enfant comment éviter de se taper la honte

Ce matin en prenant l’ascenseur, Minimôme s’adresse à la voisine, toute pimpante dans son petit haut glitter : « C’est les dames vulgaires qui portent des robes à paillettes!». La mère livide voit déjà sa prochaine réunion de copro tourner au vinaigre… Puis, ils prennent le métro et Minimôme, nature peinture, lance à la dame au chihuahua « C’est moche les chihuahuas, on dirait des rats ! ». Un peu gênée, la mère intervient « Je suis vraiment désolée, vous savez c’est un enfant ». Et le soir, cherry on the cake : au restaurant Minimôme s’adresse à un jeune garçon de la table voisine en claironnant fièrement « Faut pas dire « Bon appétit » c’est très mal élevé ! ». Là, la mère se demande ce qu’elle a bien pu faire au bon Dieu…

Plutôt que de dire : « C’est très moche les robes à paillette » (en plus, perso, moi j’aime bien…) ; pourquoi ne pas lui dire « Moi je n’aime pas, mais il y a des gens qui aiment. Toi, ça te plaît peut-être ». Plutôt que certains parents disent : « C’est mal de dire bon appétit » pourquoi ne pas dire : « Dans notre famille on ne dit pas « Bon appétit », mais il y a plein de gens qui le disent ». De toutes petites variantes, qui éviteront bien des situations cocasses !

Cool Parents Make Happy Kids

INSCRIVEZ-VOUS A LA NEWS LETTER ET RECEVEZ CHAQUE SEMAINE UN ARTICLE POUR MIEUX COMPRENDRE LES BIENFAITS D’UNE EDUCATION PLUS POSITIVE.

bébé 1 mois

bébé 1 mois CPMHKSi, depuis que vous avez un bébé, vous avez l’impression de tourner en rond et que vous vous sentez frustré de rester enfermé et de ne pas pouvoir faire tout ce que vous souhaiteriez, cet article est pour vous ! Car oui, vous pouvez mener une vie (presque) normale avec bébé (1 mois et plus), sortir, voir du monde… Bref, vous faire plaisir !

Profitons d’avoir un tout petit pour sortir, car ça sera un peu moins facile quand il aura grandi ! Il n’a pas encore de repères spatiaux. Son seul repère, c’est vous !

Finalement, les bébés sont tellement plus faciles à vivre que nous. Quand on y pense, ils ont quand même vécu 9 mois la tête dans les pieds, sans à peine pouvoir bouger, et dans le bruit de tout ce qui vous entourait.

Alors à quoi bon leur inventer des exigences qu’ils n’ont pas, et qui risqueraient de devenir contraignantes pour tout le monde ?

–        Ce qui est merveilleux avec un bébé (1 mois et plus) c’est qu’il peut dormir n’importe où ;  sur une grosse couverture posée sur le sol, sur le lit des copains, dans un hamac à l’ombre, etc. Vous n’avez même pas besoin de vous encombrer d’un lit ou d’une poussette ultra confort. Profitez-en : cela ne va pas durer !

–        Généralement un bébé s’endort plus facilement en étant au milieu d’un dîner que tout seul dans une chambre sans bruit. Pas étonnant : quand il était dans le ventre, il y avait toujours plein de vie autour de lui. Hop, bébé 1 mois dans la poussette, une grande écharpe occultante dessus, et idéalement, quelques minutes de marche avant d’arriver pour qu’il s’endorme. En arrivant, « garez » la poussette dans un coin du restaurant un peu à l’écart : vous avez de grande chance pour que tout se passe bien, surtout s’il est tout petit et que vous ne l’avez pas encore habitué à dormir dans le calme !

–        La plupart des bébés n’ont pas besoin d’être changés dès qu’ils font dans sa couche. Au service néo-natal d’un des grands hôpitaux parisiens où notre 1er Babymôme a commencé sa vie, tous les bébés étaient changés avant le biberon et non après, afin d’éviter qu’ils ne régurgitent. S’il semble bien le vivre, vous pouvez lui laisser la couche un peu plus longtemps… ce qui vous évitera de devoir trouver une table à langer en urgence (bon courage pour trouver cela dans un café parisien au beau milieu de votre virée shopping !). Si ses petites fesses sont sensibles, pensez quand même à avoir un bon tube de pâte à l’eau pour le protéger.

–        On peut aller se promener dans la rue avec Babymôme en kangourou dès la naissance et même prendre les transports ! Ce n’est pas collé contre nous dans son kangourou qu’il va lécher la barre du métro. Alors pourquoi rester cloué ?

–        L’été, on peut emmener son bébé à la plage à condition d’être équipé d’une mini-tente et d’un parasol anti-UV. Vérifiez que la température sous la tente est raisonnable. Vous serez d’ailleurs étonné de la capacité de la tente anti-UV à faire descendre la température. N’oubliez pas votre kangourou pour le trajet, ainsi qu’un drap qui le protège du soleil. C’est sûr que cela demande un peu de logistique, mais on n’est pas bien là, les doigts de pieds en éventail sur le sable chaud ?

–        Un biberon toujours chaud? Est-ce vraiment nécessaire ? S’il est d’accord, proposez-lui ses premiers biberons à température ambiante. Ce n’est pas contre-indiqué et cela évite bien des galères pendant les 2 prochaines années. Tellement pratique de pouvoir le nourrir en toutes circonstances, sur la plage, dans un TER, dans le bus, au parc, en voiture…

–        Un bébé de 1 mois ou plus qui dort se laisse facilement transporter, à condition le protéger, la nuit, de la lumière artificielle (le fameux tissu occultant). S’il est minuit, que vous êtes de retour de votre dîner, et qu’il se met à hurler dans son lit (oui, il a le droit de dire qu’il n’est pas content), donnez-lui un petit supplément de biberon, cela pourra l’aider à se rendormir (voir également toutes les autres techniques pour faire arrêter un bébé de pleurer dans un prochain article). Il arrivera peut-être, une ou deux fois, que vos sorties se transforment en grosses galères. Mais la prochaine fois sera la bonne !

Bref, vous avez compris mon crédo : si vous avez envie de sortir, ne restez pas cloîtré chez vous « pour votre bébé » ! Il n’y a aucune raison de rester enfermé si vous avez envie de vadrouiller.

Certains bébés seront plus ou moins faciles mais si vous habituez le vôtre dès le plus jeune âge, cela devrait faciliter les choses. Et si, avant même qu’il arrive, vous vous persuadez que vous aurez un « bébé tout terrain », il y a de forte chance pour qu’il le soit !

Et dans la même optique de prendre soin de nous en tant que parent à la naissance de notre enfant,  ne manquez pas l’article Trucs à savoir pour gérer au mieux les premières nuits de bébé et l’article Comment vivre aux mieux les premières semaines avec bébé

N’oublions pas qu’en étant un parent épanoui, on fait des bébés heureux,  COOL PARENTS MAKE HAPPY KIDS… mais aussi COOL KIDS MAKE HAPPY PARENTS !

Sinon pour aller plus loin, et gérer les premières années avec bébé avec plus de sérénité , je vous propose de recevoir (gratuitement) le « PACK spécial bébé » : avec tous nos conseils pour gérer les premières séparations, colères, interdits, etc. ! Quelques pleurs et stress en moins, cela fait du bien 🙂

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !
enfant qui pleure
enfant qui pleure
Il est intéressant de remarquer que souvent un enfant qui pleure, pleure à cause de la façon dont on a voulu s’imposer à lui et le faire obéir. Des situations anodines qui passent inaperçues, mais que l’on pourrait éviter, afin de moins le voir pleurer !

Quoi de mieux que d’un exemple concret pour comprendre :

Petit apéro entre amis, tout va bien, tout le monde se gave de chips, sauf minimôme dont les parents ne souhaitent pas qu’il en mange. J’entends quelqu’un alors lui dire : « non tu ne touches pas à ça, c’est pour les grands ». L’enfant insiste, le ton devient un peu plus autoritaire « et dis donc, qu’est-ce que je t’ai dit ?» et minimôme fond en larme, un enfant qui pleure avec des vrais grosses larmes de tristesse. Certains penseront qu’il n’avait qu’à obéir, et que c’est qu’un enfant qui fait un caprice. Mais il n’était pas en train de pleurer parce qu’il voulait absolument prendre une chips. Il était véritablement blessé de la façon dont on s’était adressé à lui, qu’il interprétait comme « on ne m’aime pas ». Ce n’est d’ailleurs pas étonnant, à sa place j’aurais fait pareil ! Imaginez-vous un cours de yoga, tout le monde se lève pour prendre des poids, vous vous approchez de la caisse et l’une du groupe vous dit  « non tu ne touches pas à ça, c’est pour nous ». Vous ne comprenez pas, il y a pourtant l’air d’en avoir pour tout le monde. Vous en prenez quand même un, et l’autre vous lance sèchement  « hé dis donc, qu’est-ce que je t’ai dit ? ». Franchement il y a de quoi fondre en larmes (ou la traiter de connasse, à vous de voir !). Elle vous l’aurait dit gentiment en vous expliquant pourquoi, au lieu de vous donner un ordre, cela aurait été différent.

Quel est l’intérêt de parler sèchement à un enfant ?

Cela ne fait que le rabaisser, l’humilier, engendre le sentiment d’injustice. L’objectif n’est-il pas plutôt qu’il ne mange pas de chips, et qu’il comprenne la vraie raison afin de plus tard de s’auto-discipliner ?  « C’est pour les grand » ce n’est pas une raison compréhensible par enfant, c’est comme si on lui disait « non désolée ce n’est pas pour toi, t’es trop moche ». C’est frustrant et rabaissant. Il faut lui expliquer la vraie raison « je comprends que tu veuilles manger une chips mais ce n’est pas bon pour la santé, je n’ai pas envie que tu t’habitues à manger mal, car j’ai envie que tu sois en bonne santé aujourd’hui et plus tard. Et d’ailleurs nous ne devrions pas en manger non plus, car ce n’est pas bon pour notre santé. Regarde je vais arrêter d’en manger» «Viens on a va te préparer un apéro avec des petites raisins secs, rien que pour toi».

Même s’il est possible que minimôme ne comprenne pas tout, et que l’on va peut-être pas lui refaire ce long discours à chaque fois, c’est en lui parlant gentiment que :

  • Il se sentira compris (je comprends que tu veuilles … )

  • Il comprendra que nous n’avons pas de mauvaises intentions (ce n’est pas parce que je ne t’aime pas que je te dis cela mais parce que …).

  • Il ne se sentira ni puni, ni humilié, ni soumis, puisqu’on lui propose une alternative sympathique comme les raisins secs qu’il adore. [M1]

  • On ne créé pas un conflit qui inciterait l’enfant à vouloir montrer qu’il est le plus fort, et donc à faire l’inverse de ce qu’on lui dit… Il risquerait alors de recommencer quelques jours plus tard, question d’ego !

Résultats : on a beaucoup de chance d’éviter d’avoir un enfant qui pleure, et surtout beaucoup plus de chance que la prochaine fois il nous demande un apéro spécial raison secs, plutôt que de se jeter sur les chips.

Bref, la vie est tellement plus cool quand on remplace les « non » autoritaires qui n’apprennent rien à personnes et gâchent l’ambiance, par un peu de compréhension, d’explication, et de positivisme. Une maison sans pleurs ni luttes, c’est tellement plus agréable !