L’hypnose pour enfant, un chemin vers ses ressources intérieures

Quand on parle d’hypnose, on imagine souvent les grands shows d’hypnotiseurs. Mais c’est aussi, et surtout, un super outil pour gérer les petits stress et grandes angoisses de la vie. Parce que nos bambins ont un accès naturel à leur imaginaire, hypnose et enfant font vraiment bon ménage. Et oui, l’hypnose utilise justement des images et métaphores. Mais en fait, c’est quoi l’hypnose ?  Est-ce que c’est dangereux pour mon enfant ? Que peut-on espérer soigner par l’hypnothérapie ? Pourquoi et comment l’installer au quotidien à la maison ? CPMHK a eu le plaisir d’interviewer Margaux Bienvenu, Docteure en psychologie et hypnothérapeute, auteure du livre “Des bulles de bien-être pour mon enfant” et co-créatrice de l’application d’hypnose pour enfant HypnoTidoo.

Au programme :

Qu’est-ce que l’hypnose ? 

Margaux : “L’hypnose, c’est une technique de relaxation induite par une personne extérieure, qui permet de retrouver le chemin vers une partie de notre conscience d’habitude inaccessible. En fait, quand nous rêvons de manière éveillée ou au bord du sommeil, nous vivons une sorte d’état naturel de pensée dans lequel notre esprit a accès à ses ressources sans buter sur les obstacles habituels que nous nous sommes construits (“Je ne peux pas”, “C’est impossible”, “C’est mal/bien”, etc.). 

En pratique, l’hypnothérapeute utilise plusieurs techniques comme les suggestions, la visualisation, parfois des mouvements, etc. La sophrologie a d’ailleurs beaucoup emprunté à l’hypnose, mais on retrouve aussi des pratiques proches de la relaxation ou de la méditation.

Le but est donc d’aider la personne à recréer le chemin vers cet état de conscience modifié, ce qui va permettre à l’esprit de se “déconnecter du présent” en quelque sorte. Ainsi, le patient va pouvoir changer sa perception du monde et de soi. 

Mais rassurez-vous, le patient reste en contrôle et si le thérapeute l’emmène sur un chemin qui l’indispose, elle n’ira pas ! 

Ce qui est formidable, c’est qu’en état d’hypnose, nous sommes plus réceptifs à ce que l’on entend à ce moment-là et cela nous donne accès à cette partie souvent inaccessible de notre esprit (l’inconscient) qui contient nos ressources, nos prédispositions, nos capacités ! C’est un peu notre coffre aux trésors intérieur. Le thérapeute va permettre de se connecter à ce réservoir de positif et va accompagner son patient dans les changements voulus.”

Pourquoi utiliser l’hypnose avec les enfants ?

L’appli du cool parent

Pour être accompagné tout au long de l’année dans ma parentalité

Margaux : “L’hypnose utilise les histoires, la suggestion, les métaphores pour emmener le patient dans cet état modifié. Et au royaume de l’imaginaire, les enfants sont rois ! Avec les bonnes suggestions, l’enfant se laisse facilement transporter pour accéder à son coffre aux trésors. De plus, à la différence des aînés, ils n’abordent pas la séance avec des peurs et des préjugés, ils se laissent simplement guider dans la pratique des jeux ou exercices proposés par l’hypnothérapeute.

Après, comme pour les ados ou les adultes, chacun peut être plus ou moins sensible et c’est le rôle du thérapeute d’utiliser les bons outils en fonction de la problématique de chacun.”

Quels maux peut-on soigner grâce à l’hypnose pour enfant ?

Margaux :Comme pour les adultes, les indications sont larges. Dans les indications, on pourra retrouver de petits et grands maux :

  • les difficultés liées au stress ou à l’anxiété
  • les troubles du sommeil ou les difficultés d’endormissement ;
  • les traumatismes, les dépressions ou les deuils ; 
  • les petits inconforts du quotidien (énurésie, ongles rongés, tics nerveux…) ;
  • l’hypersensibilité
  • l’hyperactivité et les difficultés de concentration ;
  • la confiance en soi
  • les colères ;
  • les addictions ;
  • l’accompagnement à des gestes hospitaliers (anesthésie, prise de sang, points de suture, ponction…) ;
  • etc.

Ces problématiques peuvent se soigner en séance avec l’appui d’un hypnothérapeute, mais elles peuvent aussi être abordées de manière légère pour accompagner le quotidien. S’il n’y a pas de difficulté particulière (problème de compréhension, certains handicaps…), l’hypnose est un merveilleux outil à offrir à nos enfants. C’est d’ailleurs pourquoi j’ai voulu la rendre plus accessible d’abord à travers mon livre, puis grâce à l’application HypnoTidoo.”

Dans un autre registre, si vous êtes intéressé·e par “l’éducation positive” et que vous souhaitez recevoir quelques clés pour obtenir plus de coopération de la part de votre enfant (en criant le moins possible), découvrez gratuitement notre pack spécial “éducation positive”. Laissez-nous votre email et recevez notre dossier spécial directement dans votre boite mail. Plus de coopération en criant moins, ça fait du bien .

L’hypnose présente-t-elle un danger ?

Margaux : “La pratique n’est pas dangereuse, mais il y a des contre-indications chez l’adulte comme la paranoïa ou d’autres pathologies mentales. 

En tant qu’adultes, nous avons souvent en tête l’hypnose de spectacle où l’hypnotiseur (et pas hypnothérapeute) “manipule” les sujets et leur fait faire des choses incroyables. Ça n’a pas grand-chose à voir avec l’hypnose thérapeutique ou hypnose ericksonnienne pratiquée en cabinet qui accompagne un changement voulu par le patient

Le praticien ne va pas nous faire dire ou faire quelque chose que l’on ne veut pas. D’ailleurs, une partie de notre inconscient veille et bloquerait une pratique intrusive ou malvenue. C’est pour cela qu’il y a besoin de construire un lien de confiance basé sur le respect et la bienveillance, plus encore avec les adultes.”

À partir de quel âge utilise-t-on l’hypnose sur l’enfant ?

Margaux : “Je dis souvent que c’est autour de 5 ans. En fait, cela dépend du développement cognitif de l’enfant. Il faut que son cerveau soit assez mature pour construire une image mentale, suivre un scénario, le transformer. Cela nécessite d’avoir une mémoire suffisamment développée ainsi qu’un certain niveau de compréhension verbale pour comprendre les suggestions de l’hypnothérapeute. Il doit avoir acquis assez d’expériences de vie pour pouvoir se les rappeler ou en imaginer d’autres. 

Encore une fois, tous les enfants n’adhèrent pas et c’est au thérapeute d’adapter ses outils en fonction de la situation de chacun. Un suivi psychologique classique peut s’avérer parfois bien plus adapté. Selon moi, il est même intéressant de pouvoir combiner les deux types d’approches.”

Comment se déroule une séance d’hypnothérapie ?

Margaux : “C’est avant tout une séance de thérapie qui dure entre 30 minutes et une heure environ. On fait connaissance de l’enfant et du parent. On cerne la problématique à traiter. Le parent peut rester dans la pièce ou être invité à s’éloigner doucement selon les besoins de chacun. Certains problèmes se règlent en une séance seulement, d’autres peuvent demander plusieurs rencontres, mais cela reste souvent une thérapie brève

Ensuite, mon travail consiste à construire des histoires qui vont parler à l’enfant et lui permettre d’accéder à la ressource dont il a besoin. J’adore inventer et co-construire les métaphores avec l’enfant. 

Par exemple, si l’on travaille sur la confiance en soi, on peut l’inviter à enfiler sa cape de confiance, à se mettre dans une bulle, ou à créer un geste d’ancrage qu’il pourra utiliser dans son quotidien… Les suggestions n’ont que notre imagination comme limite !

Chez les ados ou chez les adultes, on ressent souvent plus la peur d’être manipulé ou de perdre le contrôle. Que chacun se rassure, on n’hypnotise pas quelqu’un contre son gré et on ne peut travailler qu’avec l’adhésion et la confiance !”

En tant que parent, pourquoi et comment faire entrer l’hypnose dans le quotidien de notre enfant ?

Margaux : “Comme je le disais, l’hypnose donne accès à une partie de nous pleine de ressources. C’est merveilleux d’offrir à nos enfants des outils  qui les aident à prendre conscience et à accéder à leurs super-pouvoirs. C’est dans cette optique que j’ai créé l’application HypnoTidoo : les enfants ont ainsi accès à la maison de courtes séances d’hypnose sur des thématiques spécifiques.

Par exemple, sur la confiance en soi, l’enfant est invité à imaginer la confiance comme un petit animal qui vivrait dans un jardin, un jardin imaginaire qui n’appartient qu’à lui. Parfois, l’animal se cache et disparaît pendant quelques heures, quelques jours… Puis il revient et on peut à nouveau le caresser et jouer avec lui. Cette allégorie permet de comprendre que notre confiance en nous est, comme cet animal, tantôt présent, tantôt absente… Mais en réalité, toujours là, quelque part en nous et que nous pouvons apprendre à l’appeler !

Cette image deviendra alors une ressource pour notre enfant, et quand il aura peur de réciter sa poésie à la classe, il pourra fermer les yeux et appeler dans son jardin ce petit animal qui lui veut du bien… ou il saura simplement qu’il est tapis quelque part et qu’il reste présent bien qu’on ne le voit pas.

Et parce que je suis aussi maman, j’ai eu envie de proposer un support agréable pour les petits et éviter de leur coller la tête sur un téléphone. Nous avons développé une peluche (made in france) pour accueillir une enceinte bluetooth et diffuser les séances de l’application HypnoTidoo. Comme ça, notre enfant peut écouter ses séances en câlinant son nounours et nous pouvons garder un œil sur la progression du programme. Bien sûr, l’application n’a pas vocation à se substituer à un suivi psychologique. Elle est adaptée avant tout aux enfants sans problématique particulière et elle peut être complémentaire d’un suivi psychologique. “

Quand faut-il consulter un hypnothérapeute ?

Margaux : “À mon sens, c’est quand la qualité de vie est affectée, qu’on ressent une souffrance de l’enfant ou de son entourage. Inutile de laisser la situation se dégrader, une séance peut parfois suffire à débloquer la situation.”

Vers quel professionnel s’orienter ?

Margaux : “Je recommande avant tout de choisir un professionnel du milieu de la Santé, comme un psychothérapeute ou pédopsychiatre formé à l’hypnothérapie. Mieux vaut éviter les personnes n’ayant pas de formation en médecine ou en psychologie clinique. En tous cas, quelqu’un qui aura une vision globale de la thérapie et de la pédiatrie et qui pourra au besoin mener son patient vers d’autres techniques. 

Problème de confiance en soi ou renforcement de la personnalité, l’hypnose peut être une piste à envisager pour accompagner notre enfant dans son évolution. On pourra aussi lui proposer des exercices de relaxation ou encore travailler ses réflexes archaïques.

Hypnose et enfant : des livres pour aller plus loin

Pour les plus grands, un petit guide pratique présentant des cas cliniques L’hypnose pour mon enfant : Solution pour petits et grands problèmes de Lauriane Bordenave et Jean-Marc Benhaiem

Déposer / Voir les commentaires

Nos actualités

ACCOMPAGNEMENT SOMMEIL :

“Il dort enfin…(et nous aussi!)?” 15 jours d’accompagnement Réservez pour septembre > Je réserve ma place

COACHINGS DE FIN D’ANNÉE :

“SOS Colères” (Parentalité / Développement personnel) Du 17 novembre 2022 au 26 janvier 2023 > Découvrir

“Osez vivre pleinement sa vie” (Développement personnel) Du 15 mars au 26 avril 2023 > Découvrir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Accueil L'appli' Le blog