Qu’est-ce que la liberté ? C’est quoi, un ami ? Qu’est-ce que la peur ? Pourquoi est-on jaloux ? A quoi ça sert, l’amour ? Grandir, qu’est-ce que ça signifie ? Ça veut dire quoi « réussir sa vie » ? Autant de questions que nos enfants se posent, ou nous posent, et auxquelles nous, les adultes, tentons de répondre plus ou moins (hum !) adroitement…

Et si on faisait l’inverse ? Si nous leur posions, nous, des questions, en les laissant libres de répondre à leur façon ? En d’autres termes « et si l’on philosophait avec nos enfants ? » Mais si, promis, c’est possible, philo et enfant font souvent bon ménage ! C’est même plus simple qu’on ne le pense ! 😉

Depuis une dizaine d’années, des ateliers de philosophie pour enfant se développent en France, car donner la parole aux enfants, leur permettre de s’exprimer et de débattre ensemble autour d’un thème, a des vertus  insoupçonnées… C’est un formidable outil, entre autres, pour leur donner confiance en eux et développer leur esprit critique dans le respect des autres, mais pas seulement. Alors si on s’y mettait, nous aussi, à la maison ?

Pour vous en dire plus, je laisse la parole à mon amie Caroline, maman de deux petits philosophes en herbe, Arthur 7 ans et Tristan 5,5 ans.

Au programme de cet article :

«  Ce qui est génial avec la philo, c’est qu’on ne peut jamais se tromper ! »

C’est la première chose que mon fils Arthur m’a dit quand il est sorti de son premier atelier de « philo-dessin » organisé par La Carabane : «  Ce qui est génial avec la philo, c’est qu’on ne peut jamais se tromper ! ». Au sein d’un petit groupe de 5-6 enfants, guidés par une animatrice, ils avaient débattu ce jour-là autour de la question « A quoi ça sert de penser ? ». Et en lisant le compte-rendu des échanges, j’ai été vraiment impressionnée par leur qualité et leur richesse. « Si on ne pensait pas, on ne pourrait pas inventer, ni créer », a dit un enfant, ou « Il n’y a pas besoin d’être intelligent pour penser. Ceux qui font la guerre ne sont pas intelligents, mais ils pensent à la faire » a remarqué un autre Bien vu, non ? 😉

Après le débat, les enfants ont été invités à « dessiner plusieurs manières de penser ». « Cette partie dessin est tout aussi importante que le débat, explique Estelle Roulin, fondatrice de La Carabane, cela permet aux enfants de faire une relecture de ce qui a été dit et d’organiser leurs idées ».

Au-delà de la pertinence des propos des enfants, ce qui m’a convaincue, c’est aussi les valeurs transmises dans ces ateliers et les effets positifs qu’elles peuvent apporter. D’abord, ils comprennent qu’ils peuvent s’exprimer librement, que leur parole est légitime. Quoi de plus efficace pour leur donner confiance en eux ? Mais ils apprennent aussi à respecter les idées des autres. Car si chacun a le droit de dire ce qu’il pense, on ne coupe pas la parole, et l’on ne dit pas « c’est faux » mais « je ne suis pas d’accord avec toi » ! Règle qui peut être bien utile dans un tas d’autres circonstances… n’est-ce pas ? 🙂

Montrer à notre enfant que sa parole a de la valeur est un moyen formidable de renforcer sa confiance et son estime de soi… Il en existe aussi d’autres ! Si ce sujet vous intéresse, nous avons confectionné PACK « CONFIANCE EN TOI » avec plein d’astuces pour que nos petits croient fort en eux ! Pour le recevoir (c’est évidemment gratuit), rien de plus simple, renseignez votre email c- dessous, et on vous l’envoie directement dans votre boîte mail.

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

La philo pour les enfants : comment ça marche ?

Avec le petit frère d’Arthur, Tristan, nous avons aussi connu les ateliers animés par Les Petites Lumières et là encore ce fut un franc succès… Premier constat : il n’y a pas d’âge pour philosopher ! Et oui, dès la maternelle, nos petits sont capables de s’exprimer sur un sujet, d’échanger, pour peu que cela les concerne et qu’on l’aborde de façon ludique ou créative. Bien sûr, il ne s’agit pas de leur transmettre des connaissances théoriques, de leur faire étudier Kant dans le texte (ouf ! :-)), mais de leur permettre de réfléchir et de développer une pensée personnelle autour de grandes questions qui les préoccupent, comme les émotions, l’amour, l’amitié, la famille, la mort, etc.

Félix, 6 ans, résume cela avec beaucoup de bon sens : «  Dire que la philo c’est que pour les grands, c’est comme dire que la danse c’est que pour les filles… c’est n’importe quoi ! » 😉

Alors, comment s’y prendre ? Dans certains ateliers, comme à La Carabane, l’on commence le plus souvent par la lecture d’une histoire ou d’un conte en lien avec le sujet, et l’on finit toujours par une partie « dessin ».

Aux Petites Lumières, on utilise des marionnettes-philosophes : « Cela permet d’incarner des situations, et de faire naître le débat de manière ludique », explique Chiara Pastorini, leur fondatrice. 

Pour ce qui est du débat, les ateliers se déroulent souvent de la même façon : les enfants s’expriment librement, mais sont guidés par un animateur. «L’animateur est là pour conduire et recentrer le débat, quand c’est nécessaire, en rebondissant avec des questions sur les réponses données.», précise Chiara Pastorini.

La philo pour les enfants : des bienfaits inouïs pour nos enfants… en vue d’un monde meilleur !

« Au fur et à mesure des ateliers, on constate assez vite l’évolution des enfants », se réjouit Estelle Roulin. En effet, petit à petit, ils apprennent à attendre leur tour pour parler, rebondir sur les idées des autres de façon plus pertinente, et mieux structurer leurs idées. Les enfants en apparence plus réservés gagnent beaucoup en confiance. Tous sont heureux et fiers de pouvoir donner leur opinion, développer leur esprit critique, et apprendre à réfléchir par eux-mêmes.

Et puis, pratiquer la philosophie avec eux permet aussi, à terme, de développer leur empathie, leur coopération, leur tolérance, donc de former des adultes plus responsables.

Rien d’étonnant à ce que, en 2016, l’UNESCO a créé une Chaire UNESCO « La pratique de la philosophie avec les enfants : une base pour le dialogue interculturel et la transformation sociale » 🙂

Atelier philo pour les enfants : où et comment les initier ?

On peut choisir de faire appel à un organisme et de chercher des ateliers “clés en mains” On en trouve maintenant en présentiel, en visio, en ligne… A nous de choisir ce qui nous inspire le plus !

Les Petites Lumières interviennent en milieu scolaire, mais aussi dans les bibliothèques, médiathèques, théâtres, musées, cinémas, centres culturels, etc.

Pour retrouver toutes les dates et lieux de leurs ateliers, c’est ici :

http://www.ateliersdephilosophiepourenfants.com/ateliers-en-programme/

En attendant (on l’espère :-)) un retour en présentiel pour les particuliers, la Carabane propose, des formules spécifiques pour les entreprises, mais aussi des ateliers à faire en ligne en famille : six ateliers sur la tolérance, la liberté, la jalousie, la peur, la vérité, la justice, à faire chacun à son rythme pour grandir ensemble !

Pour en savoir plus, c’est par là :

https://www.lacarabane.com/copie-de-famille

https://www.lacarabane.com/offres

Il en existe d’autres. Mais comme il n’est pas toujours facile de se déplacer ou de s’organiser, surtout quand on a des emplois du temps surchargés… Bonne nouvelle : la philo à la maison est aussi possible !

La philo pour les enfants : à la maison aussi, c’est possible !

Alors on vous rassure, pas besoin d’être diplômé et d’avoir bac + 10 pour animer un atelier philo à la maison ! (ouf :-)). Il suffit de choisir un thème, et de lancer la discussion !

Pour commencer, proposez des thèmes simples : l’amour, l’amitié (qu’est-ce qu’un ami ? faut-il se ressembler pour s’aimer ?), le bonheur (c’est quoi le bonheur pour toi ?), la peur (pourquoi on a peur ? la peur peut-elle être utile ?), la jalousie, la joie …. (et plus généralement, toutes les émotions, les enfants adorent en parler…), la nature, la mort, l’école… On peut aussi poser des questions plus précises (Sommes-nous libres de faire tout ce que l’on veut ? Faut-il se ressembler pour s’aimer ? Un cadeau fait-il toujours plaisir ?) ou encore, confronter deux notions (les filles et les garçons, la vie et la mort, le jeu et le travail)… Les possibilités sont infinies !

Pour mener à bien la discussion, Estelle Roulin nous a glissé quelques conseils pour vivre un moment vraiment privilégié avec son enfant : « On peut introduire la discussion en disant à son enfant « qu’est-ce que tu penses de… ? » et le laisser s’exprimer, sans jugement. Il est important de respecter cela : chacun a le droit de dire ce qu’il pense, personne ne peut se tromper ! Et puis surtout, ne pas avoir d’attentes particulières sur ce que va dire notre enfant… Enfin, n’hésitons pas à accepter de dire « je ne sais pas » ou « ce n’est que mon avis » ! ».

Promis, vous serez étonnés par tout ce que vos enfants ont à dire !

Alors, de quoi allez-vous philosopher ce soir à la maison, vous ? 🙂

Quelques idées pour s’inspirer

Le compte instagram de la Carabane @la.carabane qui fourmille d’idées de questions à poser à nos enfants 😉

Des livres :

Bon à savoir !

Si le sujet vous passionne et que vous voulez aller encore plus loin, il existe des formations pour adultes, pour devenir animateur d’ateliers de philosophie pour enfants ! Cela vous tente ? C’est par ici :

Commentaires

Commentaires

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.