micro kinésithérapie

La microkiné ? Encore, me direz-vous, une énième technique miracle pour faire dormir son enfant ou le soulager de tous ses maux ! Hum, pas tout à fait. En fait, c’est bien plus que ça. Petit zoom sur cette technique encore méconnue.
Je laisse la parole à Clémentine, maman de Romain, 3 ans et demi, et de Vincent, 16 mois.

Vincent ne dort pas, mais alors, vraiment pas.
Nous avons tout testé sans succès jusqu’à ce qu’on nous parle de la microkiné.
Je l’avoue nous étions sceptiques sur les bénéfices de cette technique.
Pourtant l’essayer c’est découvrir un nouveau langage, un langage entre corps et esprit, entre corps et vécu.

C’est un peu comme apporter notre PC chez le réparateur. Excédés, nous expliquons qu’il y a un beug dans l’appareil, que ça fait 10 fois qu’on essaie de bidouiller, d’éteindre, de rallumer, etc. Et l’informaticien, flegmatique, reformate l’ordinateur en deux temps, trois mouvements.

La microkiné c’est un peu pareil. Le praticien tente en une ou plusieurs séances de nettoyer la carte mémoire corporelle de votre corps en quelques séances.

La microkiné, mais qu’est-ce que c’est finalement?

Si l’ostéopathe ou le kiné soignent le corps et les membres abîmés, si le psychologue travaille sur l’esprit ou le vécu ; le microkiné, créé une passerelle entre ces deux univers à travers une approche globale.

Le corps a naturellement un anti-virus pour éliminer les agressions extérieures, mais certains traumatismes s’inscrivent plus profondément et laissent des traces. A travers de micro palpations, le praticien détermine les points de tension inscrits dans notre corps suite à des suite à des agressions de natures diverses (physiques, psychiques, émotionnelles etc…) qu’elles soient récentes ou anciennes.

Par son action, il donne, en quelques sortes, de nouvelles informations à notre corps et lance un programme d’auto-réparation.

« Mise à jour de l’anti-virus, veuillez patienter… »

Une thérapie pour dépasser les traumatismes vécus

Au-delà de la fatigue et de l’irritabilité liées au manque de sommeil, nous n’arrivions plus à communiquer avec notre enfant.

Nous avons donc repris les astuces qui fonctionnaient super bien avec le numéro 1 : langage des signes, écoute active…

Tout savoir pour se lancer dans le langage des signes bébé

Parentalité bienveillante : utilisez la magie de l’écoute active !

Pourtant rien n’y faisait. Impossible de se connecter avec notre enfant – renouer le dialogue avec un enfant qui ne parle pas n’est pas chose aisée.

Vincent, 14 mois, s’est fait opérer des oreilles deux mois auparavant (après des otites à répétition). Pourtant il continue de crier, de pleurer, de s’énerver et surtout… il refuse de dormir et luttant jusqu’à l’épuisement.

Et si son système n’avait pas imprimé les nouvelles lignes de code ?

Pour nous reconnecter avec lui, il fallait avant toute chose qu’il se reconnecte avec lui-même et qu’il efface les traumatismes vécus.

Mais ça nous n’en avions pas conscience. Nous envisagions que les douleurs physiques qu’il avait endurées y étaient certainement pour quelque chose dans nos difficultés. Mais nous pensions, à tort, qu’une fois les composants réparés (j’entends pas là, la pose de ses diabolos), le programme redémarrerait sans effort.  Erreur !

Nous avons tous entendu « les enfants sont de vraies éponges » mais savons-nous à quel point le corps est une immense carte mémoire ?

N’étant pas ingénieur en informatique et ayant testé plusieurs réparateurs (ostéopathe, réflexologue, psychologue) sans trouver de réelle solutions, nous voilà en route pour une séance de microkiné.

Sans le savoir, c’était parti pour un grand redémarrage.

cool coaching

Une séance de microkiné pour relire l’histoire de mon enfant et renouer le dialogue

Voilà Vincent installé dans mes bras. J’explique brièvement les raisons de notre visite et je l’allonge sur la couverture toute douce. Alors que moi, je l’avoue, j’aurais rêvé m’allonger pour récupérer mes heures de sommeil, voilà qu’après quelques seconde de palpations, il se met à hurler…

« J’ai rarement vu un enfant avec autant de stress, c’est comme s’il avait vécu une vie d’adulte. »

Ma tête s’est mise à réfléchir à toute vitesse, je tentais de chercher toutes les sources de stress possibles. Me voyant un peu paniquée, la microkiné me dit entre deux hurlements : « ne vous inquiétez pas, rien n’est irrémédiable ». Je respire, petite pause, remise des voyants au vert.

Durant cette séance, nous avons fait une sorte d’analyse du disque dur, nous sommes remontés dans le temps, depuis sa conception à aujourd’hui. J’ai été stupéfaite de la précision de certains faits cités, des choses auxquelles je ne pensais plus, des situations anodines qui avaient laissées une marque dans le petit corps de Vincent. Je prenais conscience que l’unité centrale de Vincent avait absorbé des petits chocs le mettant en déséquilibre et l’empêchant de traiter de nouvelles données.

Au cours de ce « pianotage » corporel, Vincent n’a fait que pleurer, il était agité. Il n’a retrouvé son calme qu’une fois installé dans la poussette, doudou en main. Pourtant, la touche relance avait discrètement et doucement été enclenchée.

Une fois rentrée, j’ai pris le temps de noter les différents sujets soulevés. La microkiné ne donne pas de logiciel miracle de protection (ce serait trop simple) mais elle nous a permis d’appréhender les points sur lesquels Vincent avait rencontré une résistance. Nous avons pu changer notre regard et lancer un nouveau processus. Nous avons pu mieux décoder notre Vincent et ainsi être plus détendus avec lui. Finalement sans avoir été auscultés, il s’est aussi passé quelque chose pour nous, comme si nous avions fait la mise au point de la webcam.

Pour Vincent, les jours qui ont suivi la séance n’ont pas révélé de changement particulier. Cependant,  peu à peu, les fils se sont dénoués. Nous avons l’impression que Vincent a enregistré, archivé et dépassé certaines informations pour se lancer vers de nouvelles acquisitions.

La microkiné : un espoir vers un avenir plus apaisé.

Au moment où notre système familial semblait s’être fait pirater par un virus inconnu, il nous a semblé opportun de trouver une nouvelle application pour nous relancer. Au même titre que le yoga ou la relaxation auraient pu nous permettre de nous ressourcer, la microkiné nous a semblé une bonne alternative entre nos esprits cartésiens (vision pragmatique du langage du corps) et l’aspect psychologique (ressentis émotionnels et vécus).

Alors oui effectivement, ce n’est pas « satisfait ou remboursé » (malheureusement cette technique  -bien que pratiquée par un kiné ou un médecin- n’est pas prise en charge par la sécurité sociale) mais finalement, c’est le prix d’une nouvelle fenêtre qui s’ouvre ! Pour nous, un bol d’air frais et une famille plus sereine.

Vincent de son côté, dort un peu mieux mais surtout s’est ouvert à nous. Le dialogue s’est renoué, la communication s’est relancée.

Pour certains, la microkiné peut rester une science virtuelle, pour d’autres c’est un réel traducteur de leur mémoire corporelle. Le meilleur moyen de se faire son idée n’est-il pas finalement de la tester ?

 

 

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !

Commentaires

Commentaires

4 réponses
  1. Laëtitia
    Laëtitia says:

    Merci pour cet article qui explique parfaitement le rôle du Micro-kiné. Le notre nous aide énormément, aussi bien adultes qu’enfants. On n’a pas idées des traces laissées par le passé, des mécanismes de nos parents ou grand parents que l’on répète inconsciemment et qui nous pourrissent la vie, ou le couple… On peut trouver des explications à des douleurs physiques, prise de poids, problèmes de sommeil, qui nous mettent sur la voie de la guérison et de l’apaisement !

    Répondre
  2. COLLADANT Christelle
    COLLADANT Christelle says:

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre site et je le trouvé très riche, bravo et merci !
    Être parents s’apprend tout au long de la vie, grâce aux expériences de chacun.
    Plus particulièrement concernant la micro kiné, auriez-vous des professionnels à nous conseiller sur Paris et notamment dans le Val-de-Marne (94)?
    Je vous remercie pour votre retour,
    Bel après-midi à vous,
    Christelle

    Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.