Vous avez été nombreux à échanger sur le forum parents de CPMHK autour de la thématique “Bébé s’endort au sein”. 

La capacité de bébé à s’endormir seul, son besoin de succion, l’inquiétude ou la sérénité de la maman dans ce moment particulier qu’est la période d’allaitement, la peur que bébé devienne dépendant de l’allaitement pour s’endormir, le besoin de papa de trouver sa place, ce que l’on considère comme normal ou non… Autant de questionnements bien compréhensibles qui ont alimenté les débats de ce fil de discussion. Parce qu’un bébé qui s’endort au sein, finalement, quoi de plus normal ? Cependant cela peut aussi avoir quelques inconvénients si n’arrive du coup pas à se nourrir assez, ou si c’est la seule manière de l’endormir. Mon amie Caroline, maman de deux enfants de 10 et 7 ans, nous propose quelques astuces et réflexions autour de l’allaitement et du sommeil de bébé… 

Au programme :

Mon fils ne s’endort qu’au sein, c’est normal Docteur ?

Personnellement, j’ai adoré allaiter mes deux enfants. Cela a duré 6 mois environ pour chacun. Pour Noah, l’aîné, j’avoue que je n’ai jamais réussi à trouver le chemin pour l’endormir autrement qu’au sein. Pour nous, le programme c’était cododo, bras et porte-bébé. Je l’allaitais quand il se réveillait dans la nuit en me calant sur le coussin d’allaitement, parce que j’étais si fatiguée que je me rendormais aussi sec, bébé au sein…

Autant dire que quand notre Loulou a rejoint la crèche, ça a été bien compliqué pour les assistantes maternelles ! Avec douceur et patience, elles ont appris à notre fils à s’endormir seul dans un lit… 

Tant que cela nous convient et que l’on se sent épanouie·is dans ce rapport et dans cette relation, il n’y a pas nécessairement de question à se poser. Le problème vient parfois de l’entourage qui souhaite nous donner des conseils pour nous “libérer”, ou du conjoint et papa qui ne trouve pas forcément sa place dans cette relation, qui voudrait retrouver sa compagne. Ou  l’endormissement systématique de bébé au sein peut devenir aussi un poid pour les parents, dont l’épanouissement et aussi important que celui de l’enfant, surtout que le premier impact le deuxième.

Trouver un équilibre qui respecte chacun

Si l’endormissement systématique de bébé au sein devient un poids pour la famille, si Loulou doit sortir du giron maternel pour être gardé par une personne tierce, assistante maternelle ou crèche, endormir bébé systématiquement et uniquement au sein peut devenir plus problématique. Dans un premier temps, on pourra faire évoluer cette proximité vers le portage dans les bras ou en porte-bébé. Mais l’idéal est de donner à bébé les clés pour s’endormir sans téter.

Bébé s’endort au sein : quelques astuces pour le garder éveillé

La première chose à faire quand bébé commence à s’assoupir en tétant, c’est d’essayer de le stimuler afin d’éviter qu’il ne se laisse glisser doucement vers le sommeil, bien au chaud au creux des bras de sa maman. Ainsi, on peut essayer de faire couler quelques gouttes de lait dans sa bouche en pressant doucement le sein.

On peut également essayer de le réveiller en lui parlant doucement, ou éventuellement en le chatouillant ou en lui caressant doucement la plante des pieds, le menton ou la joue…

Parfois, il peut également arriver que le lait coule plus lentement en cours de tétée, en particulier au cours des premiers mois, cela peut aider de presser doucement le sein pour stimuler la montée laiteuse. 

Comment endormir bébé sans téter ?

Quand bébé s’assoupit au lieu de téter, quand bébé ne se calme ou ne s’endort qu’en tétant le sein, cela peut créer une sorte de dépendance qui peut mettre la mère et la famille en difficulté. Il est donc important de réussir à distinguer les phases calmes et éveillées propices au repas, et les signes qui montrent que bébé commence à fatiguer. Parce qu’un bébé fatigué, c’est un bébé qui râle, pleure, se frotte le nez ou les oreilles, s’énerve plus facilement et la proximité des bras maternels est aussi un bon remède pour se calmer… Sauf qu’il ne s’agit pas forcément de pleurs de faim, mais de pleurs de fatigue ! En apprenant à repérer les cycles de sommeil et le rythme de bébé, on pourra mieux comprendre les messages et tenter d’autres approches que la mise au sein. (OK, ça n’est pas si simple, car c’est sans compter les pics de croissances, la chaleur estivale qui donne soif et bien des exceptions encore 😉).

Dans un autre registre, pour aller plus loin et gérer les premières années avec bébé avec plus de sérénité, nous vous avons concocté le « PACK spécial bébé » avec tous nos conseils pour gérer les premières séparations, colères, interdits, etc. ! Pour le recevoir (gratuitement bien sûr), laissez-nous votre email ci-dessous et nous vous l’envoyons illico. Quelques pleurs et stress en moins, cela fait du bien. 🙂

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !

Créer un rituel de coucher qui ne passe pas forcément par l’allaitement

Et oui, on le sait, quand bébé a du mal à dormir, on revient souvent au rituel du coucher. Souvent mis en avant pour créer un moment de calme et de sérénité avec notre enfant, cette routine privilégiée peut lui permettre de lâcher prise et de se laisser glisser en douceur vers le sommeil. Lumière tamisée, chanson, veilleuse, câlin ou histoire, etc., à chaque famille et à chaque enfant son rituel. L’idée, c’est que petit à petit, bébé transfère la confiance qu’il a au creux des bras de sa mère ou de ses parents, pour la retrouver au sein de son espace de repos. En cela, l’objet transitionnel tel que le doudou ou ninin, est également recommandé, en particulier si certains couchers se font à l’extérieur du domicile, à la crèche ou chez nounou par exemple.

Parfois, quand on a tout lu et qu’on a l’impression d’avoir tout essayé et que bébé ne s’endort toujours qu’au sein, un petit coup de pouce extérieur peut être le bienvenu ! C’est parce que Charlotte a, elle aussi, rencontré des difficultés avec son fils qu’elle a créé le coaching “Il dort enfin… (et nous aussi !)”. Une solution de la dernière chance pour bien des parents où l’on est accompagné pas à pas par une super psychologue & coach spécialisée. (Mais il n’est pas indispensable d’être à bout pour jeter un œil et envisager des nuits complètes ! On est tellement plus patient quand on a bien dormi ! 😉

Bébé a un fort besoin de succion, comment y répondre ?

Pour mon fils, une chose est sûre, c’est qu’il avait un fort besoin de succion et qu’il n’a voulu ni tétine, ni même le biberon ! 

Bien sûr, certains enfants ont plus besoin de téter que d’autres. Certes, les bras de maman construisent une sécurité affective et un lien d’attachement fort et prépondérant pour l’avenir, néanmoins, le téton de maman ne doit pas nécessairement devenir un objet de réassurance. Si les instances médicales recommandent de ne pas introduire trop tôt (avant les trois premiers mois) la tétine lorsqu’un enfant est allaité pour éviter une confusion sein-biberon-tétine, nombre de parents témoignent toutefois que la tétine peut-être une solution pratique. Et parfois, les enfants trouvent le pouce dès 4 à 5 semaines !

Donc, vous l’aurez compris, s’endormir au sein est loin d’être rare et ce n’est pas nécessairement un problème, si cela n’en est pas un pour les parents. Et si cela devient lourd ou moins fluide, faites confiance à votre bambin pour trouver la route et n’hésitez pas à mettre en place des rituels pour changer la routine. Bien sûr, pour franchir cette étape, il est parfois plus compliqué pour la mère de le mettre en place, car on dispose toujours de cette “roue de secours” qui fait qu’on risque de craquer et de donner une tétée, juste pour cette fois (je sais de quoi je parle 😉). C’est donc le moment idéal pour sortir la carte ÉQUIPE et de laisser faire papa… Et surtout, n’hésitez pas à demander un coup de main avant que ça ne devienne trop prégnant !

Aussi, si vous avez des difficultés avec le sommeil de votre bébé,  ne restez pas seul et n’attendez pas que le manque de sommeil de toute la famille se fasse sentir sur le niveau de tension à la maison… Le coaching “Il dort enfin… (et nous aussi)!” a déjà accompagné plus de mille parents qui pourtant avaient TOUT essayé, et qui dorment enfin. Vous êtes accompagné main dans la main par nos psy-coach jusqu’à ce que votre enfant dorme sereinement. Surtout n’attendez pas pour vous renseigner, en cliquant ici.

Commentaires

Commentaires

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.