enfant heureux CPMHK

Quel parent ne rêve pas de voir son enfant heureux ? De lui offrir la force de croire en lui, d’aller au bout de ses rêves, et de ne pas se laisser abattre dans les moments de doutes, d’aujourd’hui, mais aussi de demain ? Nous n’avons bien sûr pas tout pouvoir sur eux ni sur leur bonheur, mais nous avons la possibilité de leur offrir une ressource où puiser de l’énergie positive dans les moments où ils doutent, se sentent seuls, ou pas à la hauteur…

Dans l’absolu, on aimerait bien être cette ressource. Mais dans la réalité, ça n’est pas toujours évident d’être présent au bon moment, de trouver les mots justes. Parfois, c’est même difficile de reconnaître ces moments où il a un « coup de moins bien ». Alors, comment faire pour lui apporter notre soutien ? Comment transformer l’immensité de notre amour en confiance en lui ? Comment l’aider à passer d’enfant heureux à adulte confiant et épanoui ? 

Pour rendre son enfant heureux, aidons-le à prendre conscience qu’il est exceptionnel

Quoi de plus soutenant que de connaître nos forces et nos besoins ? 

Souvenez-vous des jours où vous aviez le moral à zéro : cet instant où un amoureux vous avait quitté ; cet anniversaire où aucun ami n’était disponible pour boire un verre avec vous ; ce jour où vous n’avez pas été reçu à l’examen de votre vie, où la pression de votre boss était trop forte… Bref, ces jours où vous n’aviez vraiment pas le moral. Qu’auriez-vous dit alors, d’ouvrir un livre qui vous raconte qui vous êtes, et vous rappelle pourquoi vous êtes si exceptionnel.

Écrivons-lui ce qui le rend unique

À l’instar de ce livre qu’on rêverait d’ouvrir, essayons de mettre en lumière toutes les forces et les qualités aux yeux de notre enfant : lui rappeler qui il est, pourquoi les gens qui l’entourent l’aiment. Devenons ce recueil qui lui rappelle ce dont il a besoin pour se sentir bien, ce qu’il sait si bien faire, et énumère toutes les forces dont vous disposez pour vous aider à vous relever. Bref, une sorte de réservoir d’énergie et de bonnes vibrations qui lui donneront la force de lever la tête, de prendre du recul, et de rebondir.

Voilà un beau cadeau que nous pourrions faire à nos enfants : pourquoi pas prendre quelques minutes de temps à autre pour lui écrire quelle que soit la forme : un carnet, une lettre… Bref, de précieux souvenirs qui pourront l’accompagner dans les bons et les mauvais moments.

À la manière d’un album photo ou d’un livre de naissance, prenons la plume et écrivons dans les moindres détails toutes ses belles forces. Il ne s’agit pas de lui dire : « À 3 ans, tu étais très gentil, et très en avance : tu as marché à 10 mois. ». C’est sympa, mais cela n’apporte pas grand-chose. Non, il s’agit de décrire avec précisions, tous ces moments où il a révélé de belles qualités et des forces si utiles, et dire en quoi ces forces peuvent être appréciées des autres, et comment elles peuvent lui être utiles. Participer à rendre son enfant heureux, c’est aussi l’accompagner vers plus de confiance en soi, en prenant le réflexe de lui dire ces mots, régulièrement !

cool coaching

Dès le plus jeune âge, chaque bébé est unique, avec ses particularités et ses atouts

« On n’a jamais vu un bébé qui débordait autant de tendresse : tu passes ton temps à nous dévorer les joues de bisous. Ta tendresse nous comble et tes sourires si joyeux attendrissent tous les passants à qui tu sais si bien communiquer ta joie. Plus tard, les jolies relations que tu sais si vite nouer avec les autres t’aideront ». « Tu nous impressionnais par la façon que tu avais de nous faire relativiser les choses dès que nous avions le moral à zéro. Comme ce jour où tu nous as dit : « Ce n’est pas grave si on a raté notre train, en attendant le prochain, on peut aller se balader !’ Ta capacité à rebondir est précieuse, utilise-là. »

Valorisons le positif

Vous connaissez le revers de la médaille ? Chaque qualité a ses inconvénients : un enfant calme peut être timide, un enfant dynamique peut être épuisant, un boute-en-train peut être fanfaron… Tout est question de point de vue. Mais ce qui nous aide à être heureux, c’est de voir le bon côté des choses, et d’apprendre à minimiser les autres. Si des défauts nous viennent à l’esprit, inutile de les préciser, essayons plutôt de valoriser les qualités qui vont avec. 

On a les défauts de nos qualités, alors laissons de côté les « Tu n’écoutais pas ce qu’on te disait ». Peut-être que cet enfant est tout simplement dans son monde imaginaire, alors mettons en avant sa créativité. Nous avons envie de lui écrire un : « Tu ne tiens pas en place » ? Mettons plutôt en avant son dynamisme qui lui permettra peut-être un jour d’entraîner les foules.

Et pourquoi ne pas lui faire part aussi de ses sensibilités ?

 Avant d’aller plus loin, si vous voulez explorer d’autres pistes pour aider nos petits à développer leur confiance, n’hésitez pas à demander votre pack « CONFIANCE EN SOI, tout pour que nos petits croient fort en eux ! ». Vous y trouverez toutes mes astuces et conseils longuement rassemblés pour relever cet incroyable défi parental : aider nos enfants à devenir des adultes équilibrés, indépendants et épanouis… Pour le recevoir gratuitement, laissez-nous simplement votre email ci-dessous et je vous l’envoie illico !

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Accueillons ses émotions et ses ressentis

Nous sommes aujourd’hui de plus en plus conscients de l’importance de reconnaître et d’accueillir nos émotions. Expliquer à notre enfant qu’il a le droit de ressentir ce qu’il ressent, et l’aider à le comprendre et à le traverser est un élément primordial pour l’aider à grandir heureux. 

En comprenant ce qui se passe en lui, cela l’aidera à relativiser les jours de coups de blues. Cela l’aidera peut-être à comprendre que son émotion est simplement liée à sa sensibilité, à un besoin fort de reconnaissance, d’être entouré, d’être seul, ou encore à son esprit très compétitif, sa susceptibilité, etc. Bref, lui faire comprendre qu’il faut qu’il se méfie parfois de sa façon d’interpréter les choses, ce qui pourrait à tort le rendre triste ou en colère.

« Dès que l’on s’éloignait de toi, tu fondais en larmes, comme si nous t’abandonnions. Alors que personne ne t’abandonne. Les autres sont peut-être moins câlins, plus indépendants que toi, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne t’aiment pas. » ; « Il t’arrive de te vexer ou de penser que nous, ou ta maîtresse, privilégions quelqu’un d’autre que toi. Je t’assure qu’il n’en est rien, il n’y a aucune injustice ».

Se savoir aimer, moteur du bonheur

Dernier élément qui pourrait être le premier : c’est l’amour !

Quoi de plus aidant pour se construire que savoir que l’on est aimé quoi que l’on fasse ? N’est-ce pas le plus beau cadeau à lui faire ? Essayons de lui transmettre cet amour par notre confiance en lui, en le soutenant dans ses moments de doutes et en l’aidant à aller de l’avant face aux échecs. Essayons d’être un supporter attentif, présent dans les bons moments comme dans les plus difficiles. Nous pouvons prendre le rôle de coach de temps à autre pour l’aiguiller, sans pour autant devenir son sergent-chef et enchaîner les ordres. Voir aussi notre article Comment élever un enfant pour qu’il devienne ce qu’il est de mieux ?

Rendre notre enfant heureux, ça commence maintenant !

Allez, à vous de jouer ! Je vous invite à prendre 10 minutes pour écrire tout ce qui vous passe par la tête.

Tant pis s’il y a des fautes. Tant pis si c’est mal écrit. Bien sûr que ce sera incomplet. Tant pis si ce n’est pas le joli carnet que vous souhaitez lui transmettre !

Et les jours où vous êtes tenté de raconter à vos collègues la super-attitude que votre enfant a eue hier, quand vous sentirez votre cœur déborder d’amour et de fierté, réouvrez plutôt votre cahier, votre document Word ou les notes de votre téléphone, et complétez-le ; ce sera plus utile ! N’ayez pas peur, commencez par deux lignes, ce sera déjà un bon début. Le tour du monde ne commence-t-il pas par un premier pas ?

Et n’oubliez pas de temps à autre d’appuyer sur le bouton « imprimer », et de glisser la feuille dans son carnet de santé, pour être sûr de ne pas la perdre, et de s’en rappeler de temps à autre. 

Plus tard, il pourra lire vos feuilles, caché dans son lit, lorsqu’il sera en pleine crise d’adolescence (enfin, si celle-ci existe). Et nul doute que même à 40 ans, ce recueil lui fera le plus grand bien, quand il aura besoin de se reconnecter à ce qu’il est vraiment.

Il lira alors ces quelques lignes qui lui diront qui il est, quelle belle personne il fait, qui lui rappelleront toutes les ressources qu’il a en lui depuis tout petit, et qui peuvent l’aider à rebondir.

Rendre notre enfant heureux, c’est croire en lui, pour qu’il en fasse de même.

Pour aller plus loin, vous pouvez prolonger la lecture par cet autre article : En quoi l’éducation peut révéler les supers pouvoirs de nos enfants.

Commentaires

Commentaires

7 réponses
  1. Sandra
    Sandra dit :

    Merci pour cet article juste magnifique. Il m’a ému au plus haut point. Je trouve cette idée d’écrire à nos enfants superbe et je reste convaincu que çà lui servira pour plus tard. De voir combien on le connaît si bien, qu’on l’aime inconditionnellement. Dire ce qui est positif et arrêter de pointer juste le négatif. Lors de ses moments de doute il y aura ses petits mots, lettre qu’il trouvera et même si on n’arrive pas à trouver les bons mots pour le réconforter à ce moments, ils pourra nous lire, lire tout notre amour pour lui. J’adore je vais m’y mettre très très vite avec plaisir. Merci

    Répondre
  2. Tazzz
    Tazzz dit :

    J’écris très régulièrement des lettres à mes enfants depuis qu’ils sont tout petits, à la fois pour me rappeler plus tard de tous les merveilleux moments passés avec eux, à la fois pour qu’eux voient plus tard à quel point ils sont aimés chacun pour ce qu’ils sont 🙂 L’écriture, c’est pour moi la photo souvenir de toutes ces émotions de bonheur et de partage, d’amour, de ces ressentis si précieux qu’on ne veut jamais les oublier 🙂

    Répondre
  3. Aurelie
    Aurelie dit :

    Je suis tellement ravie de lire cet article car j’ai de moi même ressenti ce besoin d’écrire à mon fils à quel point il est formidable. C’est un grand émotif donc je me suis dit qu’à travers ces mots il pourrait trouver du réconfort dans une quinzaine d’années. Il a 18 mois et il a fait preuve d’une grande maturité à l’arrivée de son petit frère il y a deux mois. C’est alors que je ressenti le besoin de lui écrire une lettre et pourquoi pas un journal illustré. Je suis heureuse de voir que mon cheminement de pensée était correcte et que de moi même je puisse identifier ce qui pourrait aider mes amours à devenir de magnifiques personnes ! Merci à vous

    Répondre
  4. Maïté
    Maïté dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce bel article! Certains trouveront peut-être un peu « gnan-gnan » de procéder ainsi, et pourtant moi je suis convaincue de l’utilité de prendre le temps de raconter à son enfant. Lui raconter à quel point il a des qualités merveilleuses, qui sont des petits trésors à exploiter. Les « livres de naissance » peuvent aussi être un bon point de départ pour lui prouver par a+b que dès qu’il est né il avait ses propres traits de caractères, ce qui est très positif. Et l’encourager à rester lui, à accepter ce qu’il est même s’il a quelques « faiblesses » je trouve le concept génial.

    Merci pour ce bel article,
    Maïté – Les Supers Mamans

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Là, il s’agit de repérer les heures et surtout, pour les petits, les moments de la journée. Alors quand je suis tombée, par hasard, sur une horloge 24 heures (chez Ikéa), j’ai sauté sur l’occasion (en plus elle était au coin des bonnes affaires !). Nous avons enfin notre horloge pour enfant qui va les aider à visualiser les moments de la journée. 30 minutes suffisent pour offrir à nos enfants d'être heureux jusqu’à 90 ans – COOL PARENTS…. […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.