Stress enfant CPMHKSachant que le cerveau de notre enfant est encore plus malléable que le nôtre, les impacts du stress qu’ils peuvent subir méritent d’être connus.

Nos enfants sont « hyperactifs », ont du mal à « se concentrer », sont en situation « d’échec scolaire »… Et si ce n’était que la conséquence scientifique de leur stress enfant ?

 J’ai eu l’occasion, dans le cadre de mon job, d’assister à une conférence passionnante lors du dernier « Congrès HR » [ndlr : Grand congrès rassemblant de nombreux Directeurs des Ressources Humaines] expliquant les impacts du stress sur notre santé psychologique et physique.

La conférence était animée par Perla Kaliman : Docteur en biochimie, Chercheuse associée, Institue of Mind and Brain ; Université of California Davis. Bref, une référence, puisque c’est son institut qui a mené les expériences en la matière.

Passons d’abord en revue les impacts du stress sur notre santé physique et mentale (je vous éviterai les détails scientifiques), nous verrons ensuite les situations banales, et pourtant très stressantes pour nos enfants, que nous devons absolument éviter.

Les impacts du stress sur notre cerveau et celui de nos enfants peuvent expliquer un grand nombre de nos problèmes.

Tout d’abord, les expériences montrent que le stress « chronique » (c’est-à-dire récurrent) est capable de modifier de façon durable notre cerveau.  En effet, il rétréci certaines parties de celui-ci, ce qui entraîne un déficit de mémoire, d’attention, et de prise de décision. Le stress chronique est aussi capable d’élargir d’autres régions du cerveau, mais bien sûr pas les bonnes : celles qui augmentent les sentiments de peur, d’anxiété, et les troubles émotionnels !

Le stress enfant peut donc modifier autant notre capacité d’apprendre que notre comportement, et en particulier celui de nos enfants.

Mais ce n’est pas tout ! En plus d’impacter notre cerveau, le stress enfant impacte aussi notre système immunitaire.

Les chercheurs de l’université de Pittsburg, ont également fait une expérience sur 400 hommes et femmes. Après  avoir mesuré leur niveau de stress les semaines précédant l’expérience, ils ont injecté des rhinovirus dans le nez des volontaires. Les personnes stressées sont beaucoup plus tombées malades que les autres. Car leur système immunitaire avait été affaibli du fait d’une période de stress prolongée.

Le stress est un facteur de risque non seulement pour le rhume, mais aussi et surtout pour les maladies cardio-vasculaires, les maladies auto-immunes, le diabète et la dépression. Le stress ne peut pas modifier notre patrimoine génétique. En revanche, il peut activer certains de nos gênes indésirables.

Enfin, pour couronner le tout (après j’arrête, c’est promis) : Le stress chronique favorise la prolifération des cellules cancéreuses et augmente le vieillissement cellulaire.

Car oui, il y deux types d’âge : l’âge chronologique que tout le monde connait, et l’âge biologique, imprimé dans nos cellules. Le stress chronique raccourcie les télomères qui protègent nos chromosomes. Les cellules deviennent alors plus âgées de manière accélérées, c’est notre horloge biologique qui en prend un coup.

Maintenant que vous savez tout ça, vous voulez évidemment savoir comment éviter les situations de stress (parfois ‘banales’) qui nous font tant de mal, à nous comme à nos enfants. Vous trouverez tout cela dans l’article : « Comment aider notre enfant à améliorer ses capacités d’attention, réduire son impulsivité, et à gérer ses émotions ?« 

Cool Parents Make Happy Kids

INSCRIVEZ-VOUS A LA NEWS LETTER ET RECEVEZ CHAQUE SEMAINE UN ARTICLE POUR MIEUX COMPRENDRE LES BIENFAITS D’UNE EDUCATION PLUS POSITIVE.

Vous avez aimé cet article?

Alors, vous allez adorer notre newsletter avec nos conseils concrets et déculpabilisants!
Inscrivez-vous et recevez le pack du Parent Bienveillant