signer avec bébé

Utiliser ses mains pour parler avec son enfant alors que l’on se dit déjà qu’il nous faudrait quatre bras en plus pour réussir à gérer la maisonnée, quelle drôle d’idée ! Pourtant loin d’être loufoque et même si, à première vue, cette pratique ne paraît pas spontanée, cette idée a l’air de germer au sein des crèches, chez les nourrices et dans de nombreuses familles.

La langue des Signes pour Bébé (LSB) prend sa source dans la Langue des Signes Française (LSF). Cependant, comme elle n’a pas pour objectif d’être une langue à part entière, mais simplement d’offrir un support de communication simple et ludique entre les parents et leur bébé, il est plus approprié de parler de “communication gestuelle associée à la parole”. Signer avec son bébé ne remplace pas les mots car le signe est toujours accompagné de la parole. Cela permet seulement à l’enfant d’associer un geste à un mot, un besoin ou une émotion afin de pouvoir s’exprimer plus facilement.

Je laisse la parole à Clémentine, maman de Romain 4 ans et Vincent 19 mois pour vous en dire un peu plus sur le sujet.

Comprendre son enfant, voilà ce que souhaite chaque parent. Cela est un défi quotidien et en toutes circonstances. Il est vrai que parfois nous parvenons à décoder quelques babillages, mimiques ou encore certains pleurs mais nous n’y arrivons pas à chaque fois. Cela laisse un goût amer, une sensation d’impuissance, nourrissant ainsi de nombreuses tensions. Lorsque nous devenons parents, aucun dictionnaire ou traducteur n’est livré avec bébé ! Nous y allons souvent à tâtons pour comprendre ce que notre enfant veut réellement nous dire. Pour ma part, j’ai changé de nombreuses couches avant de comprendre que mon bébé avait faim ou froid ou chaud.

Avant tout, il faut savoir que le but du langage gestuel n’est en aucun cas d’accélérer le développement de notre enfant. Même si, en stimulant la parole par des gestes, nous l’amenons à réfléchir, à observer ; l’objectif principal est ailleurs. 

Qu’est-ce qu’on gagne à signer avec son bébé ?

Quand notre nourrice nous a dit vouloir se former à la langue des signes pour bébé afin de l’apprendre à Romain, nous étions un peu sceptiques. Nous ne savions pas à quoi cela aller nous avancer. C’est vrai que jusqu’ici les seules onomatopées que Romain savait prononcer ne nous permettaient pas de savoir ce qu’il voulait du premier coup. Nous proposions souvent des dizaines de choses avant de satisfaire son besoin ou de répondre à sa demande. Inévitablement à la clé : beaucoup de temps de perdu et de crises liées à cette incompréhension. Signer avec notre bébé a transformé nos rapports. Nous avons vite compris les avantages de cette communication gestuelle.

Après un peu de pratique, à 18 mois, Romain savait nous faire comprendre ce qu’il voulait. Nous savions quand il avait faim, quand il voulait boire… Imaginez la satisfaction que nous avions de pouvoir répondre aux besoins de notre enfant avant qu’il ait la capacité de pouvoir parler. 

La langue des signes est un allié précieux pour communiquer. Notre enfant est mieux compris et donc moins frustré. Les colères ont ainsi considérablement diminué.

Signer avec son bébé a un second gros avantage : faire baisser le niveau sonore de la maison. Chez nous, avec deux garçons, je l’avoue c’est assez bruyant, du coup quel bonheur quand Vincent a réussi à signer « j’ai faim » sans hurler, accroché à sa chaise haute. L’ambiance s’est tout de suite détendue. Nous étions moins irrités par les cris et donc plus enclin à répondre activement et de manière bienveillante à ses attentes. 

Cette pratique gestuelle demande un peu d’exercice car elle utilise le regard. Adultes, nous devons nous mettre à la portée de notre enfant, créer une relation visuelle avec lui et non plus lancer des mots en l’air à travers l’appartement. En alliant geste et langage, nous captons indéniablement l’attention de notre bébé. Notre relation avec lui peut devenir plus sereine, plus apaisée et plus respectueuse.

La langue des signes pour bébé a par ailleurs un autre atout. Non seulement, nous parents, nous comprenons notre enfant mais quiconque à qui nous expliquons les signes de bases est en mesure de décrypter ce qu’il veut. Pour moi qui ai un peu de mal à me détacher des enfants, à les laisser chez les grands parents par exemple, je me suis vue nettement plus sereine quand j’ai constaté que ma maman donnait un gâteau à Romain quand il a allié ces trois gestes : « encore », « gâteau » et « s’il te plait »). La connexion était établie…

Est-ce que signer avec son bébé retarde l’arrivée du langage ?

Ce n’est pas parce qu’un enfant se déplace à 4 pattes qu’il marchera moins vite. Il en est de même avec la langue des signes. L’enfant va comprendre de lui-même l’avantage qu’il a à communiquer et le plaisir de l’échange. Il va vouloir de plus en plus échanger et se rendra compte que le langage oral est plus riche, plus nuancé que la langue des signes pour bébé. Ce moyen de communication n’est qu’une phase, elle n’a pas pour but de durer des années. D’après moi c’est un réel tremplin, une prise d’élan, un avant-goût qui motive l’enfant à entrer en contact avec nous et avec les autres.

Il est important que le langage gestuel ne remplace pas la parole. A nous de trouver le bon équilibre et surtout de  continuer à prononcer les mots. L’enfant pour apprendre à parler a nécessairement besoin d’entendre les mots associés au gestes pour acquérir aussi le vocabulaire. Signer avec notre bébé n’est qu’un support complémentaire pour l’amener vers le langage oral.par quoi on commence ? 

Vous avez maintenant compris tout l’intérêt de signer avec son bébé. Super… mais par où commence t-on, à quel âge et comment ?

Pour l’âge, je dirais, dès que vous pouvez. Comme l’enfant apprend par mimétisme, plus il vous verra répéter les gestes, plus il saura vite les comprendre puis les reproduire.

Prenez le temps d’observer les frustrations de votre enfant. Chez nous, elles tournaient beaucoup autour de la thématique du repas. Nous avons donc démarré avec six mots : « encore », « gâteau » « boire » « manger » « s’il te plait » et « merci ». Ensuite nous avons étoffé au fur et à mesure des situations : « papa », « travail », « pardon », « j’ai besoin d’aide »… 


Pratiquer le langage gestuel est propre à chaque famille, chaque enfant. Si le geste n’est pas exactement bien réalisé, ce n’est pas grave, l’important est que tout le monde se comprenne. Si votre enfant veut inventer un geste pour décrire une émotion, pourquoi pas. Ce serait dommage de se crisper et de perdre le côté ludique de l’exercice.
Après tout dépend de vous, de votre motivation et du temps que vous avez. Si vous souhaitez être accompagné et découvrir plus de 25 signes en vidéos, vous pouvez vous tourner vers le mini-coaching: « Communiquer et signer avec bébé »En 5 sessions vous mettez en place avec votre enfant le socle d’une belle relation pour les années futures, et vous apprendrez le B-A BA du langage des signes pour bébé.



Voici quelques illustrations de Laure CHEVEREAU, sur les mots et les émotions les plus couramment utilisés : c’est par ici que ça se passe !

Allez, vous êtes à un pas, euh non pardon à deux mains, de diminuer la frustration de vos enfants et de rendre vos échanges avec lui plus sereins.

Ne vous mettez surtout pas de pression, cette pratique doit rester un plaisir. Certains gestes sont plus difficiles à réaliser, lorsqu’il faut, par exemple, coordonner les deux mains. Prenez donc patience, ne baissez pas les bras et persévérez, vous verrez vite la joie dans les yeux de votre enfant quand il se sentira compris. 

 

Cet article vous a plu ? Vous aimeriez aller plus loin ? Découvrez le pack  » Bébé » !

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !

 

 

Commentaires

Commentaires

1 réponse
  1. Johanna
    Johanna says:

    Bonjour, je trouve votre article intéressant mais par respect pour la langue des signes et pour les sourds il faut arrêter de parler de LSB (langue des signes pour bébé) mais plutôt dire « les signes associés à la parole ». De même, il est important en tant qu’adulte de signer correctement, car même si nous utilisons des signes de la LSF pour faciliter la communication avec bébé, il ne faut pas abîmer la LSF. Tout comme vous n’allez pas dire à votre enfant « baba » pour dire « papa ». Les mots ont un sens, les signes aussi!
    si l’enfant ne signe pas correctement ce n’est pas grave, pas besoin de le reprendre car il fait avec ses capacités motrices et son schéma corporel du moment. En dehors de ses aspects qui me semblent très importants, je trouve que l’explication de l’intérêt de cet outil est très bien démontré dans votre article.

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.