Mon enfant a-t-il un problème de concentration ? 9 façons concrètes de l’aider

problème concentration

“Pas assez attentif !” “Trop distrait !” “Manque d’application !” “Étourdi.” “Dans la lune.” “Tête en l’air”… On connaît trop bien ces sobriquets pour définir le manque de concentration. Certes, quand on a l’impression que notre enfant a un “problème de concentration”, on peut bien sûr s’en inquiéter… et pourtant !

Je ne sais pas vous, mais personnellement, on m’a traité de “papillon” pendant toute ma scolarité… Je n’arrivais pas à écouter, et en plus, tous les adultes me renvoyaient que j’étais incapable de me concentrer (alors j’y ai cru ). C’est seulement à l’âge de 30 ans, en participant à un séminaire, que je me suis rendu compte que j’étais capable de me concentrer ! Je n’avais pas perdu une minute de ce qui s’était dit pendant deux jours ! Alors, avant de crier au ‘trouble de la concentration’, d’appeler à l’aide, de stigmatiser notre enfant, et de passer de neurologue en pédotruc… ON PEUT aider notre enfant à se concentrer ! Voici quelques pistes…

Au programme :

Et 9 astuces très précieuses :

La concentration chez l’enfant, une question de centre d’intérêt

L’APPLI’ COOL PARENTS

Pour être accompagné tout au long de l’année

cool parents make happy kids appli

Vous avez remarqué ? La concentration dépend beaucoup de notre motivation. Et c’est vrai pour les enfants comme pour les adultes ! Alors, prenons le temps d’observer notre kid. Comment est-il quand il fait quelque chose qui lui plait ? Il construit une tour de kapla, fait un pliage d’origami, bouquine un livre sur les dinosaures et là, c’est le calme plat. Bingo, ce n’est donc pas que notre enfant est incapable de se concentrer, mais qu’il a besoin que le sujet l’intéresse. 

Quand il était en maternelle, la maîtresse de Léon se plaignait qu’il n’était pas assez concentré en classe sur certaines activités. Et elle se plaignait en même temps, qu’il était impossible de le faire arrêter son activité pour venir dans le cercle quand la classe se regroupait. En réalité, c’est tout simplement que parfois, le sujet n’attirait pas son attention, et parfois il était à fond,“ultra absorbé” sur son dessin ! 

D’ailleurs, nous reprochons tant de fois à nos enfants de ne pas se dépêcher, de ne pas venir quand on les appelle… tout simplement parce qu’ils sont concentrés sur un livre, le paquet de céréales, et qu’il n’arrive pas à quitter leurs activités ? Alors, que si nous-mêmes sommes en pleine rédaction d’un e-mail et que quelqu’un nous appelle, nous nous donnons le droit de lui demander de patienter une minute, le temps qu’on finisse… 

Alors, oui, les enfants ne se concentrent pas forcément quand on le souhaiterait. Mais pour autant, pensons à leur souligner les moments où ils sont concentrés, pour tout simplement leur permettre de prendre conscience qu’ils en sont tout à fait capables … Et éviter ainsi qu’il s’auto-persuade d’avoir un problème…

C’est quoi en fait “être concentré” ?

“La concentration, c’est cette capacité à mobiliser toutes ses facultés mentales et physiques sur un sujet ou sur une action” dit l’Express. Et la bonne nouvelle, c’est que cela s’apprend et qu’on peut aider nos enfants à progresser. 

Pour autant, concentration et immobilité ne vont pas toujours de pair. L’école nous a appris qu’il fallait rester sans bouger, mais c’est rarement efficace pour conserver l’attention des enfants. Si certains réflexes archaïques ne sont pas intégrés, s’empêcher de bouger demande déjà beaucoup de concentration en soi. Donc difficile de faire de la place dans le cerveau pour apprendre, compter, mémoriser… D’ailleurs, dans une salle de réunion d’adultes, combien de jambes qui bougent, et de mains qui crayonnent ? 

Savoir qu’on est capable de rassembler toute notre attention dans certaines situations, c’est un élément qui favorise notre confiance en soi. D’ailleurs, avant d’aller plus loin, si vous voulez explorer d’autres pistes pour aider nos petits à avoir confiance en eux, n’hésitez pas à télécharger le pack « CONFIANCE EN SOI », dans lequel je vous ai rassemblé les clés importantes à savoir pour tout pour que nos petits croient fort en eux ! Pour le recevoir gratuitement, renseignez votre e-mail ci-dessous et je vous l’envoie illico dans votre boîte !

Problème de concentration dans les devoirs : 2 conditions pour favoriser l’apprentissage

Nous avons récemment reçu en conférence Anne-Marie Gaignard, auteure du livre Hugo et les clés de la concentration, pour dédramatiser (sans minimiser) les problèmes de concentration et enrayer la spirale du décrochage à tous les niveaux

Pour faciliter l’attention et mettre toutes les chances du côté de notre enfant, deux éléments lui semblent primordiaux : l’organisation et les outils.

Organiser l’espace temps

Lorsque les enfants rentrent de l’école, pensons à leur laisser un moment libre, si possible en extérieur. Ils ont simplement besoin de vider les batteries : jouer, courir, sauter, manger un morceau… On se met d’accord sur un temps (30 minutes ? 45 ?) où ils se gèrent tranquillement (pas d’écrans, car ceux-ci viennent activer le cerveau de l’enfant et ne lui permettent pas de lâcher). 

Quand l’alarme sonne, c’est le moment de sortir le cartable, regarder les devoirs et se mettre au travail. Plus les enfants sont petits, plus les plages de travail doivent être courtes.

Varier les outils pour activer tous les types de mémoires

On croit souvent qu’il suffit d’apprendre (ou de vouloir) pour apprendre. C’est passer à côté du fonctionnement de la mémoire. Et oui ! Nous avons plusieurs types de mémorisation : kinesthésique (en faisant), visuelle, auditive… Donc, pensons à proposer à notre enfant différentes manières d’apprendre :

  • d’abord, il lit sa leçon, si possible à voix haute, comme ça il peut aussi l’entendre ;
  • ensuite, il la dessine en la racontant ;
  • puis, il peut utiliser des cartes (par exemple, pour une leçon d’histoire : l’année d’un côté, l’événement de l’autre). Il peut ensuite jouer avec les cartes pour mémoriser. 

Retrouvez aussi plein d’astuces dans “Hugo et les secrets de la mémoire”, pour comprendre comment fonctionne la mémoire, et découvrir des clés pour faciliter et améliorer la mémorisation.

5 moyens de stimuler l’intérêt pour favoriser l’attention

  • Quand c’est possible, utilisons les centres d’intérêt de notre enfant pour l’aider dans ses apprentissages : parlons dragons, dinosaures, billes ou cubes (ou pixels dans minecraft). C’est déjà plus motivant !
  • Visons le bon niveau : trop facile, il s’ennuie ; trop dur, il perd confiance. 
  • Essayons de rendre les choses concrètes. Comme dans l’éducation Montessori, l’apprentissage passe souvent par le FAIRE. Parce que la manipulation donne corps aux concepts.
  • Pensons à rigoler ! Et oui, on se rappelle toujours mieux d’une bonne blague que d’un monologue monotone. Souvenons-nous de ces professeurs qui ont su nous transmettre leur passion avec humour.
  • Ajoutons du suspens et de l’interaction… « alors, ces verbes du troisième groupe. Pourquoi est-ce que celui-ci prend un T à la troisième personne, et celui-ci prend un D. C’est pas incroyable, non ?! Allez, faut qu’on trouve ensemble le mystère qui se cache derrière cet illogisme apparent. » « Tu te rends compte qu’il y a de la lave qui sort des volcans. Ce n’est pas quand même dingue quand on y pense ? Comment elle est fabriquée cette lave, à ton avis ? C’est vrai ça, c’est fou ! »

2 pratiques alternatives à la rescousse de l’attention

La compréhension de la neurologie et du lien corps-esprit nous permet d’avoir de plus en plus d’astuces pour indiquer au cerveau qu’on va le mettre en route. 

La méthode ECAP

Issue du brain gym, la méthode ECAP pour Énergisant/ Clair/ Actif/ Positif, propose 4 mouvements du corps pouvant stimuler l’écoute, la lecture, la compréhension, la mémorisation… Et aussi permettre d’évacuer le stress. Retrouvez le descriptif de cette technique dans notre article “Brain Gym : bouger pour mieux Apprendre”.

Les huiles essentielles qui boostent la concentration

Certaines huiles essentielles permettent de stimuler la concentration et la mémoire. Par exemple, on pourra mettre quelques gouttes d’huile essentielle d’orange et de menthe poivrée dans un diffuseur au moment des devoirs pour booster l’attention de notre enfant. (Bien sûr, en respectant les recommandations d’usage, pas avant 6 ans, etc.)

Pour conclure, ne paniquons pas devant le ‘problème de concentration’ de notre enfant. Les vrais cas de trouble de la concentration et de l’attention sont peu fréquents et demandent un vrai diagnostic neurologique. Certains instituteurs/institutrices ont parfaitement compris et intégré les nouvelles approches pédagogiques pour stimuler nos petits, alors n’hésitons pas à nous en inspirer : brain gym, cartes mentales, moyens mnémotechniques, chansons… 

Pensons surtout à booster la confiance et l’estime de soi de notre enfant, avec amour et bienveillance, cela l’aidera à croire en ses forces et à contourner ses faiblesses.

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL :

“Il dort enfin…(et nous aussi!)?” 15 jours d’accompagnement Réservez pour septembre > Je réserve ma place

COACHINGS DE FIN D’ANNÉE :

“SOS Colères” (Parentalité / Développement personnel) Du 17 novembre 2022 au 26 janvier 2023 > Découvrir

“Osez vivre pleinement sa vie” (Développement personnel) Du 15 mars au 26 avril 2023 > Découvrir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Accueil L'appli' Le blog