Maman épuisée : comment retrouver de la sérénité

Maman épuisée

Qui, dans sa vie de maman, n’a pas eu cette sensation d’être vidée, de n’avoir plus d’énergie de rien à force d’être prise dans le tourbillon du quotidien ? Être une maman épuisée, ce n’est pas une fatalité, mais c’est tout de même souvent la réalité (bien cachée). Entre les nuits hachées, les colères à apaiser, les devoirs à gérer… La logistique a beau être bien huilée, il y a souvent un petit grain de sable (ou un gros caillou) qui vient tout faire dérailler (maladie inopinée, verre renversé ou pneus crevés … oups je m’égare). À force de vouloir tout gérer on peut vite être dépassée et se sentir épuisée. 

Parents épuisés, au-delà des premières semaines

Notre société comprend assez facilement (mais peut-être pas vraiment en profondeur) la fatigue liée à l’arrivée de bébé. Les chamboulements de la grossesse, les tumultes de l’accouchement, la mise en place de l’allaitement, les rythmes de sommeil qui n’en sont pas encore, etc. On est souvent “prévenu” du passage difficile avec un nouveau-né, où tant de choses se transforment (voir aussi le mois d’or).

Pour autant, ce n’est pas quand la sécu estime qu’on peut reprendre le travail au 2 mois de bébé que notre fatigue disparait d’un coup de baguette magique.

Au contraire.

Rappelons-nous que de nombreux pays proposent un congé parental d’un an à répartir entre les deux parents.

Et la fatigue, voire l’épuisement maternel (mais aussi du papa ou du deuxième parent) va souvent croissante, car on voudrait nous faire croire que c’est une activité annexe, normale. Alors oui, cela peut être normal d’être parent, ce n’est pas une maladie. Mais soyons honnêtes, ça demande de l’énergie. Parfois beaucoup ! La dépression post-partum existe, mais aussi le burn-out parental qui n’est pas forcément lié à la toute petite enfance. On peut arriver au bout de notre énergie, quel que soit l’âge de notre enfant.

Prendre conscience de notre épuisement et en parler

Si vous lisez cet article, c’est certainement que vous avez  la sensation d’être une maman épuisée. C’est déjà un premier pas de le reconnaître. C’est grâce à cela que vous allez pouvoir redémarrer (vous savez, le coup de pied au fond de la piscine pour remonter). En fait, il y a plein de raisons de se sentir au bout du rouleau :

  • La fatigue physique : on a trop forcé et le corps a besoin de récupérer. Ici, pas trop compliqué, on se repose et on mange correctement et les choses devraient rentrer dans l’ordre. Il y a aussi les maladies grandes et petites, carences et autres qui peuvent nous mettre à plat. Dans ce cas, on ne laisse pas trainer et on s’occupe nous !
  • La fatigue émotionnelle : on y pense moins, mais on passe aussi beaucoup d’énergie à lutter contre nos émotions. À nous culpabiliser, à nous raisonner, etc. Cela puise dans nos ressources et on ne s’en rend pas forcément compte.
  • Enfin, la fatigue liée à la charge mentale. Imaginez : vous collez mille post-it sur une fenêtre en permanence. En quand on en enlève un, on le remplace par deux autres… ça va devenir difficile de voir la lumière, non ?

Maman épuisée, on a souvent la mauvaise habitude de culpabilise

Nouveau

Plus que quelques jours ! Offrez-vous un moment de complicité 🎄

Bien sûr, lorsqu’on est épuisé·e, on a moins confiance en soi et du coup on regarde les autres familles d’un oeil envieux… le fameux principe de l’herbe plus verte ailleurs !

Nathalie a toujours le temps de se maquiller et ses enfants sont toujours hyper bien habillés”,
“les enfants de la voisine sont très polis, ne font pas de colère et du coup, elle est tout le temps souriante et avenante”
ou encore “Céline, elle a le temps de faire du yoga et son bébé fait déjà ses nuits”.

Alors là il faut se dire STOP .

On s’applique à changer d’angle de vue !
Nathalie est peut-être obligée de se lever une heure plus tôt pour se préparer et masquer ses cernes ;
la voisine est peut-être beaucoup moins calme une fois qu’elle a fermé la porte de sa maison
et Céline a peut-être le temps pour le sport, mais son panier de linge est plein et son évier regorge de vaisselle. 

Chaque famille est différente et on ne voit souvent que la partie émergée de l’iceberg.

Sachez que vous n’êtes pas seules à vous sentir épuisées, fatiguées, à bout et que chacun vit des difficultés avec ses enfants.

N’hésitez donc pas à le dire autour de vous. Ce n’est pas si facile d’être une maman. Vous pouvez en parler à vos copines, vos mamans voire vos voisines, échanger fait du bien et apaise déjà. Sinon, Les cool café des “mini-coachings mensuels” permettent de se rendre compte que l’on n’est pas seules dans cette situation et ça fait un bien fou! 

Être bienveillante envers soi-même et accepter d’être imparfaite

Une fois que l’on a bien vidé son sac avec Céline (oui celle qui faisait du yoga, mais qui finalement s’est avérée aussi épuisée que nous !), nous pouvons réfléchir à ce qui rend notre quotidien si harassant, ce qui donne le sentiment d’être une maman épuisée. 

Pour certaines, le matin va être horrible. Pour d’autres, c’est l’heure du bain. Pour moi par exemple, c’est plus la préparation du dîner. Vous savez cette demi-heure fatidique où les enfants veulent qu’on s’occupe d’eux, alors qu’on tente de découper les légumes, en même temps que les pâtes débordent…

Bref, essayons d’être bienveillants avec nous-mêmes. On ne peut pas être sur tous les fronts donc tentons déjà d’alléger les choses qui aspirent le maximum notre énergie.

  • Si c’est le matin qui est difficile, peut-être que préparer à l’avance le petit déjeuner et les vêtements peut nous aider.
  • Si c’est le bain la galère, acceptons peut-être de ne le faire qu’un jour sur deux ou trois…

Alors, c’est vrai cela demande de s’autoriser d’être un peu moins “parfaite”, mais il en résultera certainement moins de fatigue et plus de sérénité.

Par exemple, chez nous les nuits ont souvent été compliquées. Alors oui, j’accepte que, de temps en temps, un des enfants dorme sur un petit matelas à côté du lit. J’ai longtemps tenté de les laisser dans leur lit, mais j’ai estimé au bout d’un moment que le jeu n’en valait pas la chandelle : me battre pendant une heure au beau milieu de la nuit m’épuisait et au final personne n’était gagnant. Effectivement, avoir un enfant dans sa chambre n’est peut être pas optimal mais là au moins, tout le monde dort et je suis plus reposée pour affronter le quotidien.

Une autre petite astuce assez simple que je reprends du mini-coaching : essayons de nous coucher plus tôt si nous sommes épuisés. Cela peut paraître simple et évident mais le soir, nous avons souvent envie de faire 1000 choses. Peut-être pouvons nous envisager un ou deux soirs par semaine de laisser certaines choses en attente pour prendre un peu de repos.

Un état d’épuisement qui dure trop longtemps peut mener à d’un burn-out, alors pour ne pas en arriver là et prendre un petit coup de boost, vous pouvez vous inscrire à notre newsletter pour recevoir chaque semaine des idées pour mettre plus de joie dans votre famille !

Maman épuisée : chercher du soutien pour se reposer et prendre du temps pour soi

Même avec toute la bonne organisation du monde, la fatigue est parfois tellement présente qu’il est nécessaire de demander de l’aide

Vous avez besoin d’une vraie nuit pour récupérer ? Pourquoi ne pas demander aux grands-parents de prendre les enfants pour une soirée voire un week-end (le rêve!).

Vous avez besoin de voir vos amis et de vous aérer l’esprit ? Peut-être que la voisine peut s’occuper des bambins quelques heures. 

Vous aurez peut être tendance à culpabiliser de laisser vos enfants pour vous occuper de vous, mais sachez que prendre soin de vous c’est aussi prendre soin d’eux aussi.

Et puis c’est aussi leur montrer que vous avez des besoins et que vous ne pouvez pas toujours faire une croix dessus.

Prendre du temps pour s’épanouir personnellement est une vraie source d’énergie, qui déteint sur toute la famille.

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL :

“Il dort enfin…(et nous aussi!)?” 15 jours d’accompagnement Réservez pour septembre > Je réserve ma place

COACHINGS DE FIN D’ANNÉE :

“SOS Colères” (Parentalité / Développement personnel) Du 17 novembre 2022 au 26 janvier 2023 > Découvrir

“Osez vivre pleinement sa vie” (Développement personnel) Du 15 mars au 26 avril 2023 > Découvrir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil L'appli' Le blog