Qu’est-ce que la parentalité positive, et à quel âge commencer ?

parentalité positive

Je ne compte plus les messages des lecteurs me demandant à quel âge on peut commencer la parentalité positive. La réponse est simple : dès la naissance. “Oui, mais mon bébé, il ne sait pas parler ! Alors comment faire ?”. Je vous dis tout dans cet article !

Pour commencer, il faut déjà être au clair sur ce qu’est la parentalité positive. Ou plutôt sur ce qu’elle n’est pas : la parentalité positive, ce ne sont pas des gestes ou des formules magiques, des phrases qui marchent à tous les coups. Non, la parentalité positive, c’est d’abord une vision, une façon de regarder et de comprendre son enfant et ses actes. Et ça, on peut le mettre en place dès la naissance de son bébé ! la parentalité positive, ce n’est pas “ne jamais s’énerver” car on fait comme on peut : on craque, on crie parfois, et ce n’est pas grave. La parentalité positive, c’est une attitude que l’on peut l’adopter dès les premiers jours de vie de son enfant.

Parentalité positive : Concrètement, ça veut dire quoi ?

Je vous donne un exemple.

J’étais chez le coiffeur et une dame était venue avec son bébé de quelques semaines à peine. Le petit pleurant, elle essayait de le calmer en lui disant : “Mais arrête, tout le monde te regarde ! Tu vois bien que tu déranges à pleurer comme ça !”. Le problème de cette dame n’était pas qu’elle ne savait pas que ses mots employés n’allaient pas, ou n’étaient pas assez “bienveillants”. Mais plutôt qu’elle n’avait pas conscience au fond d’elle que si un bébé pleure c’est qu’il a des raisons de pleurer, et qu’il ne le fait pas exprès pour embêter les adultes, ou ses parents”. Il peut simplement exprimer ce qu’il ressent avec les moyens du bord, et à cet âge-là, à part les pleurs, il n’a pas beaucoup d’autres moyens d’expression… La parentalité positive c’est donc d’être intimement convaincu que notre bébé ne pleure pas “contre” nous, mais certainement parce qu’il a un besoin (faim, fatigue, angoisse…), et de chercher ce qui le gène.

L’APPLI’ COOL PARENTS

Pour être accompagné tout au long de l’année

cool parents make happy kids appli

Vous me direz “Oui, mais ce n’est pas toujours simple de deviner ce qu’il a !”. C’est clair…

Mais une fois encore, la parentalité positive, ce n’est pas “comprendre à tous les coups son enfant”. Mais c’est comprendre que son enfant (qu’il ait 2 mois ou 2 ans) n’agit pas dans le but de nous nuire. Et si nous acceptions que notre enfant (tout comme un adulte !) a le droit d’exprimer son mécontentement, sa frustration, son malaise ?  Et si nous acceptions qu’en tant que parent, nous ne sommes pas tout-puissants : on ne trouve pas toujours la solution pour le calmer immédiatement. Et c’est normal ! Nous sommes des humains, pas des machines ! La parentalité positive nous guide pour éviter les conclusions hâtives : “C’est un enfant capricieux car il pleure pour rien !”, “Je suis une mauvaise mère parce que je ne sais pas le calmer”. C’est être bienveillant envers son enfant, mais aussi envers soi-même.
En prenant ce recul, on devient plus serein. Et cette sérénité rejaillit sur nos enfants. Nos enfants sont des éponges : tout comme notre exaspération les stresse, notre calme les détend.

La parentalité positive, ça commence donc dès la naissance, et ça continue…. toute la vie !

Plus tard, en grandissant, les enfants vont “faire des bêtises”. Rester bienveillant, c’est comprendre qu’elles ne sont pas dirigées contre soi, mais qu’elles sont faites parce que nos enfants sont des explorateurs-nés. Ils découvrent, ils expérimentent… et il en résulte forcément quelques maladresses dont ils tireront mille enseignements. Lancer le canard en plastique dans le bain et jeter le portable de Papa dans la cuvette des toilettes, pour un enfant en phase d’exploration, c’est pareil : il ne le fait pas pour nous embêter, mais pour voir ce qu’il va se passer… Et c’est là qu’il faut travailler sur soi pour réagir avec sérénité !

J’en parle dans cette vidéo. La parentalité positive c’est un énorme travail sur soi, aussi pour accepter les émotions de notre enfant, comme la colère, et ainsi l’aider à mieux les gérer. Sur ce sujet je vous invite à lire cet article.

Finalement, pratiquer la parentalité positive avec son bébé, c’est avant tout être bienveillant avec soi-même ! Être conscient de ses limites : pas toujours disponible ou présent, pas toujours 100% à l’écoute de notre petit enfant. En tant que parent, nous avons aussi des besoins : besoin de repos, de voir des amis, d’être en couple, etc. Ce n’est pas parce qu’on a des enfants qu’on doit oublier tout cela, au contraire ! Plus nous serons épanouis, et plus nous serons disposés à être bienveillants avec nos enfants.

Être un parent bienveillant, enfin, c’est avoir envie d’aller vers plus d’écoute, plus de dialogue. C’est faire au mieux avec ce qu’on ressent, au moment où on le ressent. C’est cheminer, jour après jour… et par exemple lire un blog pour embellir chaque jour sa relation à son enfant 😉

Prenez soin de vous,

Vous avez aimé cet article ? Si vous souhaitez aller plus loin dans l’éducation positive, n’hésitez pas à renseigner votre email ci dessous : nous vous enverrons alors (gratuitement !) le PACK « Pack éducation positive »

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL :

“Il dort enfin…(et nous aussi!)?” 15 jours d’accompagnement Réservez pour septembre > Je réserve ma place

COACHINGS DE FIN D’ANNÉE :

“SOS Colères” (Parentalité / Développement personnel) Du 17 novembre 2022 au 26 janvier 2023 > Découvrir

“Osez vivre pleinement sa vie” (Développement personnel) Du 15 mars au 26 avril 2023 > Découvrir

Commentaires

0 thoughts on "Qu’est-ce que la parentalité positive, et à quel âge commencer ?"

  1. Nur Misur dit :

    Je viens de lire votre article et j’adhère totalement à ce que vous dites. L’éducation positive ce ne sont pas des méthodes pour tout réussir avec nos enfants, c’est vraiment une philosophie de vie au quotidien.
    Nous pratiquons la bienveillance avec notre fille de 14 mois, et ce depuis sa naissance, nous voyons vraiment les bienfaits au quotidien ; c’est une petite fille pleine de vie, curieuse, ouverte, calme et souriante, et qui pour autant développe déjà son propre caractère et sait très bien dire ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas 🙂
    Ce n’est pas parce que l’enfant ne parle pas qu’il ne s’exprime pas, et nous essayons au maximum d’écouter ce qu’elle a à nous dire ; même si, comme vous le dites si bien, nous ne sommes pas des ordinateurs, et nous ne devinons pas toujours ce qu’elle veut! mais nous l’écoutons et nous l’accompagnons, et je crois que c’est cela l’essentiel.
    Tout n’est pas parfait bien sûr, mais nous ne cherchons pas à ce que cela le soit, on fait comme on peut, et on le fait sereinement.
    Les enfants grandissent si vite, profitons au maximum!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Accueil L'appli' Le blog