fbpx

Pleurs de décharge : ce que j’aurai aimé savoir pour comprendre et apaiser bébé

Un bébé qui pleure en fin de journée sans raison apparente, c’est souvent épuisant pour les parents ! Et pourtant, les pleurs de décharge, aussi appelés pleurs du soir ou anciennement “pleurs vespéraux” (l’heure des vêpres) sont un phénomène normal lié au développement de l’enfant. Quand Noah, mon premier enfant a eu 2 mois, il pleurait quasi non stop entre 17 et 19 h. Entre inquiétude, recherche de cause et manque d’informations, SuperPapa et moi avons tourné boulé pour comprendre et trouver des solutions pour apaiser ces pleurs… Donc petit tour d’horizon

Pleurs de décharge : qu’est-ce que c’est ?

Pas toujours facile de savoir pourquoi bébé pleure. Bien sûr, pleurer et crier sont les seuls moyens d’expression du nourrisson pour nous alerter que quelque chose ne va pas : il a trop chaud, trop froid, il s’est coincé le bras, sa couche est mouillée, il a faim… Bref, il y a mille raisons pour que bébé s’exprime de la seule manière qu’il ait à sa disposition.

Comment différencier les pleurs de décharge des autres pleurs ?

Les pleurs du soir interviennent souvent… 😉 en fin de journée, souvent autour vers 17 – 19 heures. 

Décharger le stress de la journée

Ce qui m’a beaucoup aidé et apaisé, c’est de réaliser l’ampleur de ce que vit un bébé à peine sorti du ventre maternel.

Ces pleurs de décharge sont liés au développement neurologique normal du cerveau de bébé. (Mais n’en profitons pas pour s’inquiéter si notre nourrisson n’en fait pas 😉).

Entre 3 semaines et 3 mois, le nourrisson évolue de manière incroyable. Il intègre son environnement à travers ses 5 sens : les bruits, ce qu’il voit, ce qu’il sent, ce qu’il ressent (la faim, le chaud/froid, etc.)… ce qui représente une stimulation intense pour notre tout petit.

Les pleurs vespéraux sont donc un moyen pour lui de réguler tout ce stress accumulé. 

Un changement de rythme de sommeil

L’autre élément important, c’est que bébé passe d’un rythme ultradien (en gros, il mange / il dort) à un rythme circadien avec des temps d’éveil plus longs : une sieste le matin, une autre l’après-midi et dodo la nuit, avec quelques pauses.

Un message à nous faire passer

Une fois qu’on a tout ça en tête, je trouve qu’on peut accueillir ces pleurs de décharge de manière un peu plus cool (enfin, selon notre fatigue à nous, car forcément, pas facile quand on est épuisé d’être serein face à cette détresse qui dure) ! 

Température, confort, faim… une fois qu’on a fait notre tour de check-list “pourquoi bébé pleure”, on peut simplement considérer qu’il s’agit bien de pleurs de décharge. 

Bien sûr, ça ne veut pas dire qu’on doit le laisser pleurer sans rien faire. À ce moment, bébé a besoin d’être rassuré, on verra quelques astuces un peu plus bas. 

Quel lien entre les pleurs de décharge et les coliques du nourrisson ?

On a souvent cru qu’il y avait un lien entre les deux. En fait, il semble que ce ne soit pas le cas d’un point de vue de médecine actuelle. Les coliques ou maux de ventre sont plus souvent liés à la digestion (donc interviennent plutôt en deuxième partie de repas) et peuvent être liés à des intolérances au lactose, allergie, reflux gastrique ou RGO, etc. Si les pleurs durent, il est important de ne pas avoir peur d’en discuter avec le médecin ou pédiatre, il pourra nous rassurer ou chercher d’autres causes.

Tous les bébés ont-ils des pleurs de décharge ?

Clairement non. Sans me baser sur la fiabilité statistique basée sur 100% de mes 2 enfants (l’un oui, l’autre non 😉), il est clair que tous les bébés n’ont pas forcément des pleurs du soir, pas sur la même durée, ou sur la même intensité.

Et pour un même enfant, cela peut être plus ou moins intense. Pour notre loulou, plus la journée avait été remplie (repas de famille, balade au parc, etc.), plus ces crises de larmes étaient intenses. 

Comment calmer les pleurs de décharge ?

Une fois qu’on sait que bébé va bien et qu’il a “juste” besoin de vider ce trop-plein d’émotions et de sensations de la journée, on peut être un peu plus serein pour passer ce cap difficile… Alors, comment apaiser les pleurs de décharge d’un bébé ?

  • Le peau à peau peut être très efficace, car il permet à bébé de retrouver le rythme cardiaque, l’odeur, le contact avec son parent. Souvent un moment privilégié parent-enfant qui favorise l’attachement ;
  • Si bébé a besoin de mouvement (ou qu’on a des choses à faire), on peut privilégier le portage en écharpe ou en porte-bébé qui permet cette proximité. L’emmaillotage peut avoir également des effets hyper bénéfiques sur certains nourrissons ;
  • Pour notre loulou, la balade en extérieur était souvent salvatrice (bien que j’étais parfois fatiguée de me promener des heures durant) ;
  • Bercer bébé en le mettant le ventre contre le bras, ou en regroupant ses pieds pour les coller sur son ventre est aussi une option à essayer ; 
  • Enfin, rappelons-nous que nos enfants ont cette incroyable capacité à refléter nos émotions (les fameux neurones miroir) et que plus nous sommes en stress, plus il va le ressentir et l’exprimer. Donc pensons à nous reposer, car des parents en forme, ça crée des enfants (plus) apaisés 😉. 

D’ailleurs, si vous cherchez quelques astuces pour bien gérer les premières années de bébé avec plus de sérénité, nous vous avons concocté le « PACK spécial bébé » avec tous nos conseils pour gérer les premières séparations, colères, interdits, etc. ! Pour le recevoir (gratuitement bien sûr), laissez-nous votre email ci-dessous et nous vous l’envoyons illico. Quelques pleurs et stress en moins, cela fait du bien. 🙂

pack_bebe [WP-Coder id=”14″]

Quand faut-il s’inquiéter des pleurs de décharge du nourrisson ?

Si les pleurs du soir sont tout à fait normaux, il n’est pas utile de rester en stress et d’avoir l’impression de ne pas pouvoir en sortir. Ce n’est bon ni pour bébé ni pour les parents. 

Certains médecins proposent d’observer le 3-3-3 :

  • Si c’est plus de 3 heures par jour, 
  • plus de 3 jours par semaine,
  • plus de 3 semaines d’affilée… 

Alors, si on a l’un de ces 3, et plus encore s’ils se cumulent, on file voir le pédiatre ou le médecin de famille pour vérifier que tout va bien… Une fois rassurés, on pourra continuer à aider bébé à décharger ses émotions.

___

Vous avez des difficultés avec le sommeil de votre enfant ? Vous avez le sentiment d’avoir tout essayé ? Je vous invite à vous renseigner sur Le coaching « Il dort enfin (et nous aussi !) ». 15 jours d’accompagnement personnalisé pour retrouver des nuits (et des soirées) complètes et un sommeil réparateur pour toute la famille. Le coaching est personnalisé pour s’adapter à votre situation particulière : si votre enfant n’a jamais dormi ; si c’est le matin qu’il se lève trop tôt ; si c’est la nuit ou le soir s’il se relève ; si vous pratiquez le cododo ou pas ; si vous avez besoin de vous coucher avec lui pour l’endormir, son âge, etc. Un mix de vidéos et d’accompagnement individuel de nos coachs certifiés (voir les avis des parents qui dorment enfin (!) ici).

Pour être informé des prochaines sessions, renseignez votre mail ci-dessous :

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL 💤

coaching sommeil cool parents make happy kids

“Il dort enfin… et nous aussi !” 15 jours d’accompagnement Réserve pour juillet ! > Je réserve ma place

À NE PAS MANQUER :

⚡ Je veux de VRAIES vacances ! De la joie en famille, et du temps pour moi ! Dans l’appli Cool Parents Du 3 au 29 juillet 2024 > Découvrir

⚡ Outil pour éviter nos pétages de câbles Dans l’appli Cool Parents Du 7 au 26 août 2024 > Découvrir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil L'appli' Le blog