les devoirs

Un enfant qui rentre à la maison et file à son bureau pour terminer joyeusement son travail scolaire du jour, ça n’existe que dans les films ! En réalité, dans de nombreuses familles, les devoirs ne sont pas toujours une partie de plaisir. Cela peut même être source de tension et de conflit. Si l’idée que les devoirs ne se fassent plus à la maison revient régulièrement dans les programmes politiques, la question n’est pas tranchée. Nombres d’instituteurs continuent à remplir l’agenda. Prenons cela pour une chance de voir où en est notre enfant dans ses acquis et de l’aider dans son apprentissage quand il bloque sur des notions. Voici 10 conseils pour des devoirs sereins et efficaces.

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°1 : laissez-le souffler

Si vous récupérez votre enfant après l’école, laissez-lui un peu de temps pour souffler. Courir, sauter, crier, câliner… Après avoir déchargé le stress de la journée, il ne sera que plus disponible à une nouvelle activité, après un temps de retour au calme bien sûr. 

Si vous les récupérez plus tard, peut-être que la garderie aura déjà pris en charge une partie des devoirs. Sinon, essayez quand même de prendre un petit moment pour être ensemble et se retrouver avant de s’y mettre.

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°2 : mettez en place des routines

Pourquoi ne pas mettre en place une routine de fin de journée ? On a souvent l’impression que la routine, c’est barbant. Mais pour nos enfants, et finalement un peu pour nous, cela peut être vraiment rassurant. Une routine, c’est un ensemble de tâches à faire dans un ordre prédéfini, sans se poser de question. Pour l’enfant c’est sécurisant, car il sait ce qu’il a à faire. Petit à petit, il pourra gagner en autonomie. Pour nous parent, c’est une économie d’énergie, car une fois en place, nous pourrons nous éloigner un peu sans avoir à répéter… On peut imaginer les étapes avec lui, quitte à se faire un petit guide ou un rappel visuel “je passe la porte, je pose le manteau et les chaussures, un petit goûter, un petit jeu, et hop, je m’installe et je sors mon cahier de texte pour savoir ce qu’il y a à faire”.

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°3 : aidez-le à se connaître

L’idée, c’est de trouver le cadre qui lui convient. Est-il plus à l’aise dans le silence ou avec un fond musical ou sonore ? Est-ce qu’il est plus efficace seul ou dans la vie de la maison ? Certaines études démontrent qu’une vue sur l’extérieur rend plus efficace. Chacun a besoin d’un cadre ou d’habitudes qui lui ressemble, aidez-le à trouver les siennes. 

On peut aussi l’aider à savoir comment il apprend le mieux : est-il visuel ? auditif ? kinesthésique (a-t-il besoin de faire avec ses mains, son corps) ? 

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°4 : l’autonomie, ça s’apprend !

Au début, on essaie de rester focalisé sur ce qu’il fait pour lui montrer que c’est (aussi) important pour vous. Quand j’aide Noé, mon fils de 8 ans, à faire ses devoirs et que, par hasard, je me mets à faire autre chose, il n’en faut pas plus pour qu’il décroche et se détourne lui-aussi. 

Avec le temps, on essaie de lui laisser des plages de travail en autonomie et on vérifie. Tout l’art de l’accompagnement est là : trouver la bonne distance ; être disponible sans être intrusif. Parfois, Sidney, notre fils de 14 ans, arrive à 21 h, la veille d’un rendu… Le pas est un peu hésitant entre le fait de savoir qu’il s’y prend trop tard, un peu inquiet de notre réaction tout en sentant confusément qu’un coup de main lui permettrait d’être plus efficace et de mieux comprendre…  De notre côté, ça n’est pas toujours facile de rester ouvert et constructif. Mais nous essayons. Apprendre à s’organiser, c’est tout un processus. Il n’est pas le premier à faire les choses en dernière minute, n’est-ce pas ? Et si nous l’accueillons de manière négative ou jugeante, il ne prendra même pas la peine de venir vers nous la fois suivante (parce que, soyons lucides, il y en aura ;-)).

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°5 : l’attention n’est pas toujours où l’on croit 

Bon, ok, il veut réciter sa poésie en faisant le poirier. Ce n’est pas très conventionnel, mais après tout pourquoi pas ? Certains enfants ont besoin de bouger ou de toucher quelque chose pour pouvoir se concentrer. Alors, le “assis bien droit à table sans bouger”, c’est finalement loin d’être l’idéal. Concentrons-nous sur le contenu plutôt que la forme.

Pour faire mémoriser une leçon, pourquoi ne pas jouer à la balle ? Vous lui envoyez la balle en posant la question ; il vous la renvoie et vous donne la réponse. Utiliser le corps est souvent très efficace, cela permet de s’ancrer physiquement et de libérer le mental qui peut ainsi traiter le problème. Beaucoup d’enfants apprennent mieux dans l’action.

On peut aussi laisser à proximité un verre d’eau (ou une gourde pour éviter la bêtise) ou quelques amandes ou noisettes. Il ne s’agit pas de faire le repas ou le goûter, mais le fait de manger ou boire permet de revenir dans son corps, donc dans le présent. 

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°6 : la mémoire fonctionne mieux avec des images ou association d’idées

On se rappelle tellement mieux quand les choses ont du sens (même tiré par les cheveux) ! Souvenez-vous des conjonctions de coordination : “Mais où est donc Ornicar ?”

Les neurosciences nous enseignent aujourd’hui à mieux nous servir de notre mémoire. Les champions du monde en 

la matière utilisent des cartes mentales, des associations d’idées, des images… Pour aider les enfants, nous avons plongé avec délice dans le livre “Hugo et les secrets de la mémoire”. C’est un super bel ouvrage qui donne 

 

différentes méthodes pour aider à mémoriser. Apprendre, ça s’apprend !

Alors, chez nous, on a essayé :

L’apprentissage des tables de multiplication via l’utilisation d’images mentales. Noé est en CE1, et c’est parti pour les tables ! Alors que SuperPapa et moi comptons discrètement sur nos doigts, on lui demande de nous répondre du tac-au-tac à 6 x 7… Nous venons de trouver une méthode qui associe des scénettes à chaque multiplication. L’enfant mémorise l’histoire et l’image associée et retrouve le résultat plus facilement.

Pour la lecture, certains instituteurs utilisent “la planète des alphas”. Chaque son est associé à un petit personnage rigolo, tous évoluant dans une histoire très sympa. Ainsi, on pourra rencontrer Monsieur O qui fait Ohhh en 

admirant les bulles qu’il fait, Madame I droite comme une frite et tous leurs amis. La méthode est composée d’images, de vidéos, de figurines et cela permet de toucher différents types d’intelligences chez les enfants. En plus, les enfants s’attachent aux personnages et apprennent en s’amusant.

En conjugaison, pour se rappeler que le “TU” se termine toujours par un “S” (tu chanteS…), on peut utiliser l’image (empruntée à Lutin Bazar) de “Monsieur Tu promène son S en laisse”. 

Ou encore “je et tu n’aiment pas le Thé” (chez mamaitressedecm1.fr). Ou enfin comme le dit souvent un ami “Les Si n’aiment pas les Ré”, pour corriger la faute “si j’irai”.

Soyons créatif, ça n’a pas toujours du sens, mais ça marche. 

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°7 : séquencer les temps de travail

Inutile d’imaginer les faire travailler une heure d’affilée, même si c’est “presque fini”. Cela ne peut amener que fatigue et tension. Le temps d’attention d’un enfant en CP est inférieur à 20 minutes. Les instituteurs le savent bien et c’est ainsi que sont organisés les apprentissages en cours de journée : des petits temps de travail entrecoupés de mini-pauses actives. On peut avoir l’impression que cela prend un peu de temps, mais c’est finalement beaucoup plus efficace. Essayez de proposer une petite coupure entre chaque matière ou entre chaque exercice. “On fait un peu de français avant le goûter, un peu de maths pendant la cuisine et la poésie dans le bain ?” On laisse 5 mn entre les exercices avec un concours de course à cloche-pied pour la traversée du salon, puis on s’y remet après une minute de retour au calme ?

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°8 : faites baisser la pression 

Pour les enfants…

Pour apprendre à marcher, on ne lui a pas expliqué qu’il fallait mettre le genou gauche avant le droit. Et d’un coup, il doit comprendre les additions avant les soustractions ! Chaque enfant est unique et a son rythme propre. Le système scolaire n’offre pas une grande souplesse, mais essayons quand même de respecter cela et d’éveiller l’envie plutôt que “de gaver”. Il finira par savoir lire !

Pensons à rester positif et à souligner tous les progrès qu’il fait. On peut pointer ses évolutions : ce qu’il ne savait pas faire en début d’année et qu’il réussit maintenant sans y penser. Cela le renforcera dans l’idée qu’il peut apprendre. “C’est le chemin qui est intéressant, pas la destination” disent les maîtres yogi. 

… pour les parents !

En tant que parent, on (se) met parfois trop la pression, inconsciemment bien sûr et on la lui transmet. “Si mon enfant ne comprend pas, c’est que je suis une mauvaise mère (ou père)”. “Si mon enfant échoue, il va rater sa vie”. Bref, rien de plus normal qu’on sur-réagisse : ce n’est pas seulement qu’il ne connaît pas sa table des 3, c’est qu’il va finir sous un pont, seul et abandonné de tous (au moins ;-)) ! Ce sont souvent des programmes archaïque qui sont en place dans nos cerveaux. On revit ce qu’on vivait quand on faisait nos devoirs avec nos parents, on a peur pour lui… Rien de tout cela n’est vrai, bien sûr, mais le savoir n’est pas toujours suffisant pour réussir à passer outre. Un petit coup de pouce d’une personne extérieure (coaching ou thérapie brève) permet de débrancher ces peurs inconscientes. Et puis autant commencer tout de suite, car les devoirs, ça dure longtemps. Même quand ils grandissent, ils ont besoin de notre attention et de notre regard positif, et si nous sommes emmêlés dans nos histoires, il y a fort à parier que cela sera beaucoup plus compliqué pour eux.

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°9 : si quelque chose bloque, passez le relais 

Parfois, on n’est pas disponible. C’est normal, ça arrive ! Et parfois aussi, un problème paraîtra évident expliqué d’une autre manière. Si c’est possible, n’hésitez pas à demander de l’aide : que ce soit à papa, à Mamie, au grand frère ou à la grande sœur, ou un coup de fil à un copain de classe. De plus, la coopération entre enfants a montré son efficacité, c’est pour cela que les classes regroupent plusieurs âges dans la pédagogie Montessori. Non seulement, cela permet de mélanger les âges et les maturités des enfant, et les groupes de travail permettent aux enfants de s’expliquer entre eux : en plus, c’est valorisant et c’est une super manière d’apprendre soi-même. 

L’aider dans ses devoirs / Conseil n°10 : apprendre, c’est tellement plus que les devoirs

Faire un gâteau, avoir envie de lire la recette, peser les ingrédients, mélanger… Bricoler, apprendre à planter un clou, se servir d’un niveau à bulle… Tout est passionnant. Essayons d’être attentif à ce qui intéresse notre Loulou. Quand il regarde la télé, cela peut nous donner des indices sur l’univers qui l’intéresse en ce moment. Et pourquoi pas, avoir des idées sur la manière de lui rendre cela accessible. Il se passionne pour les Octonautes. Et si on faisait un tour à l’aquarium ? Ce sont les agents secrets. Alors, on peut tenter de mener l’enquête, lui proposer un livre dont vous êtes le héros… Si on voit qu’il bloque sur un problème à l’école, on peut aussi essayer de le transposer dans la “vraie” vie, c’est plus concret et cela donne du sens.

C’est vrai, tous les enfants ne sont pas égaux sur la manière d’apprendre et les centres d’intérêt. Il y a au moins huit types d’intelligences différentes et le système scolaire tel qu’on la connaît aujourd’hui, n’en valorise que deux ! Dommage pour ces enfants qui savent instinctivement comment consoler leurs camarades, ceux qui ne veulent que bouger et tout essayer pour apprendre, ceux qui ont la tête dans les étoiles et qui ont un autre regard sur le monde autour d’eux… Alors, ayons confiance en eux ! 

Et puis, quand je me retourne sur mes années de scolarité et que je revois mes camarades, ce n’est pas toujours les plus brillants à l’école qui ont le mieux réussi ou qui sont les plus heureux…

Caro, maman de Noé, 8 ans et d’Isïa, 5 ans et belle-mère de Sid, 14 ans et Célia, 21 ans

Commentaires

Commentaires

5 réponses
  1. caroline
    caroline says:

    Bonjour Irène. Je crois que c’est normal pour un enfant de bouger. J’essaie de lâcher et de laisser mon fils me raconter sa poésie en faisant le poirier (mais c’est pas terrible pour le souffle 😉 ). Vous pouvez aussi voir du coté des réflexes archaïques s’il n’y a pas un petit coup de pouce à donner. Il y a un article sur le site mais je ne peux pas mettre le lien.
    De notre côté ça a vraiment aidé mon fils (et surtout moi qui ait pu me rendre compte qu’il ne le fait pas exprès !)

    Quand au petit qui veut de l’attention, j’avoue que je n’ai pas trouvé la solution miracle. Comme Isabel, j’essaie de lui donner des missions pour faire comme…

    Répondre
  2. Irène
    Irène says:

    Merci pour ces astuces. Ma fille de 7ans bouge tout le temps quand on essaie de lire. Et je comprends pas comment elle pourrait y arriver. J’ai essayé la grosse balle, mais là encore ça bouge trop. Une idée pour qu’elle puisse se concentrer et lire en même temps?

    Autre chose, que faire avec un plus petit qui veut aussi votre attention ( bruit, crise) pendant les devoirs?

    Répondre
    • Isabel
      Isabel says:

      C‘est la grande question que je me pose aussi! Chez nous la petite est une fille et j‘arrive parfois de la calmer en lui donnant un devoir a elle, qui utilise les mêmes ustensiles- cahier, stylo rose, etc. Mais je serai intéressée par d‘autres idées

      Répondre
  3. Sébastien DENIS
    Sébastien DENIS says:

    Merci beaucoup pour les conseils,
    Nous allons essayer de les appliquer !!!
    J’aime bien l’idée de la routine et de l’autonomie 🙂 🙂 🙂

    Répondre
  4. Juju
    Juju says:

    Tellement chouette de lire ça ! J’adore ! Merci merci merci !
    On est en plein dedans avec cette rentrée en CP et moi et mon petit cœur tout mou, nous est sommes reboostés pour la semaine !
    Merci encore !

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.