Activités, jeux, cahiers, livres… un peu partout on voit fleurir du matériel et des conseils estampillés « Montessori ». Un phénomène de mode ? Pourtant, la pédagogie Montessori ne date pas d’hier ! Élaborée par Maria Montessori, première femme médecin d’Italie au début du XXème siècle, elle a depuis fait ses preuves partout dans le monde ! Alors, qu’est-ce que la pédagogie Montessori ? Pourquoi suscite-t-elle un tel engouement ? Quels sont ses grands principes et la philosophie qui les sous-tend ? Pourquoi, nous, on l’aime tant ?
Je laisse la parole à mon amie Caroline, maman d’Arthur, bientôt 4 ans, et de Tristan, 2 ans.

Rencontre d’une maman avec la pédagogie Montessori

La pédagogie Montessori, je l’ai découverte il y a deux ans, lorsque j’ai inscrit mon fils Arthur en maternelle Montessori. Avant, je n’y connaissais pas grand-chose si ce n’est quelques principes qui correspondaient à ma vision de l’éducation comme l’autonomie et le respect du rythme de l’enfant… Depuis, je me suis penchée plus sérieusement sur la question. J’ai participé à des ateliers organisés par l’école d’Arthur autour de la méthode Montessori et surtout, j’ai vu évoluer mon petit garçon. Et c’est sans hésiter que j’ai aussi inscrit son petit frère pour la rentrée prochaine !
Sans vouloir être exhaustive (deux pages ne suffiraient pas !), je vais essayer de partager ce qui est essentiel à mes yeux, dans cette fameuse (et formidable 😉) pédagogie Montessori.

La pédagogie Montessori, qu’est-ce que c’est ? Philosophie et grands principes :

« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit mais une source que l’on laisse jaillir »  

Cette phrase de Maria Montessori résume bien l’esprit de la pédagogie Montessori : le but n’est pas de « dresser » les enfants, de leur inculquer un maximum de compétences et de savoirs, mais de les accompagner dans leur développement individuel pour qu’ils s’épanouissent et deviennent des adultes autonomes, responsables et équilibrés. En d’autres termes, l’éducation montessorienne est une aide à la vie et j’ai même envie de dire, au bonheur!
Pour cela, elle est d’abord fondée sur une compréhension profonde des étapes du développement de l’enfant, mais elle reconnaît aussi que chaque enfant est différent, et qu’il faut donc permettre à chacun d’évoluer à son rythme.
Oui mais alors, comment ?

L’esprit absorbant

« Les enfants sont des éponges ! » : qui n’a jamais entendu cette phrase ? Maria Montessori parlait, elle, d’ « esprit absorbant » pour décrire la capacité qu’ont nos petits à absorber, naturellement et progressivement, tout ce qui les entoure. C’est par exemple le cas du langage : on est toujours étonnés par la facilité avec laquelle les enfants apprennent une langue (maternelle ou étrangère). Alors que pour nous, adultes, cela demande tellement d’efforts ! Cet « esprit absorbant » permet aux enfants de construire leur identité et leur personnalité en fonction de l’environnement dans lequel ils évoluent, d’où l’importance de leur offrir un environnement riche et sécurisant.

Les périodes sensibles

Dans la pédagogie Montessori, on parle aussi des « périodes sensibles », durant lesquelles un enfant est spontanément attiré vers un certain type d’activités correspondant au stade de son développement. Il apprend alors avec plaisir, sans effort. Alors que si l’on passe à côté de cette période sensible, si l’on entrave cet élan vital, il sera difficile pour lui d’y revenir par la suite. Il y a, par exemple, la période sensible du langage, pendant laquelle apprendre à parler, lire, écrire, communiquer se fait très facilement, alors que plus tard cela sera beaucoup plus difficile pour lui.

La pédagogie Montessori identifie aussi les périodes sensibles du mouvement (non non, notre enfant de 4 ans n’a pas la bougeotte, il est juste à un stade normal de son développement ! 😉), au raffinement sensoriel, aux petits objets et à la vie sociale. Tous les enfants traversent ces périodes sensibles (entre 0 et 7 ans environ), mais pas nécessairement au même moment, ni avec la même intensité, ce qui explique pourquoi il est si important de laisser chaque enfant aller vers l’activité qu’il souhaite, au moment où il le souhaite.

D’ailleurs, si vous souhaitez recevoir des conseils, activités et astuces pour mettre en place des activités Montessori à la maison (sans se ruiner), laissez nous votre email. Nous vous enverrons alors gratuitement le « pack Montessori », pour aider nos enfants à construire une solide confiance en eux.

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Apprendre à “faire seul”… dans un cadre bien défini !

Et oui, c’est l’une des grandes différences avec la pédagogie « classique » : la liberté ! Dans la pédagogie Montessori, chaque enfant est libre de pratiquer l’activité qu’il souhaite, au moment où il le veut, et aussi longtemps qu’il lui plaira ! De plus, pour favoriser son autonomie et sa confiance en lui, il n’y a pas de jugement, pas de notes, pas de “ tu as réussi”, et encore moins de “tu as raté”! Au début, j’étais assez décontenancée en voyant mon Arthur de deux ans et demi rentrer de l’école avec la chaussure droite au pied gauche et inversement. Ou avec le slip à moitié remonté sur les fesses… Mais j’ai fini par comprendre la méthode : c’était déjà formidable qu’il ait mis ses chaussures ou son slip  seul, lui faire remarquer qu’il avait “mal” fait l’aurait découragé. Alors que ne rien dire l’incitait à recommencer ! Et aujourd’hui, à 4 ans, plus de souci, les chaussures sont (le plus souvent 😉) dans le bon sens et le slip jusqu’en haut 😄) !

La méthode Montessori favorise l’autocorrection et l’entraide… Mais aussi l’autodiscipline (si, si!). Car attention, qui dit liberté ne dit pas laxisme, les enfants ne peuvent pas non plus faire n’importe quoi 😉! (voir notre article sur les préjugés sur l’éducation positive). 

D’abord, pour qu’il puisse la pratiquer librement, une activité doit d’abord avoir été « présentée » par un éducateur ou une éducatrice. D’autre part, on apprend aux enfants à se respecter entre eux. Par exemple, on ne peut pas prendre le matériel déjà utilisé par un camarade. Et si l’on peut circuler librement dans l’ambiance (ils sont même vivement encouragés le faire, période sensible du mouvement oblige !), si l’on a le droit de parler, tout cela se fait à voix basse et dans le calme. On est souvent surpris par le silence (oui, j’ai bien dit “silence” 😉) qui règne dans une ambiance Montessori (c’est le terme utilisé pour “classe”) !

Un environnement riche, savamment organisé, où l’apprentissage se fait par l’expérience et par les sens

Lorsque l’on entre dans une ambiance Montessori, on ne peut s’empêcher de penser que l’on aimerait redevenir un enfant… pour avoir la chance de retourner à l’école ! Même les plus allergiques en rêveraient 😉. Car le matériel Montessori est beau, incroyablement bien pensé et organisé. En fait, tout est pensé pour susciter l’intérêt et la curiosité des enfants, et leur donner sans cesse envie d’apprendre !

De plus, dans la pédagogie Montessori, on part de l’idée que l’abstraction ne se transmet pas. Tout est donc fait pour que les enfants s’approprient les concepts avec leurs 5 sens, en passant toujours par du concret. Les enfants développent donc aussi bien leur motricité fine en manipulant de petits objets, que leur sens de l’ouïe ou de la musicalité… Il n’y a pas de valeur dans les apprentissages !

Il y a ainsi le matériel de vie pratique (tout ce qui est lié à la vie quotidienne, comme se laver les mains, couper des fruits ou des fleurs, lustrer un miroir, plier du linge, visser des boulons…), le matériel sensoriel (qui développe la sensibilité fine et permet la conceptualisation progressive comme la “tour rose” ou les blocs de cylindres), le matériel de langage (les “lettres rugueuses” par exemple, qui permettent aux enfants d’apprendre l’alphabet en touchant les lettres et en en prononçant le son, l’alphabet mobile…), le matériel de mathématiques (comme les barres numériques et le plateau du système décimal, fait de perles pour représenter unité, dizaine, centaine, etc.), le matériel de biologie, ou encore celui de géographie (et oui, faire partie du monde, cela commence très tôt).

La place de l’éducateur dans la pédagogie Montessori

Si l’enfant est indéniablement au cœur de la pédagogie Montessori, l’éducateur (souvent l’éducatrice 😉 d’ailleurs), c’est à dire ‘l’enseignante » en quelques sortes, joue un rôle fondamental. En effet, c’est lui/elle qui guide et accompagne chaque enfant sur le chemin de son développement personnel… En observant l’enfant d’abord, en s’adaptant à lui pour lui proposer le bon matériel au bon moment, en garantissant une ambiance propice, mais aussi en faisant preuve d’empathie et de patience.

Ainsi, la pédagogie Montessori est avant tout une pédagogie positive et bienveillante.
Bien heureusement, elle n’est pas réservée aux écoles Montessori et l’on peut tous s’en inspirer au quotidien dans l’éducation que nous donnons à nos enfants, les activités que nous leur proposons (vous trouverez sur retrouvez pleins d’activités Montessori à faire à la maison), mais aussi la joie d’apprendre et la confiance en eux que nous leur transmettons !

Commentaires

Commentaires

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.