jeux coopératifs

On ne le dira jamais assez, le jeu est l’outil le plus efficace pour apprendre, pour nos enfants bien sûr, mais aussi pour nous. Et quoi de mieux que de faire front pour réussir ensemble. Les jeux coopératifs (ou jeux collaboratifs) sont une belle école de la vie : on discute, on parlemente, on explique, on envisage les stratégies… On évite les larmes et la frustration du perdant (il y a suffisamment d’occasions dans la vraie vie pour ne pas en rajouter dans nos moments de jeux 🙂 ). Et pour nous parents, c’est une belle occasion d’accompagner nos enfants dans la construction de leur réflexion, et souvent aussi d’être bluffés de voir ce dont ils sont capables. Voici un tour d’horizon de 11 jeux coopératifs à jouer en famille, dès 2-3 ans et bien sûr pour les adultes, parents et grands-parents.

Les mécaniques des jeux sont riches et variées, ce qui offre un champ infini de ressorts pour stimuler l’intérêt (et les apprentissages). Certains privilégient l’habileté et la coordination entre les joueurs, d’autres mettent l’accent sur la discussion et resserrent les liens parents-enfants, ou aident à mieux se connaître… Enfin, d’autres encore ont une quête commune et une tension dramatique sous-jacente et les joueurs doivent travailler de concert pour se sortir de situations complexes. 

Le principe du jeu coopératif est donc que tous peuvent jouer, tous s’amusent et bien sûr : tout le monde gagne ! Un formidable outil de team building familial, n’est-ce pas ? 

Les jeux coopératifs pour les plus petits : à partir de 2-3 ans 

À partir de 2-3 ans, jouer sert d’abord à apprendre à suivre des règles, comme attendre son tour par exemple. Dans un deuxième temps, avec les jeux coopératifs, les tout-petits comprennent qu’il faut jouer “ensemble” pour pouvoir gagner. Et petit à petit, en grandissant, viendra le réflexe d’échanger pour réfléchir ensemble, élaborer des stratégies et se mettre d’accord. 

Little cooperation 

Aider les animaux de la banquise à rentrer chez eux en traversant le pont de glace avant qu’il n’ait fondu.

Principe du jeu. À l’aide d’un dé, on va pouvoir faire avancer un des 4 animaux sur le pont, 

permettre aux animaux de passer du pont à leur igloo 

(sauvé !) ou faire fondre le pont (et donc retirer l’un des 6 piliers).

Ce qu’on aime. D’abord les dessins et figurines sont jolis et poétiques, et le petit côté “fonte des glaces” donne un parfum d’écologie malheureusement dans l’air du temps. Il permet d’apprendre à attendre son tour et à essayer ensemble de sauver tous les animaux. Enfin, on retire petit à petit un des 6 pieds de la passerelle. C’est une belle manière de développer l’habileté des petites mains et de commencer à comprendre comment garder la stabilité de l’édifice.

Le verger 

Le jeu du verger a été l’un des tout premiers que nous avons proposé à nos Loulous. Le but : ramasser tous les fruits avant que le corbeau ne vienne !

Principe du jeu : Nous sommes dans un verger formé par quatre variétés de fruits : les cerises, les poires, les pommes et les prunes. Au centre du verger, un corbeau cherche à venir picorer nos récoltes. Chacun son tour à chaque jet de dé, nous pouvons ramasser l’un des 4 fruits, celui de notre choix, ou tomber sur la face corbeau qui viendra mettre l’une des 9 pièces du puzzle du corbeau. Pour gagner, il faut que nous ayons fini de récolter les fruits avant d’avoir fini le puzzle du corbeau. 

Ce qu’on aime : À 2-3 ans, on apprend à reconnaître les fruits et les couleurs, à attendre son tour pour jouer, à accepter de “tirer un corbeau” et donc de s’approcher d’une potentielle défaite 😉 (sans tricher !).
Dans un deuxième temps, on développe l’idée de stratégie commune. Lorsque l’on a le choix (face panier du dé), on essaiera de prendre un fruit dont il reste plus dans l’arbre plutôt que la variété que l’on préfère en vrai ;-). Et quel bonheur de voir à quelle vitesse ils apprennent !

Zou les boulons, pour recharger les batteries familiales  [Coup de Coeur CPMHK]

À partir de 4 ans. Un super jeu très ludique qui permet d’inventer mille façons d’exprimer son affection et de renforcer la complicité au sein de la famille. Un jeu coopératif comme on les aime ! Son objectif : recharger la batterie de l’énergie familiale. Un petit moment de bonheur dont les effets se prolongent même une fois la boîte rangée… 

Principe du jeu : Il s’agit de faire progresser le Turboboulon sur le plateau, de relever des défis à 2 pour récolter des “Gzzz”, qui nous donneront droit à des “bons pour…” valables dans la vraie vie… Plutôt sympa de pouvoir sortir son bon pour “un moment à deux” ou “un mot gentil” un soir de fatigue (ou pas d’ailleurs ;-)).

Ce qu’on aime : Rigoler et être ensemble. Finalement quoi de plus important ? Échanger, et apprendre à dire “Je t’aime” en martien… Une boîte à outils de bonnes idées pour donner au quotidien un souffle de légèreté et de gaîté. Retrouvez l’article complet ici et le jeu sur le site du créateur ou sur amazon

Jeux coopératifs à partir de 5 ans

Woolfy, le jeu des trois petits cochons

Aider les 3 petits cochons à construire et se mettre à l’abri dans leur maison avant que le loup ne les attrape. 

Principe du jeu : Chaque cochon a un dé de couleur qui lui permet d’avancer, d’aller dans la maison de son choix ou de faire avancer le loup. Si le loup saute par dessus un petit cochon, il l’envoie “à la casserole” au milieu du plateau et les deux autres cochons devront essayer de le libérer. Pour gagner, il faut que les 3 cochons soient en sécurité dans la maison.

Ce qu’on aime : Là encore, le plateau et les figurines sont très réussis. Les parties ne sont pas trop longues et souvent très différentes, avec des retournements de situation. Un mauvais placement et hop, 2 porcelets à la casserole ! La coopération prend donc tout son sens pour mettre au point la stratégie pour éviter le loup, se mettre en sécurité, construire la maison ou libérer les malheureux : de belles discussions en perspective ! Petite subtilité, on ne peut pas jouer le même cochon deux fois de suite. Ça a pris un certain temps à notre fille de se faire à l’idée que ce n’est pas SON pion, cela renforce le côté “ensemble”.

Happy Week, le quotidien devient un jeu d’enfant ! [Coup de Coeur CPMHK]

Happy week, c’est un jeu qui va vous plaire (et qu’on adore) ! Original et bien conçu, il transforme les tâches quotidiennes en un plaisir pour toute la famille et permet même à notre enfant de gagner en autonomie. 

Principe du jeu : En début de semaine, on choisit les défis de (et surtout avec 😉 ) l’enfant : ce sont les tâches qu’il réalisera tout seul SANS que l’on ait besoin de les lui rappeler (se brosser les dents, s’habiller, etc.). On gagnera des cartes bons moments ensemble et la super-récompense finale que l’on aura également définie en début de semaine (foot, pique-nique…).

Ce qu’on aime : Ce jeu offre l’occasion d’échanger abondamment avec notre enfant. Sur quel aspect a-t-il envie d’évoluer ? Qu’est-ce qui est important pour nous et pourquoi ? Quel “bon moment” a-t-il envie de partager ? C’est une dynamique à mettre en place pour que le jeu devienne un automatisme et s’installe dans le quotidien, mais il vous offrira une belle dose de bonne humeur et de réalisation ! Voir notre article complet.

Nom d’un renard, la poulice mène l’enquête

Panique au poulailler ! Un renard a volé l’œuf doré et les joueurs doivent s’unir pour collecter les indices et essayer de démasquer le voleur !

Principe du jeu : Chaque joueur se transforme en poulicier 😉 pour essayer d’arrêter le voleur avant qu’il ne s’échappe. Chacun a son tour lance les dés en annonçant l’action choisie “je veux trouver un suspect” ou “je chercher un indice”. S’il réussit le tirage et qu’il cherchait un indice, le joueur pourra utiliser le scanner à renard pour vérifier si le suspect porte ou non l’indice trouvé (par exemple, s’il a une fleur à la boutonnière, j’élimine tous les renards qui n’en ont pas). S’il cherchait un suspect, le joueur peut retourner l’une des cartes renard. Enfin, si le tirage ne lui offre pas les trois faces nécessaires, le renard s’enfuira de 4 cases vers la sortie. 

Ce qu’on aime. À mi-chemin entre le “Qui est-ce ?”, le “Mémory” et “Cluedo”, ce jeu coopératif fait appel à des qualités d’enquêteur qui ravissent les enfants. Les grands aident les plus petits à se rappeler des indices rassemblés pour éliminer les suspects. Et la pression monte au fur et à mesure que le renard s’approche de la sortie de la ville. Un vraiment beau jeu bien rythmé qui développe le sens de la déduction et où l’on ne s’ennuie pas.

Le jeu a été élu As d’or enfant 2018.

Jeu coopératif en famille à partir de 6 ans 

Story cubes

Un jeu tout simple et facile à emporter partout dont l’objectif est d’inventer une histoire à partir du tirage des 9 dés (personnages, objets, animaux ou lieux).

Ce qu’on aime. Que de possibilités pour stimuler l’imagination et construire la pensée et la narration ! Notre fille de 5 ans adore y jouer et se raconter des histoires chacun à son tour. Et quand on grandit, l’histoire s’allonge et les rebondissements se construisent… Un jeu qui n’a de fin que notre imagination !

A partir de 8 ans

L’île interdite

Très joli jeu coopératif dont les règles, plutôt simples, permettent à des enfants assez jeunes de jouer (c’est notre filleul Arthur, 7 ans, qui nous a initié).

Principe du jeu : L’île interdite, héritée de l’ancien empire des Atlantes, protège les quatre trésors qui permettent de contrôler le feu, le vent, l’eau et la terre. Afin de ne pas laisser des indésirables maîtriser les quatre éléments, l’île va s’enfoncer lentement dans la mer. Ensemble, les joueurs doivent récupérer tous les trésors de l’île afin qu’elle ne soit submergée. 

Ce qu’on aime : La tension est palpable quand l’île commence à s’effacer. Les garçons (14 et 8 ans) sont à fond. Les discussions vont bon train pour élaborer les stratégies pour nous permettre de sauver les trésors et de s’échapper tous ensemble : on discute, on s’énerve, on se réconcilie, on réfléchit… Et des fois, on gagne ou alors on perd 😉 . 

Escape, la malédiction du temple 

Un jeu idéal pour jouer à deux dès 8 ans (possible jusqu’à 5). Les explorateurs doivent s’allier pour quitter le temple avant qu’il ne s’écroule.

Principe du jeu. À l’inverse de nombres de jeux, c’est la musique qui donne le rythme. Le temple s’effondrera dans 10 minutes, montre en main. Pour s’échapper, les joueurs doivent lancer leurs 5 dés le plus de fois possibles pour obtenir les combinaisons qui leur permettront de s’échapper.

Ce qu’on aime. Le rythme trépidant emmène tout le monde dans une course folle vers la liberté. Sans entraide, pas de victoire. Encore une belle manière d’associer les efforts de tous où petits et grands se font plaisir. En plus, l’ambiance musicale ajoute subtilement une tension supplémentaire qu’on ne peut qu’apprécier.

Des jeux sans plateau

Castle of Knights, coordination et coopération 

Dans ce jeu, il s’agit de construire ensemble une tour avec des élastiques. C’est une approche manuelle que je n’ai pas encore retrouvée ailleurs, aussi, je trouve sympa d’en parler mais malheureusement, ce jeu n’est plus édité pour le moment. On pourra donc commencer par un atelier “fabrication” : 1 (gros) élastique, 4 (ou plus) cordelettes et quelques cubes en bois peints. Si on veut donner du piquant au jeu, on pourra pousser nos talents artistiques à dessiner les cartes pour expliquer l’ordre des pièces. 

Principe du jeu : En synchronisant nos mouvements, il s’agit de construire une tour en ajoutant des cubes les uns sur les autres. On retrouve un peu le principe de la tour de froebel dans une version plus adaptée à l’intérieur et plus accessible aux enfants.

Ce qu’on aime : Les règles sont simplissimes donc très vite accessibles aux plus petits mais le jeu demande de la coordination et de la dextérité. Bref, une vraie coopération. 

Le jeu de la banquise

Principe du jeu : On délimite la banquise à l’aide d’une corde ou de feuilles de journal. Au début, tous les joueurs se tiennent dans l’espace. Puis, au fur et à mesure que la banquise fond, on réduit l’espace et les joueurs ont de moins en moins de place pour se réfugier. Tous les moyens sont bons pour sauver le groupe : se serrer, se tenir les uns aux autres et pourquoi pas se porter.

Ce qu’on aime : C’est agréable de faire un jeu qui demande peu de mise en œuvre. En plus, la collaboration demande de la créativité et du contact physique. On peut même rajouter des contraintes “Je veux un pied et 2 mains au sol…” 😉

Et vous quels sont vos coups de coeurs de jeux coopératifs ? Partagez-nous vos découvertes dans vos commentaires ! Et si vous aimez rire avec vos enfants et que vous avez envie d’astuces pour rendre les moments du quotidien plus fun… On vous a concocté un PACK CADEAU DE JEUX RIGOLOS (aucun matériel requis !) pour qu’ils deviennent (aussi) les champions de l’habillage, qu’ils adorent ranger leur chambre et que le brossage des dents devienne un jeu d’enfant. Vous voulez le recevoir gratuitement dans votre boite mail ? Rien de plus simple : hop, inscrivez-vous ci-dessous !

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Commentaires

Commentaires

1 réponse

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.