enfant timide

“Enfant timide”, il détourne le regard lorsque l’on s’adresse à lui ? Il a du mal à aller vers les autres, reste collé à nous et ne veut pas dire bonjour aux personnes qu’il ne connaît pas ? Notre enfant est sans doute parfois timide… mais bonne nouvelle : ça n’a rien d’une maladie ! Non, notre enfant a simplement besoin qu’on l’aide à prendre confiance en lui et à se sentir en sécurité dans des situations nouvelles 🙂

Comment faire, alors, pour lui permettre d’être moins craintif et lui éviter de se replier sur lui-même ?

Je laisse la parole à mon amie Caroline, maman d’Arthur, 4 ans, et de Tristan, 2 ans.

Mon Arthur, plutôt à l’aise lorsqu’il s’agit d’aller vers d’autres enfants, l’est beaucoup moins face aux adultes qu’il ne connaît pas ou peu. Il met un certain temps à se laisser approcher par nos amis, ne répond pas toujours aux questions qu’ils lui posent, et a même mis plusieurs mois avant de regarder ses maîtresses dans les yeux quand elles s’adressaient à lui… Est-ce grave, docteur ?

Je ne crois pas. La timidité reflète le tempérament d’un enfant, mais tant qu’elle ne l’empêche pas d’être joyeux, curieux, ouvert, qu’importe s’il lui faut un peu de temps pour s’adapter aux gens ou aux situations nouvelles ?

Cependant, la timidité peut aussi cacher un mal être, en tous cas un grand manque de confiance en soi, et dans ce cas mieux vaut agir avant que cette timidité ne devienne un frein dans la vie quotidienne de l’enfant, l’empêche de se faire des amis, ou qu’il devienne la cible de moqueries. Comment faire ? Comment l’accompagner pour qu’il parvienne à surmonter sa timidité ? Voici quelques pistes qui peuvent nous aider :

Enfant timide : les écueils à éviter !

Pour commencer, des pistes à ne PAS suivre… parce que même en croyant bien faire, on peut parfois empirer les choses 🙂

  • L’enfermer dans le stéréotype d’« enfant timide »

On a tous fait l’erreur un jour (enfin, moi je l’ai faite !) de justifier le comportement de notre enfant, qui refusait de dire bonjour par exemple, par un : « ne le prend pas mal, il est timide ! »… Or, on en a déjà parlé ici (Timide, méchant, nul : Comment éviter de mettre nos enfants dans des cases ?) ces étiquettes que l’on nous colle ont toujours des effets négatifs. En plus de nous faire perdre confiance, elles nous enferment pour longtemps dans un rôle dont il sera difficile de se défaire… Evitons donc de qualifier notre enfant de « timide », en particulier devant lui et en public ! Pourquoi, s’il refuse de dire bonjour ou de répondre à une question, ne pas dire plutôt : « il a besoin d’un peu de temps pour apprendre à te connaître » ?

  • Lui faire des reproches, l’humilier

Personnellement, je suis de nature angoissée (si si !). Et il n’y a rien de plus inefficace, je crois, que l’on me le rappelle sans cesse, que l’on me fasse sentir que je devrais changer ma façon d’être, ou que l’on me dise « détend toi ! »… cela a tendance à me stresser encore plus ! Par contre, si je suis au contact de gens sereins, qui ne se laissent pas envahir par le stress, cela m’apaise 🙂

Pour un enfant timide, c’est un peu pareil. Plutôt que de lui dire : « tu pourrais faire un effort pour répondre quand mon amie te parle ! », n’est-il pas préférable de l’aider à se sentir plus à l’aise avec cette personne qu’il ne connaît pas ?

Il me semble également important de veiller à ne pas rire de lui en sa présence, car il pourrait mal interpréter nos paroles et se sentir humilié. On évite par exemple de raconter devant tout le monde qu’il fait encore pipi au lit ou qu’il ne sait pas manger proprement…:-)

  • Le forcer à aller vers les autres

Dans le même esprit, obliger son enfant à dire bonjour, à jouer avec d’autres enfants, ou encore à parler en public, pourrait aggraver son malaise. Il aurait l’impression d’être incompris, ne se sentirait pas respecté. Donnons-lui plutôt des clés pour surmonter cette timidité et laissons-lui le temps de le faire en douceur !

  • Le surprotéger, lui éviter toute situation difficile

A l’inverse, lui éviter toute confrontation avec des personnes et des situations nouvelles, sous prétexte qu’il est timide, serait tout aussi contre-productif : on risquerait, là encore, de l’enfermer dans le rôle du « timide », et de le conforter dans le sentiment de « danger » devant l’inconnu. Si, au parc, mon enfant a peur de monter sur un toboggan, vais-je l’éloigner définitivement de ce toboggan en admettant une bonne fois pour toutes qu’« il est peureux », ou vais-je plutôt lui suggérer de commencer par la première marche, puis la deuxième, etc, jusqu’à ce qu’il soit capable de monter tout en haut et de redescendre seul ? Je vous laisse deviner 😉

Mais alors, quelles solutions pour l’aider à surmonter sa timidité ?

Échangez sur les enfants timides avec notre équipe et d’autres Cool Parents sur nos réseaux sociaux :

Facebook Education Positive Instagram Education Positive Youtube Education Positive

Enfant timide : des pistes pour l’accompagner

La timidité, je crois, est avant tout une affaire de confiance en soi. Un enfant qui se sent en sécurité, qui a vécu des expériences positives dans des situations nouvelles, un enfant qui se sent important et aimé -donc « aimable »- aura plus de facilité à aller vers les autres qu’un enfant qui ne se sent pas « à la hauteur ».

Dans de précédents articles [Faites de votre enfant un adulte qui a confiance en lui. ;

Mon enfant manque de confiance en lui ;Le meilleur moyen pour donner confiance en soi à son enfant ] nous avons souvent donné des clés pour aider notre enfant à avoir confiance en lui. On peut appliquer ces conseils pour l’aider à vaincre sa timidité !

  • Valoriser notre enfant

Valoriser notre enfant, c’est d’abord se focaliser de manière générale sur ses succès et ses atouts, pour lui faire prendre conscience de ce dont il est capable… Il est utile de lui rappeler régulièrement ses points forts, ce dans quoi il est bon, et qui le rendra intéressant ou important aux yeux des autres. “Tu as vu comme tu as fait rire ta cousine l’autre jour avec ta blague ?“ “Dis donc c’est fou les progrès que tu as fait au football, tu peux être fier de toi” “Merci, cela m’a tellement rendu service que tu m’aide à préparer la table pour les invités”

Mais valoriser notre enfant, c’est aussi accorder de l’importance à ce qu’il dit, ce qu’il pense, ce qu’il fait. Ecoutons le lorsqu’il parle (sans finir les phrases à sa place s’il a du mal à s’exprimer…), tenons compte de son avis sur tel ou tel point (plutôt purée de carottes ou épinards pour le dîner ? plutôt une sortie au jardin ou un jeu à la maison ?), intéressons-nous à son univers (oui oui, les camions de pompiers et les tractopelles, c’est formidable !).

Enfin, essayons, chaque jour, de trouver un moment pour lui dire à quel point nous avons été fier de lui, à tel ou tel moment de la journée, pour telle ou telle raison.



  • L’aider à aller vers les autres

La sociabilité, cela s’apprend ! 🙂 Il n’ose pas se mêler à un groupe d’enfants au parc ? On peut lui proposer de commencer par aborder (en restant avec lui au début si besoin) l’un d’eux, et de lui demander son prénom. Il y a de bonnes chances pour que l’autre enfant réponde, et qu’après quelques minutes ils se mettent à jouer ensemble… (ce sera alors le bon moment pour s’éclipser !).

Il a du mal à se faire des amis ? Pourquoi ne pas inviter un(e) petit(e) copain(ine) à la maison ?
Les activités extra-scolaires, comme un sport, de la musique ou du théâtre, peuvent aussi l’aider à prendre confiance en lui et à se sentir à l’aise dans un groupe, à condition bien sûr que l’activité lui plaise et qu’il prenne du plaisir à la pratiquer. Au besoin, on commence par une activité parent-enfant, puis une activité qu’il fera sans nous.

  • Le succès mène au succès !

S’il est d’accord (encore une fois, on ne force pas..), on peut également donner de petits challenges à notre enfant “timide”: dire bonjour à un autre enfant dans la rue, commander le pain à la boulangerie, poser une question à la bibliothécaire ou que sais-je encore… L’important étant de lui faire prendre conscience de tous ses petits succès et de ne surtout pas le dévaloriser en cas d’échec ! On peut même faire un « tableau des victoires » : sur une feuille qu’il décorera à son goût, on dessine des cases. Il collera une gommette dans une case à chaque victoire, et prendra ainsi confiance petit à petit.
Pour finir, on ne le dira jamais assez : nous sommes le meilleur exemple pour nos enfants… Si nous sommes nous même à l’aise devant l’inconnu, heureux de faire de nouvelles connaissances, et que nous prenons plaisir à recevoir des amis, il y a fort à parier que notre enfant le sera aussi un jour !:-)

Cette petite « technique », c’est une des idées possibles pour renforcer l’estime de soi de son enfant. Mais il en existe d’autres. Si cela vous intéresse, je vous propose de renseigner votre email ci dessous, et je vous enverrai gratuitement le PACK « CONFIANCE EN TOI » de CPMHK : Tout pour que nos petits croient fort en eux ! N’hésitez pas, c’est évidemment gratuit.

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

Commentaires

Commentaires

0 réponses

Répondre

Laissez-nous votre commentaire bienveillant !
Règle de conduite: Merci de ne mettre aucun lien vers un site extérieur, afin d'éviter les dérives. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.