La galère des vacances…

Si pour beaucoup, les vacances riment avec détente, décompression, ralentissement du rythme quotidien, cocktails, coquillages et crustacés… pour les parents, ça peut rimer plutôt avec galère, stress, inconfort, liste de ce qu’il ne faut pas oublier, surmenage et accélération du rythme quotidien… Et oui, force est de constater que les vacances avec les enfants ça n’est plus la même musique qu’avant ! Je laisse la parole à Annie, maman de deux enfants de moins de 3 ans pour un témoignage et un aveu sur le sujet.

La galère qui arrive !

Ce matin, je regarde mon agenda et vois que vendredi soir. Ça y est, c’est les vacances !

Ah oui, les vacances… Je ne peux retenir une petite grimace.

Je vois déjà le tableau : comme nous avons choisi de partir cette année, ça risque d’être la grande épopée et je stresse déjà…

La dernière fois, le voyage a été catastrophique, les vacances stressantes et fatigantes avec les enfants H24, et ce fut même un challenge pour le couple quand mon mari m’a dit “Ah ! Ben non. Je n’ai pas pris de biberon, ça n’était pas sur ta liste.”

Surmenage, inconfort, stress, nerfs qui lâchent… Tout ça, je le ressens à propos des vacances depuis que j’ai des enfants et c’est comme ça à chaque fois. Le comble quand même quand on y pense !

D’abord, il y a le trajet. Si je prends le train, je vais avoir la joie de constater que mon sac est beaucoup trop lourd et que les enfants des autres sont toujours plus calmes que les miens.

Si je prends la voiture, je sais que je signe pour la tournée des aires d’autoroutes et ça finit avec un dessin animé pour les enfants  (moi qui jurais que les écrans, ça ne serait pas avant 3 ans et très peu dans mon éducation… Mais ça c’était avant ! 😉).

Ensuite, il y a le cœur même des vacances pendant lesquelles je sais que je n’aurai pas beaucoup de pauses et que j’aurai les enfants en permanence. Les miens sont en bas âge et il faut gérer le décalage de leurs rythmes, les habitudes et repères qui changent. Bien sûr, cela crée des tensions. Pour peu qu’en plus, on partage les vacances avec la famille, je suis sûre d’avoir quelques regards gênants et réflexions pendant le séjour qui insinuent que je ne fais pas comme il faut avec mes enfants et que de leur temps, les congés “ça n’était pas la galère” .

Autant vous dire que je préfère le stress du boulot, bien plus facile à gérer pour moi et moins viscéral, que celui des vacances avec mari et enfants.

Comment survivre aux vacances avec mes enfants?

Face à cette galère des vacances qui rythme mon année,  j’ai trouvé une solution pour ne pas trop stresser ou exploser en vol à ce sujet : j’ai décidé de ne pas tout miser sur ces soit-disants moments de break pour me détendre et pour avoir du temps pour MOI !

En effet, je suis du genre à avoir besoin de pause sans mes enfants (3 ans de travail sur moi pour accepter cela sans me dire que je suis une mère indigne… 😅). Et je profite qu’ils soient gardés la semaine pour rentrer plus tôt du travail une fois par semaine et avoir MON moment de 1h30. En plus, une fois par semaine, on fait une soirée en amoureux avec mon mari : on ne mange pas avec les enfants et quand ils sont couchés, on se fait un bon petit plat (à emporter ou surgelé bien sûr) et un petit coup à boire. Ce sont de bons moments de décompression et qui me ressourcent.

L’appli du cool parent

Pour être accompagné tout au long de l’année dans ma parentalité

Ainsi, quand les vacances arrivent, je ne suis pas en carence de détente ou d’énergie positive, ce qui me permet de me préparer à l’épreuve et m’évite d’être dans la zone rouge pendant 15 jours. Éviter la galère des vacances est donc pour moi une préparation bien en amont, comme un coureur qui se prépare pour le marathon.

En plus, comme je sais que ces moments sont un challenge, j’essaye de ne jamais rentrer la veille de la reprise du boulot, histoire de décompresser et retrouver nos repères une petite journée. Il m’arrive même, quand je le peux, de poser un congé le lundi pour me reposer une dernière journée avec les enfants à la crèche.

Enfin, il y a un élément autre qui m’a aidé pour transformer efficacement la galère des vacances.

Une redéfinition des vacances?

Alors, c’est vrai que depuis que j’ai des enfants, j’ai l’impression que les vacances sont des moments difficiles et qui génèrent beaucoup de frustration. Puis j’ai réalisé que c’est parce que la définition de mes vacances n’était, en fait, plus la même.

Avant oui, je me détendais, je freinais le rythme, je bullais… Aujourd’hui, je cours, gronde, console, porte, organise et pense pour 3… Bref, je trouve souvent ces moments éreintants. Mais quand j’y pense, ils le sont parce que je cherche encore la détente et le zen dans une configuration qui n’est pas propice à cela. Je suis donc frustrée et rame à contre-courant à la recherche d’une accalmie, alors que j’ai mes enfants à plein temps !

J’ai donc choisir de die adieu (pour un temps en attendant que les enfants grandissent) à ma définition des vacances d’avant. Puis, je me suis posée la question suivante : à quoi sont propices mes vacances maintenant ? Puis quand j’y réfléchis, je vois finalement une autre définition possible. 

Je pense que les vacances avec mes enfants sont une occasion pour moi de lâcher-prise. Tant pis, s’ils mangent des coquillettes pendant 10 jours. Tant pis, s’ils ne se couchent pas à 20h… Même si je vois que physiquement, il me sera difficile de me détendre en vacances avec deux enfants en bas âge, les règles et mon organisation, elles, le peuvent.

Mes vacances sont maintenant propices aussi à la prise de recul sur ma vie et mon lien avec les enfants, avec leur père. On se croise parfois dans le quotidien et on enchaîne les tâches “à faire”. On oublie parfois de se reconnecter. Les vacances sont donc un moment privilégié pour la re-découverte de mes enfants et mon mari. Ces moments ensemble me permettent de me rappeler ce qu’il est vraiment important pour moi. C’est propice à la gratitude donc, et ce, même si je suis dans l’inconfort avec tous ses bagages, les enfants qui râlent, le stress de changer les couches, puis de chercher un micro-ondes sur l’aire d’autoroute…

D’ailleurs, si vous souhaitez astuces et conseils pour recréer du lien et s’amuser avec notre enfant, vous pouvez recevoir (gratuitement) le « PACK Jeux » : 

Même si sur certains aspects, les congés sont devenus un challenge, j’ai envie de le relever avec motivation car les leçons derrières sont utiles pour toute le reste de ma vie : lâcher-prise, recul, gratitude, rappel de ce qui compte, abandon temporaire des objectifs qui pressent le quotidien. 

Ce n’est donc pas moi qui prends des vacances, mais mes exigences, mes règles, mes contraintes, mon lien avec ceux que j’aime qui, lui, est dans un tunnel une bonne partie de l’année malheureusement.

Alors, si au quotidien, physiquement, je me débrouille pour ne pas être pressée comme un citron, que j’ai des moments de détente sans mes enfants, histoire d’être prête pour les vacances (oui je sais c’est comme le monde à l’envers)…
– pour le lien avec mes enfants et mon mari,
– pour le challenge du lâcher prise et de réussir à rire au lieu de pleurer s’il manque leur pyjamas,
– pour la connexion avec eux qui souffre trop souvent au quotidien,
– et enfin, pour le rappel de ce qui compte vraiment dans ma vie… Alors oui, j’aurai bien besoin de vacances.

Et vous ? Êtes-vous prêts à relever ce challenge des vacances avec une nouvelle définition ? Est-ce que votre lien avec vos enfants a aussi besoin de détente et de vacances ?

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL :

“Il dort enfin…(et nous aussi!)?” 15 jours d’accompagnement Réservez pour septembre > Je réserve ma place

COACHINGS DE FIN D’ANNÉE :

“SOS Colères” (Parentalité / Développement personnel) Du 17 novembre 2022 au 26 janvier 2023 > Découvrir

“Osez vivre pleinement sa vie” (Développement personnel) Du 15 mars au 26 avril 2023 > Découvrir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Accueil L'appli' Le blog