fbpx

Aux portes de l’adolescence : Lettre d’une maman qui a peur

Aux portes de l'adolescence. Lettre d'une maman qui a peur

Nous y voici mon fils, aux portes de l’adolescence. Hier encore, je te regardais t’endormir au sein en pleine “extase lactée” (j’adore cette expression). Un battement de cil et je te regardais foncer en draisienne à bride abattue en courant derrière toi comme je pouvais avec sacs et talons. Encore un clin d’œil et c’était la maternelle, l’école, les confinements, les scouts, les voyages en van, les nuits où tu te glisses encore dans le lit et où je râle autant que je kiffe… Et parfois aussi, nos prises de bec, ces moments où tu ne veux pas lâcher la console, où tu souffles pour rendre un mini-service, où tu titilles ta sœur et où mes interventions pour essayer de te souffler un peu de tolérance finissent immanquablement par une engueulade. 

Cette année, tu es rentré au collège. Carte scolaire oblige, nouveau collège, nouveaux profs, nouveaux amis, nouvelles activités… Tu t’es adapté brillamment. Je suis si fière de toi.

Mais ce matin, j’ai peur.

Peur que l’on s’écarte, que je ne sache plus comment te retrouver… Mon tout petit pourtant déjà grand qui me laisse embrasser tes cheveux et qui esquive habilement mes tentatives d’étreintes… 

Peur que tu te fermes, que nos échanges se tissent entre évitement et coups de gueule… Que, comme ces histoires si tristes qui défilent sur FB, tu te mures dans ta chambre, tu te crois à l’hôtel, tu me trouves tellement nulle que nos rapports se distendent trop. 

COACHING
👇 FÉVRIER ! 👇

“Des nouvelles règles à la maison, efficaces, et SUIVIES … pour moins crier, moins répéter !”
On va démarrer 👇 🤩

Quand je me vois face à ces pensées, je vois bien tout le travail sur moi qui me reste à faire… Bien sûr que je ne veux que le meilleur pour toi et que je ne souhaite pas te voir rester “accrocher dans les jupons de ta mère” !

Comme le dit Khalil Gibran dans son livre Le Prophète « Vos enfants ne sont pas vos enfants […] Ils viennent à travers vous mais non de vous. Et bien qu’ils soient à travers vous, ils ne vous appartiennent pas »… 

Oui, nous vous élevons pour que vous vous envoliez ! (Et nul doute que vous nous élevez en retour !)

Heureusement, souvent, j’ai aussi confiance !

Confiance que, malgré ces hormones qui vont te chambouler, au-delà de ces rencontres que tu vas faire, notre amour est assez fort… et mon écoute de toi suffisante pour que tu arrives encore à trouver le chemin vers moi !

Confiante dans ces valeurs que l’on a tissées, ce goût du voyage, de la nature, de l’itinérance qui nous habite. Mais les vois-tu seulement ?

Confiante que la vie nous amènera là où nous devons aller chacun, j’espère seulement que cela se passera dans la douceur. Quand je me rappelle mon adolescence, je n’ai pas su trouver d’autre voie que de m’éloigner, est-ce que je saurais te laisser assez d’espace pour grandir sans tout casser ?

J’espère que je saurai te laisser vivre avec le même flegme et la même confiance que je vois dans le regard de ton Superpapa, qui a accompagné et fait grandir déjà ses deux aînés (aujourd’hui 23 et 18 ans). Entre amour et fermeté, déconnade et guidance, ouverture et intérêt sincère pour chacune de vos étapes !

Alors voilà mon fils chéri. Nous sommes aux portes de la suite, sur le chemin de la vie.

J’espère que nous allons cheminer encore longtemps toi et moi, que nous saurons faire évoluer ce lien pour que l’on se rencontre adultes… 

Mais du haut de tes bientôt 12 ans, je ne crois pas vraiment que ces mots puissent faire sens. D’ailleurs, tu n’as pas à les lire ou à les attendre.

Alors je vais continuer à faire de mon mieux pour te donner un cadre, des astuces pour te faciliter la vie, l’envie de te dépasser et de te rencontrer dans toutes ces belles qualités que je vois en toi, t’entourer de beaucoup d’amour et de respect… Et j’espère qu’un jour, tu comprendras un peu ces sentiments ! 

En attendant, je vais sûrement continuer à râler pour que tu continues à prendre cette autonomie (que tu rechignes à acquérir tant tu aimes qu’on te donne la main;-) ) et en même temps, je vais sentir mon petit cœur se serrer en regardant ce temps qui passe si vite… Je vais prendre des bouffées d’amour et de nostalgie en regardant cette frise du temps qui passe que me propose mon téléphone de temps à autre ! Et je vais continuer à te laisser faire ces expériences qui font grandir avec la confiance qu’elles font partie de ton apprentissage et de ton chemin ! 

“ L’expérience est une lanterne qui n’éclaire que celui qui la porte” Céline

Caroline, maman de Noah, 11 ans et Isïa, 8 ans

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL 💤

coaching sommeil cool parents make happy kids

“Il dort enfin… et nous aussi !” 15 jours d’accompagnement Réserve pour février. > Je réserve ma place

À NE PAS MANQUER :

⚡Des règles à la maison qui fonctionnent ! Dans l’appli’ Cool Parents Du 07 au 26 février 2024 > Découvrir

⚡Se faciliter la vie : on te guide pour “lâcher prise” et diminuer la pression Dans l’appli’ Cool Parents Du 06 au 25 mars 2024 > Découvrir

Commentaires

One thought on "Aux portes de l’adolescence : Lettre d’une maman qui a peur"

  1. roby dit :

    cette tristesse intrinsèque au temps qui passe et qui nous éloigne jour après jour….. Génial…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil L'appli' Le blog