apprendre à lire en maternelle

Nos conseils pour apprendre à lire avant le CP

Apprendre à lire en maternelle à son enfant. Que de questionnements !
Entre les POUR qui clament qu“il faut respecter la période sensible” et les CONTRE qui craignent que “l’enfant s’ennuie au CP”… Ce n’est pas toujours facile de savoir quoi faire. Et une fois qu’on est décidé, est-ce qu’on risque de mal faire puisqu’on n’est pas forcément enseignant ? Et quelles sont les étapes pour apprendre à lire ? Voici un tour d’horizon de la question proposé par mon amie Caroline, maman de 4 enfants.

  1. Y a-t-il un bon âge pour apprendre à lire ?
  2. Est-ce que je risque de mal faire ?
  3. Comment éveiller l’envie de lire ?
  4. Quelles sont les méthodes pour apprendre à lire ?
  5. Quelles sont les étapes de l’apprentissage ?
  6. Quels ouvrages pour commencer la lecture ?

Y a-t-il un bon âge pour apprendre à lire ?

En tant que parent, on se demande souvent à quel âge il faut apprendre à lire. Faut-il les accompagner s’ils sont demandeurs avant le CP ? Pour Maria Montessori, la réponse est “oui. S’ils en ont envie”.

« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir » disait-elle.

Le fondement de sa pédagogie est de suivre les périodes sensibles de l’enfant, et de le nourrir de ce qu’il souhaite apprendre à un instant T. Elle considère que la période du langage se situe entre 2 mois et 6 ans, et que, passé cette période, l’enfant est beaucoup moins réceptif à ce type d’apprentissage.

D’un autre côté, certains enseignants, comme la maîtresse de maternelle de notre fille n’était vraiment pas chaude et craignait qu’elle soit en décalage au CP et qu’elle s’ennuie. Elle nous a conseillé de nous concentrer sur d’autres demandes.

Au final, nous avons choisi de mettre les outils à sa portée, et de l’accompagner dans les apprentissages qui l’intéressaient. Être présent et accompagnant sans pousser. 

Résultat : elle a appris à son rythme, passionnée et appliquée par moment, moins assidue à d’autres. Et quelques semaines ou quelques mois après, elle y revenait. En fait, certaines notions ont mis un certain temps à s’intégrer. L’apprentissage se fait par palier.

Est-ce qu’on risque de mal faire ?

C’est une question que nous sommes nombreux à nous poser : “n’étant pas enseignant, est-ce qu’on risque de faire rater l’apprentissage de la lecture à notre enfant ?” 

En fait, la réponse est non. Même à l’école, il y a différentes approches, différentes méthodes de lecture. Et nos enfants sont incroyablement souples quand il s’agit d’apprendre ! 

Les clés, c’est :

  • respecter le rythme de l’enfant,
  • proposer des moments courts, tant qu’il en a envie, et passer à autre chose,
  • l’encourager et le féliciter quand il fait une remarque, (“Maman, j’entends [L] dans Lapin comme dans Louis !” “Oui ! Bravo ! Tu as raison, c’est le même son. Regarde autour de toi, y a-t-il d’autres objets où tu entends le son “lll” ?”),
  • le laisser s’auto-corriger quand il ne comprend pas du premier coup (“Ah oui, tu es sûr que dans Vélo, tu entends [f] ?? Tu as raison, c’est Vvvv ! Bravo !”),
  • rester à l’écoute et changer de méthode ou d’exercice si une approche ne convient pas,
  • ne pas forcer !

Un enfant peut tout à fait apprendre à lire en maternelle. Il y a pleins de livres, de méthodes et d’ouvrages qui peuvent nous aider. A retrouver en fin d’article. 

 

Ok, quand on répond à la demande de notre enfant, tout va comme sur des roulettes ! Mais si vous avez envie de découvrir des clés pour communiquer avec votre kid en bonne harmonie (et, soyons fou, sans se répéter ni (trop) crier ?), laissez-nous votre email ci-dessous. En plus de la newsletter, je vous enverrai illico (et gratuitement) le PACK « OUI PAPA OUI MAMAN » : Toutes les clefs pour les faire coopérer (sans crier) ! Au programme : des conseils, des idées et des pistes faciles à mettre en place qui peuvent réellement changer les choses à la maison…

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

 

Comment éveiller l’envie de lire ?

Si savoir lire en grande section de maternelle ne nous paraissait pas primordial, donner le goût de la lecture était pour nous une évidence. Ensuite, ça va tout seul car c’est un tel bonheur de pouvoir apprendre quelque chose qui nous intéresse. 

1 – Créer un environnement où le livre a sa place

Pour susciter l’envie de lire, rien de tel qu’un environnement où l’enfant entre facilement en contact avec de multiples ouvrages. La première étape peut être d’aménager la chambre avec des livres de son âge qui soient accessibles (voir aussi nos conseils pour aménager une chambre Montessori). Ailleurs, dans l’appartement, l’écrit a également une place. Peu importe la pièce (le salon, la cuisine, les toilettes) ou le support (des livres, des revues, des albums, des magazines)… En fait, créer une ambiance épurée avec des objets qui donnent envie est un préalable à la lecture dans la pédagogie Montessori.

2 – Montrer qu’on lit

L’enfant apprend avant tout par imitation. (Vous savez ? Les fameux « neurones miroirs ». Découvrez l’article sur les neurosciences pour en savoir plus.) Nous voir bouquiner va rendre l’acte de lire naturel dans le quotidien de l’enfant. Cela va lui donner envie d’accéder à cet univers qu’il ne peut pas percevoir s’il n’a pas le bon outil. “Que fait Maman avec cette revue ou ce gros pavé sur le canapé ?”. 

3 – Faire de la lecture des moments privilégiés

Il n’y a pas d’âge pour commencer à faire entrer le livre dans le quotidien de l’enfant. Quand Noam est entré en crèche, j’étais étonnée de voir les auxiliaires faire la lecture à des bouchons de 6 mois à peine. A 2 ans, c’était plus qu’une habitude, c’était un rendez-vous. Parfois, les enfants vaquaient à leurs occupations et se retournaient pour commenter l’histoire. D’autres fois, ils tournaient eux-mêmes les pages. Et quelle surprise pour moi de constater qu’on pouvait être attentif sans être statique !

À la maison, la lecture a vite fait parti d’un petit moment de rituel (voir aussi l’intérêt du rituel du soir pour des enfants qui dorment bien). C’est l’occasion de prendre un temps rien que pour nous, au calme. On fait la lecture d’un livre, d’une comptine, d’un conte, d’un poème… On choisit un livre qui répond à ses centres d’intérêt du moment. On varie le type d’écriture, de dessins. On peut même aller régulièrement à la bibliothèque pour qu’il choisisse lui-même ses prochains ouvrages en fonction de ses envies et des nôtres.

Chose importante quand on fait la lecture à notre enfant, c’est de vraiment suivre le texte. Pas avec le doigt, mais avec les mots. Cela ancre l’idée que les mots ont du sens, et qu’ils sont toujours les mêmes, quel que soit le lecteur (papa, maman, nounou, etc.). De même, envoyer une carte postale à Mamie qui nous la lit ensuite au téléphone, c’est permettre de comprendre que les mots voyagent en dehors de nous, et qu’ils nous relient.

Voir aussi notre article 5 idées pour motiver à la lecture et l’écriture.

Quelles méthodes pour apprendre à lire en maternelle ?

Nombreuses sont les méthodes pour commencer la lecture. Bien sûr, on ne peut pas considérer que l’une en particulier fasse l’unanimité, tant chaque enfant, et chaque enseignant est différent. L’important sera de trouver ce qui parle à NOTRE enfant, et de proposer une nouvelle approche s’il n’accroche pas avec la première !

La méthode syllabique, ou méthode “B.A. BA”, celle de quand j’étais petite (et vous aussi peut-être), consiste à combiner les syllabes pour arriver à former un mot. On parle de mécanisme associatif.

La méthode globale, apparue dans les années 70, vise à enseigner la lecture sans passer par l’apprentissage automatique et oral des lettres et des syllabes. En gros, il s’agit de “photographier” les mots pour qu’ils fassent sens, ce qui accélère la lecture puisqu’il n’y a plus de “déchiffrage”.

Aujourd’hui, c’est une méthode semi-globale qui est souvent enseignée à l’école, qui vient associer ces deux techniques.

La méthode de lecture Montessori, quant à elle, est un peu différente. A l’inverse des idées reçues, elle considère que l’écriture précède la lecture. Elle a développé une méthode phonémique, c’est-à-dire basée sur la reconnaissance des sons. Et comme dans l’ensemble de sa pédagogie, l’apprentissage passe par plusieurs sens : le toucher (avec les lettres rugueuses), la vue et l’ouïe. 

Dans sa lignée, Céline Alvarez, auteure de “Les Lois naturelles de l’enfant” propose une méthode d’apprentissage inspirée de la pédagogie Montessori et des connaissances en neurosciences. Son coffret de lettres magnétiques “Les lectures naturelles” permet d’apprendre à reconnaître le son des lettres et propose aussi les sons digrammes (OU, ON, ET…).

Quelles sont les étapes de l’apprentissage de la lecture ?

Voici 3 étapes, d’inspirations diverses, pour accompagner votre enfant vers la lecture.

Etape 1 | La phonologie ou l’apprentissage des sons

>  La première étape pour apprendre à lire, c’est de commencer par reconnaître les phonèmes, c’est-à-dire les sons. Au début, on propose à l’enfant seulement de reconnaître le son. Pour commencer, on dispose plusieurs jouets ou images sur la table et on lui demande de trouver… “Cherche la figurine qui commence par le son “Sss”… Bravo, tu as trouvé ! C’est le Serpent !”

A ce stade, il est important d’apprendre le son avant d’apprendre le nom de la lettre. En effet, ça peut être déstabilisant, voire démotivant pour un enfant de voir que le “M” ne fait pas le son “èm” mais “mmm”. Il a fait des efforts pour apprendre et finalement, ça n’a pas de sens et ça ne sert à rien ?.

La “méthode des Alphas” associe les lettres à des personnages qui produisent le son de la lettre. Bien qu’elle ne fasse pas l’unanimité chez les pédagogues, cette méthode ludique est souvent considérée comme efficace pour l’apprentissage des sons (simples ou digrammes (“ou”, “on”, “au”…))

> Ensuite, quand l’enfant trouve facilement le premier son du mot, on peut lui proposer de chercher le deuxième. Par exemple, on reprend plusieurs figurines, mais cette fois-ci plusieurs commencent par la même lettre : un serpent, un singe. On demande à l’enfant de retrouver l’animal qui commence par “sss”. “Bravo, il y en a deux ! Maintenant, montre moi celui où tu entends “è”. Il va comprendre que l’on peut chercher après le premier son pour distinguer deux mots.

Etape 2 | Associer le son à sa lettre

Après avoir appris à distinguer le son, on va proposer à l’enfant de voir “comment chante la lettre”. C’est le A qui chante “aaa”. On pourra utiliser des lettres rugueuses ou encore des lettres magnétiques.

Charlotte a aussi découvert un petit trésor, entre manipulation manuelle et technologie : Marbotic. Il s’agit de lettres en bois interactives que l’on pose sur la tablette pour découvrir l’alphabet et entendre le son des lettres.

Etape 3 | La fusion des sons

Dans cette troisième étape, l’enfant va chercher à associer les sons. Ainsi, quand le F s’associe au A, cela donne FA.

Dans la méthode des Alphas, c’est la fusée qui tombe sur Monsieur O. Et ainsi de suite, on peut composer à l’envie FA, FI, FO, FU…

Les lettres magnétiques ou en bois peuvent s’avérer intéressantes à cette étape afin de pouvoir associer librement, sans être limité par le graphisme. 

L’enfant va pouvoir commencer à écrire des mots simples en phonétique. (Mon filleul a fièrement commencé par BUS, PUTIN, CROT… à la grande fierté de sa maman ??)

Quels ouvrages pour apprendre à lire en maternelle ?

Pour accompagner l’enfant et commencer l’apprentissage de la lecture, ce ne sont pas les ouvrages qui manquent ! 

Pour les enfants

  • Chez Charlotte, c’est la Méthode syllabique Larousse qui a permis à Léon, 5 ans, d’apprendre à lire en quelques mois pendant le confinement.
  • Pour Isis, nous avons opté pour la collection “les lectures naturelles” de Céline Alvarez. Ce sont des petits livres simples, adaptés aux enfants dès qu’ils connaissent les lettres et les associations de sons. Les illustrations sont belles et ludiques et on retrouve plusieurs niveaux de lecture : une narration, mais aussi des bulles ou des onomatopées. Les lettres muettes sont grisées et les digrammes (association de lettres) sont en vert.
  • La série Balthazar Montessori est également une jolie collection pour apprendre à lire seul des mots simples. 

Pour les parents

 

Alors, prêt à embarquer dans la grande aventure de la lecture ? Alors, c’est parti. Au-delà de la méthode, tout est jeu, questionnement, apprentissage pour notre enfant… Alors, ne soyons pas trop pressés de les voir écrire sur le cahier… Décrypter la boîte de céréales ou le panneau publicitaire est tout aussi apprenant. On peut simplement éveiller leur curiosité, jouer avec les sons, apprendre à reconnaître les lettres… Le reste viendra en son temps.

Commentaires

Commentaires

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.