mon-enfant-ne-mange-pas-CPMHK

Chaque soir, c’est la même chose. Mon enfant ne mange pas ses légumes, ne finit pas son assiette, ou mange au ralenti… Alors, est-ce que mon enfant ne veut pas manger ? N’a-t-il simplement pas faim ? Comment le faire dîner sans s’arracher les cheveux ? Voici quelques pistes de réflexion pour désamorcer la situation et cheminer vers des repas sereins.

Au programme :

Le repas ne doit pas être un conflit !

Transformer chaque repas en petite guerre aura souvent tendance à empirer le problème. Certes, « il faut manger pour vivre », mais on peut lâcher un peu la pression sur la quantité et garder le cap sur la qualité et la variété ! Un enfant ne doit pas manger pour nous faire plaisir. Il doit manger pour lui. Simple à dire, mais plus compliqué à appliquer… Dans certaines familles, les parents sont si anxieux que les repas deviennent le lieu de toutes les crispations !

Que faire si mon enfant ne mange pas ce soir, alors qu’il a normalement un bon coup de fourchette ?

Ce n’est pas grave ! Ça nous arrive à tous. Il est peut-être simplement fatigué et a peut-être juste besoin d’être couché. Ou bien il ne se sent pas très bien. Peut-être encore qu’il a trop mangé au goûter, et n’a tout simplement pas faim. Il peut également s’agir d’un ralentissement de croissance. Bref, rien ne sert de le forcer !

L’une de mes amies était paniquée par l’idée que son Loulou se réveille plus tôt le lendemain matin ? Elle a quand même tenté le coup et s’est rendu compte que finalement, ça n’était pas le cas.

Comme nous, il peut arriver à nos enfants d’avoir moins faim, parfois même pendant plusieurs jours d’affilé. Si on sent que tout le reste va bien alors, lâchons du lest ! Il n’y a aucune raison que notre enfant se laisse « mourir de faim ». Mieux vaut le laisser tranquille pendant cette période, plutôt que de transformer le repas en moment de conflit.

Doit-il finir son assiette ?

Imaginez que vous êtes invité à un repas chez des amis. Soudain, la maîtresse de maison vous oblige à finir votre plat… Pas sûr qu’on apprécierait, non ?

De même pour notre enfant, pourquoi se braquer et exiger à tout prix qu’il finisse son assiette ? Si ce n’est pas lui qui a décidé de la quantité qu’il y mettait, pourquoi lui imposer de finir ? Pourquoi vouloir à tout prix qu’il mange cette fameuse « dernière cuillère » ? Parce que l’on veut avoir le dernier mot ? Ou parce que cette dernière cuillère est vraiment importante pour son organisme ?

Si à chaque repas, on insiste lourdement pour qu’il mange encore une dernière cuillère, manger deviendrait alors synonyme de ‘contrainte’. Et la prochaine fois, si pour quelque raison il est remonté contre nous, refuser de manger ne sera-t-il pas un bon moyen d’exprimer son mécontentement, puisque cela semble si important pour nous ?

 

Pour prolonger cet article, si vous voulez encore découvrir d’autres idées pour mieux faire manger votre enfant, je vous ai concocté un petit dossier sur le sujet. Dans ce PACK « À TABLE ! », retrouvez trucs et astuces pour un dîner tout en « miam » et en « hmmm », en rendant le repas amusant, intéressant ou encore en découvrant les secrets des crèches (qui réussissent souvent à nous stupéfier avec une petite phrase du genre « Oh oui, Valentine a adoré les petits pois ce midi ! » – ahem…). Pour le recevoir gratuitement, laissez-nous votre mail et recevez le pack directement dans votre boite !

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Le repas en famille, un rituel bien français

Peu de pays ont cette tradition de repas tous ensemble autour de la table. Nous y voyons un moment de partage et de convivialité. On y apprécie l’ambiance, la décoration, les discussions tout autant que les aliments eux-mêmes… Pour autant, rappelons-nous que c’est vraiment une tradition franco-française et que bien des familles préfèrent faire autrement. En Amérique, chacun grignote dans le frigo (je ne dis pas que c’est un exemple !). En Finlande, les repas sont plus nombreux. D’autres encore font manger les enfants avant, pour avoir une vraie discussion entre adultes.

Une amie qui avait du mal avec les repas de sa dernière s’est vu conseiller de faire manger la petite avant, et de profiter ensuite d’un repas détendu pour le reste de la famille. Tout le monde s’en est trouvé très bien. La tension s’est apaisée, et quelques semaines plus tard, la petite demandait à se joindre au moment partagé !

Faut-il priver de dessert ?

Ahh ! L’incontournable question du « Privé de dessert » ! Doit-on envoyer son enfant au lit parce qu’il n’a pas fini son plat ou resservir le même repas le lendemain ? Bien sûr, chacun réagit comme cela lui parait le mieux. Disons que les bonnes vieilles habitudes de nos grands-parents ont parfois la vie dure.

Personnellement, il m’arrive de ne pas finir mon assiette, car on m’a servi une trop grosse quantité. Et pour autant, j’ai quand même envie de manger un dessert. Alors, pourquoi nos enfants n’auraient-ils pas également le droit de le faire, s’ils ont mangé une bonne partie de leur assiette ? D’autres parents leur donneront même la liberté de manger d’abord le dessert et ensuite le plat.

À la maison, nous considérons les légumes importants pour la santé, donc les enfants doivent prendre l’habitude d’en manger à chaque repas. À moins qu’ils ne soient malades, nous ne les autorisons pas à ne manger qu’un dessert.  À vous de fixer votre règle !

Quand l’enfant commence, de façon classique, par le plat et termine par le dessert, la façon de présenter la chose est importante ! On ne doit pas en venir au chantage : « Si tu ne manges pas ton plat, tu n’auras pas de dessert. », qui donne l’impression que l’on veut tout contrôler, ou que l’on cherche à le faire manger sous la menace. Présentons-le plutôt sous forme de liberté ou de simple évidence : « Ce n’est pas grave si tu n’as pas faim, tu n’es pas obligé de manger, on peut aller tout de suite se laver les dents. Tu es sûr que tu n’auras pas faim après ? » Il a le droit de ne pas avoir très faim. Et s’il demande le dessert : « Le dessert, c’est après le plat. Tu manges d’abord ton plat, et après tu pourras passer au dessert. » Ce n’est pas présenté comme une menace, ni comme une sanction, mais comme un fait. Une petite astuce peut être de créer ensemble un tableau décrivant en détail chaque étape de la soirée, et de l’afficher dans la cuisine.

Mon enfant ne mange pas et dit « J’aime pas ». Je fais quoi ?

Commencer par faire goûter

S’il n’aime pas, c’est autre chose. D’abord, le mieux est de le faire goûter, car « Tu ne peux pas savoir si tu aimes, si tu n’as pas goûté. Essaie une bouchée, et après tu me diras si tu aimes ou pas ». Combien de fois, notre fille a-t-elle trouvé cela trop bon après avoir goûté… Alors certes, cela peut être très compliqué de réussir à la faire goûter, mais il faut essayer !

Trouver des alternatives

N’hésitons pas à faire preuve de créativité, et à négocier: « Allez exceptionnellement, je te mets un petit raisin sec sur la cuillère, OK ? Ou je te mélange un fromage frais dans ta purée, ou un peu de gruyère râpé par-dessus, tu es d’accord ? »

Idéalement, il faut que cela reste exceptionnel, histoire de garder un tour dans sa manche les jours où ça coince 😉.

La force de l’habitude et de l’imitation

Il est beaucoup plus facile de faire manger des légumes à un enfant qui a l’habitude de manger des légumes, qu’à un enfant qui mange des pâtes tous les jours. De même, un enfant apprend avant tout par imitation, donc s’il voit toute la famille se régaler de haricots ou d’épinards, il y a des chances que cela lui paraisse naturel. À la maison, par exemple, nos enfants mangent toujours des légumes à l’heure du déjeuner, et des féculents (petit pois, riz complet, lentille, blé, quinoa) mélangés à des légumes le soir. Pâtes au blé complet une fois par semaine. Exception faite si on va au restaurant, chez des amis, ou que l’on a des amis à dîner.

Chacun ses goûts

Ce n’est pas un caprice de ne pas aimer certains aliments. Pour vérifier si c’est le goût ou l’aspect qui leur déplait, on peut essayer de leur présenter sous d’autres formes ! Gratin ou crumble de légumes, soupe (mélangée avec du fromage frais ou du lait de coco), cru, cuit, etc. Si ce n’est vraiment pas bon (soyons honnêtes, il nous arrive de nous planter sur une recette !), on peut lui proposer un autre légume si celui-ci est déjà prêt dans le frigo, et qu’il n’y a plus qu’à le faire chauffer au micro-ondes. Attention, ça doit rester simple pour vous. Et en faisant cela, on prend aussi le risque qu’il nous demande à chaque fois à changer de plat…  Mais on n’échange pas un légume avec un féculent. Il faut garder en tête que notre rôle n’est pas de les faire manger, mais de les faire manger sainement. Car, à moins de traverser des difficultés personnelles, ou d’avoir des problèmes de santé, un enfant mangera toujours par lui-même.

La néophobie alimentaire

Quand un enfant grandit, son cerveau se reprogramme en permanence. Cela peut expliquer qu’un met qui passait facilement avant puisse passer en disgrâce ! Ne nous braquons pas… et n’y voyons pas non plus un interdit permanent. Ça peut être une passade, en particulier vers 2-3 ans, l’âge du terrible two où bébé commence à s’affirmer !

Pourquoi mon enfant ne mange pas ?

Il y a mille raisons pour lesquelles un enfant peut ne pas vouloir manger. Il est toujours intéressant d’essayer de comprendre pourquoi notre enfant ne veut pas manger. À moins d’avoir des problèmes de santé, il peut aussi :

  • Traverser une période compliquée. Un de ses parents n’est pas là, par exemple. Dans ce cas, il faut éviter de rentrer dans le conflit, essayer d’être à l’écoute, faire preuve de compréhension, jouer avec lui, et consulter si cela persiste.
  • Ne pas avoir besoin, morphologiquement, de manger en grande quantité. Rien ne sert de lutter en vain contre sa nature, à moins que cela ne devienne un problème médical. (On ne parle pas ici de maladie telle que l’anorexie.)
  • Être en conflit avec la personne qui le fait manger, notamment parce qu’elle l’oblige à manger, ou parce qu’il sait que cela l’agace s’il ne mange pas. C’est donc un cercle vicieux. Rien ne sert de continuer à insister, relâchons la pression, et pourquoi ne pas opter plutôt pour le jeu.
  • Il n’a pas vu son parent de toute la journée, donc il ne pense qu’à une chose : jouer ! Dans la mesure du possible, commençons par jouer. Ou alors transformons le dîner en un vrai moment de détente.
  • Être lent, tout simplement ! Enfin, manger à son rythme. D’ailleurs, il n’est pas recommandé d’engloutir le repas en 10 minutes. Évitons, dans ce cas, de lui rappeler de manger toutes les 3 secondes. Proposons-lui de l’aide. On peut aussi utiliser les techniques ci-après pour écourter le repas.
  • Ne pas avoir encore faim si l’horaire ne lui convient pas. Cela arrive, et c’est propre à l’organisme de chacun. Aussi, le goûter est-il peut-être trop copieux, pensons alors à le réduire. Dans ce cas, on peut essayer d’inverser les étapes : les mettre en pyjamas, jouer, ou leur lire une histoire, et ensuite dîner. Certes, ce point-là n’est pas simple à gérer. Tout serait beaucoup plus simple si les enfants étaient complètement autonomes et capables de manger à l’heure de leur choix !

Accompagner nos enfants à bien manger n’est pas toujours évident, mais une chose est sûre : l’appétit de notre enfant n’est pas de notre ressort. Alors, faisons de notre mieux pour éveiller ses papilles, titiller ses sens, et faire du repas un chouette moment de complicité. On gère la qualité, la variété et l’équilibre… Et respectons son appétit et son rythme !

Commentaires

Commentaires

9 réponses
  1. EliseR
    EliseR dit :

    C’est dommage que vous n’evoquiez la période de neophobie alimentaire qui rend les repas soudainement plus difficile entre 2 et 7 ans. Il me semble également important de rappeler qu’il existe des enfants qui présentent un vrai trouble alimentaire, appelé Trouble de l’Oralité Alimentaire et qu’il est important alors de consulter (pediatre, orthophoniste, etc) et de se faire aider au plus vite pour éviter la majoration du trouble.

    Répondre
  2. Nathalie
    Nathalie dit :

    Super article ! Merci !
    En effet, restons à l’écoute de nos enfants : leurs besoins, leur humeur, leur état de fatigue, etc.
    Les repas doivent rester des moments de plaisirs et de partages en famille.

    Je rajouterais que lorsqu’on fait goûter un aliment à un enfant, il faut lui faire regoûter à chaque fois car il faudra parfois qu’on le lui présente de nombreuses fois pour qu’il finisse par l’aimer. Mais ne les forçons jamais 😉

    Répondre
    • Anne-Charlotte, CPMHK
      Anne-Charlotte, CPMHK dit :

      Très juste Nathalie, s’il dit ne pas l’aimer une fois ne veut pas dire qu’il ne l’appréciera pas plus tard 🙂
      Bonne journée à vous

      Répondre
  3. meli
    meli dit :

    parfois notre fils, pourtant bon mangeur, est trop fatigué certains soirs par exemple manger sa soupe, recueillir la soupe dans sa cueiller, la porter a sa bouche sans renverser recommencer. . c est trop d efforts pr lui a ce moment de la journée et il s arrête vite même s il aime bcp la soupe. notre astuce. . la paille ! il est ravi de boire la soupe a la paille car ca lui coute moins d effort et que ca rappelle le moment festif dans lequel on utilise généralement la paille ( ex le goûter avec les copains..) très efficace chez nous !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.