sens que l’éducation positive. J’ai récemment décrit la mort à mon fils de 6 ans en m’appuyant sur ces témoignages de NDE. Bravo pour cet article courageux !

    Répondre
  2. mariata
    mariata says:

    Je ne suis pas vraiment d’accord : ces expériences, ne sont pas des expériences de mort, mais de « mort imminente », un moment très court avant l’inéluctable…
    J’aime à dire à mes enfants que la mort, personne n’en revient, c’est pour cela que personne ne sait comment c’est, même s’il existe de nombreuses croyances à ce sujet (et c’est important d’avoir connaissance de ces croyances pour choisir d’y adhérer, ou non).
    Accepter cela, cela fait partie de la condition humaine…Et cela permet de leur dire, aussi : « Nous avons la chance incroyable d’être en vie, n’est ce pas merveilleux ? Alors, même s’il y a aussi des moments diffciles, il faut profiter de chaque instant de notre vie, qui finira, un jour, comme toutes les vies…. »

    Répondre
  3. Elo
    Elo says:

    Il faut quand même rappeler que ces « expériences » de mort imminente s’explique de mieux en mieux avec la science et non la foi. Je ne le ferai pas ici parce que je risquerai d’oublier des choses mais il se passe beaucoup de choses dans le cerveau quand il se réveille d’un coma. Prenez le cas des hallucinations dans les pathologies psychiatriques (désolée je suis psy), le cerveau voit des choses (ça se vérifie sur IRM) alors qu’elles n’existent pas.
    Après chacun peut trouver la solution qui l’apaise. Se rassurer par la foi ou en pensant qu’il y a un monde rempli « d’amour inconditionnel et infini ». Ou on peut avouer qu’on ne sait pas.
    Pour ma part, je trouve l’idée d’Advienne très intéressante et plus juste (plus adaptée à mes idées)

    Répondre
    • Elo
      Elo says:

      On peut aussi dire qu’on existe autrement après la mort : dans les souvenirs des gens qui nous aiment.
      La mort entraînera forcément des angoisses plus ou moins grandes liées à la perte

      Répondre
  4. lor
    lor says:

    Chez nous nous avons déjà du aborder le sujet de la réincarnation, suite au décès d’un animal de compagnie et d’une arrière grand-mère , je trouve que ce livre et un bon outil pour aider à l’expliquer, il image bien tout ça. C’est chouette! Merci

    Répondre
  5. Advienne
    Advienne says:

    La mort fait partie de la vie et comme tout ce qui vit se développe, je me suis servie des graines.
    Un pépin de pomme que ma fille et moi avons mis dans le coton et qui germe après quelques jours, qui grandit, qu’on met en terre pour qu’il continue à se nourrir, se développer, qui donne des fruits, pendant plusieurs années, de bons fruits qui nous régale, qui nous font grandir aussi…Et l’arbre arrive au bout de sa vie, il a donné de beaux fruits mais il est fatigué, il doit ralentir le rythme, maintenant les fruits donnés sont pour lui, il essaie de se souvenir de sa vie, entouré et aidé de ceux qu’il a nourrit avant de s’éteindre doucement…
    Bon dimanche à tous.

    Répondre
  6. Val
    Val says:

    Personnellement, je ne nie absolument pas ce qu’ont vécu ces personnes, mais est-on sûr que c’est de la mort qu’ils parlent ?
    C’est une mort imminente, donc pas la mort elle-même… J’en sais rien, peut-être que c’est une étape qu’on traverse pour mourir et que certains en reviennent ?
    Ça m’embête parce que je n’aurais pas l’impression de répondre aux questions de ma fille avec des retours d’expérience de NDE… Je sais que ce qui l’inquiète dans la mort ce n’est pas tant ce que c’est, que comment fait-on pour vivre avec la connaissance de l’existence de la mort. Et comment on y survit (je parle des proches. Son père a perdu sa mère et je sais que ce qui l’inquiète n’est pas de savoir ce qui pourrait m’arriver mais comment elle pourrait survivre à ma disparition) (en tout cas, c’est mon interprétation).
    Après, l’idée de la goutte de vie est trop peu cartésienne à mon goût, elle induit une prédisposition qui me dérange toujours quand on parle d’enfants (et ça me pose de gros problèmes quant à l’avortement, mais c’est un autre débat) mais cela ne me choque pas plus qu’une autre croyance. C’est une des caractéristiques de notre espèce, de se construire ainsi des explications à l’inexplicable, et je suis toujours abasourdie par cette force que nous avons pour croire.

    Répondre
  7. Jean Philippe Actimomes
    Jean Philippe Actimomes says:

    Merci beaucoup pour ce partage engagé. J’essaierai de trouver ce livre que vos enfants aiment. J’ai également l’idée que nous rejoignons la VIE peut importe notre forme.

    Répondre
  8. Aline
    Aline says:

    Merci…
    j’ai été choquée, j’ai pleuré, mais pour avoir pris conscience…
    Merci!
    Je commençais à y croire depuis peu, je m’etais posé la question et fondamentalement je me suis dis il y a forcément qqch. ton article m’a ouvert les yeux, je me sens libérée de cette peur de la mort.
    Merci

    Répondre
  9. Nolwenn
    Nolwenn says:

    Pour moi aussi, les NDE ont été une formidable source de confiance en ce qu’il y aura après…
    Ensuite, il ne faut pas oublier ce qu’est la mort: un état irréversible. Donc les personnes ne sont pas mortes et revenues. Elles ont juste été dans l’anti-chambre de la mort. On ne sait pas ce qui se passe quand on reste « de l’autre côté ».
    C’est comme de se dire, parce qu’on a été en salle d’embarquement, qu’on sait ce que c’est que de prendre l’avion.
    Donc toutes ces expériences de mort imminente sont passionnantes, inspirantes, mais c’est la foi et non la science qui peuvent nous laisser penser que ce sont des images de ce qui se passe après la mort.
    En tout cas, il est certain qu’en acceptant de mourir un jour, on explique avec plus de sérénité à un enfant que ça fait partie de la vie.
    Et dans les cas, il serait dommage de se gâcher le voyage (qu’est la vie), parce qu’on sait que ce voyage aura une fin.
    Merci pour ce blog, précieux, positif, et merci pour les liens.

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.