fbpx

« J’en ai marre de me répéter ! » Expliquer, sermonner, rien ne change…

🚨 À NE PAS MANQUER 🚨 🎤 Le 12 et 13 novembre à 21h : Conférence « 4 clés pour diminuer les colères de nos enfants, et les nôtres » (GRATUIT) 💥 Unique diffusion en 2023 > Je m’inscris !

Cela fait 5 fois que je lui dis d’arrêter de taper son frère, et rien ne change, ça recommence…! Et ce paquet vide qu’il laisse traîner sans même le jeter, combien de fois lui ai-je encore dit que je n’étais pas là pour ramasser ce qu’il laissait traîner ? Au bout d’un moment, je n’en peux plus de me répéter ! Comment faire pour qu’il “comprenne enfin” ?

Évoluer, cela prend du temps

Parfois, il y a aussi tant de choses sur lesquelles nous aimerions qu’il évolue : on aimerait qu’il arrête de taper, qu’il arrête d’embêter son frère, qu’il arrête de sortir de table en plein repas, qu’il jette ses paquets vides, qu’il parle moins fort, et qu’il goûte les plats que l’on a préparés… Bref, la liste peut être longue. Pour tout cela, on a tendance à expliquer, rabâcher, avec cette impression parfois de “pisser dans un violon”…  (ou de partir en retraite en Inde, histoire de souffler 5min…)

Pourtant, n’est-ce pas normal que nos enfants mettent du temps pour évoluer, même s’ils ont bien compris notre demande ? Est-ce qu’il n’y a pas nous aussi tant de choses que nous comprenons et que pourtant nous ne faisons pas “comme il faut” ? Des choses aussi basiques que d’acheter plus écologiquement (pas d’avocats, pas de bananes…) (pour mémo : la taxe carbone). “On devrait, mais on ne fait pas…”. On sait que l’on devrait utiliser moins d’eau, moins d’essence… De même du côté de nos comportements intérieurs : “on devrait” plus assumer qui on est, s’affirmer, moins crier… et pourtant rebelote : nos mécanismes bien ancrés reprennent le dessus.

Évoluer, que ce soit au niveau de nos comportements ou de nos habitudes, cela prend du temps… Ce n’est pas qu’une question de volonté, ça demande de trouver la bonne clé ! Et se le rappeler parfois, permet aussi d’accepter davantage cela chez notre enfant…

Mais comment se donner toutes les chances que la situation qui nous déplait “évolue” ? 

À chaud : s’affirmer avec fermeté (quand c’est nécessaire)

Face à tous les comportements de notre enfant qui “nous dérangent”, on a parfois l’impression que de “l’éduquer positivement” consiste à expliquer, réexpliquer, et patienter… « Que nenni », « Fichtre, quel raccourci », dirait ma grand-mère. L’éducation positive ne rime pas avec “douceur en toute circonstance”. Certaines choses méritent sincèrement que l’on affirme avec plus de fermeté notre désaccord auprès de nos enfants. (💡 Ne confondons pas fermeté avec le fait d’être agressif, en colère ou violent). 

Si mon enfant de 7 ans vient de jeter son biscuit à la tête de son voisin “pour rire”, c’est le moment de se montrer ferme sur le fait que ce qu’il vient de faire n’est pas acceptable ! Certains d’entre nous vont réagir certes avec fermeté mais aussi avec agressivité (ces jours où nous sommes emportés par notre propre colère…) tandis que d’autres vont penser qu’éduquer positivement, c’est lui parler “gentiment”. Pourtant si un adulte faisait cela, on ne passerait pas par la case “explication pédagogique”, on lui dirait directement qu’il déconne complètement. Ce n’est pas parce que l’on est dans une posture d’éducation “positive” que l’on n’a pas le droit de lancer d’un ton ferme “Alors là, je ne suis pas du tout d’accord. On ne jette pas la nourriture à la tête de son voisin  ! Tu ramasses le gâteau, et tu balayes les miettes”. 

Et puis certaines situations (notamment si elles sont récurrentes, et qu’elles nous pèsent) méritent que l’on en reparle à froid avec notre enfant, pour l’accompagner dans cette évolution.

À froid : “Marquer le coup” (quand c’est nécessaire)

COACHING
👇 MARS ! 👇

Oser vivre pleinement sa vie !
On va démarrer ! 👇 🤩

Il y a quelque temps, j’ai assisté à une scène où Lola poussait sa sœur à bout : “Puisque c’est comme ça, plus jamais je te prêterai mon maquillage. Et tu devras me donner tout ton argent de poche pour réparer ta bêtise !”. Sa sœur avait fini en sanglots. Et ce genre de scène où Lola “rabaisse sa sœur violemment” arrivait régulièrement… 

Il arrive que notre enfant se mette à faire quelque chose qui n’est réellement pas acceptable (continuer d’embêter un autre enfant qui lui a demandé 5 fois d’arrêter, taper sur l’autre, etc.) : pourquoi alors ne pas “marquer le coup” exactement comme nous le ferions avec un autre adulte ? 

Si le comportement récurrent d’un de nos collègues ou proches nous pose réellement problème, qu’est-ce que l’on ferait ? Bien souvent, on prendrait le temps d’en parler avec lui à froid. Faire cela avec notre enfant a 3 gros avantages (les mêmes que dans les situations d’adultes) :

  • Cela montre que la situation est suffisamment importante pour que “nous en reparlions”
  • Cela peut éviter que nous soyons emportés par l’émotion et qu’on réagisse sous le coup de la colère. Car si le comportement de notre enfant “nous insupporte” on risque d’être trop agacé pour être constructif à chaud. Et on risque alors d’être rabaissant ou cassant (exactement ce que nous reprochons à Lola) !
  • Comme nous, notre enfant, sous le coup de la colère, ne sera vraiment pas disposé à nous écouter, mieux vaut donc en reparler un peu après, une fois l’émotion évacuée et les idées claires retrouvées. 

Mais si “marquer le coup” me semble vraiment important quand on veut que les choses évoluent, on ne peut pas non plus faire cela à chaque fois et pour tous les comportements de nos enfants qui ne nous conviennent pas

Si tout est important, plus rien ne l’ai vraiment… 

Et personne ne peut essayer d’évoluer sur trop de sujets en même temps. Comme dirait mon arrière grand-mère : “il faut choisir ses batailles”. Chaque chose en son temps. Un pas après l’autre.

Laisser l’autre s’exprimer sans oublier de s’affirmer

Dans ce genre de “discussion sérieuse” à froid avec notre enfant, il faut à mon avis éviter de commencer tout de suite par le sermonner sur ce qui vient de se passer. Cela vaut le coup de plutôt le laisser d’abord s’exprimer Qu’est-ce qui s’est passé ? Pourquoi tu es parfois si en colère contre ta sœur ?”. Car notre enfant est comme nous : est-ce que nous n’avons pas plus envie d’écouter notre interlocuteur quand celui-ci a d’abord cherché à nous comprendre…? Je ne sais pas pour vous, mais moi, discuter avec quelqu’un qui vient de me sermonner sans même chercher à vous comprendre (je vous rassure, ça ne m’arrive pas tous les 4 matins), cela ne donne pas très envie de l’écouter…(Voir comment la CNV peut nous aider à mieux communiquer avec notre enfant, sans l’agresser).

Pour certains d’entre nous qui sommes très “dans l’éducation positive”, on peut avoir tendance à basculer dans l’extrême inverse : on va chercher à écouter notre enfant, à le comprendre, et on oublie de s’affirmer. Mais on peut comprendre l’autre, tout en restant ferme sur le fond : “ce type de situation n’est pas acceptable”. Le ton n’est pas dans l’agressivité, mais il n’est pas dans la douceur et l’empathie non plus : “Faire payer à ta sœur la bêtise qu’elle a faite, jusqu’à ce qu’elle fonde en larmes dans un état de grande tristesse, n’est pas acceptable, même si tu es en colère…”.

Et on peut aussi ensuite réfléchir avec notre enfant à un comportement alternatif pour lui quand ce type de situation se reproduit : « imagines que ta sœur te repique tes affaires, il n’y a pas une autre façon de réagir, la prochaine fois ? » . Parce que si on sait ce qu’il ne veut pas faire, mais qu’on a pas d’alternative sur comment faire , on se retrouve coincé …

Nos enfants nous poussent à grandir

“Expliquer gentiment”, “sermonner”, il n’y a pas de recette toute faite. Essayons toutefois d’éviter les extrêmes : trop de positivisme en “laissant passer les choses” et en ne s’affirmant pas dans des situations qui le mériteraient pourtant… VS trop de dureté en enguirlandant notre enfant trop fréquemment, ou en étant trop rabaissant… il y a un juste milieu.

Finalement nos enfants nous poussent à prendre notre juste place : savoir s’affirmer sans rabaisser… Une vraie école de vie, qui nous pousse à grandir en même temps qu’eux. Et comme pour eux, ça prend du temps d’évoluer, et c’est ok !  

D’ailleurs, si vous voulez avancer vers plus de sérénité pour vous et dans vos relations avec vos enfants, n’hésitez pas à découvrir l’application Cool Parents ! C’est un programme de coaching que j’ai tenu à créer pour accompagner chaque parent à se retrouver et à s’autoriser à kiffer sa vie de parent dans toutes ses dimensions ! Je vous propose, chaque mois, une thématique différente et nous avançons ensemble, soutenus par une communauté de cool parents. 

Mémo anti-rabâchage

  • Évoluer, cela prend du temps, pour nous, comme pour eux 😉
  • On ne peut pas “se battre sur tout”, il faut prioriser.
  • Certains comportements de nos enfants méritent que l’on affirme notre désaccord avec fermeté.
  • Si on veut marquer le coup : en reparler avec lui à froid est souvent plus constructif que de réagir à chaud !
  • Essayons d’écouter et de comprendre permet d’adapter nos arguments et que notre enfant soit ensuite mieux disposé à nous écouter à son tour. 

Proposer des comportements alternatifs si la situation se reproduisait. Et j’en reviens à mon premier point : il est possible qu’on ait besoin de réitérer ces discussions un certain nombre de fois avant que notre enfant comprenne et change ses habitudes. « Évoluer, cela prend du temps, pour nous, comme pour eux ».

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL 💤

coaching sommeil cool parents make happy kids

“Il dort enfin… et nous aussi !” 15 jours d’accompagnement Réserve pour mars. > Je réserve ma place

À NE PAS MANQUER :

⚡Oser vivre pleinement sa vie Dans l’appli’ Cool Parents Du 06 au 25 mars 2024 > Découvrir

⚡Parfois il t’énerve ? Comment diminuer ton agacement pour mieux l’aimer Dans l’appli’ Cool Parents Du 03 au 22 avril 2024 > Découvrir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil L'appli' Le blog