education-suedoise

L’éducation de Suède est de plus en plus connue : les parents de Suède seraient à fond dans l’éducation positive, au point d’être parfois taxés de laxisme par certains. Il n’en reste pas moins que la Suède figure dans le top 10 des pays ayant les enfants les plus heureux du monde (réalisé par l’ONU). La Suède a, de plus, été le premier Etat à légiférer contre les châtiments corporels (fessées et claques incluses) en 1979. Mais la question suivante se pose : le bonheur des enfants se fait-il alors au détriment de celui des adultes ? Je vous rassure tout de suite : ils sont aussi dans le top 10 des pays où les habitant sont les plus heureux du monde (classement ONU, quand la France est à la 23ème position). Ces chiffres alléchant m’ont donné envie d’en savoir plus !

Mais laissons là les stats. Moi, ce qui m’importe, c’est ce qui se passe sur le terrain, et plus particulièrement au sein des familles. J’ai donc interviewé une maman locale sur le sujet de l’éducation suédoise pour creuser un peu. Attention, bombardage de questions, j’ai essayé de tout savoir ! 🙂

Bonjour Amanda ! C’est parti pour nous dévoiler les secrets de l’éducation en Suède,… Première question : les Suédois sont-ils vraiment à fond sur l’éducation positive ? Est-ce qu’ils lisent des livres et se donnent des astuces ?

“Oui il y a beaucoup de livres d’éducation en Suède, et surtout l’Etat nous en envoie un à la naissance de notre enfant ! Mais à vrai dire, les parents se comportent de façon assez naturelle avec leur enfant. Chez nous, la grande phrase, c’est : “Ça va passer !” On prend les colères, les “Non” et les couchers difficiles de nos enfants comme une étape de l’enfance, quelque chose de temporaire.

Et dans la rue, que pensent les Suédois des enfants qui font des colères ?

Alors, c’est vraiment l’inverse de la France ! Si un enfant fait un colère dans la rue, les passant ne se diront jamais qu’ils sont face à un “mauvais” enfant ou un “mauvais” parent. Généralement, ce qu’ils se disent, c’est plutôt : “Le pauvre parent, c’est un mauvais moment à passer !” Parfois, aussi, ils viennent nous donner un conseil pour essayer de s’en sortir 🙂 Dans ce cas, personnellement, je dis juste : “Merci, belle journée à vous !”

Mais est-ce que vous dites “Non”, quand même, à votre enfant ? Par exemple, s’il veut des bonbons, l’éducation en Suède dit quoi ?

“Les bonbons c’est samedi” ! En suède on a une règle qui est partagée par tous les parents : les enfants ont droit de manger des bonbons uniquement le samedi… Plus ils sont grands plus ils se goinfrent ce jour là 🙂

(Mais quelle bonne idée de faire partager certaines règles à un niveau national…! Tellement plus facile à gérer que de dire à son enfant “Non” pendant que celui d’à côté s’empiffre…)

Et les repas ?

On sait qu’un enfant a du mal à se tenir à table pendant des heures et à patienter, donc on fait en sorte que les repas ne durent pas trop longtemps, et de passer au plat suivant quand il a fini le premier. Aussi, on n’est pas trop à cheval sur les légumes à chaque repas, on regarde plutôt l’équilibre alimentaire de notre enfant au niveau de la semaine – l’objectif, c’est juste qu’il mange de tout sur la semaine.

Et les couchers, ça donne quoi en éducation suédoise ?

On peut mettre beaucoup de temps pour coucher nos enfants. Moi, j’en ai trois, ça me prend une heure et demie. Le temps de passer un moment avec chacun et de parfois m’allonger à côté d’eux le temps qu’ils s’endorment. C’est vrai que ce n’est pas facile, mais comme on dit ici : “C’est juste un moment à passer”. Et puis, je me dis que je le ai voulus ces enfants, je souhaite profiter d’eux, toutes ces années passent si vite… Donc ces moments, le soir, c’est aussi l’occasion d’être proche d’eux, de les aimer et de les câliner. Et puis, les papas sont aussi présents que les mamans, donc ça aide !

On entend parfois que les enfants suédois, une fois adultes, ont du mal à s’intégrer à l’entreprise ?

Son mari, un Français qui a eu l’occasion de travailler dans de nombreux pays, prend la parole.

“Ici, c’est fou, dans les entretiens d’embauche que je fais passer aux jeunes, une des premières questions porte sur les congés, les horaires, le bien-être au travail ! Mais d’un autre côté, ils se le permettent parce qu’il savent qu’ils ont le choix, et qu’ils trouveront facilement du travail. Il y a une très forte mentalité en entreprise sur le bien-être au travail, et une place très forte est accordée à la famille. Généralement, tout le monde sort vers 17h pour aller profiter de ses enfants, et beaucoup se remettent à travailler de chez eux, une fois les enfants couchés. Ici, si tu ne prend pas ton congé paternité (qui est de 480 jours  minimum réparti équitablement entre le papa et la maman), c’est mal vu, car tu ne t’occupes pas assez de ta famille ! Donc, oui, c’est vrai que les jeunes sont exigeants et accordent beaucoup d’importance au sens de leur travail, et aux conditions de celui-ci, mais d’un autre côté, ça pousse l’entreprise et la société à être plus humaine…”

Intéressant, n’est-ce pas ? Bref, selon l’éducation suédoise, on ne cherche pas à “éduquer” les enfants mais à profiter d’eux et de la vie de famille. Est-ce que ça en fait des adultes moins respectueux ? Et si plus on respectait nos enfants, et les acceptait tel qu’ils sont, plus au contraire cela ferait d’eux des personnes tolérantes et respectueuses des autres ?

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ? Dites nous tout dans les commentaires !

Commentaires

Commentaires

37 réponses
« Anciens commentaires
  1. Anonyme
    Anonyme says:

    Ah merci beaucoup pour ces articles qui font du bien. Sa fait du bien de les lires et sa remontent le moral. En france la bienveillance c est du laxisme voir meme des extraterrestres. Certains on leur explique la frustration. Ils ne savent pas se que c est. Et d autre ni crois pas. Merci encore.

    Répondre
  2. Tallon
    Tallon says:

    Bonjour je viens de lire votre article, c’est très surprenant, je pense que cela fonctionne sûrement très bien pour vous et vos enfants, mais peut être que la vie quotidienne des parents est sûrement plus calme que chez nous et moins stressante.Je fait la différence avec mes deux fils et petits enfants , et nous même, cela est impressionnant, et cela est sûrement dû à une seule chose, l’inquiétude du travail les français sont tributaires de cela, pour moi je dirais que: plus de sérénité dans ce domaine tout serait plus facile et calme, et une meilleure manière de vivre, pour les parents et surtout pour les enfants.

    Répondre
  3. Kathleen
    Kathleen says:

    Bonjour,

    Nous venons passer une semaine sur Stockholm en famille et nous serions ravis de rencontrer des familles installées en Suède et parlant anglais ou français pour partager leurs expériences en parentalité et éducation alternative ! Nous aimerions éventuellement beaucoup visiter des écoles etc. Si vous (ou qqn de votre entourage) êtes près de Stockholm et disponibles du 20 au 27/8, faites moi signe!
    Kathleen

    Répondre
  4. Sarah
    Sarah says:

    Wahou le pays des Bisounours…!!!
    Pensez-vous cela certainement par manque d’information supplémentaire par cette belle apparence de l’éducation positive. Bien sûr, tout n’est pas à jeter mais ça vaut la peine de réfléchir aux conséquences d’une telle éducation, qui manque d’équilibre, sur la vie d’adulte qu’est devenu l’enfant. Voire de son enfance, et sans compter ses parents (qui doivent subir les différentes émotions)…

    Avec sincérité, qui n’a jamais pété les plombs face à certaines situations avec les enfants ? De plus, quand nous sommes fatigués et stressés par les différentes charges (travail, maison etc).

    La réflexion est toujours bonne…
    Plein d’articles sont faciles à trouver sur le sujet, si on descend un peu plus dans les propositions Google.

    Répondre
  5. laeti
    laeti says:

    Bonjour,
    J’adore la réponse à « Et dans la rue, que pensent les Suédois des enfants qui font des colères ? ». Une fois une de mes invités faisait constamment des remarques car mon fils (de 2 ans et 1/2) ne mangeait pas (il était tout fou d’avoir tout ce monde à la maison et ne restait pas en place) alors que son mari a refusé de mangé le quinoa car il estimait que c’était trop fade, et son gendre à mangé en précisant que « ça passait » et a bien ajouté à la fin qu’il n’aimait pas les oignons (il y en avait dans ce que j’avais préparé). Donc on critiquait parce que qu’on enfant ne faisait pas ce que des adultes de 40 ans et respectivement 60 ans ne faisaient pas.

    Répondre
  6. clio
    clio says:

    Je trouve toujours intéressant d’écouter ce que les autres font et vivent, et essayer d’y trouver des pistes et des réflexions pour améliorer notre quotidien; merci pour ce partage! Personnellement, je suis convaincue que dans toute chose il y a du bon à prendre; quand culturellement les hommes et les femmes prennent la même place et au travail et au sein de la famille, cela aide à trouver un meilleur équilibre globale, et moins culpabilisant. ça aide aussi à éviter le regard réprobateur des autres, les jugements face à certains choix que l’on fait sur le temps que l’on décide de dédier au travail et à la famille. Remplacer les jugements par l’empathie, je trouve ça un exemple génial pour retrouver le vrai sens de la collectivité et de l’entraide, une belle source de réflexion pour nous tous!

    Répondre
  7. pauline
    pauline says:

    Une société qui valorise la vie de famille…et ne culpabilise pas les parents de préférer leurs enfants à leur travail..Quand je vois que l’asso pour laquelle je travaille vient de nous supprimer la possibilité de bénéficier de 3 jours de congés annuels pour enfant malade, les bras me tombent. Quant à l’attitude des parents, tant qu’il y’a de l’amour, de l’écoute et l’intention de faire au mieux pour toute la famille, le couple et soi même, je pense qu’il n’y a pas de règle. Chacun voit midi à sa porte, éducation positive ou un peu moins. Éducation positive pourrait amener à penser qu’il y a une éducation « négative ». Or, je pense qu’il y a juste une équilibre à trouver pour ses enfants et pour soi, et des clés qui permettent parfois de rétablir cet équilibre. C’est un système complexe, sans recette toute faite. La quête de recettes est peut être trop fréquente, et pousse les parents à moins de confiance en leur « compétence » innée. Les réponses ne se trouvent pas forcément dans les livres, qui par ailleurs, se contredisent parfois les uns les autres. je suis maman de 3 enfants très rapprochés (des jumeaux de 8 ans et un autre de 7 ans). Mes parents n’ont pas été aussi présents pour moi, mais je me suis construite quand même et pense être devenue une bonne personne. Pourtant, ils ne connaissaient pas l’éducation positive. Ils ont fait comme ils ont pu, et, surtout, ils m’ont aimé. Ça peut sufffire parfois 😉 une petite remarque concernant la règle des bonbons le samedi….Je ne peux que la contredire, dans la mesure où, me semble t il, elle ne permet pas à l’enfant une réelle compréhension des raisons pour lesquelles il est conseillé de manger quelques bonbons mais pas trop. L’enfant qui l’aura compris sera capable de gérer son paquet de bonbons dans sa chambre toute la semaine, et de se contrôler:-) ils ont fait aussi une règle pour le jour des jeux vidéos? des tablettes? hihi Bonne journée à tous! Pauline

    Répondre
  8. Koski
    Koski says:

    J’adore ! Effectivement, en France on a encore du boulot. Et même dans l’éducation spécialisée, je me bat pour ajouter compréhension et empathie à la liste des nombreuses règles, nombreux interdits, nombreuses punitions… Merci pour le témoignage.

    Répondre
  9. neoseya
    neoseya says:

    Quel bel exemple d’éducation positive, ça donne envie d’aller vivre en Suède tout ça !!! Le travail, l’éducation, la considération de l’être humain dans sa globalité…

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] à ce sujet et comprendre le point de vue d’une suédoise, je vous invite à lire cet article https://www.coolparentsmakehappykids.com/education-suede-suedoise/ qui pour moi reflète bien ce que j’ai pu voir de l’éducation positive à la […]

« Anciens commentaires

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.