baby blues CPMHKCet article s’adresse à vous qui attendez la naissance d’un bébé, et à vous, tout nouveau parent, qui avez l’impression d’être proche du baby blues, ou de ne pas voir le bout du tunnel… Vous êtes fatigués, vous n’avez même plus le temps de faire les courses, cela commence à faire longtemps que vous n’êtes pas sortis rejoindre vos amis. Bref, vous avez l’impression de ne faire que de vous occuper de votre bébé, et cela commence à vous peser.

Heureusement, ce « baby blues » n’est pas une fatalité.

Devenir un parent épanoui est possible… mais surtout essentiel ! En effet, nos enfants sont des éponges et ressentent parfaitement notre frustration, notre impatience, notre stress. Tout cela les angoisse, et ils l’expriment en criant ou en pleurant, ce qui nous énerve et nous fatigue d’autant plus…Bienvenue dans le cercle vicieux !

Pourtant, si votre enfant n’a aucun problème particulier et qu’il est en bonne santé, il existe des moyens pour casser ce cercle. On dit toujours que « C’est plus facile avec le 2ème » et que « le 3ème passe comme une lettre à la poste ». Et bien je vous propose de gagner du temps et de faire en sorte que tout se passe pour le mieux, dès votre premier bébé 😉

5 clés pour sortir (ou ne pas tomber) dans ce cercle vicieux à la naissance d’un bébé :

1/ Aidons-le à arrêter de pleurer.

Il pleure sans cesse et cela stresse toute la famille. Il faut que la pression redescende. Alors oui, il a peut-être eu son dernier biberon il y a 2h, mais si quelques millilitres supplémentaires lui permettent de s’apaiser, pourquoi hésiter ? Cela fait 2 semaines que vous galérez à l’allaiter et que chaque tétée est une souffrance ; si cela nuit à votre relation, pourquoi persister ? Nous ne voulons pas lui donner de tétine, mais rester 1 heure avec le petit doigt dans sa bouche commence à être contraignant : pourquoi continuer ? Et puis si rien n’arrête ses pleurs, quelques grains de sucre très occasionnellement sur sa tétine peuvent lui permettre de se calmer, pourquoi s’en priver ? Même les hôpitaux utilisent cette technique infaillible! Il y a des dizaines de techniques pour aider un bébé à arrêter de pleurer. Utilisons-les toutes. Car l’essentiel est qu’il se sente mieux… et nous aussi ! (Voir l’article « Liste magique pour faire arrêter bébé de pleurer »)

2/ N’angoissons pas pour des « anormalités » sans importance.

Il dort trop. Il ne dort pas assez. Il mange trop. Il n’a pas réclamé son biberon depuis 8 heures. Il n’a pas eu de selle depuis 2 jours. Il a mal au ventre. Il a régurgité. Il fait du bruit en dormant… Les occasions de s’inquiéter sont nombreuses mais essayons de garder cela en tête : tant qu’il n’a pas de fièvre, qu’il est en bonne forme, et que le médecin ne voit rien d’anormal, notre bébé va bien !

3 / Sortir du baby blues, ou ne pas y rentrer, c’est aussi partager les tâches avec notre conjoint pour diviser la pression par deux !

Cela va de soi, mais ça va mieux en le disant. À deux, on a aussi deux fois plus d’énergie, de bonnes idées et d’astuces pour bien s’occuper de son bébé 😉

 

 

4/ Pour vaincre le baby blues : Sortons !

Si nous avons l’impression de tourner en rond, de ne voir personne ou d’être à la limite de la dépression, sortir devient primordial ! Prendre l’air permet de moins focaliser sur le bébé et tout le monde en bénéficiera. D’abord parce qu’il préférera largement avoir des parents épanouis, mais aussi parce qu’il adorera être bercé par le transport. Il sera rassuré par les gens qui parlent autour de lui, et subjugué par les nouvelles lumières, les nouveaux sons, les nouvelles couleurs. De quoi lui faire oublier son mal-être (s’il en avait un), et même son prochain biberon !

Donc si vous êtes seul(e) chez vous face à votre bébé qui pleure, aussi étonnant que cela puisse paraître : prenez-le et partez-vous balader ! Parfois, 5 à 10 minutes suffisent. (voir l’article : « Bébé 1 mois : comment ne pas déprimer et en profiter ! »)

5 / Faisons-nous aider !

Les amis et la famille, c’est fait pour ça. Demandons-leur de venir passer l’après-midi. Car gérer un bébé à plusieurs, c’est un peu transformer un moment de galère en moment de partage. 🙂

Et si nous en avons la possibilité, n’hésitons pas à le faire garder par la famille ou une nounou de confiance. Cela fera du bien à tout le monde et nous permettra de nous reposer, de faire redescendre la pression,  pour être en pleine forme quand nous le retrouverons.

Conclusion

Bien sûr il y a mille et une raisons qui font que cette période est plus ou moins facile. Surtout quand les hormones nous ont fait plongé dans le baby blues. Mais lorsque vous sentez que vous perdez pied, repensez à ces 5 conseils, donnez de l’importance à votre bien-être, respirez un grand coup et… sortez !

Pour aller plus loin, et gérer les premières années avec bébé avec plus de sérénité , je vous propose de recevoir (gratuitement) le « PACK spécial bébé » : avec tous nos conseils pour gérer les premières séparations, colères, interdits, etc. ! Quelques pleurs et stress en moins, cela fait du bien 🙂

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !

 

Commentaires

Commentaires

6 réponses
  1. Fanny
    Fanny says:

    Vous ne pouvez pas inciter les mamans à abandonner l’allaitement ainsi, sous prétexte que leur bébé pleure.
    C’est un sujet extrêmement grave que vous abordez là. Et ceci n’est certainement pas une solution sur le long terme. D’autant que le sein est justement ce qui a été prévu par la nature pour répondre aux besoins de bébé et l’apaiser.
    Je suis choquée par vos propos.

    Répondre
    • Elo
      Elo says:

      Bonsoir je pense que vous n’avez pas subi un allaitement dans la souffrance et non plus de baby blues ou dépression post partum pour réagir ainsi Fanny

      Répondre
      • Fanny
        Fanny says:

        Mon allaitement se passe très bien et je n’ai pas eu le baby blues (j’ai accouché de façon totalement naturelle, ce qui aide beaucoup). Mais en réalité je ne vois pas le rapport avec le propos ici.
        Je ne dis pas que toutes les femmes doivent allaiter, peu importe les conditions dans lesquelles elle se trouve. Cependant il arrive souvent que la mise en place de l’allaitement soit délicate, douloureuse, difficile. Puis ensuite ça se met en place et c’est des mois de bonheur, de bien-être, de simplicité pour bébé et pour maman.
        Il serait judicieux de faire la différence entre une maman en grande difficulté et une fatigue/douleur passagère.
        Il ne faut pas oublier que le lait artificiel est loin d’égaler le lait maternel et que le biberon est loin d’égaler le sein.

        Répondre
      • MelaniV
        MelaniV says:

        Bonsoir.

        Contrairement à Fanny, j’ai fais une dépression dites post-partum (c’est une dépression tout court mais bon), j’ai eu aussi des moments de doutes sur mon allaitement, mais est ce que j’ai lâcher ? Non, pourquoi ? Parce que 1) je suis faites pour ça, je suis un mammifere donc j’allaite 2) les PCN sont bourrés de cochonneries et fait à base de lait de vache (ceci est un autre débat)

        Si l’allaitement fait mal, ce n’est pas normal, il y a plusieurs causes possibles : mauvaise positions, freins de la langue ou de la bouche..

        Le sucre est extrêmement mauvais pour la santé, pire pour un nouveau née.

        Le nourrisson qui je rappel a été nourris h24/7j pendant 9mois demande souvent à téter car c’est très rassurant pour eux déjà, le lait maternelle est tellement parfait pour eux qu’ils ne mettent que 20min à le digérer (le 4h entre chaque biberons de PCN y a une raison). Le nourrisson se régule tout seul au bout de quelques mois… l’allaitement en général est beaucoup plus complexe qu’on le croit… rien que les pics de croissances ce monsieur n’en parle même pas..

        Répondre
        • Caroline
          Caroline says:

          La dépression post patrum est en partie hormonale et l’allaitement protége de cette dépression. Des études scientifiques l’ont prouvés. Les femmes qui allaite ont deux fois moins de chance de faire une dpp. Par contre les femmes qui voulaient allaiter mais n’ont pas réussi ont 4 FOIS PLUS de chance d’en faire une !! Cet article qui décourage l’allaitement et donne des conseils bien pourris est dangereux.

          Répondre

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.