sommeil-bébé-CPMHK-1-1030x497

Ça y est le grand jour est arrivé ! Bébé est né ❤️. « Vous êtes au comble de la joie ! » En fait pas toujours… Les nuits de bébé sont difficiles. Son sommeil n’est pas ‘calé’ (c’est rien de le dire 😉) et la gestion des dodos peut devenir un vrai casse-tête. Nuit après nuit, la fatigue gagne les parents et commence même à les mettre sur les nerfs. Sans compter le baby blues pour certaines mamans (ou papas). Alors, que dire des premières nuitées de bébé ? Comment gérer au mieux les nuits de bébé ? Comment accompagner le sommeil du nouveau-né ?

Pour répondre à cette question, j’ai eu envie d’interviewer Caroline, qui s’occupe de nourrissons sortant de la maternité depuis plus de 20 ans. Oui, alors qu’on se trouve déjà hyper forte d’avoir « assuré » (enfin, survécu) aux 10 premières nuits de notre bébé, eh bien elle, c’est plus d’un millier de nuits qu’elle a assurées 😉. Son métier ? Maternity nurse. Son rôle est de soulager les parents la nuit, à leur domicile, en assurant les biberons et les soins de leur bébé. Caroline me parle avec le visage rayonnant et la douceur d’une maman (enfin, celle qu’on rêverait d’avoir).

CONFÉRENCE EXCEPTIONNELLE SPÉCIAL SOMMEIL LUNDI 16 MAI  2022 À 21H 

Le sommeil de bébé est compliqué ? Il tarde à s’endormir, se relève 10 fois, se réveille en pleine nuit ? Charlotte donnera une conférence exceptionnelle (et gratuite) « Les clés pour des nuits et des couchers sereins » EN LIVE. Elle livrera les enseignements et astuces issus de son accompagnement de plus d’un millier de parents sur le sujet. RDV le 16 mai… >Pour réserver gratuitement ta place, c’est ici.

CPMHK : Alors, comment se sentent les mamans et les papas à l’arrivée du bébé ?

Caroline : Souvent, on décrit l’arrivée d’un nouveau-né comme une période pleine de bonheur. C’est une partie de la réalité, mais cela peut être plus mitigé : chute hormonale pour la maman, la fatigue qui s’installe… Il en faut peu pour qu’au retour chez soi, le premier coup de clé dans la serrure suffise à la Maman et au Papa pour paniquer un peu. « Comment vais-je y arriver ? ». La responsabilité semble une montagne.

Comment se passe les premières nuits de sommeil du nouveau-né, en général ?

Caroline : Il n’y a pas de règle. Pour les nouveaux-nés, les cycles de sommeil sont évidemment très courts et peu installés. Mais globalement, un nourrisson tète toutes les 2, 3 parfois 4 heures. Par exemple, si le nourrisson mange à 22h, le temps de le faire boire et qu’il fasse son rot, il est 23 h. Ensuite, il s’endort pour se réveiller à 2 heure du matin. On repose bébé vers 3 heures ; on se réveille à nouveau à 5 h, puis à 8 h. Le plus fatigant des voyages d’affaires n’est rien comparé à ces nouvelles nuits ! Sans compter que le bébé peut aussi réclamer son biberon* toutes les 3 heures, mais comme cela peut prendre une heure (rot et change compris) de le lui donner, finalement vous êtes sollicité toutes les 2h ! Et lorsqu’on allaite, les tétées sont souvent plus rapprochées (et pas possible de passer le relai 😉)…

*NDLR : Comme Caroline est nurse de nuit, elle n’allaite pas les enfants dont elle s’occupe d’où le fait qu’elle parlera ici peu d’allaitement maternel. 

À quel âge bébé est-il censé « faire ses nuits » ?

Bien sûr, chaque enfant est différent. Chacun apprend et évolue à son rythme. Première chose, il est important que bébé ait suffisamment de réserves en énergie pour dormir 5 à 6 heures d’affilée. À 2 mois, seul un nourrisson sur 4 dort entre 5 et 6 heures entre 23h et 8h du matin. C’est quand même 3 sur 4 qui ne le font pas et c’est normal ! À 4 mois, c’est l’inverse (3 sur 4 « fait sa nuit ». A 10 mois, on approche de 9 enfants sur 10. Les nuits complètes prennent un peu de temps à se mettre en place.

Et ce n’est pas un acquis. Le cerveau étant en constante évolution, les retours en arrière sont choses fréquentes, comme pour les poussées de croissance.

Est-ce que les nuits de bébé sont très différentes d’un nourrisson à l’autre ?

Caroline : Oui, très TRÈS différentes ! Chaque bébé à son propre rythme. Il faut donc à chaque fois s’adapter. Certains nouveaux-nés sont plus zen que d’autres, certains ont de plus gros besoins de sommeil, d’autres ont du mal à trouver un rythme de sommeil…

Il peut aussi arriver que des parents angoissés, tendus, communiquent leur stress à leur nourrisson. D’où l’importance de se ménager quand on en a la possibilité. Le diplôme de maternity nurse (« nounou de maternité », mais cela n’a pas vraiment d’équivalent en français) me permet de prendre en charge complètement un nourrisson jusqu’à environ 6 mois. Je peux aussi aider et conseiller les parents sur les questions d’hygiène, de santé, de nourritures, etc. En Afrique, on dit qu’il faut un village pour élever un enfant. Je suis déjà une villageoise, comme la sage-femme, le pédiatrie, etc. Ma présence permet aux parents de reprendre des forces physiques et morales.

Selon vous, quels types de nuit sont les plus compliqués à gérer ?

Caroline : C’est quand le bébé confond le jour et la nuit que le sommeil de bébé est compliqué ! Il reste éveillé entre deux tétées la nuit, et dort profondément toute la matinée ou fait une énorme sieste en fin de journée. Dur dur pour les parents de suivre (enfin, prendre) le rythme, même lorsque maman est encore en congé parental. Cela prendra un peu de temps à mettre en place.

Pas de panique, les choses se calent doucement d’elles-mêmes dans les premiers mois. Mais si vous sentez que vous avez du mal à aider bébé à trouver son rythme, si le manque de sommeil de bébé influe sur l’entourage et que les nuits blanches provoquent mauvaise humeur, tension, etc. ; n’attendez pas qu’il soit trop tard ! Demandez un coup de pouce à un/une professionnel·le, renseignez-vous sur le coaching « Il dort enfin »… Une approche neutre, douce et bienveillante est parfois plus facile à mettre en place que les bons conseils des copines ou de belle-maman.😉

In utero, dans le ventre, bébé avait tendance à se réveiller lors des phases de repos de maman. Dans les premiers mois, on ne peut donc pas vraiment parler de réveils nocturnes et encore moins de troubles du sommeil car le sommeil est justement en train de se mettre en place.

Y a-t-il un secret ? Comment faites-vous pour que bébé arrête de pleurer et se rendorme ?

Caroline : D’abord, je déroule ma petite check-list. A-t-il trop chaud ? Trop froid ?  Est-ce que la couche a été changée ? Est-ce que le dernier biberon était il y a plus de trois heures ? (Car c’est important de bien attendre trois heures avec de lui redonner.) On compte les 3 heures à partir du commencement du précédent biberon (Il n’y a pas cette contrainte quand on donne le sein).

Si la check-list a été passée en revue et qu’il pleure toujours, c’est qu’à priori, il a besoin d’un câlin ! Alors je le berce. Il est encore trop petit pour avoir de mauvaises habitudes ou « faire des caprices », donc n’ayons pas peur de le câliner. Je peux aussi lui caresser la tête quand il est dans son berceau, ce qui le rassure sans trop « l’habituer aux bras » qui rend parfois difficile de le reposer). Je peux lui mettre de la musique ou projeter une veilleuse lumineuse au plafond, l’emmailloter, mettre sa tête contre la paroi haute du lit, lui parler, le changer de position, etc. Bien sûr, les bébés ont aussi un besoin de sussion, la tétine aide beaucoup, les premiers mois, à l’apaiser.

[Voir aussi l’article « Liste magique pour faire arrêter bébé de pleurer« ]

Quelle est la meilleure position pour coucher un bébé ?

Le corps médical recommande de coucher bébé sur le dos pour des raisons sécuritaires car c’est celle qui permet de prévenir le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN). Vers 6 mois, lorsque bébé est capable de se tourner lui-même sur le ventre, le risque de SMSN s’amenuise. Il peut alors s’endormir dans la position qui lui convient le mieux.
Bien sûr, pas de coussin ou de gros doudous dans le lit et on privilégiera les gigoteuses.

Avez-vous des astuces pour faciliter le biberon et le rot pendant la nuit ?

Caroline : Généralement, lui donner le biberon prend environ 20 à 30 minutes (toujours attendre au moins trois heures avant de lui donner) (ndlr : Caroline est nounou, donc n’allaite pas). Une fois qu’on lui a donné le biberon, il est bien de garder le nourrisson à la verticale 20-30 minutes de plus, le temps qu’il fasse son rot.

Concernant la manière de roter, le bébé peut faire un rot de « camionneur », mais peut aussi faire un rot « interne ». Le rot interne n’est pas évident à percevoir, car la bouche est fermée, c’est une éructation délicate comme un début d’un hoquet.

S’il ne fait pas son rot, on peut l’aider à le faire, en faisant le « balancier ». On le prend dans les bras, on le redresse à la verticale contre nous, puis on plie les genoux et doucement, on l’incline vers l’horizontale (comme quand on lui donne le biberon, position sur le dos). On peut aussi le poser délicatement sur la table à langer, sans oublier de mettre un petit coussin (ou une serviette enroulée) sous le matelas pour que le bébé ait la tête relevée. Souvent le passage de la position verticale à la position horizontale, l’aide à faire sortir la bulle d’air.

[Voir aussi l’article : « Les meilleurs conseils pour choisir entre l’allaitement et le biberon« ]

Et si bébé est allaité, quels conseils pour son sommeil ?

La nuit, pensons à allaiter dans la pénombre et le silence pour que bébé sente la différence avec la journée.
Il n’est pas rare que bébé s’endorme au sein, bien au chaud contre sa maman. Un contact doux et rassurant s’il en est. Essayez simplement de le reposer dans son lit.

Ensuite, ce n’est pas parce qu’on allaite qu’on doit être seule à se lever. Papa peut s’occuper du changement de couche. On peut tirer le lait et laisser le compagnon prendre le relai.

Nuit bébé : que faire quand les bébés ont mal au ventre ? C’est plus difficile à gérer, non ?

Caroline : Oui, les coliques du nourrisson sont parfois un calvaire nocturne pour les parents et pour bébé bien sûr 😉. Il y a des petits remèdes en pharmacie (avec l’accord de votre pharmacien/pédiatre) qui peuvent soulager le bébé. J’aime particulièrement une solution à base de fleur d’oranger et de fenouil, qui donne de bons résultats. Un petit massage du ventre peut aussi l’aider à évacuer les gaz : on tourne délicatement dans le sens des aiguilles d’une montre avec trois doigts.

Autre technique pour bercer bébé tout en le soulageant, c’est de l’allonger sur l’avant-bras. Ainsi, le ventre reste bien au chaud.

Le fait qu’une personne différente de sa maman s’occupe du bébé la nuit peut-il avoir un impact négatif sur le bébé ?

Caroline : La nuit, c’est la pénombre, on ne joue pas avec le bébé, il y a beaucoup moins d’interactions que le jour. Il vaut mieux pour le bébé qu’il ait une maman zen et en forme pour s’occuper de lui le jour, qu’une maman fatiguée 24h/24.

Le conseil de CPMHK : C’est vrai que l’atmosphère qui entoure le bébé est aussi très importante. Alors, si parfois on a la chance de pouvoir se faire aider, le temps de reprendre des forces, profitons-en !  Autre solution, pour garder le moral : s’aérer, sortir avec bébé contre pleurs et marées…

*Si vous souhaitez faire appel à Caroline la « fée des nuits », vous pouvez lui écrire à [email protected] Et pensez à réserver ses services bien à l’avance, car – comme toutes les fées – elle est très demandée !

Pour aller plus loin, et gérer les premières années avec bébé avec plus de sérénité , je vous propose de recevoir (gratuitement) le « PACK spécial bébé » : avec tous nos conseils pour gérer les premières séparations, colères, interdits, etc. ! Quelques pleurs et stress en moins, cela fait du bien 🙂

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !

 

D’ailleurs, si vous n’en pouvez plus des couchers interminables et des nuits entrecoupées, sachez que nous avons concocté un super coaching « Il dort enfin (et nous aussi) !« … La solution de la dernière chance pour de nombreux parents ! Je vous laisse découvrir leurs commentaires, ils sont notre meilleure caution !

Commentaires

Commentaires

1 réponse
  1. Miss obou
    Miss obou dit :

    Je me rappelle tellement des premières nuits à la maternité avec mon aîné et pendant lesquelles je n’ai pas pu dormir plus de 1h d’affilé ! Je crois que mon corps s’est habitué aux nuits fractionnées! Le petit dernier a maintenant plus de 3 mais ne fait pas toutes ses nuits et pourtant je le vis bien mieux qu’il y a quelques années! 😅

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.