bébé 11 mois CPMHKVous n’en pouvez plus, votre bébé 11 mois – 24 mois n’obéit pas, cela fait trois fois qu’il met votre téléphone aux toilettes, court systématiquement dans la rue en sens inverse, ne veut pas mettre son manteau, touche à ce qu’on lui a demandé de ne pas toucher, et vous avez beau le gronder ou le mettre au coin : rien n’y fait, il recommence…  Vous avez été nombreux à me parler de ce genre d’expérience. Alors creusons un peu sujet…

Ca tombe bien, nous avons nous-même un petit garçon de 18 mois à la maison, et il fait de même ! Il y a quelques jours, je me suis donc décidée à prendre le temps de l’observer. J’ai alors réalisé ce à quoi nous n’avions jamais vraiment prêté attention : il fait beaucoup de bêtises ! En l’espace de quinze minutes, il avait réussi à manger les cartes de Memory, à dépiauter une boîte de mouchoirs, à taper de toutes ses forces la jolie table avec sa cuillère, à mettre ses doigts dans mon thé presque brûlant, à racler la motte de beurre avec son pain, à jeter son biberon par terre…

Pourtant, je dois dire qu’avec son papa, cela ne nous a jamais vraiment posé problème. Nous ne le considérons pas comme un enfant difficile. Et pourtant, il est bien moins sage que sa sœur au même âge ! Pourquoi cette « tolérance » à l’égard de notre fils ? Parce que…

Le cerveau de notre enfant est conçu pour faire des ‘bêtises’ comme on dit, c’est son métier !

Son cerveau est programmé pour découvrir, explorer, expérimenter… et cela se termine fatalement par des petits accidents. Et ce que l’on appelle « bêtises » n’est souvent qu’une « maladresse ».

Durant les 5 premières années, les connexions entre les neurones du cerveau de l’enfant se créent à une vitesse vertigineuse (700 à 1000 connexions par seconde). Le cerveau est en pleine construction. Grâce à ces connexions, les neurones vont devenir opérationnels. Toutes les expériences que notre enfant vit créent une nouvelle synapse dans son cerveau. D’où sa passion pour l’expérimentation et son besoin d’imitation.

L’intention, en tapant sur la table ou en mettant ses doigts dans mon thé, est bien d’expérimenter de nouveaux sons et de nouvelles textures. Quand il mange le memory, il n’a pas n’a pas conscience d’abîmer un jeu, il a simplement besoin de se faire les dents. Quand il racle le beurre avec son pain, il essaye juste de faire ‘comme les grands’. Etc.

Notre bébé de 11 mois (jusqu’à même 4 ans parfois) n’a nullement l’intention de nous embêter.

Il ne comprend pas pourquoi on lui permet de transvaser du sable, mais on lui interdit de transvaser sa purée dans son verre. Il ne comprend pas pourquoi il a droit de taper sur un tambour mais pas sur la table. Et ne fera pas toujours le rapprochement entre la fois où il s’est fait gronder pour avoir mis du feutre sur le canapé, et cette fois-ci où il est train de mettre du bic sur le fauteuil.

Il n’est pas nécessaire de lire les études de neuroscience pour comprendre qu’un enfant (ex : bébé 11 mois) n’agit pas dans l’intention de détériorer le matériel, ni pour embêter ses parents. Il n’a pas conscience de l’impact de ses gestes. Et quand bien même il parvient à se souvenir qu’on lui a interdit la veille de toucher aux verres, il n’est pas toujours en mesure de s’en empêcher. La partie ‘rationnelle’ de son cerveau est encore immature, et peut difficilement contrôler ce que dicte sa partie instinctive. Son besoin de découvrir, d’expérimenter est plus fort que lui.

Faut-il alors continuer de tout lui interdire, et de le gronder s’il a fait une bêtise ?

Ne pensons pas qu’en interdisant à notre enfant de ne pas toucher à ceci ou cela, on va lui enseigner le respect des choses. Quand quelqu’un est respectueux des choses, il ne le fait pas par obligation ni par contrainte, il le fait parce qu’il est lui-même convaincu (qu’il faut qu’il enlève ses chaussures sales pour marcher sur la moquette par exemple). Faire faire quelque chose à notre enfant par obligation n’est pas ce qui va faire naitre chez lui une profonde ‘valeur’.

Et comme à cet âge-là, il ne comprend pas toujours pourquoi on restreint ainsi sa liberté, il peut arriver qu’il éclate en sanglot, ayant juste le sentiment que son parent est ‘méchant’ avec lui, ne l’aime pas.

Mais surtout, comprenant le besoin essentiel de découverte d’un bébé de 11 mois – 24 mois, il serait dommage de bondir à chacune de ces bêtises (« Non ! Ne touche pas à ça ! »). Mettons-nous à sa place : en voyage, nous visitons des ruines, et il n’est mentionné nulle part ce qu’il est interdit de faire. On descend un petit escalier, et un guide nous rattrape : « Non non n’allez pas par-là ! ». On touche un mur, idem : « Ne touchez surtout pas ! ». On fait un pas en avant : « Arrêtez-vous ! ». Au bout de la 5ème réflexion, nous n’allons plus oser bouger, nous n’aurons plus autant de plaisir à visiter, et perdrons petit à petit notre soif de découvrir.

Bref, si on reproche à notre bébé trop régulièrement de faire des découvertes ou des expériences, on risque clairement de freiner sa soif d’apprendre.

Mais ce n’est pas tout ! A force d’être grondé notre enfant risque aussi de perdre confiance en lui, et l’on n’est pas sans savoir que beaucoup de problèmes sont liés au manque de confiance en soi.

Et si nous commencions par retirer les choses fragiles de son entourage ?

 Essayons tant bien que mal de nous éviter quelques galères, et de lui éviter quelques frustrations, en enlevant par exemple les objets précieux de sa portée… Fermons la porte des toilettes, verrouillons certains placards avec couteaux ou produits ménager. Mais bien sûr, on ne va pas non plus s’empêcher de vivre ! Si on a une cheminée dans le salon, on ne va pas la supprimer ! Quelque soit l’environnement, l’enfant finira toujours pas tester quelque chose d’interdit.

Mieux vaut alors lui enseigner le respect des choses, et lui faire prendre conscience des dangers potentiels. Pour cela, (comme par exemple pour le biberon jeté par terre), j’utilise parfois la méthode décrite dans cet article Comment gérer face aux bêtises de nos enfants ? qui consiste à exprimer mes sentiments, et cela fonctionne plutôt bien ! Mais n’en abusons pas non plus (voir l’article Et s’il fallait parfois éviter de souligner toutes les bêtises de notre enfant ?)

Donnons-lui des alternatives

Faisons en sorte qu’il puisse exercer sa soif de découverte sans tout casser. Échangeons sa cuillère en métal contre une cuillère en bois pour qu’il puisse taper sans abîmer, offrons-lui des bols d’eau pour qu’il puisse faire du transvasement sans gâcher la purée, etc. (voir l’article : Inspirez-vous des bêtises de vos enfants, pour choisir leurs cadeaux de Noël !)

Conclusion

Un enfant vit, découvre, expérimente. Il fait des miettes quand il mange un gâteau. Il risque de mettre un coup de feutre sur la table quand il dessine. C’est la vie, il faut l’accepter ! En tant que parents, apprendre la patience et la zen attitude est un travail de tous les jours. Et vous l’aurez remarqué, c’est quand on se sent reposé et bien dans sa tête, que l’on est le plus apte à réagir positivement à ces petits incidents. Je ne le dirais jamais assez, pour avoir des enfants heureux, apprenons à être cool ????

Vous souhaitez améliorer votre quotidien avec votre enfant ? Faîtes chaque semaine un pas de plus vers l’éducation positive en vous inscrivant à la newsletter :

 Cool Parents Make Happy Kids