phase d'opposition

phase-d-opposition-CPMHK-2-300x195

Je m’appelle Minimôme, je suis en pleine phase d’opposition et mon quotidien avec les parents, c’est une belle bataille !

Mes parents adorent me dire ce qu’il faut faire. Chaque matin, Maman veut que je me dépêche pour partir à l’école, et chaque matin je n’ai pas envie de me dépêcher. Alors tout le monde s’énerve. Plus ils insistent, plus je traîne des pieds.

 Le plus incroyable, c’est qu’ils adorent me mettre un manteau quand il fait chaud ! « Allez, mets ton manteau on y va ! » « Non je n’ai pas envie ». « Tu mets ton manteau. Dehors il fait froid ». Peut-être, mais dans cet appartement, on crève de chaud. Maman commence à vouloir me le mettre de force, je me débats, elle n‘y parvient pas… « Ça suffit maintenant ! Viens dehors … Tu vois qu’il fait froid ! » C’est vrai qu’il fait froid, mais bon, je ne vais quand même pas lui donner raison. « Non je n’ai pas froid !» Elle me gronde de nouveau. Cela me rend triste, j’éclate en sanglots, et elle finit par me l’enfiler.

Heureusement à l’école tout se passe bien. Normal : personne n’est là pour m’embêter. Même à la cantine, je mange à ma faim : personne contre qui lutter !

Après l’école, on va au parc. L’hiver, il y a plein de belles flaques d’eau. « Non ! Tu ne sautes pas dans les flaques d’eau !» m’ordonne-t-elle. Et  tout l’après-midi, maman veille à ce que je ne saute pas dans les flaques.

« Tu vas être toute mouillée, salir ton pantalon et attraper froid. »

Mais moi je m’en fiche complètement d’être mouillée, c’est tellement drôle de sauter dans les flaques ! Et puis on a une machine à laver qui lave très bien mon pantalon, alors à quoi bon faire attention! Un jour où j’ai quand même sauté dans la flaque, j’ai eu hyper froid et maman m’a dit « Tu vois je te l’avais dit ! ». Pas question de perdre la face : « Non pas du tout, j’ai même pas froid ! »

Elle ne manque d’ailleurs pas de me le rappeler  « Attention, tu te souviens de la fois dernière, comme tu as eu froid ? » Cela m’énerve de devoir me soumettre à ses ordres, j’ai bien envie de recommencer…

Et si dans cette phase d’opposition, à la place de lutter, on les responsabilisait ?

Quand je suis rentré à l’école, la première semaine, Maman m’a pressé tous les jours pour qu’on n’arrive pas en retard. Mais moi, je n’aime pas me presser.

Le lundi suivant, maman m’a montré un sablier qui me permet de voir combien de temps il reste pour me préparer. Quand il est fini, il faut être parti. Au début je n’avais pas compris que c’était grave d’arriver en retard. Maman m’avait pourtant bien expliqué : « Tu sais, il ne faut pas être en retard. Moi, ça m’est égal mais c’est pour toi : la maîtresse ne va pas être contente que tu arrives en retard en dérangeant toute la classe. Il faut que tu sois présent pour faire l’appel. C’est pour cela qu’il faut bien regarder le sablier».

Malgré ses encouragements (« Mesdames et messieurs, plus que 2 minutes avant l’explosion du sablier, ne manquez pas le chrono ! Dis-moi si tu veux que je t’aide »… Elle est marrante Maman !), un jour, j’ai beaucoup trop traîné …  J’étais encore en pyjama alors que le sablier s’était écoulé. Maman m’a dit : « Tu sais, tu es très en retard. J’espère que tu ne vas pas trop te faire gronder par la maîtresse. Il faudra bien t’excuser, mais elle ne va pas être contente. »

Alors les fois suivantes, je n’ai pas traîné ! Sauf mercredi dernier, j’étais de mauvaise humeur, je n’ai pas voulu m’habiller. Maman m’a dit, gentiment et sereinement : « Comme tu veux. Tu iras en pyjama à l’école ». Elle a pris un petit sac, elle a mis mes affaires et on est parti. Moi, toujours en pyjama, serrant les dents. J’ai tenu le coup jusque devant l’école où j’ai fondu en larmes.

Maman m’a fait un gros câlin : « Allez, on va t’habiller vite, et la prochaine fois qu’est-ce que tu feras ? » « Je m’habillerai ». Avec maman, on fait équipe !

L’hiver est arrivé. Au moment de partir, Maman m’a dit : « Hop ! Tiens, ton manteau. On y va ». « Non je ne veux pas mettre mon manteau »

« C’est vrai qu’il ne fait pas très froid dans l’appartement. Je te le prends. Comme ça, si tu as froid, tu me le demandes. Mais c’est exceptionnel, la prochaine fois c’est toi qui le prends ».

C’est vrai que je saute tellement quand je marche, que je n’ai pas froid du tout moi ! Et quand je commence à frissonner, je demande tout simplement mon manteau à maman.

L’autre jour on était au parc, il faisait très froid, maman m’a dit « Tu ne devrais pas sauter dans les flaques car on a oublié de mettre les bottes, tu risques d’avoir froid aux pieds ».

C’est quand même trop drôle de sauter dans les flaques ! SPLASH ! 5 minutes plus tard, j’avais tellement froid aux pieds que cela me faisait mal !

Maman a été gentille : « Allez tiens le coup, et la prochaine fois, on fera comment si tu veux sauter dans les flaques ? »

« Je prendrai mes bottes »

« Voilà c’est une bonne idée, il ne faudra pas oublier ! »

Phase d’opposition : si au lieu de lutter contre lui, on faisait équipe avec lui ?

En tant que parents, nous avons déjà tellement de règles à lui faire intégrer… Quand il est possible de lui faire comprendre les choses par l’expérience, et lui faire assumer les conséquences de ses actes, pourquoi se battre ? Pour tout ce qui le concerne directement, est-ce qu’il ne vaut pas mieux responsabiliser son enfant plutôt que de lui donner des ordres par milliers ? Alors bien sûr pour certains parents arriver en retard à l’école se retourne contre eux aussi, donc il faudra trouver d’autres situations dans lesquelles seul l’enfant est impacté 🙂

Si, au lieu de lutter contre lui, on faisait équipe avec lui ? Le quotidien ne serait-il pas plus simple, et notre enfant plus mature ?

En donnant un ordre, on croit aller à l’essentiel, on veut aller plus vite, être efficace. Mais un enfant qui ne comprend pas le bien-fondé de cette injonction aura tendance à se braquer, ou tout simplement à ne pas écouter… Et on patinera. C’est en lui donnant une responsabilité, en lui faisant comprendre l’enjeu de la situation que l’on arrive à un résultat. Et quelques luttes en moins, ça fait du bien !

Ce genre de situations vous parle ? Vous êtes parfois démuni face aux réactions de votre enfant dans ces moments là ? Si vous souhaitez aller plus loin que cet article, et que je vous envoie les clés à connaître pour ne pas avoir à répéter mille fois les choses et crier, tout en maximisant vos chances pour que votre enfant fasse ce que vous lui demandez (et comprenne, si possible 😉 ), n’hésitez pas à renseigner votre email ci-dessous : je vous enverrai alors gratuitement le PACK « OUI PAPA OUI MAMAN » : Toutes les clefs pour les faire coopérer (sans crier) ! Une mine d’infos et d’idées sur le sujet, qui peut vous aider au quotidien.

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier

bebe qui pleure

bebe-qui-pleure-CPMHK-3Un bébé qui pleure ,  cela peut être très stressant, voir angoissant. Surtout si c’est en pleine nuit…. Et un bébé qui pleure, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Il ne pleure pas pour rien,  il est en train de dire « MAMAN, PAPA, AIDEZ MOI, CELA NE VA PAS ». Le laisser pleurer c’est un peu comme lui dire : ‘Tu es seul au monde et tout le monde se fiche de ton mal-être ». Le laisser pleurer, c’est aussi faire monter la pression de toute la maisonnée. Et plus les parents sont stressés, plus l’enfant va le ressentir, et plus cela va être compliqué à gérer.

Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il y a plein de moyens de le soulager, de le faire arrêter de pleurer, alors utilisons les tous !

Cela va bien sûr être beaucoup plus compliqué si le bébé est malade, sujet non traité dans l’article.

Je vous fais donc part d’un mode d’emploi pour faire arrêter Babymôme de pleurer, parce que si l’instinct maternel vous dicte souvent la solution, celui-ci a tendance à tourner au ralenti quand il est 4h du matin ! Et cela évite les fausses excuses de Daddy Cool du genre « Non mais t’es sa maman tu sais beaucoup mieux faire que moi ».

Un câlin de maman même si c’est efficace dans plein de situations, ce n’est pas toujours la solution miracle.

MODE D’EMPLOI POUR DADDYCOOL ET MUMMYCOOL

Tout d’abord Daddycool a raison. Même si ce n’est pas facile à tenir pour Mummycool, il est vrai que de temps en temps, 5 minutes suffisent pour que Babymôme se calme tout seul… Cela vaut donc le coup d’essayer.

Ensuite, il s’agit d’identifier si notre bébé qui pleure, n’est pas dans l’une des 6 situations suivantes :

1/ Il a faim. Souvent on n’ose pas ou l’on ne pense pas à le nourrir parce que ce n’est pas l’heure. Mais un creux ça arrive, il y a des jours où il a plus faim que d’autre. A quoi bon alors le laisser hurler sous prétexte que ce n’est pas l’heure? Un petit biberon de rab, jusque quelques centilitres pour l’apaiser, cela vaut vraiment le coup d’essayer !

2/ Son biberon ne coule pas ou coule trop. La situation classique, surtout si vous venez de changer de lait, il faut adapter la tétine à l’épaisseur du lait.

3/ Il se tortille, il pète, il a mal au ventre. Classique les 3 premiers mois. Mais il y a des solutions à voir avec le pédiatre : un nouveau lait (digest ou autre), un biberon anti-colique, des probiotiques (très efficace !), un massage du ventre, doliprane, polysilane, etc. Mais malheureusement ces pleurs ne sont pas toujours évitables… Sinon se reporter au mode d’emploi ci-après.

4/ Il fait ses dents ! Pas la peine de tourner autour du pot et d’attendre 1 heure que cela passe, voici les solutions que l’on peut toute utiliser en même temps : doliprane (si vous l’administrez en suppo l’effet est plus rapide), camomille en dosette, crème sur les gencives. On croise les doigts pour que la médecine fasse son effet… Sinon se reporter au mode d’emploi ci-après.

5/ Il n’est pas bien, il a de la température. Dans ce cas, consulter un médecin ou même SOS pédiatre (à Paris 20h-00h + le week-end), il vient à domicile, c’est encore mieux.

6/ Il a trop chaud ou trop froid, prenez le réflexe de vérifier systématiquement cela, vous pouvez facilement le savoir en mettant la main derrière sa nuque et surtout un thermomètre dans la chambre (3€ seulement et c’est un investissement utile). Pour passer une bonne nuit, la température de la chambre doit se situer entre 18°C et 20°C idéalement

Passé cette phase, on se concentre rigoureusement sur la liste ci-dessous


Le but est de piocher des actions par ordre d’efficacité (ce qui va, à notre avis, le mieux répondre à son besoin au vue de la façon dont il se comporte), et par ordre de facilité (ce qui me semble le moins contraignant à faire). Mais surtout, ne pas persister dans une technique qui ne marche pas (comme par exemple le bercer pendant 15 minutes alors que cela ne le calme pas).  Autant en tester plusieurs, afin de trouver rapidement une solution qui l’apaisera !

  • La base face au bebe qui pleure : Lui parler avec sérénité, calme ou gaieté. S’énerver est contre-productif.
  • Passer la main à quelqu’un d’autre, si vous n’êtes pas assez détendu. Et oui on n’est pas deux parents pour rien 🙂
  • Une nouvelle fois, de temps en temps un petit rab de biberon peut l’apaiser et l’aider à s’endormir, alors pourquoi s’en priver ? Ça marche plutôt très bien…

  • Lui donner une tétine ou un doigt à téter (il ne faut pas oublier que les nourrissons ont un besoin de succion)

  • L’emmailloter dans un grand lange ou/et le caler dans un coin du berceau.  Cela l’aide à se sentir rassuré.

  • Le protéger de la lumière artificielle pour l’aider à dormir.

  • Le prendre en porte-bébé (une des techniques les plus efficaces, il ressent le même balancement que dans le ventre). L’avantage c’est que l’on peut continuer en même temps à faire ses activités.

  • Le promener en poussette. Le jour, c’est l’une des solutions les plus efficaces. Si bébé pleure, partez vous balader ! Et si votre habitation vous le permet, laissez-le continuer à dormir dans la poussette, ce serait dommage de risquer de le réveiller en le mettant dans son lit

  • Le bercer : Le bercer de haut en bas (vous pliez les genoux), de façon assez dynamique, cela peut les interpeller et les faire arrêter de pleurer

  • Chanter : Profitez-en pour vous enregistrer à l’aide de votre smartphone, puis mettez la chanson enregistrée en boucle près de son lit (le téléphone en mode « avion » bien sûr), et partez sur la pointe des pieds … Le bonheur des nouvelles technologies !

  • Lui mettre de la vraie musique : Celle que vous avez l’habitude d’écouter. C’est moins contraignant que de chanter et en fonction de bébé et de ses habitudes, cela peut marcher.

  • Le mettre sur son tapis d’éveil avec des mobiles ou n’importe quoi qui puisse accaparer son attention, comme une guirlande lumineuse (qui clignote ça c’est le top). Oui c’est possible que Babymôme bébé soit juste en train de s’ennuyer devant la blancheur du plafond !

  • Le projecteur musical la nuit. Pour projeter des images qui tournent au plafond, cela marche assez bien, et permet de s’en aller sur la pointe des pieds J

  • Le poser dans le salon avec tout le monde autour pour qu’il soit rassuré. A quoi bon vouloir absolument qu’il s’endorme ?

  • Lui donner un bain. L’eau délasse et détend. Alors le soir si vous le sentez énervé, prenez 10 min pour le faire, cela vous évitera peut-être une heure de pleurs …

  • Passer l’aspirateur : Personnellement, je n’ai jamais testé cette technique, mais il parait que cela marche bien car cela leur rappelle les bruits du ventre ! …

  • Et la technique infaillible pour les petits : lui mettre un peu du Canadou (sucre de canne liquide) sur la tétine ou le doigt. Technique utilisée à l’hôpital pour calmer les bébés. Le glucose les endort tout de suite ! A consommer chez les enfants de moins de 3 mois (après l’effet est moins efficace) et avec modération toutefois…

  • Et si votre bébé pleurs régulièrement, investissez par exemple dans un lit qui se suspend au plafond et permet de le bercer tout seul pour l’endormir ! N’attendez pas d’être au fond du trou pour le commander… (mieux que le lit électrique qui le berce indéfiniment et l’habitue trop).

  • Le prendre dans notre lit, le temps qu’il se calme.

  • Et la technique infaillible pour les bébés un peu plus grands. Allez un dernière technique qui certes ce n’est pas top, mais quand notre enfant d’un an hurle à la mort depuis trois quart d’heure, et que le doliprane ne fait toujours pas son effet, et que l’on a tout essayé: on a plus trop le choix. Il est important pour lui et pour nous, que les pleurs cessent. Alors, lui faire regarder une petite berceuse youtube avec des tétines qui volent, peut être la solution J

  • Si vous êtes à bout que vous n’avez pas la force de tester toutes ces techniques : mettez des boules-quiès. A condition d’avoir passé en revue à minima les 6 premières étapes. Sachez que des études montrent que les bébés que l’on a laissé pleurer n’ont pas de séquelles psychologiques adultes.  Donc vaut mieux ça que de le secouer, de l’engueuler, ou de le jeter par la fenêtre …

C’est sûr que ce n’est pas toujours facile de trouver la solution qui va marcher, que de temps en temps on freine à lui donner ce dont il a besoin ;pas envie d’aller faire un biberon à 4h du mat, la peur de casser son rythme, allergie aux tétines, la flemme d’aller lui faire prendre un bain, la peur que quelques gouttes de sucre ne le perturbent, et surtout l’espoir que cela va vite aller mieux.

Mais s’appuyer sur cette liste pragmatique nous a souvent aidé. Il faut cependant veiller à ne pas lui donner des habitudes qui deviendraient contraignantes. Car il ne s’agit pas de devoir ensuite le bercer 30 minutes tous les soirs… Mieux vaut varier un peu les techniques, et choisir les moins contraignantes.

A nous le bien-être d’une maison calme. Un bébé qui ne pleure pas, c’est un bébé qui va bien. Et moins il pleure, plus les parents sont détendus, et plus les parents sont détendus, moins le bébé pleure, c’est un  cercle vertueux…  Qui passe par un peu de pragmatisme, alors faites passer la liste magique et étoffez la !

Cool Parents Make Happy Kids

 

Sinon pour aller plus loin, et gérer les premières années avec bébé avec plus de sérénité , je vous propose de recevoir (gratuitement) le « PACK spécial bébé » : avec tous nos conseils pour gérer les premières séparations, colères, interdits, etc. ! Quelques pleurs et stress en moins, cela fait du bien 🙂

Inscrivez vous à la newsletter qui rend la vie (un peu) plus cool et recevez votre dossier !