Face à une crise d’un enfant de 3 ans, on est souvent désemparé. Comment désamorcer la situation en quelques questions. Je laisse la parole à Maÿlis, maman de 2 enfants, Valentin 3 ans et Léa 6 ans

L’autre jour mon fils, Valentin, le petit dernier de 3 ans,  m’a posé un challenge.

Vous savez, une de ses fameuses situations compliquées où l’on sait que c’est à 2 doigts de déraper… Un matin où j’étais déjà en retard pour partir à l’école, Léa, mon aînée a couru pour appuyer sur le bouton de la lumière ET celui de l’ascenseur avant lui… face à une enfant de 3 ans, la situation est franchement grave! La crise de colère était imminente, à ses yeux, le bouton de l’ascenseur, c’est réellement quelque chose d’important.

Je voyais l’heure tourner: le stress est monté en flèche !  

J’étais en train de perdre patience et j’étais donc prête à lui crier dessus en me disant « de temps en temps j’aimerais bien juste qu’il fasse ce que je veux sans se poser de questions« .

J’imagine que ça vous est déjà arrivé? Que ce genre de situation vous parle, peut-être dans un contexte légèrement différent ? Cet éclair de lucidité m’a laissé qq secondes de répit avant “explosion imminente”, et je me suis posée deux questions qui m’ont aidée à faire redescendre la pression :

Crise d’un enfant de 3 ans, la question qui aide à prendre du recul :

« Quel est mon but à l’instant présent ? Cette question peut sembler anodine. 

Mais face à une situation de stress, c’est une question que l’on gagnerait à se poser régulièrement.

Dans mon cas, le problème d’origine, lequel était-ce ? Nous allions être en retard. Mon but était qu’on soit à l’heure à l’école. Est-ce que le fait de lui crier dessus allait me faire gagner du temps ? Est-ce vraiment le bon moyen pour désamorcer une crise d’un enfant de 3 ans ? (ou quelque soit son âge d’ailleurs 🙂 )

On est tous d’accord, la réponse est non sans hésitation, me mettre à crier, ce n’était pas la bonne stratégie, je risquai au contraire de faire empirer la situation. 

Il me restait donc à me re-concentrer sur mon objectif principal, que mon énervement m’avait fait oublié: partir au plus vite à l’école!

Crise de colère, la deuxième question qui aide à faire redescendre la pression :

Une fois que nous avons remis les choses dans le contexte, l’esprit y voit déjà un peu plus clair, mais le stress est encore là : il reste malgré tout à gérer la situation explosive.

Pour cela, la deuxième question que nous pouvons nous poser, est :

« Qu’est-ce que je peux/veux lui transmettre à travers cet événement ? » (ou du moins essayer ne serait-ce qu’un petit peu) .

Bon mieux vaut avoir réfléchi en amont à la réponse à cette question, pour réussir à se remémorer la réponse en plein contexte de crise… Pour moi, ma réponse, c’était : je veux savoir reconnaître ses frustrations qui sont bien réelles, tout en lui apprenant à ne pas «rester bloquer» sur ce qui est fait et “plus réparable”. Avoir réfléchi en amont à notre objectif éducatif, et se le rappeler, permet de nous donner une motivation forte.

Et bien vous savez quoi, cette fois-là, grâce à ces deux questions :

  • la pression est instantanément redescendue, 
  • ma confiance et mon énergie ont été boostées,

Je l’ai pris dans les bras “Oh ba oui mon coeur, c’est pas chouette toi aussi tu voulais appuyer sur les boutons. Tu crois que l’on a droit d’appuyer sur tous les boutons ? Qu’est-ce qu’il se passe si on fait ça ? ” J’ai réussi à éviter la crise !!

Est-ce qu’on arrivera à tous les coups à se poser ces deux questions ? 

Il est fort probable que non, car cela dépend entre autre, de notre disponibilité et de notre imagination à l’instant T. Ce que nous n’avons pas tout le temps (fatigue quand tu nous tiens…).

D’ailleurs mon propos n’est pas que nous devenions des wonder-parents ou des supers-héros de la lutte anti-crise. 

Mais plutôt, que l’on évite de se mettre en situation de stress pour petit à petit: remplacer la question “c’est pas vrai, ça recommence, comment je vais pouvoir m’en sortir ?” par, « ok, qu’est-ce que je veux réellement, quel est mon objectif ? ».

Rien que cela, il y a de fortes chances que notre enfant sente la différence chez nous et que par effet miroir, il réagisse différemment, ne serait-ce qu’un petit peu (voir l’article sur les neurones miroirs)cool coaching

Maintenant, quelques astuces pour désamorcer une crise de colère :

Voici 4 clés utiles pour éviter ou désamorcer une crise chez les jeunes enfants:

  • Anticiper de notre côté un événement qu’on sait “compliqué”, par exemple : 
    • Emmener le goûter avec soi « au cas où » quand on a un rendez-vous chez le médecin et que l’on n’est pas sûr d’être à la maison pour celui-ci si jamais le médecin a du retard.
    • Se mettre d’accord avec les amis qu’on retrouve au parc pour savoir s’ils emmènent la trottinette ou non (comme le fameux jour où notre fils ne voulait pas la prendre et qu’il a fait une colère sur place car son copain l’avait…)
  • Permettre à l’enfant d’anticiper en le prévenant, comme par exemple : “ce soir exceptionnellement, c’est maman qui vient te chercher à l’école”. Voir également ce super article : “prévenir pour éviter les conflits”.
  • Se mettre à l’écoute des émotions et besoins de notre enfant et aussi des nôtres !
  • Se demander si notre enfant n’est pas tout simplement fatigué. Il y a quelques jours, à 10 minutes de l’arrivée, impossible de faire marcher Valentin, début de crise classique pour un enfant de 3 ans… Il a donc bien fallu que je me rende à l’évidence : on était presque arrivé mais il était fatigué et moi aussi ! Lui proposer de marcher jusqu’au prochain feu rouge (on fixe un but) puis de le porter ensuite, était un bon compromis et a clairement évité la crise. 

Ca vous donne envie d’en savoir plus ? Demandez à recevoir gratuitement le PACK ANTI-COLÈRES : une mine d’or pour gérer les crises diverses et variées. Pour cela rien de plus simple : il suffit de renseigner votre email ci-dessous.

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !

 

Commentaires

Commentaires

0 réponses

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.