jalousie-entre-frère-et-soeur-CPMHK-1030x540 Cette nouvelle vie en espace clos, est propice aux disputes dans la fratrie, et d’autant plus si on est confiné à 5 dans un petit appartement sans espace extérieur…  Voici 5 clés qui pourront vous aider à traverser cette période, et qui sait à ce que peut-être leur relation ressorte encore plus belle. 

1/ Briefing et Brainstorming sur cette situation de confinement

Et si on commençait à les briefer pour qu’il nous aide, pour qu’il soit source de solution dans cette nouvelle vie qui commence ? « Les enfants, comme vous l’avez compris nous allons rester tous ensemble dans l’appartement sans pouvoir vraiment sortir, pendant plusieurs semaines. cela peut être source de plein de bons moments en famille, mais cela peut aussi être source de disputes et de tensions. Je vous propose que l’on liste ensemble toutes les choses géniales que cette situation va nous permettre de vivre ? Et aussi toutes les sujets qui peuvent amener des disputes. » Et on liste… « Mais vous savez ce que je crois les enfants …? Je crois que notre famille grâce à cet épisode va réussir à ressortir encore plus unie, plus forte, que l’on va trouver plein de moyen de rire ensemble, de s’occuper ensemble, comme on n’a jamais eu l’occasion de le faire jusqu’ici. De quoi vous avez envie vous ? Est-ce que vous vous dites que l’on est un peu fragile et que l’on va finir par tous se disputer, ou que l’on va trouver des solutions pour que non seulement cela se passe bien.  – Même si évidemment il y a forcément des petites disputes – mais que même on forme encore une plus belle famille à la fin de cette période de confinement ? Allez on essaye ? Je suis sur que l’on va y arriver, regardez la liste de super belles idées que vous avez données pour que ce période soit plein de bons moments  ! » Et on peut déjà commencer à brainstormer sur des solutions aux problèmes potentiels qui ont été listés. 

2/ Ne pas prendre parti

Ensuite, la clé la plus essentielle, c’est d’essayer de ne pas prendre partie en cas de conflit entre deux enfants. Le mieux est de leur laisser décider eux-mêmes d’une solution qui convienne à tous les deux, afin d’éviter que l’un d’eux (ou même les deux!) ait l’impression que l’on privilégie son frère. Car même si ce n’est pas le cas, c’est son ressenti qui compte, et on risque d’accentuer son sentiment de jalousie envers l’autre.  Oui c’est possible ! Nous l’avons vu dans cet article où le frère et la sœur se battaient aussi pour la place du milieu mais dans le bain ☺. En les laissant décider, je ne les monte pas les uns contre les autres.  Oui cela demande du temps c’est sûr ! Mais c’est une bonne occasion d’apprendre à nos enfants à régler eux-mêmes leurs problèmes, et cela évite de créer de l’injustice ☺. Et pour les petits qui sont trop jeunes pour trouver leur solution, on évite vraiment de gronder un enfant à cause de l’autre, car on risque simplement d’accentuer la « haine » de l’un envers l’autre. 

 

2/ Anticiper ! Pour éviter les jalousies entre frères et sœurs.

Un matin, un malheureux (même ‘méchant’ je dirais) morceau de chocolat traînait sur la table basse… Léon s’en empare devant mes yeux et ceux de sa sœur… Je dis à Léon : « Et ta sœur elle n’en a pas, il faut que tu lui donnes un petit bout ! » avec un grand sourire, tellement heureux d’avoir réussi à choper du chocolat « Non… ». Sa sœur : » Ce n’est pas juste, moi je n’ai pas de chocolat ». « Oui c’est vrai que c’est pas juste, je vais t’en chercher un pour toi aussi ». Occupée à préparer le départ, je tarde à lui donner, et au moment où je lui donne, Léon en veut un aussi et trouve vraiment injuste que j’en ai donné un à Joy et pas à lui ! Vous me direz (et à raison), il n’y aucune injustice puisqu’il en avait eu un avant. Mais ça c’est notre raisonnement d’adultes. Lui, le petit Léon, il est vraiment persuadé dans sa tête que la situation est « pas juste » !

Et bien vous savez quoi … J’aurais pu éviter cette dispute entre frères et soeurs !

Quand je sentais qu’il y allait avoir de l’injustice dans l’air (surtout que le carré de chocolat, c’est le TRUC le plus désiré à la maison), j’aurais dû les inciter à trouver eux-mêmes une solution ! Au moment où Léon s’empare du chocolat, j’aurais dû le stopper : « Léon, regarde Joy, la pauvre, elle n’a pas de chocolat elle, comment on fait ? » J’incite l’enfant à tenir compte de l’autre et à trouver lui-même une solution pour l’autre. L’enfant se prend souvent au jeu, trop content qu’on fasse appel à ses idées ! C’est un réflexe qu’il est intéressant d’utiliser souvent, par exemple : « Si tu mets ton déguisement de princesse, ta copine elle, elle ne sera pas déguisée, comment on fait pour elle ? », et non seulement souvent ils trouvent ainsi leur solution, mais en plus cela devient petit à petit un réflexe pour eux de tenir compte de l’autre. Connaissant Léon pour avoir déjà vécu ce type de situation, il m’aurait dit : « Bah, on en prend un autre pour Joy dans le placard ». Et comme c’est lui qui aurait été à l’origine de cette idée, il y aurait eu peu de chance qu’il trouve cela injuste !


 

3 / Petits et grands : les considérer à égalité en termes d’affection

Il n’est pas rare de nous entendre nous, parents, dire : « Laisse la place à ton frère, il est plus petit », « C’est normal que je l’aide, il est plus petit ». Nos enfants ne sont certes pas égaux dans le sens où ils n’ont pas le même âge, ni les mêmes capacités, etc. Et si être l’aîné veut dire être moins chouchouté, ce n’est pas drôle… Et cela peut donner l’impression à l’aîné d’être moins aimé et accentuer sa jalousie ! Les grands aussi ont le droit de vouloir se faire chouchouter, se faire habiller, et même de jouer au bébé. Ce n’est pas parce que l’on ‘joue’ à donner le biberon à notre aîné, qu’il va régresser ! Au contraire, il risque de davantage régresser si on refuse de le chouchouter, ou pire cela peut l’inciter à râler toute la journée pour attirer l’attention de ses parents à lui. Bref, on a tout intérêt à prendre au sérieux ses souhaits de « bébé » plutôt que de les critiquer, ou à trouver avec lui des solutions alternatives qui pourraient satisfaire son souhait que l’on s’occupe de lui : « J’ai l’impression que tu trouves que je m’occupe plus de ton frère que de toi. Et si on réfléchissait à un petit moment que nous pourrions partager tous les deux chaque semaine ? Qu’est-ce que tu aimerais ? Que je m’assoie à côté de toi, tout collé, pour prendre le petit-déjeuner le matin par exemple ? (Une bonne alternative à devoir lui beurrer ses tartines, comme à son petit frère…)

4 / Les combler est un bon remède aux  jalousies entre frères et sœurs.

Plus notre enfant sentira que l’on prendra soin de lui, que l’on lui accordera du temps, moins il comparera ce qu’on lui accorde à lui et ce que l’on accorde aux autres.

Si vous avez une relation de confiance avec votre manager, que celui-ci vous accorde beaucoup d’importance, se plie toujours en quatre pour vous, vous ne ressentirez pas de sentiment d’injustice s’il donne à votre collègue tous les bons dossiers, vous ne vous direz pas qu’il fait « exprès » de privilégier l’autre. Vous irez simplement le voir pour lui exprimer votre souhait d’avoir des dossiers plutôt comme ceci que comme cela. Donc, plus on prendra le temps de considérer notre enfant, de l’écouter, de jouer avec lui à ses jeux préférés,plus il aura confiance en notre amour et moins il sera disposé à imaginer que l’on a fait des choses ‘contre lui’. 

Après, soyons clairs, nous ne réussirons pas à tout faire bien , tout le temps 🙂 Mais ces astuces peuvent nous aider à prendre du recul, et essayer de voir la situation différemment.

5 / N’essayons pas de donner la même chose à chacun des enfants.

Car les frères et soeurs n’ont pas tous le même besoin d’affection. Certains se sentent davantage considérés quand leurs parents jouent avec eux, d’autres quand leurs parents parlent avec eux, d’autres quand ils leur offrent des cadeaux. L’important n’est pas de les traiter « à égalité », mais de leur donner l’attention dont ils ont besoin. Il existe d’ailleurs bien des astuces et des clefs pour une fratrie unie au quotidien – ou du moins, plus unie 🙂 Et un peu moins dans la chamaillerie. Le sujet vous intéresse ? Je vous propose de vous inscrire ci-dessous pour recevoir gratuitement un dossier complet sur le sujet. Dans ce Pack Frères/Soeurs, je vous donne des pistes et des clefs pour une fratrie unie. Pour en bénéficier, rien de plus simple : indiquez votre mail et recevez le pack directement dans votre boite !

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Commentaires

Commentaires

5 réponses
  1. Christelle
    Christelle says:

    Bonjour,
    Je trouve très interessante votre façon de traiter les disputes dans la fratrie. Mais mes deux garçons de 5 et 7 ans n’en sont plus à trouver des solutions eux-mêmes ; je suis obligée de les séparer physiquement. Ils sont sans cesse en train de se bagarrer. Je ne sais plus comment leur expliquer…
    Merci de votre avis

    Répondre
  2. Adeline
    Adeline says:

    Bonjour
    J ai deux garçons presque 3 ans et 6 ans ils ne jouent pas beaucoup mais chahutent beaucoup court crie et du coup nous sommes souvent dépassés..Nous devons souvent intervenir pour les séparer du coup j ai l impression de creuser l écart..pensez vous pouvoir m aider SVP.
    Merci à vous
    À bientôt
    Adeline.

    Répondre
  3. Elo
    Elo says:

    Bonjour, j’adore votre site je le découvre tout juste. Cet article me parle car j’ai 2 enfants, mais mon problème est inversé car c’est le cadet qui manifeste de la jalousie envers l’aînée (cours vers sa soeur et la tape des qu’elle se colle à moi) et ça devient de plus en plus blessant pour elle qui a chaque fois lui cède sa place… Moi j’essaye tant bien que mal de lui montrer qu’il y a assez de place dans mes bras pour eux 2 mais rien n’y fait, ça finit en grosse colère. Lui a 20 mois et elle 6 ans… Comment puis-je faire? Merci d’avance

    Répondre
  4. solene
    solene says:

    Bonjour,
    je suis interressée par de nombreux pack présentés dans certains articles, mais à chaque fois que je mets mon adresse mail, un message d’erreur me dit que je suis déjà inscrite?
    Comment faire pour recevoir les packs?
    Si vos pouviez me l’envoyer quand même, mon adresse est [email protected]
    Merci d’avance.

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.