Enfant qui mord

Avoir un enfant qui mord, ça la fout mal… Qu’avons-nous fait pour accoucher d’un tel crocodile ? Notre enfant serait-il de nature violente ?

Rien de tout cela, je vous rassure ! Tout d’abord, son cerveau n’est pas encore assez développé pour comprendre les conséquences de son geste. Contrairement à ce que l’on peut supposer, il ne mord pas dans l’intention de faire mal, mais plus par réaction instinctive face aux émotions qui le submergent. Ne sachant comment exprimer ses sentiments, il ne trouve que ce moyen pour extérioriser ses émotions.

Mais une fois le mal fait, vous voudriez au moins qu’il se sente désolé face au copain qui pleure… Pas facile là non plus, car la partie “empathique” de son cerveau est encore peu développée. Alors que faire ?

 

Que faire face à un enfant qui mord ?  Le mettre au coin ?

Nous avons déjà dit dans cet article qu’obliger un enfant à dire pardon pouvait avoir des effets négatifs. Quant à l’envoyer au coin, quel serait le sens de cette réaction ? Que retiendrait votre enfant ? Que quand il mord, il va au coin, il se fait punir et que maman n’est pas contente ? Ca l’incitera certainement à éviter de se faire pincer la prochaine fois… mais ne l’empêchera pas de recommencer ! Et ça ne l’aidera sans doute pas à mieux exprimer ses émotions…

 

Lui expliquer que ce n’est pas bien ?

Le cerveau d’un enfant est avant tout émotionnel, et non rationnel : cela veut dire qu’il comprend ce qu’il ressent, et non ce qu’on lui explique. Ce n’est pas parce qu’on lui dit “c’est pas bien de mordre”, qu’il va réellement prendre conscience que cela fait de la peine à l’autre. Il va simplement associer “mordre” à “pas bien” sans vraiment comprendre pourquoi, sans avoir intériorisé le sens de cette interdiction.

 

Alors, on ne fait rien ?

Un enfant de 18 mois qui mord, c’est normal ! J’en parlais dernièrement avec une directrice de crèche qui me disait à quel point les parents culpabilisaient quand leur enfant en mordait un autre. Pourtant, tous les enfants passent par là : certains ne mordront que 3 fois, d’autre beaucoup plus, mais il n’y a pas de quoi paniquer ! Avec l’apparition du langage, cela devrait s’arranger.

Cependant, ça n’est pas une raison pour laisser faire sans rien dire.

cool coaching

Lui faire prendre conscience de son acte

Comme un jeune enfant comprend surtout ce qu’il ressent, à nous de lui faire éprouver la douleur ressentie par le copain. Attention, il ne s’agit pas de le mordre à son tour, mais de lui faire vivre la même émotion de peine ou de tristesse. Par exemple, quand Léon a mordu sa soeur alors qu’il avait 18 mois, je lui ai tout de suite communiqué mon émotion :  « Oh non  regarde comme Joy a mal ! La pauvre, elle pleure, c’est trop triste … »,  tout en prenant soin de sa soeur qui pleurait.

J’ai pris soin de garder un ton désolé. Je n’étais pas dans le reproche, mais véritablement dans la tristesse. N’oublions pas que nos enfants sont des éponges à sentiments. Tout comme la mère animale communique sa peur à ses petits, nous pouvons communiquer notre peur mais aussi notre tristesse à nos enfants.  

Néanmoins, votre petit crocodile ne s’excusera peut-être pas immédiatement pour autant. Certains le feront, d’autres attendront que la pression redescende un peu. C’est parfois simplement une question d’ego…  Voir cet article

Dans le cas de Léon et Joy, Léon ne s’était pas excusé tout de suite. Un petit moment plus tard, je suis donc revenue vers les enfants et ai pris Joy dans les bras pour lui demander comment ça allait. Je lui ai caressé le dos en regardant Léon : “Pauvre Joy, elle a mal au dos à cause de sa morsure” (attention, je n’ai pas dit “à cause de toi” !). Léon s’est approché et a fait de même. Il a vraiment ressenti la peine qu’avait sa soeur, et il a cherché à la soulager en s’excusant. Etait-ce par pure empathie, ou simplement par imitation ? A cet âge, difficile à dire…

A nous d’intervenir en amont !

Pour aider notre enfant à ne pas mordre, le mieux est d’intervenir en amont. Quand vous sentez qu’il y a de l’orage dans l’air (votre petit vient de s’apercevoir qu’un autre lui a volé son camion, et commence à se diriger vers lui d’un pas décidé), c’est le moment de lui rappeler ce qu’il faut faire, plutôt que de souligner ce qu’il ne doit pas faire. Car encore une fois, ce qui aidera notre enfant à ne plus mordre c’est de s’avoir s’exprimer autrement. A nous de le coacher sur les autres façons d’exprimer son mécontentement ! “Léon, tu peux dire à Gaspard “Je ne suis pas content” ou “J’aimerais mon camion”. Cependant parfois, si le temps presse et qu’il faut réagir dans la seconde, mieux vaut lancer un “LÉON, ON NE MORD PAS”, que d’attendre un drame. On peut aussi se précipiter sur lui pour éviter la catastrophe.

En tête à tête, on peut ensuite réfléchir ensemble à la façon de réagir et de s’exprimer. Et si l’enfant ne parle pas encore, pourquoi ne pas lui apprendre le langage des signes pour éviter les frustrations ?  RDV dans cet article.

Et il existe plein d’autres d’astuces pour aider notre enfant à mieux s’exprimer et à maîtriser ses émotions, notamment sa colère. Si vous souhaitez aller plus loin sur ce sujet, voici pour vous un dossier spécial, le PACK ANTI-COLÈRES : Le dossier ultime pour gérer frustrations, ‘caprices’ et autres crises, bourré de conseils et autres idées… Si ça vous intéresse, pour le recevoir (gratuitement, bien sûr), rien de plus simple : renseignez votre email ci-dessous et je vous l’envoie directement dans votre boite.

 

Vous souhaitez améliorer votre quotidien avec votre enfant ? Faites chaque semaine un pas de plus vers l’éducation positive en vous inscrivant à la newsletter

Pour découvrir nos cool coachings, cliquez ici !

recevez nos conseils concrets et déculpabilisants

pour une éducation avec de la joie dedans !

En nous confiant votre mail vous ferez partie de la communauté des Cool Parents et vous allez recevoir nos articles, vidéos, drôles d’affiches, cool coachings et conférences en ligne.
En savoir plus